Archives par mot-clé : Princess Aniès

De l’autre côté du média

J’ai passé beaucoup de temps, au cours de mes recherches, à scruter des programmes télévisées, à disséquer des articles de presse, à écouter attentivement des émissions de radio, ou à suivre des artistes qui étaient médiatisés (à des degrés divers) et à discuter avec eux de leurs bonnes et moins bonnes expériences. Avec la publication d’Une histoire du rap en France, et la promotion qui accompagne cette sortie, je passe en quelque sorte de l’autre côté, et c’est une curieuse expérience (à laquelle on s’habitue vite).

« Alice Through the Looking Glass » par Colin Smith (CC-by-sa)

En décembre, pas mal de coups de projecteurs sur le livre, qu’il s’agisse de presse ou de radio.

Jean Birnbaum a réalisé et publié pour Le Monde des livres un entretien intitulé « Quand le rap se la joue fiction » (7/12), Maxime Gueugnau a réalisé une interview pour Kiblind (12/12) tandis que Sophian Fanen et Damien Dole m’ont fait revenir pour Libération sur « le clivage (supposé) entre rap cool et hardcore » (24/12).  L’annonce de la sortie du livre a été relayée par le webzine musical L’Abcdrduson (5/12), Next, le supplément culturel de Libération (8/12), l’hebdomadaire Politis (13/12), l’hebdomadaire de Force Ouvrière (19/12), le trimestriel culturel La Scène (déc. 2012- févr. 2013).

France Culture a largement relayé la sortie du livre. Après l’émission « Soft Power » de Frédéric Martel (25/11), j’ai été invité avec Olivier Cachin dans « Les matins » de Marc Voinchet (14/12) et « Movimento », émission de Jeanne-Martine Vacher (diffusée le 15/12), tandis que Jean Birnbaum évoquait le livre dans sa chronique hebdomadaire, « Tout feu, tout flamme » (6/12). Le Mouv a également présenté l’ouvrage (3/12)

Sur France Inter, Laurence Luret a consacré sa chronique, « Parenthèse » au livre (30/12). L’introduction de la chronique, dialoguée entre L. Luret et Patricia Martin, qui anime l’émission dans laquelle la chronique s’inscrit, avait quelque chose de familier :

– Alors Patricia, si je vous dis Booba, Sniper, La Rumeur ou NTM, vous me répondez ?
–  Je vous réponds rap. NTM vous voulez que je vous dise ce que ça signifie ? Parce que ma maman est à l’écoute, ça m’embête un peu.
– D’accord… Alors comme je vous imagine très bien, Patricia, écouter du rap dans votre salon…
– Oh oui  ! Régulièrement !
– …tout de suite, pour vous donner une idée, un morceau de REDK et Soprano, ça s’appelle « À plumes ouvertes ».

J’ai eu l’impression de retrouver, vingt ans plus tard, l’échange entre Claude Sérillon et Bernard Pivot que j’avais ausculté pour mon analyse de la médiatisation télévisuelle du rap au début des années 1990.

– Bernard Pivot, un B.Boy, c’est quoi ?
– Ah, je ne sais pas ce que c’est un B.Boy.
– Et un rapeur, vous savez ce que c’est ?
– Ah ben si, écoutez, on vient de l’entendre…
– Est-ce que vous savez ce qu’est un keuf?
– Euh… keuf… non.
– Alors est-ce que ces mots risquent de se retrouver demain dans la dictée…
– Aucune chance.1

J’aurais au moins eu le plaisir d’entendre REDK sur France Inter.

En ce mois de janvier, c’est au tour du magazine d’Africultures.com, Afriscope , et du Journal du CNRS de relayer la sortie du livre (janv.-fév. 2013). J’ai participé, en compagnie de Princess Aniès, à « La grande matinale » de Phil Le Montagnard sur la radio Africa n°1 (24/01), tandis que Ventilo (23/01), magazine culturel des Bouches-du-Rhône, et le blog Samarra (26/01), ont publié chacun une interview autour du livre.

Et cette semaine aussi, le site Lectures publie le premier compte-rendu académique du livre.

  1. « Une fois par jour », émission présentée par Claude Sérillon sur Antenne 2 le 23 novembre 1990. []

Histoire(s) du hip-hop féminin en France

Les ouvrages de référence sur le rap, qui ne sont pas nombreux d’ailleurs, n’accordent que quelques pages aux filles du mouvement. Mais lorsqu’ils abordent le thème des rappeuses françaises, tous sont unanimes pour expliquer les difficultés qu’elles ont à s’intégrer et à se faire reconnaître par leurs homologues masculins. […] Le sujet des rappeuses n’a donc pas à l’heure actuelle été étudié par les sociologues1.

Ce constat a peut-être enfin trouvé un début de réfutation avec la publication, ce mois-ci, de Fly Girls : Histoire(s) du hip-hop féminin en France2. Fly girls, équivalent au féminin de l’expression b. boys, désigne les membres du mouvement hip hop.

L’ouvrage est co-signé par Antoine Dole et Sté Strausz. Cette dernière est l’une des premières rappeuses françaises, auteure d’un mini album réalisé en indépendant et publié en 1994, puis de deux albums (1998 et 2005). L’écart entre le premier et le second album témoigne des difficultés que cette artiste a rencontré dans sa carrière, difficultés qu’elle mettait en musique dans le premier titre extrait et de son dernier album : « Ma vie ».

Avant de pouvoir en dire plus sur ce livre, voilà quelques notes d’un petit cybertour d’horizon de quelques documents intéressants sur la question. Tout d’abord, sur le blog de La méduse, une discussion dont on espère qu’elle va se poursuivre autour du « corps viril du rap » – perçu et disséqué depuis les oreilles d’une amatrice du genre. Bien qu’il ne porte pas sur la question du genre, j’en profite  pour glisser ici un lien vers un autre article réflexif d’un amateur de rap, celui de Chivain, qui s’interroge sur « le rapport des classes moyennes anarchisantes évoluant dans le milieu DIY (« nous » ?) au mouvement hip hop ».

Revenons-en au genre. Le magazine Anattitude mérite le détour. Cette publication consacrée à l’ensemble des disciplines du hip-hop dans le monde vise à présenter « the female side of hip hop ». Parmi les quatre numéros publiés depuis 2005, on peut noter le n°2 qui présente quelques portraits de femmes évoluant dans le hip-hop parisien. Il est écrit en bilingue (français / anglais) et, ce qui ne gâche rien, on peut le consulter entièrement via la plateforme issuu.com.

Outre l’incontournable Princess Aniès, on découvre notamment les danseuses Dhaam de coeur, Zou, les graffeuses Lenie et Kenza, et la réalisatrice Keira Maameri. L’un des documentaires de cette dernière, s’intitule On s’accroche à nos rêves et décrit lui aussi la trajectoire de quelques fly girls française. Au programme du trailer du documentaire, un extrait du titre « Qui est le sexe faible » de Princess Aniès et Tepa (qui formaient le duo Les Spécialistes), suivi de quelques interviews et d’une performance impressionnante de DJ Pom… Pour cette version enflammée de « Jump around » de House of pain, c’est ici !


Keira | MySpace Vidéo

  1. Anne-Sophie Davy, Le rap au féminin : une quête impossible ?, mémoire réalisé à l’IEP de Grenoble, 2003, p.6 []
  2. éd. Au diable vauvert []