Archives par mot-clé : Dee Nasty

Bienvenue Chez Roger la Frite

Le téléscopage de deux commentaires et d’un magnifique enregistrement évoquant le funk et les soirées au Globo dans les années 1980 m’ont donné envie de revenir sur cet épisode de l’histoire de la danse à Paris, et accessoirement de l’appropriation du hip hop en France.

Imaginez une scène des tontons flingueurs, à la cuisine bien entendu, en train de découper le sauciflard en sirotant une chose liquide transparente qui fume et se décarcasser les neurones pour trouver le nom de ce  qui pourrait être le casse du siècle, à Paris, en matière d’événementiel musical. Parce que sur ce coup particulier, il s’agit d’imaginer pour les soirées l’intitulé le plus unfunky de toute la planète. Loïc Dury1 finit par envoyer celui de Chez Roger la Frite, et là, Massadian attrape l’enseigne au vol. L’aventure du Globo et de Chez Roger boîte Funk vient de commencer.2

Naomi, du groupe Ladies Night.
Photographie de Yoshi Omori, extrait de Mouvement, 19/80 Editions.

D’après Jacques Massadian, la première soirée Chez Roger a eu lieu en février 1987 à L’Étoile. « A L’Étoile, ils ont flippé comme des rats, parce qu’ils ont vu plein de Blackos arriver et ce n’était pas franchement leur feeling. Et puis il y avait beaucoup de monde, c’était trop petit3 ». Les soirées s’organisent donc à partir de mars4 au Globo, boulevard de Strasbourg. De 22h à 6h du matin, pour 40 francs (6 euros) l’entrée. Les soirées sont organisées chaque semaine jusqu’à fin juillet 1987, et réunissent à chaque fois de 1 000 à 4 000 personnes. « Dans cette foule racailleuse à souhait, si uniforme et diverse que j’ai du mal à distinguer le fils à papa et le gangster, les peoples évoluent comme des poissons dans un bassin d’eau claire. On ne les calcule pas, ils viennent en touristes et sont intégrés à merveille dans la mosaïque humaine. Le cocktail fonctionne à merveille5. »

A la rentrée 1987, Massadian veut officialiser les soirées, en faire « une espèce de club officiel du funk à Paris6 » explique Joseph Guigui, avec inscription payante, formulaire à remplir et photo d’identité. Dee Nasty, quant à lui, demande à être mieux payé. Les divergences entre les organisateurs – les « frères Body & Soul » conduisent à leur séparation. Les soirées se poursuivent sans Dee Nasty et deviennent plus exclusivement rap, sous la houlette de Massadian. Ce dernier explique : « La boîte a changé de feeling et c’était au moment où ça commençait à se durcir sans excès, mais un petit peu quand même. Il y avait toujours autant de monde, mais il y avait moins de filles, moins d’ambiance7 » Trois mois plus tard, Massadian fait de nouveau appel à Dee Nasty.

Les soirées s’arrêtent en mars 1988, à la suite de quelques bagarres devant le Globo. La pression de la police y est pour beaucoup. Jacques Massadian est convoqué au commissariat du 10e arrondissement, les patrouilles et les contrôles d’idendité se multiplient aux abords de la boîte de nuit. La dernière soirée Chez Roger Boîte Funk se fera avec Public Enemy.

Flavor Flav (Public Enemy)
Photographie de Yoshi Omori, extrait de Mouvement, 19/80 Editions.

Ici c’est funk, pas fenk !

Merci à Woody qui a conservé puis numérisé cet extrait d’une émission de Radio Nova diffusée en 1987 et annonçant une soirée Chez Roger Boîte Funk. Cet enregistrement vient s’ajouter aux autres documents cités jusqu’ici : l’ouvrage passionnant et richement illustré que les éditions 19/80 ont publié cette année, Mouvement. Du terrain vague au dance floor, 1984-89 ; le livre de référence de José-Louis Bocquet et Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, publié il y a 15 ans maintenant, avec des témoignages de Loic Dury, Jacques Massadian, Dee Nasty et Joseph Guigui.

Comme le soulignait Christophe Rubin, « dès qu’on cherche des dates précises et des noms de participants, on tombe souvent dans des versions un peu contradictoires. Des versions liées à la reconstruction de souvenirs (bien réels mais revus à travers la subjectivité de chacun) et en même temps à la construction d’un mythe fondateur pour établir l’importance du mouvement hip-hop. » Grâce à la multiplication de ces publications, et aux contributions d’amateurs comme Woody, on peut passer de la mémoire à l’histoire, en recoupant les témoignages rétrospectifs, en les confrontant aux documents de l’époque dont on dispose encore, et en maintenant le récit ouvert aux nouveaux documents susceptibles de préciser ou de réviser les versions que l’on tenait pour acquises.

Si quelqu’un a une explication sur la mystérieuse distinction entre « funk » et « fenk », je suis preneur…

Retranscription

Bintou Simporé ((Animatrice sur Radio Nova.)) : L’ambiance chez Roger Boîte Funk, on la commence dès ce soir dans Tcha tcha boom, et puis en plus ce soir il devrait y avoir des personnes importantes comme Afrika Bambaataa, etc. Alors, Chez Roger c’est organisé par les frères Body & Soul, ils sont sept, Laurent8, Jacques – Jacques Massadian -, Stéphane9, Loïc10, Joseph11, Christian – Christian Perrot – et Dee Nasty12. Alors on les a rencontré, ils nous ont fait une programmation.

[…]

L’un des « frères Body & Soul » : Chez Roger Boîte Funk, c’est avant tout un désir de fan. C’est avant tout soudé par le groove. Le groove, c’est le sillon qui t’emporte dans le bas du ventre, dans le bas du rein, et qui permet de danser pendant des heures, et de te transcender. En fait c’est presque religieux, un désir religieux, c’est un désir de transe, un désir de gens qui sont là dans la vie de tous les jours, qui s’emmerdent, et qui ont envie de se libérer de toute cette pression, et la meilleure façon, c’est la danse.

Un autre « frère » : Chez Roger Boîte Funk, c’est pour tous ceux […?…] funky.

Le premier : Maintenant on a pas le choix, ou on devient terroriste on prend un flingue, ou alors… on sait plus ce qu’on fait, et finalement la meilleure des résolutions c’est par la danse.

Un « frère » Body & Soul : Y a des boîtes où on entend de la funk, mais c’est mal assimilé. A savoir que… dès qu’on entend funk, on pense fenk. Avec un « e ». en fait non, c’est pas ça, c’est avec un « u ». C’est très important la différence.

Bintou Simporé : Chez Roger on fait la différence ?

Un « frère » Body & Soul :  Ah non, Chez Roger c’est un funk avec un « u », et pas avec un « e ».

[…]

Un « frère » Body & Soul : Alors ça c’est un titre des Bar Kays, qu’on est obligé de passer comme tant d’autres. Et on passe celui là parce qu’il est vraiment très bien. C’est de la pure funk et le bassiste, c’est un tueur. »

Loïc Dury : Le funk comme on l’entend nous c’est la musique qui part des tripes. Évidemment, c’est d’obédience noire,  parce qu’il y a le côté danse, et que dans le rock et la musique française et tout, y a pas de côté lascif, y a pas de côté danse… libérée. Sexe. Où le sexe est vraiment présent. Et le funk ça nous permet de libérer toutes ces pulsions, justement, et je crois pas qu’on peut lasser. Avec en plus quelqu’un comme Dee Nasty qui retravaille tous les disques, et à chaque fois on va jamais réentendre le même disque, il va le triturer d’une certaine façon selon l’ambiance qu’il y a, selon le groove dans lequel rentre les danseurs. Il pourra toujours changer et s’adapter à eux, et eux s’adapter à Dee Nasty.

Bintou Simporé : Joseph, qu’est-ce qui vous a donné l’idée de créer Chez Roger Boîte Funk ?

Joseph Guigui : Le funk.

[…]

Dee Nasty (?) : Moi j’ai choisi Funkadelic, la bande à Clinton dans sa jeunesse « Standing on the verge of getting it on », morceau culte par excellence, le funk avant qu’il existe, la transe voodoo.

[…]

Loïc Dury : Le but de la soirée c’est aussi de désectariser. C’est-à-dire que par exemple on parle toujours des Zulus comme d’une secte fermée, ou des funky, ou des funk, et nous on a envie que les Zulus écoutent James Brown, on a envie que les gens qui écoutent James Brown ils écoutent les Run DMC ou Afrika Bambaataa, qu’on a envie que les gens qui écoutent du toast écoutent aussi autre chose, et que ça fasse un téléscopage. Mais qu’avant tout ce soit de la musique qui soit de la musique… de révolte. Parce que le funk c’est quand même une musique de révoltés. C’est des gens qui veulent vraiment croire à autre chose, et se dire : « tu peux croire dans ton rêve, tu peux le faire, tu peux y aller », et que ça donne aussi une forme… de donner de l’espoir aux gens, de se dire que tout est encore possible, et qu’on peut vraiment y arriver, alors qu’on danse toute notre haine.

Bintou Simporé : Dans une des soirées Roger Boîte Funk, j’ai vu les frères Body & Soul tous debout sur le bar en train d’agiter leurs bras, en train de rire, hilares. C’est quoi, c’est un nouveau style ?

Un « frère » Body & Soul : Non non… ça vient dans la soirée… la musique ça rend fou et… on éclate.

Bintou Simporé : On se marre chez Roger Boîte Funk ?

Un « frère » Body & Soul : Ouais vraiment, ouais… faut venir pour voir.

Un autre « frère » Body & Soul : C’est la fête, c’est la fête, c’est la fête… »

[…]

Bintou Simporé : Oui alors le morceau qu’on a entendu c’était pas tout à fait « Standing on the verge of getting it on » de Funkadelic qui devait plus chauffer mais c’est pas grave. Alors les frères Roger… Roger Boîte Funk, les frères Body & Soul c’est ce soir, 8 boulevard de Strasbourg. Tippa Irie, Afrika Bambaataa devraient être là, et puis tous les Zulus. Et on termine la séquence Body & Soul sur James Brown produisant Lyn Collins, « Think about it »

  1. Qui travaille alors, tout comme Jacques Massadian, à Radio Nova. Ils organiseront les soirées Chez Roger avec d’autres transfuges de Radio Nova ou du magazine Actuel, le DJ Dee Nasty et plusieurs membres de ce qui deviendra quelques années plus tard le groupe funk Malka Family. []
  2. Marc Boudet, Mouvement. Du terrain vague au dance floor, 1984-89, 19/80 Editions, p.93 []
  3. Cité dans José-Louis Bocquet et Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, J’ai Lu, 1997, p. 75-76. []
  4. D’après les souvenirs concordants de Loïc Dury et Joseph Guigui. []
  5. Marc Boudet, Mouvement. Du terrain vague au dance floor, 1984-89, 19/80 Editions, p.95 []
  6. Ibid., p.87. []
  7. Ibid., p.88. []
  8. Laurent Cohen, futur membre avec Joseph Guigui des Malka Family. []
  9. Stéphane Fiszlewicz. []
  10. Loïc Dury. []
  11. Joseph Guigui. []
  12. Parmi les frères Body & Soul, il y avait aussi une sœur : Valérie Massadian, fille de Jacques, dont le rôle a été important dans l’organisation de ces soirées. []

1986, terrain vague de La Chapelle

Une vidéo tournée il y a maintenant presque 25 ans donne à voir l’un des hauts lieux parisiens où l’on pouvait découvrir la culture hip hop au milieu des années 1980. Il s’agit d’un terrain vague, près du métro La Chapelle, dans le nord de Paris. Après quelques démonstrations de danse, on y voit le DJ Dee Nasty, futur animateur du Deenastyle sur Radio Nova, réaliser quelques performances de scratchs.

Dans Rap ta France1, Dee Nasty raconte comment ces blocks parties françaises sont nées :

Avec un copain, on décide d’organiser des free jam dans le terrain vague à côté du métro La Chapelle. C’était là que Bando et les graphers de l’époque venaient peindre sur les murs. Avec le métro aérien on se croyait à New York. Mon porte apporte ses enceintes, je trouve un loueur de groupe électrogène, ça coûtait cent trente balles pour la journée. J’amène avec le scooter les platines, les disques et j’installe tout ça dans le terrain vague. La première, c’était un samedi après-midi. Les gens étaient au courant par Radio 7. C’était deux francs l’entrée. c’était dans une ancienne usine, il y avait encore du carrelage et on avait nettoyé pour que les danseurs puissent breaker dessus. […]

Au début, c’était entre nous, les habitués du terrain vague. C’étaient tous les mecs des cités qui étaient là, qui écoutaient du rap, qui étaient dedans. Ça m’a rassuré. Il y avait des mecs qui faisaient des graffitis, des breakers qui s’entraînaient et ça faisait plaisir à tout le monde. Et puis de samedi en samedi, ça arrivait, ça arrivait. Il y avait deux cents à trois cents personnes dans le terrain et les flics ont commencé à se poser des questions. On a fait ça d’août à novembre 86. Il y en a eu une dizaine, après ça commençait à cailler.

Au printemps, j’ai essayé de reprendre le terrain vague et on a eu un gros problème, ils avaient changé le commissaire. Des cars de flics sont arrivés et ont encerclé le terrain, tout le monde est partie en courant.2

Un autre extrait vidéo ce trouve ici. Merci à celui ou celle qui a partagé ces vidéos…

  1. José-Louis Bocquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France. Les rappeurs français prennent la parole, J’ai Lu 1997 []
  2. Bocquet & Pierre-Adolphe, op. cit., p63-64 []

Qui sait vraiment ce qu’est le rap français ? (patrimonialisation, 3e partie)

Les classements des meilleurs titres de rap français se suivent, et ne se ressemblent pas. Ceux de The Source et de l’Abcdruson, par exemple, se distinguent par la date de publication (nov. 2004 contre déc. 2009) et le nombre de « classiques » retenus (151 contre 100). Mais ils diffèrent également par les modalités de sélection, autrement dit, les juges qui définissent les grands œuvres dans les deux cas ne sont pas les mêmes et ne jugent pas de la même façon.

Trésors enfouis contre titres phares. Deux conceptions du « classique »

Les juges de l’Abcdrduson sont nombreux. Obtenir la participation de 700 internautes pour une enquête en ligne est une prouesse – surtout lorsque chaque votant doit produire une liste de 20 chansons hiérarchisée de la première à la dernière. Il n’est qu’à lire les nombreux commentaires soulignant la difficulté de l’opération dans le topic ouvert durant les votes pour s’en convaincre. Au contraire, les juges de The Source sont une poignée – la rédaction du magazine, et ils ont préféré ne pas hiérarchiser les « classiques », optant pour un classement purement chronologique. Le verdict de ces juges est également contrasté. L’Abcdrduson et The Source ne s’accordent d’ailleurs que sur une quarantaine de titres.

la formule secrète 3voir l’illustration complète

Moins du tiers des « classiques » de The Source ont bénéficié d’un clip, près de la moitié de ceux de l’Abcdrduson. Plus de 10% des « classiques » de The Source ont été publiés sur un support distribué dans les réseaux spécialisés (maxis vinyles ou mixtapes), seuls 6% du top de l’Abcdr. 70% des « classiques » de The Source sont des morceaux d’album contre 80% de ceux de l’Abcdr. En d’autres termes, le top de l’Abcdr tend à décrire les références d’une culture partagée par les votants, alors que le top de The Source balise le chemin vers une culture musicale à construire.

classiques abcdr pondérés
70% des points du top 100 sont obtenus par des raps publiés de de 1995 à 1998

À cette lumière, l’inégale sélection de « classiques » de la part de The Source et de l’Abcdr selon les années prend son sens. L’Abcdr présente des titres phares qui se concentrent autour d’une période elle aussi phare, 1995-1998, creuset d’une expérience partagée par la majeure partie des participants au sondage. The Source égraine des trésors enfouis, et attache d’autant plus d’importance aux périodes anciennes que les titres cités offrent plus aisément la promesse d’une découverte pour leurs lecteurs. Cohérent avec cette opposition, le suspens assuré par l’ordre d’exposition du classement, dans le cas de l’Abcdrduson, mène au titre le plus (et le mieux) cité dans les top 20 des votants. Le dernier « classique » du top 151 de The Source, au contraire, est le plus ancien, extrait d’un album entièrement autoproduit par Dee Nasty en 1984 et dont la diffusion fut confidentielle.

Des 100 « classiques » aux 700 « critiques »

Les participants au sondage de l’Abcdrduson forment une population particulièrement marquée par la période 1995-1998, et concentrent leurs votent sur une trentaine de formations artistique différentes, contre près du double pour The Source.

La sociologie de la culture a souligné, notamment dans le cas du rock, que les goûts musicaux adoptés à l’adolescence n’étaient pas transitoires, mais tendaient à demeurer similaires à l’âge adulte (Donnat 2004 : 93). Moyennant une légère inflexion, on peut donc reprendre la remarque de Skam (voir billet précédent)  : une majorité de votants, c’est-à-dire une majorité des lecteurs habituels ou occasionnels de l’Abcdrduson ayant suffisamment de motivation pour se soumettre aux exigences du sondage, ont apprécié tout particulièrement le rap des années 1995-1998. Cette frange des votants est sans doute majoritairement née entre 1977 (18 ans en 1995) et 1985 (13 ans en 1998).

À l’érudition prescriptrice des critiques de The Source, sélectionnant d’autorité les « cassettes incontournables pour tout vrai fan de Hip-Hop », s’oppose le protocole mi-démocratique mi-statistique de l’Abcdrduson, visant à faire émerger une « opinion publique » des amateurs où le vote des uns vaut le vote des autres, pourvu qu’il soit exprimé.

Sur les forums des divers sites qui se sont fait l’écho du classement de l’Abcdruson, les débats vont bon train pour savoir laquelle de ces deux procédures, érudite ou démocratique, est la plus à même de définir le canon du genre. Mais chacune de ces deux procédures ne fait sens que par rapport à un enjeu éminemment contemporain : définir le (bon) rap, et l’une des façons de l’apprécier de manière adéquate.

Alors, qui sait vraiment ce qu’est le rap français ? Amateurs ou critiques ? Ou encore cette figure, qui participe des deux modèles et trouve une visibilité croissante à mesure que l’information numérique remplace la presse musicale sur papier glacé ? Pas de réponse à cette question, mais plutôt un avis de plus. Celui d’un artiste qui, rendant hommage à cinq groupes (voir le 1er billet de la série), cite les artistes auteurs des 7 albums comprenant le plus de « classiques » de l’Abcdr, et rassemblant le tiers du classement. Médine serait-il lecteur de l’Abcdrduson ?

  • L’école du micro d’argent d’IAM,  Mauvais œil de Lunatic : 5 titres.
  • Temps mort de Booba, Où je vis de Shurik’N, Le combat continue d’Ideal J, Quelques gouttes suffisent d’Ärsenik, Paris sous les bombes de NTM : 4 titres.