Auteur : Karim Hammou

0

Le carnet de recherche comme “lieu propre” numérique

Dans le cadre de la Journée anniversaire des dix ans d’Hypothèses, j’ai été invité à présenter un témoignage réflexif sur « Pourquoi et comment je bloggue ». Le texte qui suit est une reprise de la communication que j’ai proposé à cette occasion, le 8 janvier 2019. J’ai créé le blog Sur un son rap en décembre 2009 avec l’objectif de rendre visible les « usages hétérogènes du genre rap » dans le sillage d’une thèse de doctorat. Dix ans plus tard, ce blog ne ressemble pas du tout à ce que j’avais imaginé, et ce sont plutôt les usages que ses...

0

Le rap au Gabon : rencontre avec Alice Aterianus-Owanga

La première séance du séminaire « “Fight the power” ? Rapports sociaux de pouvoir et musiques hip-hop» s’organisait autour du livre d’Alice Aterianus-Owanga « Le rap, ça vient d’ici ! ». Musiques, pouvoir et identités dans la Gabon contemporain, publié en 2017 aux éditions de la Maison des sciences de l’homme. Alice Aterianus-Owanga, post-doctorante à l’Université de Lausanne, a commencé par un exposé qui revenait sur une dimension transversale de son livre, la question des rapports entre la scène rap et les autorités politiques au Gabon. En octobre 2016, à la suite d’élections présidentielles controversées, le rappeur Kobâ publie « Odjuku », un morceau qui dénonce...

0

Shine bright like a diamond in Academia

La question de l’accessibilité des recherches au sein du monde académique (et au-delà) est faite de dilemmes. Généralement, on part du principe que l’on publie pour être lu. Ce n’est pas toujours exactement vrai, mais quand c’est le cas, c’est une gageure. Car la production scientifique est plus prolifique (envahissante diront certains) que jamais, mais aussi plus opaque. Le problème, c’est la saturation d’informations. 32% des articles en sciences sociales ne seraient jamais cités, et 82% Karim HammouMore Posts – Website

0

Amazones, finie la (mâle) zone

Les rappeuses, dans les années 1990, sont le plus souvent contraintes d’obtenir une forme de validation par des hommes pour exister dans le monde du rap. Les hommes sont les gatekeepers, les « physio » de l’industrie musicale aussi bien que de l’underground hip-hop. La plupart des grands noms des années 1990 sont ainsi associées à des groupes ou des possee très majoritairement masculins. Saliha et Destinée peuvent compter sur l’appui du Mouvement Authentik, Sté Strausz sur ses aînés de la Mafia Undeground, Princess Anies sur le collectif DA System. Mais des femmes sont aussi parvenues à forcer les portes de ce...

0

Définition, genre, publics, industrie : échanges sur La Grenouille

En novembre dernier, le festival Umoja rassemblait un plateau impressionnant de rappeuses de toute la France pour ce qui était le premier festival queer et féministe hip-hop à Marseille. Le tout immortalisé par l’objectif de Graphijane. J’y participai pour présenter quelques portraits de femmes, parfois oubliées, qui ont fait l’histoire du rap. À cette occasion, Jonah Sénouillet a réalisé une interview pour l’émission Double Neuf sur Radio Grenouille. Jonah a fait un soigneux montage de notre échange fleuve (je suis bavard), qu’il a découpé en quatre parties Karim HammouMore Posts – Website

1

Rappeuses : où sont les stars ?

Alors que la nouvelle de la première place au top Billboard de la rappeuse états-uniennes Cardi B a fait le tour du web, depuis des années maintenant, la France ressemble à une morne plaine commerciale pour les rappeuses. Le constat, qui n’est tempéré que par le récent disque d’or de Shay1, a conduit la journaliste Eloïse Bouton, par ailleurs créatrice du site Madame Rap, à cette interrogation : Pourquoi il n’y eu aucune rappeuse mainstream en France depuis Diam’s ? S’en est suivi un échange que je reproduis ici, dont quelques extraits seront repris dans un article qu’Eloïse Bouton publie...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search