Archives par mot-clé : Ettika

Ettika : un 45 tours improbable dans la France des années 1980

Contacté grâce à un site Internet personnel, Bernard Guégan a accepté que je l’interviewe autour de l’histoire d’Ettika, qui m’intrigue depuis quelques années maintenant. Extraits d’un échange où se mêlent des décalages de classes sociales, des distances Paris / Province et urbain / rural, des logiques racistes et sexistes1, des univers musicaux segmentés, des médias parisiens branchés et un exotisme latent, tissant d’improbables rencontres sociales et une aventure musicale tout aussi inattendue. Un grand merci à Bernard Guégan pour le temps consacré, et à guidal3 pour avoir retrouvé un enregistrement en ligne du 45 tours d’Ettika. Quant à moi, je ne désespère pas d’échanger à l’occasion avec l’une des chanteuses qui ont permis à ce disque d’exister…

La rencontre de deux mondes

Bernard Guégan : Je sortais des Beaux-Arts à Lorient, je venais d’avoir mon diplôme, j’avais 20 ans. C’était les Beaux-Arts municipaux, j’avais pu y entrer à 15 ans, sans mon bac. Donc moi de 15 à 20 ans, je faisais un peu ce que je voulais, je m’intéressais à ce que je voulais. Et là, après, je voulais venir à Paris. J’ai trouvé un boulot au CEPPIC2 de Rouen, qui était un centre de formation professionnelle, qui était très institutionnel, mais comme la gauche était passée depuis un an, il y a eu ces stages 16-18 ans, pour donner des cours à des gens qui étaient déscolarisés. Rouen était à une heure de Paris en train, ça collait… Comme j’avais organisé quelques expos d’art contemporain, de musique, j’avais un CV qui convenait à ce truc, qui était quand même assez pilote. Et je me suis retrouvé là-dedans.

Karim Hammou : Toi, ton objectif c’était de les former à quoi en fait ?

– L’intitulé c’était : « initiation aux arts plastiques et à la culture », un truc comme ça. Mais en fait, la personne qui dirigeait ça, la chef de service, était elle-même très embêtée, parce qu’elle savait pas très bien quoi faire. C’était à Rouen, et ce qu’il faut savoir c’est que la Normandie… c’était un petit peu comme le Nord et l’Est à l’époque, sauf qu’ils avaient pas eu des subventions comme il a pu y en avoir là-bas pour la fermeture de la sidérurgie ou des mines. Donc à part Rouen qui était un centre urbain très bourgeois, il y avait beaucoup, beaucoup de banlieues pas du tout aidées. Saint-Étienne du Rouvray, Maromme, Sotteville… Et moi je me suis retrouvé avec des filles qui ne savaient ni lire ni écrire, des familles avec des problèmes d’alcoolisme, de femmes battues, beaucoup de filles enceintes à 16 ans… Continuer la lecture de Ettika : un 45 tours improbable dans la France des années 1980

  1. Puisque dans cette histoire, malgré mes recherches, seuls les hommes ont le privilège d’avoir un nom de famille… []
  2. Centre de perfectionnement pour l’industrie et le commerce, institution de formation continue qui existe toujours. []

Ettika, Scott la Rock, Lionel D… Considérations in Actuel

Depuis le temps qu’ils traînent sur mon bureau… Voici trois numéros du magazine Actuel qui offrent une plongée dans le hip hop vu des années 1980. L’initiateur et directeur du titre, de sa création en 1970 à sa disparition en 1994, n’est autre que Jean-François Bizot, fondateur d’une radio qui marquera l’histoire du rap en France : Radio Nova.

Trois numéros parmi d’autres

Magazine culturel qui symbolise l’incorporation des mouvements contre-culturels dans la culture mainstream, Actuel a fait l’objet d’un livre d’histoire écrit par Perrine Kervran et Anaïs Kien.

La bande à Bizot outille la culture gauchiste des années soixante-dix avec les principes d’un marketing élémentaire et lui fait passer le cap des années quatre-vingt avec un succès si ce n’est d’estime du moins commercial.1

Le numéro de mai 1990 annonce en fanfare l’émergence du rap à Paris : « des milliers de jeunes qui ne sont pas des ennemis publics » titre le magazine. Le dossier consacré au rap voit se succéder les figures du rap de l’époque, de Dee Nasty à Destinée en passant par Lionel D. Ce dernier, pionnier du rap en français, est photographié en double page, sagement attablé devant sa mère et leur teckel.

Lionel D dans Actuel n°131, p.78-79 (© Rita Scaglia)

A la veille de la parution des premiers albums de rap français, l’article propose une définition surprenante du « hardcore » : « un style qui privilégie la fanfaronnade verbale. Le hardcore appuie sur les mots et les fait jouer entre eux »2. Ce sont ainsi près de 14 pages richement illustrées qui exposent l’état du rap en France. Le dossier est cosigné par Bernard Zekri, membre de la rédaction d’Actuel.

Le numéro de novembre 1987 propose en une un titre accrocheur : « le rap des ghettos pourris ». Dans les pages du magazine, 7 pages présentent la scène rap américaine du moment, marquée par le meurtre de Scott La Rock.

« I’m bad ! » C’est ce que braille, avec une autre conviction que celle de Michael Jackson, le rapper LL Cool J. […] Il a des concurrents : Public Enemy, qui monte sur scène avec des pistolets mitrailleurs Uzi, Schoolly D qui se vante d’appartenir à un gang de tueurs, ou Ice-T, le rapper de  Los Angeles qui se flatte d’être maquereau.

Scott La Rock aussi, était un concurrent dans ce marché bestial de la haine musicale, qui représente désormais des dizaines de millions de disques par an. Mais il est mort au champ d’honneur de la bêtise et des guerres de quartier. […] L’enquête, elle, piétine. On ne sait pas vraiment qui a tué Scott La Rock, ni même vraiment à quoi ressemblait la vie de cette comète du rap.3

Extrait d’Actuel n°100, p.252

Les photos déclinent les portraits du défunt et ceux de Just Ice, KRS One, ou Eric B. Cette fois aussi, on retrouve Bernard Zekri à la plume. Et on apprend, sur un ton plus léger, que LL Cool J était cette année-là en concert dans la salle parisienne de La Mutualité – événement organisé par Chez Roger Boîte Funk, « le club qui fait rapper les vendredis soirs de la capitale »4.

Dans le numéro d’octobre 1987, Actuel propose un bilan de la décennie 1977-1987. Les pages consacrée à l’année 1982 s’ouvrent sur le titre « fini le rock voilà le rap », tandis qu’en 1984, entre un fast-food et « les dieux couscous paëlla boudin blanc », un groupe mystérieux fait son apparition :

Beurs, Blancs, Blacks. Les enfants noirs dégèlent les pubs. Des beurs fondent des fast-foods autogérés. Les beurettes d’Ettika sortent un rap en arabe sur l’ANPE.5

Stop !

Ettika – Que sont-elles devenues ?

Ce groupe dont Actuel parle en 1987 a peu fait parler de lui dans les années qui suivent. A la recherche de son histoire ou de ses enregistrements, je n’ai trouvé qu’un passage d’un livre du journaliste Paul Moreira, publié cette même année 1987 : Rock métis en France6. On y apprend que le groupe Ettika s’est formé à Rouen vers 1984. Le livre évoque trois jeunes chanteuses, « Affila, Djamila et Samira », et un musicien qui travaille dans un institut de formation professionnelle lié à la chambre de Commerce. Ce dernier détail a son importance, puisque c’est en tant que formateur que le musicien rencontre d’abord les trois amies, au chômage, et leur propose d’enregistrer un disque. En mai 1986, un 45 tours autoproduit voit le jour, bientôt diffusé sur Radio Nova et distribué par Celluloïd, un label proche d’Actuel.

En dehors de ces quelques éléments, pas de trace sonore du fameux 45 tours, ni de ses interprètes. Si l’une ou l’autre des personnes qui ont participé à cette aventure lisent ces lignes… je serais heureux d’en apprendre plus sur l’histoire d’Ettika !

  1. Perrine Kervran, Anaïs Kien, Les années Actuel. Contestations rigolardes et aventures modernes, Le mot et le reste 2010, p.10. []
  2. Actuel n°131, mai 1990, p.86. []
  3. Actuel n°101, novembre 1987, p.106. []
  4. ibid., p.109. []
  5. Actuel n°100, octobre 1987, p.252. []
  6. éditions Souffle. []