Archives par mot-clé : rock

Rap west coast : entre Fécamp et Bolbec (1)

L’Île-de-France et Marseille ont longtemps monopolisé le paysage médiatique du rap français. Pourtant, au moins depuis la diffusion nationale de « H.IP. H.O.P. » sur TF1 en 1984, il y a toujours eu des amateurs de hip hop et des rappeurs amateurs dans la plupart des villes de France. Presque trente ans après l’émission de Sidney, le label Din Record a définitivement mis Le Havre sur la carte du rap français médiatisé.

Mais à quelques kilomètres du Havre, du côté de Fécamp (20 000 habitants) et de Bolbec (12 000 habitants), le rap est aussi bel et bien présent. Ni en matière de pratique, ni a fortiori en matière d’écoute, le rap n’est réservé aux grandes métropoles. Emeric Baron et Hugues Pineau, deux étudiants en sociologie à Paris VIII ont réalisé un mémoire sur le sujet1, dont voici quelques résultats. Premier volet, les amateurs de rap.

Les auditeurs de rap en France

Les enquêtes du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français comme la recherche menée par Stéphanie Molinéro montrent que l’écoute du rap est particulièrement présente chez les jeunes générations (plus de 40% chez les 15-25 ans, 20% chez les 25-35 ans). Si elle caractérise particulièrement les jeunes hommes (44% des hommes de 15 à 30 ans), un nombre significatif de jeunes femmes en écoutent (29% des femmes de 15 à 30 ans).

CC by-nc-sa ©Amir Kuckovic 2010

La majorité des auditeurs de rap étant lycéens ou étudiants, il faut se tourner vers le ménage dont ils dépendent pour les situer socialement. Les auditeurs de rap sont plus nombreux en milieu populaire – 18% des personnes dont le  chef de ménage dont est ouvrier écoute du rap. Mais ils sont bien présents dans toutes les classes sociales – et représentent par exemple 9% des personnes dont le chef de ménage est cadre ou engagé dans une profession intellectuelle supérieure. Mais vue l’importance de la variable d’âge dans la répartition des goûts musicaux, cet indicateur demeure grossier.

Les goûts musicaux des lycéens de Fécamp

L’enquête de Baron & Pineau a été réalisée par questionnaire dans deux lycées – l’un public, et l’autre privé catholique. Sans surprise, le recrutement social du lycée privé se fait dans des milieux plus favorisés2  que dans le lycée public (42% d’ouvriers et d’employés contre 10% dans le privé).

Au total, 380 personnes ont répondu au questionnaire, portant à la fois sur les pratiques et goûts musicaux dans leurs ensemble et sur le rap plus particulièrement. En rapprochant le profil sociologiques des personnes ayant répondu au questionnaire de celui des lycéens de ces trois établissements dans leur ensemble, peu de biais apparaissent. La proportion d’hommes et de femmes et respectée, la répartition socio-professionnelle aussi. On note une légère sous-représentation des lycéens dans des filières technologiques ou professionnelles, qui représentent 27% des effectifs des lycées étudiés mais seulement 20% des questionnaires recueillis.

La génération 2010-2011 des lycéens de Fécamp a passé le cap du numérique. Internet est le premier média d’écoute musicale (87% des lycéens), devant la télévision (77%) et la radio (65%). La moitié à peine des lycéens étudiés utilise toujours des CDs – 88% des mp3.

Dans l’ensemble, on note peu de différences entre ces lycéens de Fécamp et les 15-20 ans de l’enquête du ministère de la Culture en 2008. Dans les deux cas, les genres musicaux préférés sont le R&B, le rock et le rap – dans une proportion similaire : environ 15% pour chacun de ces styles musicaux. Comme à l’échelle nationale, jazz et classique emportent moins de 1% des préférences.

Les lycéens amateurs de rap à Fécamp

Centrée sur les lycéens, l’enquête de Baron & Pineau permet de préciser l’hétérogénéité sociale des publics du rap à Fécamp. Comme à l’échelle nationale, les lycéens issus de milieux populaires (ouvriers, employés) écoutent plus souvent du rap que ceux issus des catégories supérieures. Mais Même chez ces derniers, le rap est un genre musical très écouté : 42% des enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures, 42% des enfants de professions intermédiaires, 44% des enfants d’artisans, commerçants et chefs d’entreprise, 52% des enfants d’ouvriers, 61% des enfants d’employés3.

Les Chœurs de l’Armée russe à l’Abbatiale de la Sainte Trinité : le seul concert annoncé à Fécamp sur cityvox et infoconcert.com

Reprenant la distinction entre consommateurs de rap, auditeurs occasionnels des morceaux les plus diffusés, et amateurs, plus investis dans la culture de leur goût pour le rap, assistant à des concerts, lisant la presse spécialisée, voire pratiquant en amateur4, les auteurs notent que la grande majorité des lycéens qui écoutent du rap sont peu investis.

L’une des singularités du rap la faible propension des amateurs de rap à se rendre à des concerts. Seuls 16% des auditeurs de rap vont à des concerts  contre 53% de l’ensemble des lycéens. Une des raisons avancées par les auteurs réside dans la faiblesse de l’offre locale de concerts pour ce style musical. Mais en ce qui concerne la lecture de la presse spécialisée, qu’elles soit en ligne ou dans les kiosques, le pourcentage n’est pas plus élevé : 16% également.

Les rappeurs les plus cités sont ceux qui sont les plus diffusés au moment de l’enquête : Soprano, Eminem, La Fouine, et dans une moindre mesure Booba et Mister You. Les rappeurs de la région arrivent derrière, et Zikr’s est le plus cités avant Médine – il faut dire que Zikr’s était lui-même lycéen dans l’un des établissements où les questionnaires ont été distribués, ce qui indique l’importance de la popularité moins régionale que locale dont un artiste amateur peut bénéficier.

Phenn feat. Zikr’s, Des mesures, 2012

  1. E. Baron et H. Pineau, Culture urbaine et zone rurale : l’implantation du rap à Fécamp, mémoire de L3 réalisé sous la dir. de Nicolas Jounin, 2011. []
  2. 31% de cadres et professions intellectuelles supérieures dans la nomenclature de l’INSEE, contre 21% dans le public. []
  3. L’écoute du rock ou du R&B fluctue dans une fourchette comparable – mais inverse dans le cas du rock, qui atteint 60% chez les CPIS et le PI contre 45% chez les ouvriers. []
  4. Stéphanie Molinéro, Les publics du rap, L’Harmattan, 2009. []

Patrimonialisation d’un genre musical (1)

Le webzine hip-hop l’Abcdrduson vient de publier un classement intéressant : il s’agit des « 100 classiques du rap français », autrement dit les chansons jugées les plus importantes de l’histoire du genre. Le classement, illustré avec une méchanceté talentueuse par l’équipe Haterz, est l’aboutissement d’un sondage mis en ligne pendant quelques mois, et auquel environ 700 internautes ont participé. C’est l’occasion de revenir sur un mouvement plus ancien que l’on pourrait décrire comme un travail de patrimonialisation.

Sur le carnet de recherche qu’il consacre au phénomène de patrimonialisation (immatérielle), Cyril Isnart souligne que

l’étude de la notion de patrimoine est sans doute l’une des voies les plus sûres qu’historiens et anthropologues peuvent emprunter pour analyser et décrypter le rapport des sociétés à leur passé, et notamment dans sa relation complexe et ambiguë avec la mémoire et l’histoire. Cependant, le patrimoine se présente également comme l’une des formes contemporaines de construction du rapport au présent et à la localité, aussi bien dans les terrains transnationaux qu’à l’échelle des communautés locales. (source)

Établir un classement comme celui que propose l’Abcdrduson est une façon de travailler, tout à la fois, l’histoire et la mémoire des chansons de rap. Mais de quelle société est-il question ? et de quelle localité ?

pari 1

Si le patrimoine dont il est question peut être dit immatériel (puisqu’il s’agit, pour l’essentiel, de musique), la localité n’est autre qu’un genre musical. La société en question est celle que nouent les discussions et les actions visant à faire advenir « du rap », à lui imprimer telle forme ou telle norme, à lui interdire telles autres. La société qui travaille sur son histoire et sa mémoire par le biais d’un tel sondage est ce que Tamotsu Shibutani appelait, dans les années 1950, un monde social – une aire culturelle dont les bornes ne sont pas le décalque de frontières territoriales (1955 : 566 ).

pari 2De façon intéressante, alors même que les débats sur nombre de forums d’amateurs font rage depuis des années pour déterminer si telle chanson est un « classique » ou, plus prosaïquement, une « merde », ce classement introduit une nouvelle variable. Il ne se contente pas d’avancer le point de vue plus ou moins légitime d’un expert en goût – l’équipe de l’Abcdr regorge pourtant de fins connaisseurs du rap et d’amateurs de longue date.

Le classement s’appuie sur une procédure « démocratique » pour s’arracher aux interminables batailles d’opinion opposant le goût de l’un au goût de l’autre. Il s’y arrache, mais ne le discrédite pas pour autant – le classement est lui-même l’occasion d’alimenter de nouveau ces batailles auxquelles les amateurs prennent un plaisir plus ou moins  avoué. Un mois après la parution du classement, le fil qui lui est consacré sur le forum de l’Abcdrduson enregistre plus de 300 réactions, et plusieurs membres de l’équipe du site ont consacré un article à la réhabilitation des « 5 oubliés » du sondage.

Le classement de l’Abdcrduson et les débats entre internautes s’ajoutent à une activité collective diffuse de patrimonialisation à laquelle contribuent bien d’autres acteurs. Les artistes sont par exemple des participants de premier plan qui, au travers de chansons notamment, s’inscrivent dans une tradition. Travaillant sur l’histoire de leur genre, ils en bâtissent la mémoire.

Samples et scratches peuvent s’interpréter comme autant d’hommages au présent visant à enrôler le passé. De même, les reprises de chansons ou de couplets : au cours de la seule année 2005, c’est le cas de Kennedy et Sinik sur la chanson Hardcore, de Sté dans « Le rap est ma vie » ou encore de K.Ommando Toxik sur tout un album, intitulé Retour vers le futur.

La technique du name-dropping peut servir les mêmes fins, comme dans cette chanson de Laurent Voulzi en 1977 et reprise à l’échelle d’un album entier en 2008.

Elle est particulièrement fréquente dans le rap français, qu’il s’agisse de canoniser son répertoire (comme Diam’s), de rapper sur l’instrumental de ses classiques (comme Bakar), de proposer une lecture aléatoire (comme Médine) plus ou moins sélective, ou de propager le son des puristes (comme Les Spécialistes). Tous ces raps – et beaucoup d’autres, de façon moins systématique – invoquent des chansons et des artistes du passé qui comptent à leurs yeux dans le présent. Car ce travail de remémoration vaut aussi, aux yeux des artistes, pour ce qu’il dit de ce qu’est aujourd’hui ou, plus exactement, de ce que devrait être aujourd’hui.

« Si j’rappe c’est pour les puristes » (Les Spécialistes, « Le son des puristes », 2005)

« Sais-tu vraiment ce qu’est le rap français ? / pas une machine à sous mais une machine à penser » (Médine, « Lecture aléatoire », 2006)

« Chaque époque a ses classique / new school old school peu importe / l’important c’est le respect de la musique » (Bakar, « Classic », 2005)

« Qui veut m’enseigner mon art / vas t’renseigner moi j’ai tout vu et entendu du haut de mon arbre » (Diam’s, « Mon répertoire », 2003)

Qu’il s’agisse d’amateurs éclairés souhaitant partager leurs goûts et leurs convictions, d’artistes visant à grandir leur nom et le genre dont ils se réclament, ou de l’équipe d’un webzine initiant un sondage, ce travail sur l’histoire est toujours situé, orienté, et sélectif.  Explorer cette piste me donnera l’occasion de revenir sur le classement de l’Abcdrduson – et de proposer un nouveau billet.