Archives par mot-clé : France Culture

De l’autre côté du média

J’ai passé beaucoup de temps, au cours de mes recherches, à scruter des programmes télévisées, à disséquer des articles de presse, à écouter attentivement des émissions de radio, ou à suivre des artistes qui étaient médiatisés (à des degrés divers) et à discuter avec eux de leurs bonnes et moins bonnes expériences. Avec la publication d’Une histoire du rap en France, et la promotion qui accompagne cette sortie, je passe en quelque sorte de l’autre côté, et c’est une curieuse expérience (à laquelle on s’habitue vite).

« Alice Through the Looking Glass » par Colin Smith (CC-by-sa)

En décembre, pas mal de coups de projecteurs sur le livre, qu’il s’agisse de presse ou de radio.

Jean Birnbaum a réalisé et publié pour Le Monde des livres un entretien intitulé « Quand le rap se la joue fiction » (7/12), Maxime Gueugnau a réalisé une interview pour Kiblind (12/12) tandis que Sophian Fanen et Damien Dole m’ont fait revenir pour Libération sur « le clivage (supposé) entre rap cool et hardcore » (24/12).  L’annonce de la sortie du livre a été relayée par le webzine musical L’Abcdrduson (5/12), Next, le supplément culturel de Libération (8/12), l’hebdomadaire Politis (13/12), l’hebdomadaire de Force Ouvrière (19/12), le trimestriel culturel La Scène (déc. 2012- févr. 2013).

France Culture a largement relayé la sortie du livre. Après l’émission « Soft Power » de Frédéric Martel (25/11), j’ai été invité avec Olivier Cachin dans « Les matins » de Marc Voinchet (14/12) et « Movimento », émission de Jeanne-Martine Vacher (diffusée le 15/12), tandis que Jean Birnbaum évoquait le livre dans sa chronique hebdomadaire, « Tout feu, tout flamme » (6/12). Le Mouv a également présenté l’ouvrage (3/12)

Sur France Inter, Laurence Luret a consacré sa chronique, « Parenthèse » au livre (30/12). L’introduction de la chronique, dialoguée entre L. Luret et Patricia Martin, qui anime l’émission dans laquelle la chronique s’inscrit, avait quelque chose de familier :

– Alors Patricia, si je vous dis Booba, Sniper, La Rumeur ou NTM, vous me répondez ?
–  Je vous réponds rap. NTM vous voulez que je vous dise ce que ça signifie ? Parce que ma maman est à l’écoute, ça m’embête un peu.
– D’accord… Alors comme je vous imagine très bien, Patricia, écouter du rap dans votre salon…
– Oh oui  ! Régulièrement !
– …tout de suite, pour vous donner une idée, un morceau de REDK et Soprano, ça s’appelle « À plumes ouvertes ».

J’ai eu l’impression de retrouver, vingt ans plus tard, l’échange entre Claude Sérillon et Bernard Pivot que j’avais ausculté pour mon analyse de la médiatisation télévisuelle du rap au début des années 1990.

– Bernard Pivot, un B.Boy, c’est quoi ?
– Ah, je ne sais pas ce que c’est un B.Boy.
– Et un rapeur, vous savez ce que c’est ?
– Ah ben si, écoutez, on vient de l’entendre…
– Est-ce que vous savez ce qu’est un keuf?
– Euh… keuf… non.
– Alors est-ce que ces mots risquent de se retrouver demain dans la dictée…
– Aucune chance.1

J’aurais au moins eu le plaisir d’entendre REDK sur France Inter.

En ce mois de janvier, c’est au tour du magazine d’Africultures.com, Afriscope , et du Journal du CNRS de relayer la sortie du livre (janv.-fév. 2013). J’ai participé, en compagnie de Princess Aniès, à « La grande matinale » de Phil Le Montagnard sur la radio Africa n°1 (24/01), tandis que Ventilo (23/01), magazine culturel des Bouches-du-Rhône, et le blog Samarra (26/01), ont publié chacun une interview autour du livre.

Et cette semaine aussi, le site Lectures publie le premier compte-rendu académique du livre.

  1. « Une fois par jour », émission présentée par Claude Sérillon sur Antenne 2 le 23 novembre 1990. []

Une histoire du rap en France : preuves

Malgré les heures et les pages qui s’accumulent, la réalisation d’un livre (ou d’une thèse d’ailleurs) a toujours quelque chose d’un peu abstrait tant qu’on ne voit pas l’objet fini sous ses yeux, dûment relu et relié. Lorsque j’ai récupéré aux Éditions La Découverte les exemplaires « auteur » et que j’ai eu pour la première fois entre les mains cette Histoire du rap en France, le fruit de quelques années d’efforts a pris une consistance neuve. Mais c’est aujourd’hui (enfin hier) que l’étape la plus nouvelle pour moi commence : la distribution et la promotion de ce livre un peu partout en France.

De passage à Aix-en-Provence, pour une séance de l’atelier Efigies Aix-Marseille, j’en ai profité pour faire un saut à la Fn*c locale, où j’ai trouvé, ponctuel et précis, mon livre bien entouré entre une Joconde, un Andrea Bocelli, et quelques crayons de couleurs. Un chat zen veillait sur le tout. De retour à Marseille, je n’ai pas pu m’empêcher de vérifier la magie de la distribution de masse et de l’ubiquité des objets reproductibles. Manque de chance, rien en rayon à la Fn*c du Centre Bourse. Un salarié de la grande surface généraliste, consultant scrupuleusement son ordinateur, m’explique que le livre de Hammou ne sortira que le 29 novembre. Effectivement, c’est ce qu’indique le site fn*c.com. Nouvelle illustration du décalage spatio-temporel ente Aix et Marseille.

Avec la distribution nationale, vient le temps de la promotion. Je devrais être ce dimanche sur France Culture dans l’émission Soft Power de Frédéric Martel. Mais le coup d’envoi a été donné par Radio Nova, partenaire du livre. Une expérience sonore intéressante dans la Nova Book Box de Richard Gaitet, et une nouvelle fois IAM est à l’honneur. On y retrouve en effet un extrait du chapitre 6, qui analyse en détail la chanson hautement polémique « Reste underground», parue en 1994. Et l’extrait se termine sur « L’Enfer », morceau d’IAM en featuring avec East, publié sur l’album L’École du micro d’argent en 1997.

Extrait de l’émission Nova Book Box du 14 novembre 2012

Pour finir, quelques modifications sur ce carnet, qui devient désormais également un prolongement numérique du livre. J’ai réorganisé les billets précédents en fonction des neuf chapitres qui composent le livre, car ils en proposent des illustrations en images ou en musique, et apportent quelques précisions empiriques que je continuerai d’apporter dans les semaines et les mois à venir.

J’essaierai également de créer une petite playlist pour chacun des chapitres, de façon à ce que les nombreuses mentions de chansons dans les pages du livre ne restent pas totalement muettes. Enfin, Les Éditions La Découverte proposent un widget permettant de feuilleter quelques pages du livre, inséré ici dans la colonne juste à droite, et vendent également le livre en numérique au format ePub. Bonne découverte.