Archives par mot-clé : DJing

Une liste d’information sur le hip-hop

Une nouvelle liste d’information vient de voir le jour. Il s’agit de la liste de diffusion H-HERC, portant sur le hip-hop dans l’enseignement, la recherche et la culture.

Flyer pour une soirée avec DJ Kool Herc. Image reproduite dans Bruno Blum, Le rap est né en Jamaïque, éd. Castor music p.159
flyer pour une soirée avec DJ Kool Herc. Image reproduite de Bruno Blum, Le rap est né en Jamaïque, éd. Castor music p.159

Alors que les travaux francophones sur les diverses disciplines du hip-hop se multiplient, elle vise à faire connaître les initiatives (colloques, journées d’études, séminaires, appels à contribution…) et les publications (livres, articles scientifiques…) qui rendent compte de la place de la culture hip-hop dans la société depuis quarante ans.

La liste est ouverte aux étudiant-e-s, chercheur-e-s indépendant-e-s ou non, amateur-e-s de hip-hop, curieux et curieuses. Pour s’inscrire à la liste H-Herc, c’est ici.

Hein ?? H-Herc ? et ça se prononce comment ?

Comme les premières lettres d’Hercules – mais à l’anglaise. Le nom de la liste est un clin d’œil à l’un des pères fondateurs du hip-hop à New York, Clive Campbell, plus connu sous le nom de Kool Herc.

Né à Kingston en Jamaïque, […] à l’âge de 12 ans, il émigra aux États-Unis avec ses parents – son père était musicien – et introduisit la tradition du sound system jamaïcain à New York. Son impressionnante stature et ses performances au basket-ball lui valurent le surnom de « Hercules » ; adepte du graffiti, il abrégea ce sobriquet en « Herc », auquel il ajouta plus tard l’adjectif « Kool »1.

Mais ce n’est ni par le basket, ni par le tag que Herc marqua définitivement l’histoire de la musique. C’est par son talent de DJ – qui le conduit à inventer le fondement musical du hip-hop : la musique breakbeat.

[Herc] se focalisait sur les disques qui avaient de bons breaks, de bons passages rythmiques : « It’s Juste Begun » de Jimmy Castor, « Apache » et « Bongo Rock » du Incredible Bongo Band. En fait, Herc s’était même mis à ne jouer que les sections de breaks de ces disques – les parties où la chanson Continuer la lecture de Une liste d’information sur le hip-hop

  1. Ulf Poschardt, DJ Culture, Kargo / L’Eclat 2002, p.169. []

1986, terrain vague de La Chapelle

Une vidéo tournée il y a maintenant presque 25 ans donne à voir l’un des hauts lieux parisiens où l’on pouvait découvrir la culture hip hop au milieu des années 1980. Il s’agit d’un terrain vague, près du métro La Chapelle, dans le nord de Paris. Après quelques démonstrations de danse, on y voit le DJ Dee Nasty, futur animateur du Deenastyle sur Radio Nova, réaliser quelques performances de scratchs.

Dans Rap ta France1, Dee Nasty raconte comment ces blocks parties françaises sont nées :

Avec un copain, on décide d’organiser des free jam dans le terrain vague à côté du métro La Chapelle. C’était là que Bando et les graphers de l’époque venaient peindre sur les murs. Avec le métro aérien on se croyait à New York. Mon porte apporte ses enceintes, je trouve un loueur de groupe électrogène, ça coûtait cent trente balles pour la journée. J’amène avec le scooter les platines, les disques et j’installe tout ça dans le terrain vague. La première, c’était un samedi après-midi. Les gens étaient au courant par Radio 7. C’était deux francs l’entrée. c’était dans une ancienne usine, il y avait encore du carrelage et on avait nettoyé pour que les danseurs puissent breaker dessus. […]

Au début, c’était entre nous, les habitués du terrain vague. C’étaient tous les mecs des cités qui étaient là, qui écoutaient du rap, qui étaient dedans. Ça m’a rassuré. Il y avait des mecs qui faisaient des graffitis, des breakers qui s’entraînaient et ça faisait plaisir à tout le monde. Et puis de samedi en samedi, ça arrivait, ça arrivait. Il y avait deux cents à trois cents personnes dans le terrain et les flics ont commencé à se poser des questions. On a fait ça d’août à novembre 86. Il y en a eu une dizaine, après ça commençait à cailler.

Au printemps, j’ai essayé de reprendre le terrain vague et on a eu un gros problème, ils avaient changé le commissaire. Des cars de flics sont arrivés et ont encerclé le terrain, tout le monde est partie en courant.2

Un autre extrait vidéo ce trouve ici. Merci à celui ou celle qui a partagé ces vidéos…

  1. José-Louis Bocquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France. Les rappeurs français prennent la parole, J’ai Lu 1997 []
  2. Bocquet & Pierre-Adolphe, op. cit., p63-64 []