Archives par mot-clé : funk

Bienvenue Chez Roger la Frite

Le téléscopage de deux commentaires et d’un magnifique enregistrement évoquant le funk et les soirées au Globo dans les années 1980 m’ont donné envie de revenir sur cet épisode de l’histoire de la danse à Paris, et accessoirement de l’appropriation du hip hop en France.

Imaginez une scène des tontons flingueurs, à la cuisine bien entendu, en train de découper le sauciflard en sirotant une chose liquide transparente qui fume et se décarcasser les neurones pour trouver le nom de ce  qui pourrait être le casse du siècle, à Paris, en matière d’événementiel musical. Parce que sur ce coup particulier, il s’agit d’imaginer pour les soirées l’intitulé le plus unfunky de toute la planète. Loïc Dury1 finit par envoyer celui de Chez Roger la Frite, et là, Massadian attrape l’enseigne au vol. L’aventure du Globo et de Chez Roger boîte Funk vient de commencer.2

Naomi, du groupe Ladies Night.
Photographie de Yoshi Omori, extrait de Mouvement, 19/80 Editions.

D’après Jacques Massadian, la première soirée Chez Roger a eu lieu en février 1987 à L’Étoile. « A L’Étoile, ils ont flippé comme des rats, parce qu’ils ont vu plein de Blackos arriver et ce n’était pas franchement leur feeling. Et puis il y avait beaucoup de monde, c’était trop petit3 ». Les soirées s’organisent donc à partir de mars4 au Globo, boulevard de Strasbourg. De 22h à 6h du matin, pour 40 francs (6 euros) l’entrée. Les soirées sont organisées chaque semaine jusqu’à fin juillet 1987, et réunissent à chaque fois de 1 000 à 4 000 personnes. « Dans cette foule racailleuse à souhait, si uniforme et diverse que j’ai du mal à distinguer le fils à papa et le gangster, les peoples évoluent comme des poissons dans un bassin d’eau claire. On ne les calcule pas, ils viennent en touristes et sont intégrés à merveille dans la mosaïque humaine. Le cocktail fonctionne à merveille5. »

A la rentrée 1987, Massadian veut officialiser les soirées, en faire « une espèce de club officiel du funk à Paris6 » explique Joseph Guigui, avec inscription payante, formulaire à remplir et photo d’identité. Dee Nasty, quant à lui, demande à être mieux payé. Les divergences entre les organisateurs – les « frères Body & Soul » conduisent à leur séparation. Les soirées se poursuivent sans Dee Nasty et deviennent plus exclusivement rap, sous la houlette de Massadian. Ce dernier explique : « La boîte a changé de feeling et c’était au moment où ça commençait à se durcir sans excès, mais un petit peu quand même. Il y avait toujours autant de monde, mais il y avait moins de filles, moins d’ambiance7 » Trois mois plus tard, Massadian fait de nouveau appel à Dee Nasty.

Les soirées s’arrêtent en mars 1988, à la suite de quelques bagarres devant le Globo. La pression de la police y est pour beaucoup. Jacques Massadian est convoqué au commissariat du 10e arrondissement, les patrouilles et les contrôles d’idendité se multiplient aux abords de la boîte de nuit. La dernière soirée Chez Roger Boîte Funk se fera avec Public Enemy.

Flavor Flav (Public Enemy)
Photographie de Yoshi Omori, extrait de Mouvement, 19/80 Editions.

Ici c’est funk, pas fenk !

Merci à Woody qui a conservé puis numérisé cet extrait d’une émission de Radio Nova diffusée en 1987 et annonçant une soirée Chez Roger Boîte Funk. Cet enregistrement vient s’ajouter aux autres documents cités jusqu’ici : l’ouvrage passionnant et richement illustré que les éditions 19/80 ont publié cette année, Mouvement. Du terrain vague au dance floor, 1984-89 ; le livre de référence de José-Louis Bocquet et Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, publié il y a 15 ans maintenant, avec des témoignages de Loic Dury, Jacques Massadian, Dee Nasty et Joseph Guigui.

Comme le soulignait Christophe Rubin, « dès qu’on cherche des dates précises et des noms de participants, on tombe souvent dans des versions un peu contradictoires. Des versions liées à la reconstruction de souvenirs (bien réels mais revus à travers la subjectivité de chacun) et en même temps à la construction d’un mythe fondateur pour établir l’importance du mouvement hip-hop. » Grâce à la multiplication de ces publications, et aux contributions d’amateurs comme Woody, on peut passer de la mémoire à l’histoire, en recoupant les témoignages rétrospectifs, en les confrontant aux documents de l’époque dont on dispose encore, et en maintenant le récit ouvert aux nouveaux documents susceptibles de préciser ou de réviser les versions que l’on tenait pour acquises.

Si quelqu’un a une explication sur la mystérieuse distinction entre « funk » et « fenk », je suis preneur…

Retranscription

Bintou Simporé ((Animatrice sur Radio Nova.)) : L’ambiance chez Roger Boîte Funk, on la commence dès ce soir dans Tcha tcha boom, et puis en plus ce soir il devrait y avoir des personnes importantes comme Afrika Bambaataa, etc. Alors, Chez Roger c’est organisé par les frères Body & Soul, ils sont sept, Laurent8, Jacques – Jacques Massadian -, Stéphane9, Loïc10, Joseph11, Christian – Christian Perrot – et Dee Nasty12. Alors on les a rencontré, ils nous ont fait une programmation.

[…]

L’un des « frères Body & Soul » : Chez Roger Boîte Funk, c’est avant tout un désir de fan. C’est avant tout soudé par le groove. Le groove, c’est le sillon qui t’emporte dans le bas du ventre, dans le bas du rein, et qui permet de danser pendant des heures, et de te transcender. En fait c’est presque religieux, un désir religieux, c’est un désir de transe, un désir de gens qui sont là dans la vie de tous les jours, qui s’emmerdent, et qui ont envie de se libérer de toute cette pression, et la meilleure façon, c’est la danse.

Un autre « frère » : Chez Roger Boîte Funk, c’est pour tous ceux […?…] funky.

Le premier : Maintenant on a pas le choix, ou on devient terroriste on prend un flingue, ou alors… on sait plus ce qu’on fait, et finalement la meilleure des résolutions c’est par la danse.

Un « frère » Body & Soul : Y a des boîtes où on entend de la funk, mais c’est mal assimilé. A savoir que… dès qu’on entend funk, on pense fenk. Avec un « e ». en fait non, c’est pas ça, c’est avec un « u ». C’est très important la différence.

Bintou Simporé : Chez Roger on fait la différence ?

Un « frère » Body & Soul :  Ah non, Chez Roger c’est un funk avec un « u », et pas avec un « e ».

[…]

Un « frère » Body & Soul : Alors ça c’est un titre des Bar Kays, qu’on est obligé de passer comme tant d’autres. Et on passe celui là parce qu’il est vraiment très bien. C’est de la pure funk et le bassiste, c’est un tueur. »

Loïc Dury : Le funk comme on l’entend nous c’est la musique qui part des tripes. Évidemment, c’est d’obédience noire,  parce qu’il y a le côté danse, et que dans le rock et la musique française et tout, y a pas de côté lascif, y a pas de côté danse… libérée. Sexe. Où le sexe est vraiment présent. Et le funk ça nous permet de libérer toutes ces pulsions, justement, et je crois pas qu’on peut lasser. Avec en plus quelqu’un comme Dee Nasty qui retravaille tous les disques, et à chaque fois on va jamais réentendre le même disque, il va le triturer d’une certaine façon selon l’ambiance qu’il y a, selon le groove dans lequel rentre les danseurs. Il pourra toujours changer et s’adapter à eux, et eux s’adapter à Dee Nasty.

Bintou Simporé : Joseph, qu’est-ce qui vous a donné l’idée de créer Chez Roger Boîte Funk ?

Joseph Guigui : Le funk.

[…]

Dee Nasty (?) : Moi j’ai choisi Funkadelic, la bande à Clinton dans sa jeunesse « Standing on the verge of getting it on », morceau culte par excellence, le funk avant qu’il existe, la transe voodoo.

[…]

Loïc Dury : Le but de la soirée c’est aussi de désectariser. C’est-à-dire que par exemple on parle toujours des Zulus comme d’une secte fermée, ou des funky, ou des funk, et nous on a envie que les Zulus écoutent James Brown, on a envie que les gens qui écoutent James Brown ils écoutent les Run DMC ou Afrika Bambaataa, qu’on a envie que les gens qui écoutent du toast écoutent aussi autre chose, et que ça fasse un téléscopage. Mais qu’avant tout ce soit de la musique qui soit de la musique… de révolte. Parce que le funk c’est quand même une musique de révoltés. C’est des gens qui veulent vraiment croire à autre chose, et se dire : « tu peux croire dans ton rêve, tu peux le faire, tu peux y aller », et que ça donne aussi une forme… de donner de l’espoir aux gens, de se dire que tout est encore possible, et qu’on peut vraiment y arriver, alors qu’on danse toute notre haine.

Bintou Simporé : Dans une des soirées Roger Boîte Funk, j’ai vu les frères Body & Soul tous debout sur le bar en train d’agiter leurs bras, en train de rire, hilares. C’est quoi, c’est un nouveau style ?

Un « frère » Body & Soul : Non non… ça vient dans la soirée… la musique ça rend fou et… on éclate.

Bintou Simporé : On se marre chez Roger Boîte Funk ?

Un « frère » Body & Soul : Ouais vraiment, ouais… faut venir pour voir.

Un autre « frère » Body & Soul : C’est la fête, c’est la fête, c’est la fête… »

[…]

Bintou Simporé : Oui alors le morceau qu’on a entendu c’était pas tout à fait « Standing on the verge of getting it on » de Funkadelic qui devait plus chauffer mais c’est pas grave. Alors les frères Roger… Roger Boîte Funk, les frères Body & Soul c’est ce soir, 8 boulevard de Strasbourg. Tippa Irie, Afrika Bambaataa devraient être là, et puis tous les Zulus. Et on termine la séquence Body & Soul sur James Brown produisant Lyn Collins, « Think about it »

  1. Qui travaille alors, tout comme Jacques Massadian, à Radio Nova. Ils organiseront les soirées Chez Roger avec d’autres transfuges de Radio Nova ou du magazine Actuel, le DJ Dee Nasty et plusieurs membres de ce qui deviendra quelques années plus tard le groupe funk Malka Family. []
  2. Marc Boudet, Mouvement. Du terrain vague au dance floor, 1984-89, 19/80 Editions, p.93 []
  3. Cité dans José-Louis Bocquet et Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, J’ai Lu, 1997, p. 75-76. []
  4. D’après les souvenirs concordants de Loïc Dury et Joseph Guigui. []
  5. Marc Boudet, Mouvement. Du terrain vague au dance floor, 1984-89, 19/80 Editions, p.95 []
  6. Ibid., p.87. []
  7. Ibid., p.88. []
  8. Laurent Cohen, futur membre avec Joseph Guigui des Malka Family. []
  9. Stéphane Fiszlewicz. []
  10. Loïc Dury. []
  11. Joseph Guigui. []
  12. Parmi les frères Body & Soul, il y avait aussi une sœur : Valérie Massadian, fille de Jacques, dont le rôle a été important dans l’organisation de ces soirées. []

Phil Barney, rappeur de la première heure ?

Le nom de Phil Barney évoque le plus souvent l’image d’un chanteur romantique, et les échos d’un tube au refrain célèbre : « Avoir un seul enfant de toi / Ça f’sait longtemps que j’attendais… »  Moins nombreux sont ceux qui savent qu’après ce succès, le chanteur a poursuivi sa carrière, publiant sept albums. Moins encore savent qu’avant d’entamer une carrière de chanteur de variétés avec le succès qu’on connaît, Phil Barney a contribué à populariser le rap en France, prêchant par l’exemple.

C’est pour revenir sur cette période que j’ai réalisé en août dernier un entretien avec lui1. Phil découvre le rap comme beaucoup au sein de sa génération par le biais d’un tube, qui résonne dans toute la France à partir de la fin de l’année 1979 : « Rappers’ delight » de Sugarhill Gang.

En fait si tu veux, quand Sugarhill est venu, je me suis dit : « ce truc là, c’est le bon ». J’aimais la musique funk. J’étais très branché musique new-yorkaise, Funkadelic, Parliament, George Clinton, toute cette mouvance-là2. […] Et au milieu de ça est arrivé Sugarhill, Kurtis Blow et Grandmaster Melle Mel… pour moi c’était le sommet de la pyramide. Et surtout quand ils ont fait… Je me souviens qu’ils ont fait un truc avec Stevie Wonder à l’harmonica, y avait Chaka Khan qui chantait, Grandmaster Melle Mel qui rappait au début… Le flow, j’ai jamais pu le reproduire. Je me suis dit : « Voilà. Ça c’est top, et je suis sûr que ça va cartonner »

L’intuition ne vaudrait que pour l’anecdote si, à partir de décembre 1981, Phil Barney n’était pas devenu animateur d’une émission consacrée à la black music sur Carbone 14. En parallèle, il est vendeur dans un petit magasin de disques parisien, spécialisé dans l’import des nouveautés des États-Unis à destination des discothèques. L’émission et le magasin fonctionnent main dans la main : Phil l’animateur radio et Phil le vendeur forment un tandem de choc.

Toutes les semaines j’avais pratiquement deux briques de nouveautés, je mettais le feu. Et les DJs, ils écoutaient mon émission, ils arrivaient au magasin, ils avaient déjà leur liste [de disques entendus dans l’émission sur Carbone 14]. Donc le magasin, ils me donnaient ce que je voulais, et pour la radio j’étais le roi de la planète, j’avais les disques avant tout le monde, et des trucs introuvables, avant Champs Disques. Champs Disques, qui était la référence des disques import, carrément… on les avait avant. On était Mini Club de Nuit, un petit truc, boulevard du Montparnasse. Et voyant le truc arriver, j’ai fait un générique en rap. […] Donc le rap, je l’ai joué en radio, et je l’ai fait en générique à Carbone 14. C’était mon générique, si tu retrouves les paroles, tu verras, c’était à la fois un slogan publicitaire pour le magasin, et un plaidoyer pour le funk.

Depuis peu, on peut réécouter ce générique, mis en ligne sur le site Eldoradio.fr .

C’est l’un des plus anciens enregistrements de rap en français. Moins d’un an plus tôt, Chagrin d’amour enregistrait le tube « Chacun fait (c’qui lui plaît) ». L’interprétation de Phil Barney se distingue toutefois de celle du chanteur du groupe Chagrin d’amour par un ton plus rythmé et énergique. La base instrumentale sur laquelle Phil Barney rappe est empruntée à une autre chanson rappée en français de l’époque, « Salut les salauds », du groupe Interview. Quelques mois plus tard, Phil Barney a l’opportunité de travailler pour la chaîne télévisée RTL. Pour singulariser sa présence à l’antenne, la solution s’impose d’elle-même : le rap.

Quand je suis arrivé à RTL, pendant l’été j’ai remplacé les stars de l’époque à RTL, qui y sont toujours je crois, et après on m’a dit : « Tu vas avoir un éphéméride à faire tout seul ». Et cet éphéméride j’ai cherché comment me distinguer des autres, donc j’ai fait un éphéméride en rap. J’avais composé cinq bases musicales, parce que je commençais à avoir un peu de matos, et tout ça, et sur les cinq jours, du lundi au vendredi, j’écrivais au quotidien un rap sur le saint du jour. Donc j’avais un bouquin sur les noms, je me documentais sur lui, et je faisais un rap sur le prénom. Les mecs ça les surprenait, parce que RTL, c’était… t’avais le téléphone qui sonne : « Veuillez faire attention avec votre langage s’il vous plaît ». J’avais dit : « vachement »…  […] J’ai des bandes de cette époque-là, mais c’est interdit de les diffuser quoi qu’il arrive. Quand je serai mort, je mettrai ça à mes petits-enfants, et ils se marreront, ils se fendront la gueule.

Générique rap en radio, éphéméride rap en télé, Phil Barney a aussi animé des soirées en discothèques dans lesquelles le rap faisait de nouveau une irruption inattendue. Phil commence par animer une soirée hebdomadaire à La Scala.

Quand je suis parti de La Scala, je suis allé à Romilly-sur-Seine, dans l’Aube, de l’Aube je suis allé à Troyes, parce que je commençais à me faire une réputation d’énervé de la black music. C’était à Saint-André-les-Vergers, et puis à Colombey-les-deux-Églises, où j’étais mieux payé qu’à Troyes. J’ai fait passer Montagné, les New Paradise sont venues chanter, j’ai passé plein d’artistes, et la boîte était blindée du matin au soir, et j’ai pu apprendre mon métier. En fait je faisais beaucoup de rap, parce que je rappais sur les disques, comme je l’ai fait à Carbone 14, comme je le faisais dans toutes les radios. […] Je chantais sur les disques et les gens pensaient que c’était des remixes ! Surtout quand je suis arrivé à Mantes-la-Jolie [au moment de la création de la boîte de nuit Le Byblos], les mecs ils avaient jamais vu ça.

Rap en radio, rap en télé, rap en discothèque… Mais pas de rap sur disque ? Dès cette époque, Phil Barney enregistre quelques 45 tours – sur lesquels il chante. Comment expliquer que Phil n’ait sorti alors aucun single exclusivement ou principalement rappé en français ? La réponse à cette question se trouve sans doute dans le jeu compliqué entre Phil Barney, l’interprète, Léo Carrier, producteur indépendant qui fait alors aussi office de directeur artistique, et les dirigeants de la maison de disques Vogue dont Léo Carrier est proche.

Léo Carrier était venu dans mon magasin, il savait que je faisais du rap, il avait entendu à la radio, et il avait un groupe qui s’appelait New Paradise ! C’était un groupe de trois filles. J’aimais bien. Humainement j’aimais bien, musicalement ça n’avait rien de black, c’était plutôt le côté sexy, jolies filles… […] Et donc il m’a dit : « On est nominé pour les discos d’or », à l’époque, c’était au Casino de Paris. « Voilà, en introduction de ce medley, je voudrais que tu fasses un rap », donc j’ai rappé. Ce medley était nominé, et donc je faisais toute l’intro en rap, que j’avais écrite.

K. Hammou : Je croyais que c’était dans le titre « Sophistication » où il y a un rap en anglais…
P. Barney : Ça c’est moi aussi. C’est moi qui rappe. Donc parce que je faisais du rap, donc y a un producteur qui est venu me dire : « Voilà, je vais te produire, si tu as des maquettes, fais moi écouter » J’ai fait écouter les maquettes. On m’a fait faire du rap, et après, ces maquettes-là, le premier disque que j’ai fait, c’est en 1983, toujours avec Léo Carrier. Et donc lui ne parlait pas avec un directeur artistique, il parlait aux frères Cabat qui étaient les big boss de Vogue. C’était le début du smurf, et chez Vogue y avait un groupe de smurf qui mélangeait le Bordeaux et l’Orangina, intéressant, des Anglais. J’étais chez Vogue, j’ai pas fait de rap, j’avais les cheveux longs…

1984 : Phil Barney sort le 45 tours « Marre d'être seul » chez Vogue

Cheveux longs en pleine mode du smurf, Phil Barney n’a sans doute pas, aux yeux de ses producteurs, vocation  à sortir un single de rap.  Décrivant le milieu des variétés à la fin des années 1970, Antoine Hennion souligne que le travail des directeurs artistiques consiste à construire le personnage de l’artiste. La rationalité dominant le milieu des variétés définit ce personnage par une voix, mais aussi par une image et une histoire : « les chanteurs qui n’ont pas « la gueule de l’emploi » se « cassent » les ventes tout comme ceux qui ne chantent pas « dans » leur personnage »3. Ce n’est ainsi pas un personnage de « rappeur » ou de « smurfer » que Vogue destinera à Phil Barney, lorsqu’il sera question de réaliser un 45 tours.

C’est Léon Cabat, de Vogue, qui a produit mon premier single français4, qui n’a rien à voir, j’avais fait un rock californien et un reggae. Il avait choisi ces deux chansons de mon répertoire, il m’a dit : « On va commencer par un truc comme ça » et voilà. Le reggae était une face B, et la face A était un titre rock, californien.

Après ce premier 45 tours qui ne rencontre pas le succès, Phil Barney attend près de 4 ans avant de publier un nouveau disque. Et bientôt, advient le succès de son single le plus connu, à la fin des années 1980. Désormais, Phil Barney se sent lié à ce personnage qui a rencontré un (large) public.

Comme le premier titre qui a fonctionné c’est « Un enfant de toi », si j’avais fait du rap, on m’aurait dit : « Ah, c’est bon… » Personne n’aurait reconnu que j’étais précurseur de ça, on aurait dit : « Il essaie de faire de la thune » et je voulais surtout pas donner cette image de moi. Et si tu écoutes bien sur un album à moi, je devrais pouvoir te faire écouter ça, y a une chanson sur l’album… Tour d’ivoire5, un album rouge, où je fais un rap en anglais. Personne ne sait que c’est moi. Et quand je dis que c’est moi, personne le croit !

Extrait de l'album Tour d'ivoire, la chanson « J'ai le cœur qui bat »

Pour les plus pressés, vous pouvez aller directement à la deuxième minute du morceau…

  1. Je tiens au passage à le remercier pour sa disponibilité et sa cordialité. []
  2. On trouvera plus de détails sur Phil Barney et la musique funk dans quelques extraits de l’entretien publiés sur le forum de DJ Daybreak. []
  3. Antoine Hennion, Les professionnels du disque. Une sociologie des variétés, Métailié, 1981 : 47. []
  4. Phil Barney est interprète, quelques années auparavant, sur un morceau produit par Marvin Gaye et sorti chez Barclay :  « 1900 ». L’histoire de l’enregistrement de ce morceau est expliqué par Phil Barney dans les extraits d’entretien publiés sur le forum de DJ Daybreak. []
  5. Publié en 1990. []