Danser à Paris dans les années 1970-80

En matière de pratiques culturelles, le développement de la fréquentation des discothèques est sans doute l’évolution la plus notable, à la fin des années 1970, et elle passe totalement inaperçue des radars macro-sociologiques de l’époque, notamment des enquêtes sur les pratiques culturelles des Français. On peut y voir une confirmation de ce constat, formulé par Olivier Donnat et Augustin Girard :

Tout ce qui est réaction prometteuses, brèche à travers les inerties et les déterminants passés, innovation porteuse d’avenir, et qui est peut-être le plus important pour imaginer des politiques futures, s’écoule sans laisser de traces à travers les grosses mailles de ce type d’enquête1.

Absente de l’enquête de 1973, mais aussi de celle de 1981, la « sortie en boîte » est prise en compte pour la première fois en 1989, dans la catégorie « fréquentation des spectacles ». Elle apparaît alors immédiatement comme une pratique très répandue : 55% des Français y sont allés au moins une fois dans leur vie (80% des moins de 35 ans), et pour le quart de Français qui y sont allés dans l’année, c’est la deuxième pratique la plus fréquente, juste après les sorties au restaurant, et devant le cinéma ou le bal public.

Une cartographie de la fête à Paris

Ces nouveaux lieux d’expérience de la musique et de la danse jouent un rôle important dans le développement des nouveaux courants musicaux de l’époque – soul, funk, punk, disco, new wave, et à partir de la toute fin des années 1970, rap.Voir par exemple le témoignage de Bernard Bacos, auteur d’un site consacré au « Paris branché des années 70 », et à l’époque noctambule :

Le premier disque de rap que j’ai entendu, en dehors des Last Poets en 69, c’était ‘Rappers’delight’ par Sugar Hill Gang et je me souviens que c’était à l’ouverture de la Main Jaune en 79, une boîte porte de Champerret où on dansait en rollers skate2

À l’aide de quelques ouvrages témoignant de l’époque, j’ai tenté de recenser quelques uns des lieux de danse au tournant des années 1980, et  notamment ces premières discothèques qui se multiplient alors à Paris et sa proche banlieue. Évidemment, toutes n’avaient pas le même concept, ne passaient pas la même musique, et n’acceptaient pas les mêmes clientèles…


Afficher Danser à Paris de 1975 à 1985 sur une carte plus grande

Sur cette carte (à compléter ! chercheur-e-s, clubbers ou amateur-e-s, n’hésitez pas à apporter des précisions…) :

  • Des dancings ouverts dès les années 1930, et encore en activité dans les années 1970 : la Coupole, le Kiss Club, le Balajo ;
  • des clubs « sélect » créé au tournant des années 1960 (Régine, Castel, New Jimmy’s) ;
  • quelques night-clubs des années 1960-1970 comme la Locomotive (1960), la Bohême (attestée dès 1964), le Bus Palladium (créé en 1965), le Tour Club (1966), le Gibus (1967), le Sept (1968), la Casita (1970), le Nuage, le Club 18, le Scaramouche, le Bronx (qui ouvrent tous les quatre vers 1970), le Whisky à gogo (1972), le Colony (1973), l’Émeraude (créé au milieu des années 1970), Le Rocco Club (1974), l’Élysée-Matignon (1977) ;
  • les premières grandes discothèques : le Memphis (1968), le Chalet du Lac (dancing dès les années 1950 qui devient discothèque en 1973), la Main bleue (1976), le Palace, les Bains-Douches et la Scala (1978), la Main jaune (1979), le Pacific (1980), le BH et l’Opéra Night (créés en 1981), le Midnight Express (1982) ;
  • d’autres clubs ou boîtes de nuit, plus petites : le Rose Bonbon (1978), le Broad (1980 ?), le Tango (renouvelé par Serge Krüger à pratir de 1981), le Garage, le Haute Tension, le Ring, les 120 nuits (1983), le Soleil noir (1984) ;
  • et quelques autres dont je ne connais pas la date de création (le Black & White, le Régis’kaïa, le Madras Club, le Flash Back, le Keur Samba, le Bataclan, l’Apoplexy, le Rex Club, le Rayon Vert, le Safari Club, le Shirley, le Roméo Club, le Stadium…)

Des lieux dont je n’ai pas retrouvé l’adresse :  le Club d’O, le Toppers (sans doute vers Montparnasse), le Milord Mot, le Week-End, l’Observatoire, le Club 78, le Black Sugar, le Galaxie, le Navy, l’Addison Square Garden…

Sources :

  • José-Louis Boquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, Flammarion, 1998.
  • Daniel Garcia, Les années Palace, Flammarion, 1999
  • Alain Pacadis, Nightclubbing, Denoël, 2005
  • Vincent Sermet, Les musiques soul et funk, L’Harmattan, 2008
  • Bernard Bacos, Le Paris branché des années 1970, site web : http://paris70.free.fr/index.htm (consulté en sept. 2011)
  • Site l’Hexagone Gay, http://www.hexagonegay.com/region/paris80-discotheques.html (consulté en sept. 2011)

Crédit de l’image à la une : « Disco light » (cc-by-sa) Martin Fisch

  1. Nouvelle enquête sur les pratiques culturelles des Français en 1989, La Documentation Française, 1990, p. 9 []
  2. Réponse de B. Bacos à une question notée dans l’ancien livre d’or de son site. Consulté en sept. 2011. []

699 réflexions sur « Danser à Paris dans les années 1970-80 »

  1. Pour celles et ceux qui auraient connu, il me semble qu’ il y avait une boite du côté du temple, qui se nommait le Chevalier du temple un truc dans le genre, ça vous parle ?
    👍🏻

  2. Quelqu’un connaissais une petite boîte de nuit à Paris Helza Poppins , année 1973 qui jouée sole music fréquentez par beaucoup dAfro Américains de Paris . Merci infiniment . Alain

  3. Bonsoir alors le Navy était boulevard de l’Hôpital dans le 13ème. Mais surtout gros oubli de la Piscine rue de Tilsitt !!! Qui a fermé plutôt rapidement dommage. Après la Loco qui est devenue La Machine. Voili voilà ! et pour les fans de post punk et new wave il y a les soirée PNWP au Petit Bain 🙂

  4. L’Observatoire situé en dessous de l’Olympia, entrée
    Rue de Caumartin
    Le Club 78 , 78 Av des Champs Elysées, au fond d’1 galerie.

  5. Bonjour
    Et le Bastringue rue Hautefeuille
    Dans les annees 1976 1982
    J y allais apres avoir bu une sangria au 10 rue de l odeon…

    1. L’Adison square garden (pink club ou regis était le patron): rue du commandant mouchotte à côté de la tour Montparnasse.
      Il y avait aussi juste à côté le new-york new-york

  6. Bonjour, super cette initiative bravo à son créateur ! avec l âge on devient nostalgique,j ai mis les pieds pratiquement dans ttes les boîtes citées mais pour ma part c était principalement
    l étoile foch, le palace, le rex , le whisky a gogo c était petit mais quel ambiance le samedi soir et le dimanche après midi.

  7. Le manneken pis quartier de l’odéon très petit mais sympa non loin de là tour de Nesle discothèque également et proches toutes deux du Tabou !!! Trois boîte hyper sympa…

  8. C’est le livre sur Pacadis qui m’a emmené ici car je cherchais le Nashville par curiosité. Livre que je recommande vivement sur l’histoire de la scène parisienne des années 60 à 80. Bravo pour avoir mis la référence.

  9. Karim , dans les années 1973 , j’allais dancer dans une Boîte de nuit , la musique était presque toujours Soûl music en général c’était pour les ex pats afro américain , je me rappelle plus du nom , mais je crois que le nom est Helza Poppin . Thank you Karim . Love to hear From you . Your friend Alan

  10. Le Wagram, et un autre que le nom m’échappe qui était accessible par un escalier au sous sol,
    Jeune insouciante , sans objectif!
    Ayant lu des versets bibliques plus jeune , dans les années 90 la reality est que Dieu exist bien et qu’Il a un plan pour moi, et de même pour toi.
    Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse point et ai la vie éternelle” Jean 3:16
    Avant de considered de mettre de côté ce que je partage , as tu pense à ceci derrière chaque création il y a un créateur , un immeuble un ingénieur, un bon plat un cuisinier, un bon livre un auteur.
    La bible contient 66 livres 44 autheurs inspired par Dieu et bien plus à découvrir si tu le veut..,
    Nous sommes fait de trois parties , le corps, l’esprit et l’âme , alors il y a plus
    Jesus est ressuscite des morts et Il a beaucoup à dire
    Qui ne voudrait pas savoir ?

  11. Le Wagram, et un autre que le nom m’échappe qui était accessible par un escalier au sous sol,
    Jeune insouciante , sans objectif!
    Ayant lu des versets bibliques plus jeune , dans les années 90 la reality est que Dieu exist bien et qu’Il a un plan pour moi, et de même pour toi.
    Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse point et ai la vie éternelle” Jean 3:16
    Avant de considered de mettre de côté ce que je partage , as tu pense à ceci derrière chaque création il y a un créateur , un immeuble un ingénieur, un bon plat un cuisinier, un bon livre un auteur.
    La bible contient 66 livres 44 autheurs inspired par Dieu et bien plus à découvrir si tu le veut..,
    Nous sommes fait de trois parties , le corps, l’esprit et l’âme , alors il y a plus
    Jesus est ressuscite des morts et Il a beaucoup à dire
    Qui ne voudrait pas savoir ?
    Some people need to seriously repent , God is good and no matter what you can’t stop Him!

Répondre à Elahcene Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.