Perspectives esthétiques sur les musiques hip-hop

Après trois ans de travail de l’équipe du colloque Conçues pour durer, de plusieurs des personnes qui y ont participé, et de quelques autres, il est là : le premier livre issu du colloque, intitulé Perspectives esthétiques sur les musiques hip-hop et publié aux Presses universitaires de Provence.

En partenariat étroit avec l’équipe de la collection Chants Sons1, que nous tenons à remercier, cette publication souligne l’importance et la diversité des questions formelles au sens large que l’on peut aborder par le biais des musiques hip-hop. Innovation esthétique majeure des années 1970, ces musiques se renouvellent sans cesse depuis quarante ans à mesure qu’elles se sont disséminées à travers le monde entier. Il n’est pas inutile de mobiliser aussi bien la linguistique, la musicologie, la stylistique, la philosophie, et bien d’autres disciplines encore pour rendre compte des musiques hip-hop. Mais la démarche était aussi inverse : il s’agissait aussi de nourrir et renouveler ces disciplines à l’aide des savoirs pratiques ou théoriques nés du hip-hop lui-même. D’où l’importance de prendre au sérieux la contribution de professionnels et d’activistes du hip-hop, sous des formats variés : expériences de co-construction autour du beat-box avec Adrien Comtesse et Andro, retour réflexif sur sa pratique par une journaliste musicale avec Ouafa Mameche, analyse esthétique par Kohndo, etc.

Pour commander le livre, rendez-vous sur le site des Presses universitaires de Provence. Et si vous voulez un aperçu du copieux sommaire, rendez-vous à cette adresse !

Et parce que cet ouvrage collectif, comme le colloque avant lui, est plutôt un point de départ qu’un aboutissement, je souhaitais prolonger certains des sujets qu’il aborde : les étiquetages musicaux, la technique vocale, les liens entre rap et chant ou l’indissociabilité entre enjeux esthétiques et sociologiques. On trouvera des contributions importantes sur ces questions dans le livre – sur l’Auto-Tune avec Gabriel Leca ou la prosodie rappée avec Olivier Migliore2. Mais on peut aussi prolonger la réflexion grâce au point de vue de la chanteuse et rappeuse Nayra, avec qui j’ai réalisé un entretien en mai dernier.

 

Karim, pour Surunsonrap : Comment tu te définis du point de vue des genres musicaux ?

Nayra : En général, je dis que je suis chanteuse rappeuse. Quand on me demande quel genre de musique je fais, je dis rap RnB. J’assume absolument d’employer ces termes-là, parce que je connais le bagage culturel derrière. L’appellation « urbain » m’énerve. J’ai l’impression que c’est un fourre-tout où l’on met tout ce qu’on ne comprend pas trop, à partir du moment où c’est un peu noir, arabe ou banlieusard.

K. : Y a une autre étiquette dont je me demandais comment tu la voyais, c’est la notion de hip-hop. Est-ce que c’est quelque chose qui musicalement fait sens pour toi ?

N. : En fait, je suis dans une génération où ce terme est très peu utilisé. Pour revenir à mon expérience personnelle vis-à-vis de ce mot, je me rappelle que quand j’étais petite, quand on me disait hip-hop, c’était de la danse. Pour moi il y avait le rap, il y avait le RnB, et dans la danse, tout ce qui était en rapport avec ces genres-là, c’était le hip-hop. Et je sais que ce n’est pas du tout ça en soi, mais à chaque fois que j’ai entendu le mot hip-hop, ça venait de la bouche de vieux Blancs qui ne connaissaient pas grande chose à ce genre de musique. Et généralement c’était toujours employé de façon assez péjorative.

K. : Tu as commencé à te faire connaître par un tremplin découverte à Saint Denis…

N. : Oui. Je jouais déjà de la guitare, et je chantais avec ma cousine, et on a rencontré L’Deterr du groupe A2S grâce à ce tremplin. Ma cousine et moi, on était fan de Shay. Elle venait de sortir son premier morceau, on aimait trop.

Donc on s’est dit qu’on allait faire un truc inspiré de son refrain – « Izi money ! Izi life ! ». Et on est allée l’enregistrer dans le home studio de L’Deterr. C’était le premier son rap qu’on faisait, et on a commencé à se voir de plus en plus souvent, à travailler de plus en plus souvent ensemble. C’est devenu mon grand frère de son. Et je m’entendais aussi super bien avec sa femme, Sylvie. Elle était à fond derrière lui, elle cherchait des plans pour qu’il puisse faire une tournée, faire des premières parties, elle se cassait la tête sur Internet. Et du coup, je discutais avec elle de ça, donc y avait l’aspect management, même si ce n’était pas dit en ces termes, et puis il y avait aussi l’aspect technique vocale du rap avec L’Deterr. A chaque fois que je rentrais chez moi, je me disais : « il faut que j’écrive un texte mieux que lui. Il faut que je fasse un truc, les gens vont être choqués ».

J’ai continué à faire mes compositions de guitare, jusqu’au jour, où j’ai vu un concours sur Facebook pour gagner des instrus. Un pote participait au concours, et je me suis dit : « attends, y a tout Saint Denis qui le fait ! Moi aussi je vais le faire ! » Y avait aucune meuf… Du coup j’ai fait une vidéo, j’ai écrit le texte, c’était sur une même instru pour tout le monde, c’était le concept du concours. Bref j’ai kické, j’ai posté la vidéo, et dans le titre, je rappe mais je chante aussi. Le concours passe, et je gagne. On était trente, 29 mecs, la seule meuf. J’ai commencé à écrire des freestyles, à les publier sur les réseaux sociaux. Et au quartier, les gens me disaient : « ouais, Nayra, est-ce que tu peux venir faire un refrain ? » Ca me saoulait de ouf. « Je comprends, mais frère propose moi un couplet ! » [rires] Et du coup, je me posais souvent en bas au quartier avec des potes à moi. Et j’avais quelques potes qui rappaient, et souvent ça posait une baffle et ça lançait des instrus et ça rappait, ça rappait, ça rappait. Et y a un texte en particulier que j’ai écrit juste pour faire fermer la gueule à tous dans le quartier. Juste pour ça.  Il commence à faire son couplet, le refrain arrive. Je laisse deux mesures. Il me dit : « ben chante ! » Je le regarde, il me regarde, je laisse encore deux mesures, je le regarde, et là je lâche mon couplet. Et tout le monde est là : « ouah ! dinguerie ! mais mets ça sur Facebook ! »

K. : Le chant et le rap pour toi ça va ensemble, tu passes de l’un à l’autre en fonction tes envies… Est-ce que c’est comme ça depuis le début ?

N. : Ca a toujours été comme ça. On m’a appris qu’être féminine, c’est chanter, être douce, mais je n’étais pas féminine. Et je n’étais pas non plus pas féminine. J’étais à la fois un peu garçon manqué, mais il y avait quand même cette part de féminité en moi, et pour moi, la façon de l’exprimer, c’était de chanter. Donc qu’est-ce qui m’empêchait de rapper et de chanter ? C’est juste l’expression de ma personnalité, de cette dualité qu’il y a en moi.

K. : Y a un truc qui m’a frappé, c’est qu’un des premiers morceaux sur Youtube où tu chantes principalement, c’est ton remix de « 92i Veyron » de Booba, « 93i Veyron ». Tu fais le remix d’un morceau de rappeur qui chante avec de l’Auto-Tune, et de ton côté tu utilises très peu d’Auto-Tune. Quand Booba chante, qu’est-ce que tu en penses ? Comment ça interfère avec cette dualité dont tu m’as parlé ?

N. : En fait déjà, au-delà de « 93i Veyron » le remix, j’ai toujours remixé des titres de rappeurs dans le même style. J’ai toujours trouvé ça intéressant de me réapproprier les termes et de les changer. Je ne faisais pas des reprises, c’était vraiment des remix : je reprenais la mélodie, et je réécrivais le texte. Je gardais juste l’idée principale. Et en fait ça me faisait chier qu’on s’approprie un truc qui est censé être féminin. On m’a appris que c’était féminin de chanter. Et le pire, je crois, c’est que c’était des trucs où en général on rabaissait les meufs. Par exemple, je me rappelle que j’ai fait le remix de Black M, « Je ne dirais rien », titre qui, en gros, parlait d’une michto. Ca me révoltait d’avoir des titres comme ça, et que les meufs dans le public reprennent ça. Je me suis dit : « qu’est-ce qui t’empêche de recréer ces musiques-là, mais pour les meufs ? ». Donc ça a commencé par ça, et petit à petit, j’ai fait énormément de remix. Les gens ont commencé à me connaître un peu comme ça. « Bang bang » de Lartiste, « J’suis qu’une thug » de Lacrim… Ca a toujours été une sorte de moteur pour moi de démonter ce que faisaient les rappeurs pour le rendre accessible aux femmes. Dans ma vision des choses, je tenais tête aux rappeurs. C’était dans ma tête, hein !

K. : Oui, après la façon dont les gens le reçoivent ce n’est pas forcément… Enfin y a deux façons de le recevoir.

N. : Oui c’est ça. En général, ce qu’il se passe dans ta tête et ce qui est perçu, c’est deux choses totalement différentes, évidemment, et encore heureux ! Mais j’ai toujours eu ce truc, de challenge, « moi contre le rap français ».

K. : Quand tu as commencé à te passionner pour la musique, c’était encore une époque où le chant était cantonné au refrain dans le rap. Que ce soit un rappeur qui chante, parce que c’était déjà le début de l’Auto-Tune, ou une autre personne qui chante, c’était quand même seulement au refrain. Et du coup, petit à petit, les rappeurs se sont mis à chanter / rapper quasiment tout le long de leurs morceaux. Je trouve ça super intéressant ce que tu dis sur l’espèce de gêne que ça pouvait provoquer chez toi, de refus même : « mais vous faites quoi, là en fait ? Ce n’est pas à vous ça ! »

N. : J’te jure ! C’est exactement ça. Mais avec le recul, ça renvoie aussi à un refus qu’on me catégorise dans quelque chose qui ne me convient pas. C’est toujours comme ça, quand tu es une meuf, tu finis par être catégorisée. Et la case peut ne pas te convenir, mais de toute façon on s’en fout parce que t’es une meuf, et tout ce que tu peux faire c’est fermer ta gueule. Sauf qu’en fait je n’ai jamais réussi à respecter ces règles.

K. : Est-ce que tu as utilisé ou est-ce que tu comptes utiliser l’Auto-Tune à un moment ou à un autre ?

N. : Oui, je l’utilise. Je l’utilise mais ça ne s’entend pas ! Au début j’étais anti Auto-Tune, donc quand j’ai commencé mes premières expériences studio, j’évitais. Pour moi l’Auto-Tune c’était rédhibitoire, c’était tricher, ne pas être vraie. A l’époque aussi il y avait tout ces discours hyper négatifs autour de l’Auto-Tune. Quand Jul est arrivé avec, tout le monde se foutait de sa gueule. Et en fait avec le temps, j’ai eu accès à un autre niveau de studio et un autre niveau de professionnalisme. J’avais une vraie équipe, et c’était des gens qui s’y connaissaient, qui étaient dans le milieu depuis longtemps, qui savaient ce qu’ils font. En termes d’ingé son, en termes de technique d’enregistrement, ce n’était plus la même chose. Et avec cet aspect d’accompagnement, l’équipe imposait aussi ses idées. Donc quand moi je disais : « pas d’Auto-Tune », on m’a dit : « mais ma louloute, tu n’as rien compris à la vie ! » [rires] Du coup c’est à ce moment-là que j’ai vraiment commencé à bosser avec l’Auto-Tune, mais c’était de l’auto-tune qui me ressemble. Au départ, l’auto-tune c’est de la correction. Mais, à l’heure actuelle, c’est autre chose. Moi, ça me ramène du côté de mes références rebeu. Aujourd’hui je bosse sur mon propre logiciel, à la maison, et quand je bosse sur mon Auto-Tune, c’est en back. Par exemple je travaille sur les aigus, et j’ai l’impression de faire du rebeu. Et j’aime trop ça ! L’Auto-Tune pour moi c’est devenu de plus en plus important.

K. : Quand tu utilises l’Auto-Tune en back pour donner une sensibilité, ce n’est plus de la correction.

N. : Oui, je suis d’accord. Mais quand je pose une voix lead, je mets toujours de la réverb, et un peu d’auto-tune. Tu as trois seuils d’Auto-Tune en fait. Correct pitch, tu corriges juste légèrement, tu as le medium, et tu as le hard pitch. Le hard, il est vraiment hard ! [rires] Genre Booba quoi.

K. : Je vois. Tu ne peux pas rater que c’est de l’Auto-Tune.

N. :  Oui, c’est impossible. En tout cas quand tu le mets sur le degré le plus faible, c’est juste pour… Sur les voix lead je le mets, vraiment, pour corriger légèrement si y a une fausse note, et puis ça rend le truc plus mélodieux en fait. Et quand tu rappes avec un peu d’auto-tune ça défonce. A la base, l’Auto-Tune était utilisé pour corriger les fausses notes, éviter de perdre du temps à refaire des prises en studio, et puis au fur et à mesure, les gens se le sont approprié, et ils ont commencé à s’amuser avec. Et en fait c’est ce qui rend un son dansant. C’est devenu un instrument l’Auto-Tune. Ca donne de la musicalité, et en plus ça donne une structure à ta voix, et du soutien à l’instru. C’est entre la voix et l’instru, et c’est un pilier dans une chanson.

  1. Cette collection est co-dirigée par Perle Abbrugiati, Joël July et Jean-Marie Jacono. []
  2. C’est aussi le thème d’un passionnant dossier de la revue Volume! qui vient de paraître, et dans lequel on trouve des contributions sur différents genres musicaux, dont le rap avec, une nouvelle fois O. Migliore. []

Une réflexion sur « Perspectives esthétiques sur les musiques hip-hop »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.