Archives de catégorie : esthétique

Des raps et des villes

Traduction (libre) par Karim Hammou

[English] – [Deutsch]

Le contexte urbain joue un rôle important dans l’adoption locale d’un HipHop mondialisé. La musique rap est étroitement liée à des villes et des quartiers bien précis. Le rap suggère en outre une certaine lecture culturelle de l’environnement urbain, marquée par le ghetto, les logements sociaux, la misère urbaine et le crime, les coins louches et les arrière-cours. Klein et Friedrich ont pu ainsi défendre l’idée que cet imaginaire urbain était un point central pour déterminer l’authenticité, la crédibilité du vrai Hip Hop1.

Je m’intéresse aux relations entre le rap et les villes depuis longtemps. Lorsque j’ai finalement décidé de mener l’enquête à Marseille, il m’est apparu de façon évidente que les raprésentations de Marseille ne reflétaient pas un paysage urbain typiquement rap, mais exprimait des histoires, des images, des récits et des symboles qui semblaient propres à cette ville en particulier, et à sa « texture culturelle »2.

Marseille : lumières…

Je souhaite proposer deux exemples frappant provenant du groupe IAM. Le premier est leur succès de 1994, « Je danse le Mia », qui relate avec ironie les soirées festives dans le Marseille des années 19803. L’une des séquences du célèbre clip est particulièrement frappante. Elle délaisse les paroles et leur scénario de boîte de nuit pour montrer de vieux hommes accoudés à un bar. Plus frappant encore, quelques mots samplés – « en français on dit guinche » – qui s’inscrivent dans la configuration du bar et sont prononcés par le propriétaire du bar.

Il est intéressant de relever que ce sample est un bref extrait du film Marius de Marcel Pagnol4 qui fonda l’imaginaire d’un Marseille idyllique et exotique, ville d’une harmonie rurale dont les habitants aux mouvements expressifs parlent avec un accent prononcé et traînent dans les bars.

Avant même Pagnol, des artistes parisiens avaient décrit le Marseillais comme un étrange et divertissant gaillard pour le public national5. La tendance à la vantardise et à l’exagération souvent mentionnée va au-delà des théâtres et des cinémas pour pénétrer jusque dans les dictionnaires les plus légitimes – le Littré, par exemple, atteste en 1957 chez le Marseillais « une exaltation révolutionnaire »6.

Le Parler de Marseille, Jean Jaque

Et lorsqu’au milieu des années 1990, une nouvelle vague de dictionnaires sur l’argot de Marseille émerge, comme Les càcous. Le Parler de Marseille ((Jean Jaque, Les càcous. Le parler de marseille, Aubéron : Accolade, 1996), le Mia y est mentionné comme un nouveau type de Càcou. En outre, le Mia apparaît dans les romans policiers de Jean-Claude Izzo7. Il y est décrit à partir de citations exactes des paroles d’IAM. En somme, le Mia s’inscrit dans une veine ancestrale de figures populaires visant à représenter le Marseillais typique, et participe d’un imaginaire culturel propre à Marseille, nourri par l’histoire.

…et ombres

Le deuxième exemple de la façon dont IAM fait référence à des récits propres à cette ville est le titre « Le Sachet blanc », de 1995. Le contraste saisissant avec Je danse le Mia, qu’il s’agisse de thématique ou d’atmosphère, est emblématique de la nouvelle orientation qu’adopte IAM après le débat sur l’authenticité du groupe qui accompagne le succès commercial massif du Mia. Traitant du commerce de l’héroïne, le clip du « Sachet blanc » dépeint un Marseille sombre dominé par les scènes nocturnes, filmées dans les lieux lugubres et hostiles d’un trafic de drogue.

En décrivant Marseille comme une ville du trafic de drogue, IAM reprend une idée que l’on peut retrouver dans des événements historiques aussi bien que dans leur mise en fiction dans des films policiers. Du fait de l’activité de la mafia, Marseille a été présentée dès les années 1920 comme un Chicago français, offrant un décor propice aux polars et aux films noirs qui ont renforcé la mauvaise réputation de la ville depuis cette époque. Marseille fut en outre une plaque tournante de l’exportation d’héroïne aux États-Unis de 1948 à 19728.

Dans les années 1960, Marseille était au cinéma l’emblème de la ville noire. Trois des quatre films tournés à Marseille relèvent du genre du film noir. Au-delà des films français comme Borsalino (1970), le plus célèbre est le film de Hollywood French Connection 1 (1971) et 2 (1975). Même le seul et unique film allemand tiré de la célèbre série policière Tatort (1985) se déroule à Marseille.

Comme pour Le Mia, dans « Sachet blanc » IAM mobilise l’imaginaire dominant de Marseille. Cette atmosphère sombre est prolongée dans l’album suivant, L’École du micro d’argent (1997) – que le magazine L’Affiche présenta de façon significative comme « l’album quasi anti-mia »9.

La ville du crime d’IAM s’accompagne du succès du polar marseillais dans les années 1990, une variante locale du roman noir. De façon comparable au film noir et à certains raps d’IAM10, le roman noir décrit Marseille comme une ville lugubre. Ces genres sont d’une certaine façon appropriés aux récits spécifiques à la ville de Marseille. En outre, l’imaginaire largement répandu de la ville du crime confère une authenticité aux sombres récits urbains d’IAM et en fait des fables disponibles pour Marseille.

Black Paris?

Pris ensemble, ces deux exemples (et il y en a sans doute d’autres) illustrent le lien fort entre les histoires racontées sous forme de raps et les récits et idées propres à Marseille, ancrés dans l’histoire et transmis par la culture. Il serait intéressant de voir si des relations similaires existent entre d’autres villes et les raps qui en proviennent. Qu’en est-il de Dakar, Alger, New York ou : Paris ?

Le Paris Noir, par Pascal Blanchard, Éric Deroo, et Gilles Manceron (dir.)

En première approximation, ce sont d’abord les périphéries de Paris qui sont visibles dans le rap, des villes de banlieues comme Sarcelles, Vitry ou Saint Denis. Mais la ville de Paris elle-même ? Paris est-elle déjà trop huppée et proprette, envahie par le genre cinématographique le plus mainstream du film d’amour, pour constituer une référence sérieuse pour les rappeurs qui y résident ? Après avoir souligné l’importance de Marseille dans l’esthétique d’IAM, je serais curieux de savoir s’il y a des histoires, des genres, des légendes et des images qui renvoient à des spécificités de la capitale française.

Une première excursion dans cette direction pourrait s’appuyer sur la chanson « Mes 2 amours » de MC Jean Gab’1 (2003). Il y est question de certains quartiers comme Barbès, Les Halles et le club de foot du PSG. En outre, la chanson reprend le titre du succès de Joséphine Baker « J’ai deux amours » (1931), symbole de sa célébrité musicale dans le Paris des années 1930.

Dans son sens le plus large, cette courte citation renvoie au rôle important de Paris comme lieu de culture noire et africaine. Y a-t-il d’autres références au répertoire culturel du Paris noir dans le rap, qui font de la capitale française un lieu singulier ? Y a-t-il des idées, des histoires, des images et des influences qui sont propres à Paris ou Marseille, et qui seraient inconcevables dans d’autres villes ?

  1. Gabriele Klein / Malte Friedrich, Is this real? Die Kultur des HipHop, Frankfurt am Main, Edition Suhrkamp, 2003, p. 7-11. []
  2. (Rolf Lindner, « The Cultural Texture of the City », Paper from the ESF-LiU Conference Cities and Media: Cultural Perspectives on Urban Identities in a Mediatized World, Vadstena 25–29 October 2006, http://www.ep.liu.se/ecp_home/index.en.aspx?issue=020 []
  3. Jean-Marie Jacono, « Ce que révèle l’analyse musicale de rap: l’exemple de Je danse le mia d’IAM », Copyright Volume !, Vol.3-2 (2004-2). Paris, p. 43-53 []
  4. sorti en 1929 []
  5. (Daniel Winkler, Transit Marseille. Filmgeschichte einer Mittelmeermetropole, Bielefeld : Transcript, 2007, p. 74 []
  6. Michel Samson, « Une ville cachée derrière les galéjades », Le Monde, 15.10.1998 []
  7. Jean-Claude Izzo, Total Khéops, Paris : Gallimard, 1995, p. 104 []
  8. Alfred McCoy, Marseille sur héroine. Les beaux jours de la French Connection (1945-1975), Paris : L’Esprit frappeur, 1999. []
  9. Olivier Cachin, « IAM. L’empire contre-attaque », L’Affiche, mars 1997, n°45 []
  10. « Demain c’est loin » []

Avis de recherche : represent, represent, represent !

Thaddeus Stevens, député de Pennsylvanie en 1848 (©Marion Doss)

Depuis quand est-ce que les rappeurs « représentent » en France (ou represent aux États-Unis) ?

 

Pierre Bourdieu soulignait que « représenter » est un  « mot extraordinairement polysémique »1. Et encore, le sociologue n’évoquait-il au premier chef que les enjeux de la délégation politique lorsqu’il explorait la question, ces situations où une personne dispose d’un mandat ou d’une procuration pour « faire voir et faire valoir les intérêts d’une personne ou d’un groupe »2.

La notion de représentation est très fréquente dans les paroles des rappeurs français, au moins depuis le milieu des années 1990.  En 1997, Rocca représentait « pour tous les jeunes de l’univers »3,  Assassin représentait « la creativity ! la reality !»4, et la Fonky Family représentait « les quartiers dits sensibles en France et Navarre »5. L’inflation de « représente » a d’ailleurs suscité en retour des critiques – « tu représentes quoi conio », interpellait par exemple Passi cette même année 1997 dans « Hip hop crazy »6.

Il n’empêche. Quinze ans plus tard, l’expression a toujours un certain succès, comme en témoigne le clip que diffuse Kery James en 2009.

Au-delà du champ sémantique strictement politique, autour de la figure du porte-parole, les occurrences du verbe représenter et de ses dérivés renvoient également à la représentation artistique. Représenter, c’est être mandaté, comme le note Bourdieu, mais ce peut être aussi donner à voir, dépeindre (un tableau représente quelque chose), jouer (une pièce de théâtre est une représentation), symboliser (une allégorie représente telle valeur ou tel collectif), etc. La dimension performative devient alors centrale – représenter, c’est présenter à nouveau, et quelques mots peuvent suffire : « j’représente ma mère et tout l’parquet qu’elle a frotté » rappait par exemple Koma dans « Nouveau classik »7 en 1999.

Pour compliquer les choses, nombre de rappeurs aiment à jouer sur le verbe représenter en sa forme intransitive. « Je représente… » point final. Cette forme rappelle un usage tombé en désuétude :

REPRÉSENTER se dit absolument d’une Personne qui sait, par son attitude, se faire respecter et faire respecter sa place lorsqu’elle en remplit les fonctions en public. C’est un homme qui représente bien, qui représente avec dignité.
Il se dit aussi d’une Personne considérable qui reçoit beaucoup de monde et qui, par une grande dépense, fait dignement les honneurs de sa place ou de sa fortune. Il est assez riche pour bien représenter.
Il se dit encore d’une Personne qui, par sa figure, son maintien, son air, sa démarche et tout son extérieur, impose une sorte de respect à ceux qui la voient. Ce fonctionnaire représente bien.8

Il est sans doute la marque de l’usage américain du terme, represent, qui vient ajouter à la polysémie du verbe représenter en français toute la palette de significations que peut lui ajouter l’usage de je représente comme anglicisme. Et si la multiplication des rappeurs-qui-représentent se produit au milieu des années 1990, c’est qu’ils suivent les traces de leurs homologues outre-atlantique. D’où cette question : quel est le premier rappeur (on suppose qu’il est américain) qui represent ?

Un vague souvenir m’a conduit à chercher du côté de KRS-One. Et j’ai retrouvé ce rap, en featuring avec Das EFX, daté de 1995 : « Represent the real hip hop ». Pas très convaincant, tant l’année 1995 paraît tardive par rapport à l’éclosion francophone de « représente ». Le titre de KRS-One, d’ailleurs, introduit le represent par un sample… on peut donc remonter la piste : le scratch est emprunté à « We run things » de Da Bush Babees, en 1994.


Bien. Mais en 1994, Da Bush Babees est loin d’être le seul groupe à invoquer le represent. La même année, le Wu Tang Clan immortalise la formule sur son premier album (par exemple dans « Wu-Tang Clan Ain’t Nuthing ta F’ Wit »), et surtout Nas n’est pas en reste, qui en fait le titre de l’un de ses morceaux phare : « Represent ».

Tous les rappeurs américains represent ? Pourtant non. Pas de represent chez Public Enemy avant… 1996, pas de represent chez NWA ou Dr Dre, à l’exception d’une discrète mention assez anecdotique dans The Chronic en 1992. Reprenons à partir de Nas. La production du titre « Represent » est assurée par DJ Premier, qui est loin d’en être à son coup d’essai. DJ Premier, KRS-One… on tourne entre Brooklyn et le Bronx, on pense à Lord Finesse, le collectif Diggin in the Crates (DITC)… et l’un de ses membres les plus connus : Fat Joe9.

Fat Joe sort son premier album en 1993, qui est sobrement intitulé… Represent. Dur de le rater. Mais avant Fat Joe, on peut trouver en 1991 un autre morceau du crew DITC : Showbiz & AG featuring Big L, Deshaun, et Lord Finesse, lui aussi titré « Represent ».

Un peu plus tôt encore, on retrouve une poignée de represent, disséminée dans les disques de Boogie Down Productions (BDP)10. À nouveau KRS-One, membre du groupe BDP.

Il faudrait détailler les utilisations que les uns et les autres font du terme. Mais existe-t-il d’autres mobilisations intensives de l’expression represent dans le rap américain (ou, pourquoi pas, français…) antérieures à 1993 ? Avis aux amateurs du genre.

  1. Pierre Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales n°52-53, 1984, p.49 []
  2. ibid. []
  3. Rocca, « Les jeunes de l’univers », Entre deux mondes, 1997. []
  4. Assassin, « L’île de l’inconscient », B.O. Ma 6-T va Crack-er, 1997. []
  5. Fonky Family, « Sans rémission », Inch’Allah – Si Dieu veut, 1997. []
  6. Passi, Les tentations, 1997. []
  7. Koma, Le réveil, 1999. []
  8. Dictionnaire de l’Académie français, 8e édition, version informatisée. []
  9. Merci à Daniel Tödt d’avoir rappelé le gros Joe à mon souvenir ! []
  10. « Word from our sponsor » en 1987, « T’Cha T’Cha Lyrics » en 1988… Mais l’expression n’est pas aussi centrale que chez  Nas, Fat Joe ou Showbiz & AG. []