Archives de catégorie : Genres artistiques

Qui sait vraiment ce qu’est le rap français ? (patrimonialisation, 3e partie)

Les classements des meilleurs titres de rap français se suivent, et ne se ressemblent pas. Ceux de The Source et de l’Abcdruson, par exemple, se distinguent par la date de publication (nov. 2004 contre déc. 2009) et le nombre de « classiques » retenus (151 contre 100). Mais ils diffèrent également par les modalités de sélection, autrement dit, les juges qui définissent les grands œuvres dans les deux cas ne sont pas les mêmes et ne jugent pas de la même façon.

Trésors enfouis contre titres phares. Deux conceptions du « classique »

Les juges de l’Abcdrduson sont nombreux. Obtenir la participation de 700 internautes pour une enquête en ligne est une prouesse – surtout lorsque chaque votant doit produire une liste de 20 chansons hiérarchisée de la première à la dernière. Il n’est qu’à lire les nombreux commentaires soulignant la difficulté de l’opération dans le topic ouvert durant les votes pour s’en convaincre. Au contraire, les juges de The Source sont une poignée – la rédaction du magazine, et ils ont préféré ne pas hiérarchiser les « classiques », optant pour un classement purement chronologique. Le verdict de ces juges est également contrasté. L’Abcdrduson et The Source ne s’accordent d’ailleurs que sur une quarantaine de titres.

la formule secrète 3voir l’illustration complète

Moins du tiers des « classiques » de The Source ont bénéficié d’un clip, près de la moitié de ceux de l’Abcdrduson. Plus de 10% des « classiques » de The Source ont été publiés sur un support distribué dans les réseaux spécialisés (maxis vinyles ou mixtapes), seuls 6% du top de l’Abcdr. 70% des « classiques » de The Source sont des morceaux d’album contre 80% de ceux de l’Abcdr. En d’autres termes, le top de l’Abcdr tend à décrire les références d’une culture partagée par les votants, alors que le top de The Source balise le chemin vers une culture musicale à construire.

classiques abcdr pondérés
70% des points du top 100 sont obtenus par des raps publiés de de 1995 à 1998

À cette lumière, l’inégale sélection de « classiques » de la part de The Source et de l’Abcdr selon les années prend son sens. L’Abcdr présente des titres phares qui se concentrent autour d’une période elle aussi phare, 1995-1998, creuset d’une expérience partagée par la majeure partie des participants au sondage. The Source égraine des trésors enfouis, et attache d’autant plus d’importance aux périodes anciennes que les titres cités offrent plus aisément la promesse d’une découverte pour leurs lecteurs. Cohérent avec cette opposition, le suspens assuré par l’ordre d’exposition du classement, dans le cas de l’Abcdrduson, mène au titre le plus (et le mieux) cité dans les top 20 des votants. Le dernier « classique » du top 151 de The Source, au contraire, est le plus ancien, extrait d’un album entièrement autoproduit par Dee Nasty en 1984 et dont la diffusion fut confidentielle.

Des 100 « classiques » aux 700 « critiques »

Les participants au sondage de l’Abcdrduson forment une population particulièrement marquée par la période 1995-1998, et concentrent leurs votent sur une trentaine de formations artistique différentes, contre près du double pour The Source.

La sociologie de la culture a souligné, notamment dans le cas du rock, que les goûts musicaux adoptés à l’adolescence n’étaient pas transitoires, mais tendaient à demeurer similaires à l’âge adulte (Donnat 2004 : 93). Moyennant une légère inflexion, on peut donc reprendre la remarque de Skam (voir billet précédent)  : une majorité de votants, c’est-à-dire une majorité des lecteurs habituels ou occasionnels de l’Abcdrduson ayant suffisamment de motivation pour se soumettre aux exigences du sondage, ont apprécié tout particulièrement le rap des années 1995-1998. Cette frange des votants est sans doute majoritairement née entre 1977 (18 ans en 1995) et 1985 (13 ans en 1998).

À l’érudition prescriptrice des critiques de The Source, sélectionnant d’autorité les « cassettes incontournables pour tout vrai fan de Hip-Hop », s’oppose le protocole mi-démocratique mi-statistique de l’Abcdrduson, visant à faire émerger une « opinion publique » des amateurs où le vote des uns vaut le vote des autres, pourvu qu’il soit exprimé.

Sur les forums des divers sites qui se sont fait l’écho du classement de l’Abcdruson, les débats vont bon train pour savoir laquelle de ces deux procédures, érudite ou démocratique, est la plus à même de définir le canon du genre. Mais chacune de ces deux procédures ne fait sens que par rapport à un enjeu éminemment contemporain : définir le (bon) rap, et l’une des façons de l’apprécier de manière adéquate.

Alors, qui sait vraiment ce qu’est le rap français ? Amateurs ou critiques ? Ou encore cette figure, qui participe des deux modèles et trouve une visibilité croissante à mesure que l’information numérique remplace la presse musicale sur papier glacé ? Pas de réponse à cette question, mais plutôt un avis de plus. Celui d’un artiste qui, rendant hommage à cinq groupes (voir le 1er billet de la série), cite les artistes auteurs des 7 albums comprenant le plus de « classiques » de l’Abcdr, et rassemblant le tiers du classement. Médine serait-il lecteur de l’Abcdrduson ?

  • L’école du micro d’argent d’IAM,  Mauvais œil de Lunatic : 5 titres.
  • Temps mort de Booba, Où je vis de Shurik’N, Le combat continue d’Ideal J, Quelques gouttes suffisent d’Ärsenik, Paris sous les bombes de NTM : 4 titres.

Radio Matignon

Le séminaire gouvernemental clôturant le débat sur l’identité nationale lundi 8 février 2010, d’après Le Canard enchaîné du mercredi 10 février, a été le théâtre de cet échange :

Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, prétend que « dans les cités on chante le rap, une belle musique qui vient d’Algérie ». Fadela Amara le coupe : « Mais non, Bernard, ce n’est pas le rap, c’est le raï ! ».

La méprise aura eu suffisamment de succès pour se frayer une place dans les actualités du Nouvelobs.com (qui a transformé, au passage, le « prétend que » du Canard en « aurait affirmé que », et le « Fadela Amara le coupe » en « l’aurait aussitôt interrompu »). Mais les débuts du séminaire valaient aussi le coup d’oreille, pour des propos ayant également traits à des chansons. Citation, toujours, du Canard enchaîné :

Frédéric Mitterrand ouvre le bal en récitant de longs extraits de deux chansons de Maurice Chevalier et de Charles Trenet : « Ça fait d’excellents Français » et « Douce France ». Ses collègues, goguenards, lui demandent de les chanter. Vainement. Mitterrand cite alors comme modèle d’intégration Jane Birkin : « Ça plaît aux jeunes, Jane Birkin ! »

Une chanson de 1939, une autre de 1943. Toutes deux écrites une poignée d’années avant la naissance du ministre de la Culture. Toutes deux profondément marquées par les circonstances politiques et militaires dans lesquelles elles sont composées. D’où les quelques titres qui suivent, en forme de libre digression sur la trame de Radio Matignon.

En quête d’un âge d’or… révolu (patrimonalisation, 2e partie)

Il y a un mois, j’évoquais le classement des 100 classiques du rap français réalisé par le webzine l’Abcdrduson à partir d’une enquête à laquelle 700 internautes ont choisi de participer. Ce classement participe d’un travail de patrimonialisation plus large, mais se distingue notamment des hommages que les artistes opèrent dans leurs raps par le recours à des outils familiers aux sciences sociales.

Statistique et critique au service du patrimoine ?

Parmi les premières réactions au classement, on trouve cette question, immédiatement suivie de réaction, d’un internaute :

Quelqu’un se sent d’attaque a faire la moyenne des dates de sortie ? …Personne ? je le savais alors je l’ai fait :
La moyenne des dates de sortie est : 1998,29 (c’est pas vraiment une surprise) Les plus vieux « classiques » datent de 1991 et sont : « CAROLINE » de MC solaar et « LE MONDE DE DEMAIN » de NTM. Le « classique » le plus récent date de l’année dernière (2008) et c’est : « LE COMBAT CONTINUE PART 3 » de Kery James. 23 Morceaux du top sont sorti en 1998, 17 en 1997 et 16 en 1995. (Younes #34)

Autrement dit, la discussion sur ce classement emprunte rapidement aux outils des sciences sociales, en particulier la statistique, mais aussi à leur critique (interne) :

La moyenne est biaisée par les valeurs extrêmes type 2008, faut calculer la médiane là (Kiko #37)

Sanji propose une conclusion : « C’est bon, on a la preuve empirique que 1998 était la meilleure année du rap français (23% du top) » (#40) – ce à quoi Skam répond immédiatement  : « Donc d’après ton tableau , 70% des membres de l’abcdr sont nés entre 1979 et 1981 , vous confirmez  ? » (#41)

La critique vise juste, en ce qu’elle décale le regard des résultats du vote à la sélection des votants. Elle propose une critique externe du classement. Mais avant de suivre cette direction, reprenons la proposition de Sanji : travailler le classement non pas dans la direction d’un commentaire d’amateur éclairé, comme la rédaction de l’Abcdrduson, mais dans celle d’une mise en forme statistique permettant de décrire la répartition, en pourcentage, des « classiques » en fonction de l’année de publication.

L’Abcdrduson en 2009 & The Source en 2004

classiques abcdrLe calcul est plutôt simple – l’Abcdr ayant proposé de définir les 100 « classiques », la répartition des titres au cours du temps ne demande aucun calcul supplémentaire pour être aisément interprétable en pourcentages. S’opposent ainsi une année 1998 où 23 « classiques » ont été retenus (donc… 23% des chansons du classement), à des années comme 1992 ou 2007 au cours desquelles il n’y en a aucun.

Alors, 1998, « meilleure année du rap français », selon la formule de Sanji ? Ou simplement année où le plus de raps ont été publiés, offrant mécaniquement un vivier plus important où puiser des « classiques » ? Car si l’on pondère ces chiffres par le nombre de chansons publiées sur des albums de rap français distribué nationalement, comme approximation de l’évolution de la production artistique du rap français, on est amené à douter du jugement proposé sur l’année 1998.  En 1991, seule une cinquantaine de rap en frnaçais ont été publiés sur album. En 1995, environ 200, soit 4 fois plus. En 1998, près de 500. Les 23 « classiques » de 1998 émergent donc d’une production plus de deux fois supérieures à celle d’où ont émergé les 16 « classiques » de 1995.

The Source France 2004 (sept.) p.72En produisant ce classement, le webzine l’Abcdrduson reprend une tradition portée avant lui par la presse spécialisée. L’idée de déterminer les classiques, éventuellement par un sondage, a connu plusieurs antécédent dans les colonnes de magazines tels que Groove, L’Affiche ou The Source. L’un des classements de ce dernier magazine, scanné par Tim Boot sur le forum du site Rap2k.com (#34, #89 – merci à lui !), permet une comparaison intéressante.

Reprenons le raisonnement rapportant, pour chaque année, le nombre de « classiques » réalisés au nombre de rap différents publiés sur album. On peut ainsi comparer les années les plus « heureuses » selon le classement de l’Abcdr et selon celui de The Source.

Quel passé valoriser ?

Parce que le classement de The Source comprend plus de titres que celui de l’Abcdr (151 classiques contre 100), il tend à proposer un visage plus optimiste de la production rap de chaque année. En moyenne, le classement de l’Abcdr retient comme « classique» moins de 2% des chansons publiées chaque année. Au contraire, le classement de The Source retient presque 3,5% de titres. Il faut donc proportionner les variations annuelles à ce taux de sélection différent. Par ailleurs, l’Abcdrduson propose un classement fin 2009, alors que l’article de The Source a été publié en 2004. On ne peut donc comparer les deux classements que sur la période commune : 1990-2003.

taux de classiques

Dans ce graphe, les similitudes entre les deux classements sont aussi intéressantes que les contrastes. Côté similitudes, d’abord : l’Abcdrduson comme The Source distingue deux périodes fastes, le tout début des années 1990, et la deuxième moitié des années 1990. Au contraire, la période postérieure à l’année 2000 est peu valorisée. Peu de « classiques » en chiffres absolus, encore moins en chiffres relatifs, lorsqu’on rapporte ces rares classiques à une production de raps chaque année plus importante.

Cette forme de consensus n’empêche pas les classements de se différencier sur deux plans principaux. D’abord, la hiérarchie entre les deux périodes fastes. Si sur l’Abcdrduson, c’est la deuxième moitié des années 1990 qui fait office « d’âge d’or », et plus particulièrement les années 1995 et 1997, The Source valorise plutôt les années 1990-1991. Ensuite, sur les bornes chronologiques précises de la deuxième «  période dorée ». Le classement de l’Abcdrduson la définit de 1995 à 1998, celui de The Source de 1994 à 1997.

Si le top 100 de l’Abcdrduson promeut l’idée d’une époque singulière entre toute, 1995-1998, le top 151 de The Source propose une histoire des « classiques du rap » moins inattendue dans laquelle, à quelques incidents près, les années les plus anciennes sont aussi les plus denses en « classiques ».

Que faire de cette critique interne, qui permet de préciser quelques traits saillants du classement de l’Abcdr (parmi un grand nombre d’autres, souvent relevés par les internautes) ? Une conclusion en forme de verdict sur le génie d’une époque ou d’une génération, si l’on est amateur. Et peut-être plutôt jouer d’un effet de miroir si l’on se positionne en chercheur, ou si l’on a une sensibilité plus relativiste. Passer des 100 « classiques » aux 700 « critiques ».

On s’essaiera à l’exercice dans un troisième billet.

En attendant, voici le clip d’un classique autoproclamé (« dès qu’j’rentre dans la cabine / ça sent l’classique » rappe Kery James…), affirmation validée par les votants de l’Abcdrduson qui placent le morceau à la 62e position du classement.

Patrimonialisation d’un genre musical (1)

Le webzine hip-hop l’Abcdrduson vient de publier un classement intéressant : il s’agit des « 100 classiques du rap français », autrement dit les chansons jugées les plus importantes de l’histoire du genre. Le classement, illustré avec une méchanceté talentueuse par l’équipe Haterz, est l’aboutissement d’un sondage mis en ligne pendant quelques mois, et auquel environ 700 internautes ont participé. C’est l’occasion de revenir sur un mouvement plus ancien que l’on pourrait décrire comme un travail de patrimonialisation.

Sur le carnet de recherche qu’il consacre au phénomène de patrimonialisation (immatérielle), Cyril Isnart souligne que

l’étude de la notion de patrimoine est sans doute l’une des voies les plus sûres qu’historiens et anthropologues peuvent emprunter pour analyser et décrypter le rapport des sociétés à leur passé, et notamment dans sa relation complexe et ambiguë avec la mémoire et l’histoire. Cependant, le patrimoine se présente également comme l’une des formes contemporaines de construction du rapport au présent et à la localité, aussi bien dans les terrains transnationaux qu’à l’échelle des communautés locales. (source)

Établir un classement comme celui que propose l’Abcdrduson est une façon de travailler, tout à la fois, l’histoire et la mémoire des chansons de rap. Mais de quelle société est-il question ? et de quelle localité ?

pari 1

Si le patrimoine dont il est question peut être dit immatériel (puisqu’il s’agit, pour l’essentiel, de musique), la localité n’est autre qu’un genre musical. La société en question est celle que nouent les discussions et les actions visant à faire advenir « du rap », à lui imprimer telle forme ou telle norme, à lui interdire telles autres. La société qui travaille sur son histoire et sa mémoire par le biais d’un tel sondage est ce que Tamotsu Shibutani appelait, dans les années 1950, un monde social – une aire culturelle dont les bornes ne sont pas le décalque de frontières territoriales (1955 : 566 ).

pari 2De façon intéressante, alors même que les débats sur nombre de forums d’amateurs font rage depuis des années pour déterminer si telle chanson est un « classique » ou, plus prosaïquement, une « merde », ce classement introduit une nouvelle variable. Il ne se contente pas d’avancer le point de vue plus ou moins légitime d’un expert en goût – l’équipe de l’Abcdr regorge pourtant de fins connaisseurs du rap et d’amateurs de longue date.

Le classement s’appuie sur une procédure « démocratique » pour s’arracher aux interminables batailles d’opinion opposant le goût de l’un au goût de l’autre. Il s’y arrache, mais ne le discrédite pas pour autant – le classement est lui-même l’occasion d’alimenter de nouveau ces batailles auxquelles les amateurs prennent un plaisir plus ou moins  avoué. Un mois après la parution du classement, le fil qui lui est consacré sur le forum de l’Abcdrduson enregistre plus de 300 réactions, et plusieurs membres de l’équipe du site ont consacré un article à la réhabilitation des « 5 oubliés » du sondage.

Le classement de l’Abdcrduson et les débats entre internautes s’ajoutent à une activité collective diffuse de patrimonialisation à laquelle contribuent bien d’autres acteurs. Les artistes sont par exemple des participants de premier plan qui, au travers de chansons notamment, s’inscrivent dans une tradition. Travaillant sur l’histoire de leur genre, ils en bâtissent la mémoire.

Samples et scratches peuvent s’interpréter comme autant d’hommages au présent visant à enrôler le passé. De même, les reprises de chansons ou de couplets : au cours de la seule année 2005, c’est le cas de Kennedy et Sinik sur la chanson Hardcore, de Sté dans « Le rap est ma vie » ou encore de K.Ommando Toxik sur tout un album, intitulé Retour vers le futur.

La technique du name-dropping peut servir les mêmes fins, comme dans cette chanson de Laurent Voulzi en 1977 et reprise à l’échelle d’un album entier en 2008.

Elle est particulièrement fréquente dans le rap français, qu’il s’agisse de canoniser son répertoire (comme Diam’s), de rapper sur l’instrumental de ses classiques (comme Bakar), de proposer une lecture aléatoire (comme Médine) plus ou moins sélective, ou de propager le son des puristes (comme Les Spécialistes). Tous ces raps – et beaucoup d’autres, de façon moins systématique – invoquent des chansons et des artistes du passé qui comptent à leurs yeux dans le présent. Car ce travail de remémoration vaut aussi, aux yeux des artistes, pour ce qu’il dit de ce qu’est aujourd’hui ou, plus exactement, de ce que devrait être aujourd’hui.

« Si j’rappe c’est pour les puristes » (Les Spécialistes, « Le son des puristes », 2005)

« Sais-tu vraiment ce qu’est le rap français ? / pas une machine à sous mais une machine à penser » (Médine, « Lecture aléatoire », 2006)

« Chaque époque a ses classique / new school old school peu importe / l’important c’est le respect de la musique » (Bakar, « Classic », 2005)

« Qui veut m’enseigner mon art / vas t’renseigner moi j’ai tout vu et entendu du haut de mon arbre » (Diam’s, « Mon répertoire », 2003)

Qu’il s’agisse d’amateurs éclairés souhaitant partager leurs goûts et leurs convictions, d’artistes visant à grandir leur nom et le genre dont ils se réclament, ou de l’équipe d’un webzine initiant un sondage, ce travail sur l’histoire est toujours situé, orienté, et sélectif.  Explorer cette piste me donnera l’occasion de revenir sur le classement de l’Abcdrduson – et de proposer un nouveau billet.

Racisme au travail

Véronique De Rudder et François Vourc’h, après de nombreux travaux sur la question, publient une contribution synthétique au sujet des discriminations racistes dans le monde du travail dans un ouvrage dirigé par Didier et Eric Fassin. La récente polémique entre le rappeur Médine et le directeur des programmes de Skyrock, Laurent Bouneau, est l’occasion d’effleurer cette difficile question pour le cas du rap.

Interviewé par le site booska-p.com, Laurent Bouneau, directeur des programmes de Skyrock, était amené à se justifier sur le choix de ne pas diffuser un certain nombre d’artistes.  Les arguments invoqués sont multiples, mais ce sont surtout ceux (nombreux et entremêlés) qu’il mobilise pour justifier l’absence de Médine sur les ondes de la station qui retiennent l’attention. Voici un extrait de l’interview en question (la vidéo complète se trouve plus bas) :

Médine… J’ai un problème c’est que j’ai pas le titre. Et que quoi qu’on en dise, Code barbe, je trouve que c’est trop dur. Le morceau ça me le fait pas. Donc la problématique que j’ai sur Médine, c’est sur le titre. Après je trouve que c’est un discours très didactique. C’est très… Voilà. Pour l’instant j’ai pas trouvé le morceau de Médine qui me plaisait. […] Je trouve que c’est un album qui est très… très… et puis très communautaire. C’est le problème aussi. C’est attention, il faut se servir de son identité, mais pour parler… moi je parle à l’ensemble d’une génération. C’est quand même des albums qui sont très teintés… qui sont je trouve très fortement… le parallèle avec les black panthers c’est pas neutre quand même. Mais la problématique, après, moi qui suis… euh… en quoi ça me touche ? Ca me touche pas ! Moi ce que j’ai besoin de Médine, c’est qu’à un moment il me fasse un morceau qui me touche. Pour l’instant, si tu veux, je l’écoute, il est intelligent, mais je dois faire un effort. […] C’est pas un truc qui est immédiat. Je fais un effort pour écouter. Quand je fais un effort, ça devient vraiment intéressant. Mais sur un morceau qui est joué dans la journée, il faut quelque chose… qui nous rassemble tous.

medine-code barbe

Le rappeur a reçu le message, et l’a plutôt mal pris. Il répond de deux manières, par le biais d’une interview accordée, toujours, à booska-p.com, et par l’intermédiaire d’une chanson, publiée dans la réédition de l’album Arabian Panther.

Avant d’examiner l’échange d’arguments, de Médine à Laurent Bouneau, prenons le temps d’un petit détour par un autre conflit comparable. Il oppose, quelques années auparavant, le label 45 Scientific au même Laurent Bouneau. Sur la radio parisienne Générations 88.2, dans l’émission Générations 2000  animée par Bob et Princess Anies, des membres du label indépendant 45 Scientific (Jean-Pierre Seck et Geraldo) évoquaient, en 2002, le conflit qui les opposait à Skyrock autour de la promotion d’un nouvel album du rappeur Booba, produit par le label. Jean-Pierre Seck explique :

On a eu un rendez-vous avec Laurent Bouneau pour l’album de Booba. Il a dit qu’il voulait pas le jouer, qu’il trouvait ça trop hardcore, que Booba s’attaquait à trop de lobby. Bref. Il nous a dit clairement moi ce que j’attends de vous, c’est un single pour vous jouer. […] Il a dit : « Booba il rappe pour le village ». On lui dit c’est quoi le village ? c’est quoi ton village, tu veux dire quoi par c’est du rap de village ? « Je veux dire il s’adresse qu’au milieu hip hop et il parle qu’à la communauté hip hop ». Bah déjà tu as une radio qui s’appelle premier sur le rap, donc les gens qui t’écoutent c’est des gens du hip hop. Donc ils font partie de ton village.

Et Géraldo d’ajouter, en conclusion : « Mais c’est super intelligent comme réflexion… les gens du village… c’est super ciste-ra ! » Raciste l’idée qu’un artiste ne viserait que les passionnés du genre ? Aucun rapport, aimerait-on s’exclamer. Sauf que le choix du mot « village », aux oreilles de Jean-Pierre Seck et Geraldo, ne sonnait pas comme un choix anodin. Comme le commente l’animatrice Princess Anies, réticente à cautionner le qualificatif de raciste, « si tu pousses le vice loin… ouais… ». Qu’est-ce qui fait que les uns seront tentés de «pousser le vice loin », quand d’autres préfèreront n’y voir qu’un fait anecdotique ? A n’en pas douter, l’intérêt à dramatiser le conflit. Mais est-ce le seul facteur en jeu ?

Revenons au cas de Médine. Dans le conflit entre 45 Scientific et Skyrock, on ne disposait ni de la version des faits du principal intéressé, ni surtout de ce que l’on pourrait appeler la scène inaugurale de l’offense. Au contraire, dans le conflit entre Médine et Laurent Bouneau, le propos incriminé est filmé, on peut l’écouter (et l’observer) sur cette vidéo (à partir de 7’43).

Les propos de Bouneau mêlent plusieurs arguments. Dans un premier temps, les chansons de Médine sont présentées comme trop dures, et / ou comme trop didactiques. Cette première séquence se conclut sur la formule sans appel : « je n’ai pas trouvé le morceau de Médine qui me plaisait ». Rien de plus logique, au fond, que cette invocation du goût personnel de la part d’un directeur des programmes dont les choix musicaux conditionnent une grande partie de l’audience de la radio qui l’emploie.

Relancé par l’intervieweur, Laurent Bouneau propose une nouvelle salve d’arguments. Au cœur de celle-ci, on trouve notamment l’idée que les chansons de Médine demanderaient un effort particulier pour être appréciées (l’occasion de glisser un compliment ambivalent sur l’artiste et son intelligence). L’argument est un classique des discours publics des radios commerciales (jeunes ou non), et a pu alimenter l’opposition à la loi sur les quotas de chanson au début des années 1990 ou justifier la diffusion intensive d’un petit nombre de titres à l’antenne.

Ces deux mouvements sont argumentés avec aplomb par un Laurent Bouneau au discours bien rôdé. Entre les deux arguments, pourtant, le propos est beaucoup plus hésitant. Les phrases se finissent plus rarement, les termes du raisonnement sont plus éliptiques. « Les albums de Médine sont très teintés… » de quoi ? « moi qui suis… euh… en quoi ça me touche ? » Moi qui suis quoi ? Le seul terme qui vient préciser ce flou sémantique est comme lâché à contre-cœur : « communautaire ». C’est ce mot sur lequel Médine, dans sa chanson, cristallise son indignation.

Les ambiguïtés de Laurent Bouneau lorsqu’il s’agit d’argumenter le caractère « communautaire » des chansons de Médine, couplées aux nombreux arguments affirmés, eux, avec aplomb avant comme après cette affirmation évoquent ce que Didier Fassin propose de décrire comme la dénégation d’un propos raciste (Fassin & Fassin 2009 : 144). « Je sais bien qu’il n’est pas légitime de dire que Médine et ses références ne me parlent pas à moi qui suis… (Blanc ?), mais quand même, ça ne parle pas à tout le monde (puisque ça ne me parle pas à moi), donc c’est communautaire, et d’ailleurs, c’est trop dur, trop didactique, trop pas neutre, trop intelligent, trop. »

Ce n’est là, évidemment, qu’une lecture possible. Pour reprendre la formule de Princess Aniès, tout dépend « si tu pousses le vice loin… » Médine, d’ailleurs, ne va pas jusqu’à interpréter explicitement le qualificatif « communautaire » comme la manifestation d’une discrimination raciste. Il juxtapose cependant, dans cette interview accordée à booska-p.com, deux arguments. Le premier, en forme de justification, explique pourquoi l’adjectif lui paraît faux.

Moi aussi, comme bon nombre d’internautes, j’ai vu l’interview de Laurent Bouneau, sur ton site, où clairement il taxe mon rap de communautaire, donc voilà, j’avais envie un peu de répondre à cette petite polémique-là. En disant que si je suis taxé de communautariste aujourd’hui – parce que je ne suis vraisemblablement pas communautaire ni communautariste, celui qui écoute mes albums de A à Z ne trouvera jamais à un moment donné un soupçon de communautarisme. Ce que je fais c’est de l’identitarisme. J’essaie de m’identifier, je me suridentifie peut-être, peut-être que je m’enferme dans un rôle, mais c’est parce que justement ce rôle-là on ne veut plus le voir exister en France, on ne veut plus de cette identité-là : jeune, issu de l’immigration, des quartiers populaires, musulman, mais pourtant, qui se revendique français.

Puis il argumente une autre idée :

Tous les artistes de ma génération, de Orelsan à Mac Tyer, tous ceux qui sont sortis plus ou moins en même temps que moi, ont eu en quelque sorte le droit d’être testé sur la radio Skyrock. En gros on a pris un de leurs morceaux, on l’a diffusé, et ça a eu son effet ou pas. […] Pourtant Médine a peut-être fait un meilleur score au niveau des chiffres, etc., et très sincèrement, ça ne doit pas me valoriser davantage par rapport à ces autres artistes-là. Mais malheureusement c’est les indicateurs de référence qu’utilisent les gens des radios. Aujourd’hui on regarde le top album, qui est-ce qui est là, qui est-ce qui est là…ok, ben Médine il a vendu tant de disques, presque 7 000 albums la première semaine. Logiquement, on devrait entrer dans une logique de partenariat avec les radios. Malheureusement on rentre pas dans cette logique de partenariat pour une raison qui est floue. Qui est obscure. On ne sait pas pourquoi. Est-ce que c’est le discours de Médine ? Est-ce que c’est l’image de Médine ? Bref. Est-ce que c’est les titres de Médine ? Moi je suis dans une position légitime de me poser la question : « comment ça se fait que les radios ne me diffusent pas, alors que tous les artistes de ma génération qui ont peut être vendu un peu moins que moi, sont diffusés ? ».

On trouve dans ce paragraphe un argumentaire caractéristique d’un sentiment de discrimination indirecte (voir l’article L122-45 du Code du travail, ainsi que ce rapport d’information au Sénat). La discrimination indirecte correspond à une situation où un écart de traitement est observable sans fondement recevable – en l’occurrence l’absence de testing sur une chanson d’un artiste comparable à d’autres artistes « testés ». Mais cette disposition du Code du travail s’applique aux relations entre un employeur et un salarié ou un candidat à un poste. Médine, en l’occurrence, n’est pas salarié par Skyrock, il n’est, selon le titre de sa chanson, qu’un « candidat libre » dans une industrie de la musique où les contrats salariés sont l’exception, et ne lient jamais un artiste à la radio qui est susceptible de diffuser ses œuvres.

Au delà du strict aspect juridique de la question, il y a quelque chose de bon à penser dans cette affaire. Le discours public de Laurent Bouneau, avec son invocation du caractère « communautaire » des chansons de Médine, semble avoir fait office de déclencheur dans l’expression par le rappeur d’un sentiment de discrimination. On peut éclairer les interprétations multiples auxquelles ces polémiques donnent prises à la lumière des remarques avancées par Didier Fassin dans l’ouvrage collectif De la question sociale à la question raciale ?. Il cite notamment le sociologue William E.B. Du Bois : « Entre moi et les autres, il y a cette question qui ne m’est jamais posée et qui pourtant est toujours dans l’air : qu’est-ce que cela fait d’être un problème ?… Et c’est vrai qu’être un problème est une étrange expérience. » Une expérience qui, selon lui, est au fondement d’une « double conscience » du monde social, renseignée par l’expérience intime de l’assignation raciste.

L’expérience intime ne vaut pas preuve irréfutable. Il serait tout aussi malvenu de la disqualifier par principe. Entre ce qui est subjectivement compris par ceux qui connaissent intimement une expérience et ce qui est objectivement argumentable, il y a un écart, une différence. Comme  le souligne Didier Fassin, « que les juges aient besoin de preuves pour condamner, on ne saurait le mettre en cause. Mais pour ce qui est du sociologue ou du citoyen, de l’historien ou du journaliste, ne pas entendre ce qui se joue dans cette différence de perception de la réalité, c’est renoncer à une certaine intelligence du monde social » (Fassin & Fassin 2009 : 44).