Archives par mot-clé : racisme

Au banc des accusés, le rap en procès

En juin dernier, Anthony Pecqueux, Djohar Sidhoum-Rahal1 et moi-même intervenions à la bibliothèque de l’Alacazar de Marseille autour d’un thème de recherche commun : les procès faits aux rappeurs, au sens propre comme au sens figuré. La condamnation il y a quelques jours de Youssoupha par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris illustre le thème.

À l’occasion de cette conférence, LaProvence.com a proposé à Anthony et moi un chat avec les internautes. L’exercice ne se déroulerait pas en direct, avec une pluie de questions venant en tous sens. Il s’agissait en fait d’une sélection d’une dizaine de questions réalisée par l’équipe du site, pour laquelle nous disposions d’une journée pour répondre, soit le temps, par exemple, de nous concerter… Exercice nouveau pour tous les deux, mais plutôt intéressant, notamment par la confrontation directe à des questions telles qu’elle se formulent dans les discussions ordinaires, et par la brièveté des réponses attendues.

richman13127. Bonjour , le rap ce n’est pas de la musique , c’est pour moi un appel a la haine de notre société , des forces de l’ordre , des minorités et le non respect total des femmes . Qu’en pensez vous ? merci pour votre réponse.

Il est difficile de soutenir que le rap n’est pas de la musique – sinon pour appeler « bruit » une musique que l’on n’apprécie pas. Le rap est un genre musical varié, dans lequel on trouve des œuvres dont les prises de positions esthétiques et politiques ne sont pas toutes les mêmes. Si votre question vise à contester la légitimité du rap comme « art », libre à vous – mais la majorité des rappeurs et des amateurs de rap conçoivent bel et bien ce genre comme une forme artistique, avec ce que cela implique d’élaboration esthétique, d’expérimentation formelle, de travail expressif – et aussi de diversité dans le talent des différents artistes.

Extrait du clip de Youssoupha Menace de mort (2011)

Vic. Incitation à la haine, refus de l’autorité, argent facile, sexisme, racisme, intégrisme, homophobie etc… Le Rap pour exister a t’il vraiment besoin de faire l’apologie des travers les plus négatifs de l’etre humain ?

Le rap fait moins l’apologie qu’il ne dépeint ces « travers » (éventuellement en mettant en scène des tentations, dilemmes, fantasmes, etc.). La palette des émotions humaines que les pratiques artistiques explorent ne se résume pas à l’amour et à la sérénité. Si la critique des institutions est fréquente dans les chansons de rap en France, l’apologie de l’argent facile est loin d’être dominante, et le soupçon de chansons intégristes ou racistes relève souvent du procès d’intention. Le sexisme et l’homophobie larvée ou explicite de la majorité des chansons sont réels, et appellent la critique – mais c’est moins une singularité du genre rap qu’un trait de l’ensemble de notre société, comme de récentes déclarations d’hommes politiques en témoignent.

Marseyye. Aux USA, des groupes de rap ont-ils aussi été condamnés ou bien mis à l’index pour des textes homophobes comme Sexion d’assaut ?

La situation aux USA est largement déterminée par l’existence du 1er Amendement de la Constitution qui déclare inviolable la liberté d’expression, de parole. Cela n’empêche pas cet amendement d’être toujours l’objet d’interprétations diverses, et certains rappeurs d’être poursuivis en justice voire condamnés (notamment le groupe 2 Live Crew en 1990). Cela a surtout conduit à l’apposition systématique sur les disques de rap de l’autocollant « Parental advisory: explicit content ».

Concernant l’homophobie plus précisément, le rappeur Eminem a longtemps été décrié à la fin des années 1990 pour l’utilisation fréquente d’injures à caractère homophobe; il les a d’ailleurs progressivement retirées de son vocabulaire. Ce sont surtout des artistes de raggamuffin comme Sizzla ou Capleton qui sont pointés pour leurs postures ouvertement homophobes (de nombreux concerts annulés).

alexandrie. Certains politiques (essentiellement UMP) ne servent-ils pas des textes violents de certains groupes de rappeurs pour leur propre propagande politique ?

Extrait du clip de Youssoupha Menace de mort (2011)

Dans certains cas, comme lorsque Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, a jeté l’opprobre sur le groupe Sniper, il s’agit clairement d’une manœuvre politicienne. Mais dans ce cas comme dans d’autres, on ne peut réduire ces actions à de la propagande : elles s’inscrivent dans un agenda politique moraliste et nationaliste plus vaste, qui fait partie du socle des convictions de certains hommes politiques de droite. Certains souhaitent ainsi multiplier les poursuites judiciaires, et durcir la législation sur la liberté d’expression.

badaboum. Quand le rappeur Orelsan se met dans le personnage d’un type qui bat sa femme à travers l’un de ses textes et que certaines villes le condamnent en annulant ses concerts, qui va trop loin dans la bêtise ?

On pourrait être tenté de répondre: la mairie qui retire le disque d’Orelsan de ses médiathèques alors que le disque ne contient pas les chansons en question… C’est arrivé à Paris en 2009. La question est bien entendu plus complexe que cela ; notamment, dans la façon dont vous la formulez (« se met dans le personnage… »), vous adoptez déjà un point de vue, qui est celui de la mise à distance des propos tenus dans la chanson par le biais de la fiction. Or, tous les auditeurs ne sont pas prêts à reconnaître cette mise à distance – en tous cas ne l’ont pas été dans le cas d’Orelsan.

petrus13. Quel est le public des groupes de raps aux textes les plus violents ? Essentiellement des personnes des banlieues difficiles ou alors s’agit-il de fans de tout horizon ?

Si l’on en croit la dernière enquête du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français, publiée en 2008, les amateurs de rap viennent de tous horizons, même si l’on peut relever une sur-représentation des milieux populaires (19% des ouvriers en écoutent souvent contre 10% des cadres et professions intellectuelles supérieures), des hommes (19% contre 11% des femmes – ce qui fait tout de même plus d’un tiers du public du rap) et surtout des jeunes (plus de 40% des moins de 25 ans contre moins de 10% des plus de 44 ans). Au sein du genre rap, il n’y a pas un groupe d’artistes particulier dont on pourrait dire qu’il est « le plus violent ». Les groupes de rap qui ont fait l’objet de controverses ont des publics différents, et toujours socialement diversifiés (Akhenaton, NTM, Sniper, La Rumeur, Mr R, Orelsan, Sexion d’Assaut…).

rififi. Le rap crée-t-il le même type de polémique (anti-flic, misogynie,…) dans le reste de l’Europe. Ou bien est-ce un épiphénomène français ?

Comme nous venons de le dire à propos des USA, la législation n’est pas la même partout, notamment à propos de la licence vis-à-vis des symboles d’une République ou d’un Etat (hymne national, drapeau, etc.). L’an dernier, un rappeur belge avait provoqué le même type de débats qu’en France pour avoir proféré dans une chanson: « J’épouserai le Maroc après avoir baisé la Belgique ». Dans un autre registre, il y a quelques mois, juste avant d’hériter de la présidence de l’Union Européenne, le gouvernement hongrois s’en est pris à une radio associative qui avait diffusé deux chansons du rappeur américain Ice-T avant 21h. On voit donc que même si les contextes législatifs varient d’un pays à l’autre, même si le rap y est diversement présent également, des polémiques et des procès peuvent émerger.

averell. Certains rappeurs ne cherchent-ils pas justement à être stigmatisés pour obtenir une aura supplémentaire, une notoriété qui leur permet de sortir du lot ?

C’est une possibilité que l’on ne peut exclure. En tout cas, le monde du rap est sujet à des formes de surenchère dans l’outrance qui reposent notamment sur certaines conventions artistiques : un exercice de style comme l’egotrip (auto-glorification de soi volontairement démesurée) ou la figure imposée de la punchline (phrase choc) contribuent notamment à radicaliser des paroles que d’autres genres musicaux traiteraient plus volontiers par l’euphémisme. Comme dans d’autres univers sociaux, il est possible que certains artistes (ou aspirants artistes) cherchent à attirer l’attention en suscitant un succès de scandale. Le calcul n’est pas forcément judicieux. Aucun groupe de rap reconnu, ne serait-ce qu’au sein du monde du rap, n’a jusqu’à présent obtenu de réelle reconnaissance principalement grâce à un scandale ou des démêlés judiciaires. Les procès sont coûteux en temps et en argent (quelle qu’en soit l’issue), et les refus ou déprogrammations de concerts ne servent ni la notoriété, ni le succès…

Extrait du clip de Youssoupha Menace de mort (2011)

Caribo. Est-ce une aberration d’autoriser l’exposition de Piss Christ à Avignon pour ensuite condamner certains propos dans les textes des rappeurs ? L’art n’est-il justement pas l’espace du débordement possible (et même vital) où les limites imposées par la loi, la « morale » doivent exploser l’espace d’une oeuvre ?

Effectivement, de nombreux artistes (musiciens, photographes, romanciers, peintres…) ont utilisé et utilisent encore leur art pour questionner les limites, de la loi, de la morale, de la politique, etc. Dès lors, ce sont précisément les débats qu’ils provoquent qui sont intéressants à scruter dans la mesure où ils contribuent à nous informer sur l’état de nos sociétés vis-à-vis de ces questions. Quand il est question non plus de débats, mais de destructions d’œuvres comme à Avignon, cela devient nettement moins intéressant…

grouchomarx. Peut-on faire un lien entre les groupes Punks (Sex pistols) des années 80 et le Rap aujourd’hui ? Est-ce le même genre de provocations ?

Plutôt qu’un lien direct, il faut comprendre que ces cultures musicales ont au moins en commun un même principe de base, celui du Do It Yourself (DIY): c’est-à-dire de chercher à développer des pratiques musicales sans long apprentissage formel préalable ni de lourd investissements économiques. Répéter avec son groupe de rock punk depuis son garage dans les années 1970, faire un disque de rap depuis sa MJC voire son home-studio dans les années 1990.

En France, on peut signaler les différents projets du groupe de rock expérimental Zone Libre avec des rappeurs (Casey, Hamé, Bjames), qui ont abouti à deux disques et de nombreux concerts où la radicalité des deux cultures musicales offre un mélange (jusque dans les publics) très intéressant.

  1. Juriste et co-auteur de l’album Identité en crescendo avec Rocé []

Racisme au travail

Véronique De Rudder et François Vourc’h, après de nombreux travaux sur la question, publient une contribution synthétique au sujet des discriminations racistes dans le monde du travail dans un ouvrage dirigé par Didier et Eric Fassin. La récente polémique entre le rappeur Médine et le directeur des programmes de Skyrock, Laurent Bouneau, est l’occasion d’effleurer cette difficile question pour le cas du rap.

Interviewé par le site booska-p.com, Laurent Bouneau, directeur des programmes de Skyrock, était amené à se justifier sur le choix de ne pas diffuser un certain nombre d’artistes.  Les arguments invoqués sont multiples, mais ce sont surtout ceux (nombreux et entremêlés) qu’il mobilise pour justifier l’absence de Médine sur les ondes de la station qui retiennent l’attention. Voici un extrait de l’interview en question (la vidéo complète se trouve plus bas) :

Médine… J’ai un problème c’est que j’ai pas le titre. Et que quoi qu’on en dise, Code barbe, je trouve que c’est trop dur. Le morceau ça me le fait pas. Donc la problématique que j’ai sur Médine, c’est sur le titre. Après je trouve que c’est un discours très didactique. C’est très… Voilà. Pour l’instant j’ai pas trouvé le morceau de Médine qui me plaisait. […] Je trouve que c’est un album qui est très… très… et puis très communautaire. C’est le problème aussi. C’est attention, il faut se servir de son identité, mais pour parler… moi je parle à l’ensemble d’une génération. C’est quand même des albums qui sont très teintés… qui sont je trouve très fortement… le parallèle avec les black panthers c’est pas neutre quand même. Mais la problématique, après, moi qui suis… euh… en quoi ça me touche ? Ca me touche pas ! Moi ce que j’ai besoin de Médine, c’est qu’à un moment il me fasse un morceau qui me touche. Pour l’instant, si tu veux, je l’écoute, il est intelligent, mais je dois faire un effort. […] C’est pas un truc qui est immédiat. Je fais un effort pour écouter. Quand je fais un effort, ça devient vraiment intéressant. Mais sur un morceau qui est joué dans la journée, il faut quelque chose… qui nous rassemble tous.

medine-code barbe

Le rappeur a reçu le message, et l’a plutôt mal pris. Il répond de deux manières, par le biais d’une interview accordée, toujours, à booska-p.com, et par l’intermédiaire d’une chanson, publiée dans la réédition de l’album Arabian Panther.

Avant d’examiner l’échange d’arguments, de Médine à Laurent Bouneau, prenons le temps d’un petit détour par un autre conflit comparable. Il oppose, quelques années auparavant, le label 45 Scientific au même Laurent Bouneau. Sur la radio parisienne Générations 88.2, dans l’émission Générations 2000  animée par Bob et Princess Anies, des membres du label indépendant 45 Scientific (Jean-Pierre Seck et Geraldo) évoquaient, en 2002, le conflit qui les opposait à Skyrock autour de la promotion d’un nouvel album du rappeur Booba, produit par le label. Jean-Pierre Seck explique :

On a eu un rendez-vous avec Laurent Bouneau pour l’album de Booba. Il a dit qu’il voulait pas le jouer, qu’il trouvait ça trop hardcore, que Booba s’attaquait à trop de lobby. Bref. Il nous a dit clairement moi ce que j’attends de vous, c’est un single pour vous jouer. […] Il a dit : « Booba il rappe pour le village ». On lui dit c’est quoi le village ? c’est quoi ton village, tu veux dire quoi par c’est du rap de village ? « Je veux dire il s’adresse qu’au milieu hip hop et il parle qu’à la communauté hip hop ». Bah déjà tu as une radio qui s’appelle premier sur le rap, donc les gens qui t’écoutent c’est des gens du hip hop. Donc ils font partie de ton village.

Et Géraldo d’ajouter, en conclusion : « Mais c’est super intelligent comme réflexion… les gens du village… c’est super ciste-ra ! » Raciste l’idée qu’un artiste ne viserait que les passionnés du genre ? Aucun rapport, aimerait-on s’exclamer. Sauf que le choix du mot « village », aux oreilles de Jean-Pierre Seck et Geraldo, ne sonnait pas comme un choix anodin. Comme le commente l’animatrice Princess Anies, réticente à cautionner le qualificatif de raciste, « si tu pousses le vice loin… ouais… ». Qu’est-ce qui fait que les uns seront tentés de «pousser le vice loin », quand d’autres préfèreront n’y voir qu’un fait anecdotique ? A n’en pas douter, l’intérêt à dramatiser le conflit. Mais est-ce le seul facteur en jeu ?

Revenons au cas de Médine. Dans le conflit entre 45 Scientific et Skyrock, on ne disposait ni de la version des faits du principal intéressé, ni surtout de ce que l’on pourrait appeler la scène inaugurale de l’offense. Au contraire, dans le conflit entre Médine et Laurent Bouneau, le propos incriminé est filmé, on peut l’écouter (et l’observer) sur cette vidéo (à partir de 7’43).

Les propos de Bouneau mêlent plusieurs arguments. Dans un premier temps, les chansons de Médine sont présentées comme trop dures, et / ou comme trop didactiques. Cette première séquence se conclut sur la formule sans appel : « je n’ai pas trouvé le morceau de Médine qui me plaisait ». Rien de plus logique, au fond, que cette invocation du goût personnel de la part d’un directeur des programmes dont les choix musicaux conditionnent une grande partie de l’audience de la radio qui l’emploie.

Relancé par l’intervieweur, Laurent Bouneau propose une nouvelle salve d’arguments. Au cœur de celle-ci, on trouve notamment l’idée que les chansons de Médine demanderaient un effort particulier pour être appréciées (l’occasion de glisser un compliment ambivalent sur l’artiste et son intelligence). L’argument est un classique des discours publics des radios commerciales (jeunes ou non), et a pu alimenter l’opposition à la loi sur les quotas de chanson au début des années 1990 ou justifier la diffusion intensive d’un petit nombre de titres à l’antenne.

Ces deux mouvements sont argumentés avec aplomb par un Laurent Bouneau au discours bien rôdé. Entre les deux arguments, pourtant, le propos est beaucoup plus hésitant. Les phrases se finissent plus rarement, les termes du raisonnement sont plus éliptiques. « Les albums de Médine sont très teintés… » de quoi ? « moi qui suis… euh… en quoi ça me touche ? » Moi qui suis quoi ? Le seul terme qui vient préciser ce flou sémantique est comme lâché à contre-cœur : « communautaire ». C’est ce mot sur lequel Médine, dans sa chanson, cristallise son indignation.

Les ambiguïtés de Laurent Bouneau lorsqu’il s’agit d’argumenter le caractère « communautaire » des chansons de Médine, couplées aux nombreux arguments affirmés, eux, avec aplomb avant comme après cette affirmation évoquent ce que Didier Fassin propose de décrire comme la dénégation d’un propos raciste (Fassin & Fassin 2009 : 144). « Je sais bien qu’il n’est pas légitime de dire que Médine et ses références ne me parlent pas à moi qui suis… (Blanc ?), mais quand même, ça ne parle pas à tout le monde (puisque ça ne me parle pas à moi), donc c’est communautaire, et d’ailleurs, c’est trop dur, trop didactique, trop pas neutre, trop intelligent, trop. »

Ce n’est là, évidemment, qu’une lecture possible. Pour reprendre la formule de Princess Aniès, tout dépend « si tu pousses le vice loin… » Médine, d’ailleurs, ne va pas jusqu’à interpréter explicitement le qualificatif « communautaire » comme la manifestation d’une discrimination raciste. Il juxtapose cependant, dans cette interview accordée à booska-p.com, deux arguments. Le premier, en forme de justification, explique pourquoi l’adjectif lui paraît faux.

Moi aussi, comme bon nombre d’internautes, j’ai vu l’interview de Laurent Bouneau, sur ton site, où clairement il taxe mon rap de communautaire, donc voilà, j’avais envie un peu de répondre à cette petite polémique-là. En disant que si je suis taxé de communautariste aujourd’hui – parce que je ne suis vraisemblablement pas communautaire ni communautariste, celui qui écoute mes albums de A à Z ne trouvera jamais à un moment donné un soupçon de communautarisme. Ce que je fais c’est de l’identitarisme. J’essaie de m’identifier, je me suridentifie peut-être, peut-être que je m’enferme dans un rôle, mais c’est parce que justement ce rôle-là on ne veut plus le voir exister en France, on ne veut plus de cette identité-là : jeune, issu de l’immigration, des quartiers populaires, musulman, mais pourtant, qui se revendique français.

Puis il argumente une autre idée :

Tous les artistes de ma génération, de Orelsan à Mac Tyer, tous ceux qui sont sortis plus ou moins en même temps que moi, ont eu en quelque sorte le droit d’être testé sur la radio Skyrock. En gros on a pris un de leurs morceaux, on l’a diffusé, et ça a eu son effet ou pas. […] Pourtant Médine a peut-être fait un meilleur score au niveau des chiffres, etc., et très sincèrement, ça ne doit pas me valoriser davantage par rapport à ces autres artistes-là. Mais malheureusement c’est les indicateurs de référence qu’utilisent les gens des radios. Aujourd’hui on regarde le top album, qui est-ce qui est là, qui est-ce qui est là…ok, ben Médine il a vendu tant de disques, presque 7 000 albums la première semaine. Logiquement, on devrait entrer dans une logique de partenariat avec les radios. Malheureusement on rentre pas dans cette logique de partenariat pour une raison qui est floue. Qui est obscure. On ne sait pas pourquoi. Est-ce que c’est le discours de Médine ? Est-ce que c’est l’image de Médine ? Bref. Est-ce que c’est les titres de Médine ? Moi je suis dans une position légitime de me poser la question : « comment ça se fait que les radios ne me diffusent pas, alors que tous les artistes de ma génération qui ont peut être vendu un peu moins que moi, sont diffusés ? ».

On trouve dans ce paragraphe un argumentaire caractéristique d’un sentiment de discrimination indirecte (voir l’article L122-45 du Code du travail, ainsi que ce rapport d’information au Sénat). La discrimination indirecte correspond à une situation où un écart de traitement est observable sans fondement recevable – en l’occurrence l’absence de testing sur une chanson d’un artiste comparable à d’autres artistes « testés ». Mais cette disposition du Code du travail s’applique aux relations entre un employeur et un salarié ou un candidat à un poste. Médine, en l’occurrence, n’est pas salarié par Skyrock, il n’est, selon le titre de sa chanson, qu’un « candidat libre » dans une industrie de la musique où les contrats salariés sont l’exception, et ne lient jamais un artiste à la radio qui est susceptible de diffuser ses œuvres.

Au delà du strict aspect juridique de la question, il y a quelque chose de bon à penser dans cette affaire. Le discours public de Laurent Bouneau, avec son invocation du caractère « communautaire » des chansons de Médine, semble avoir fait office de déclencheur dans l’expression par le rappeur d’un sentiment de discrimination. On peut éclairer les interprétations multiples auxquelles ces polémiques donnent prises à la lumière des remarques avancées par Didier Fassin dans l’ouvrage collectif De la question sociale à la question raciale ?. Il cite notamment le sociologue William E.B. Du Bois : « Entre moi et les autres, il y a cette question qui ne m’est jamais posée et qui pourtant est toujours dans l’air : qu’est-ce que cela fait d’être un problème ?… Et c’est vrai qu’être un problème est une étrange expérience. » Une expérience qui, selon lui, est au fondement d’une « double conscience » du monde social, renseignée par l’expérience intime de l’assignation raciste.

L’expérience intime ne vaut pas preuve irréfutable. Il serait tout aussi malvenu de la disqualifier par principe. Entre ce qui est subjectivement compris par ceux qui connaissent intimement une expérience et ce qui est objectivement argumentable, il y a un écart, une différence. Comme  le souligne Didier Fassin, « que les juges aient besoin de preuves pour condamner, on ne saurait le mettre en cause. Mais pour ce qui est du sociologue ou du citoyen, de l’historien ou du journaliste, ne pas entendre ce qui se joue dans cette différence de perception de la réalité, c’est renoncer à une certaine intelligence du monde social » (Fassin & Fassin 2009 : 44).