Allemagne / France : le rap dans les années 1990

Un article de Tom Cheesman, publié en 19981, donne quelques éléments intéressants sur l’histoire du rap en Allemagne dans les années 1990. L’angle d’analyse du texte est assez vaste, et ressemble sous ce rapport à des publications équivalentes dans le monde anglo-saxons portant  sur le rap en France, telles que celles d’André Prévos2. Mais à la différence de ce dernier, Cheesman ne s’appuie pas  uniquement sur des travaux antérieurs (universitaires ou journalistiques). Il utilise également une série d’entretiens que l’auteur a réalisés avec des protagonistes de la scène allemande au cours de l’année 1997 (sans que la méthodologie ne soit toutefois détaillée dans l’article).

Le ton général de l’article est assez libre, avec les défauts et les qualités souvent associées à cette démarche. Côté défaut, certaines imprécisions, quelques jugements moraux dont on se demande en outre s’ils ne sont pas parfois  à l’emporte-pièce, et une tendance à laisser le fil de l’argumentation s’éparpiller dans diverses directions. Côté qualité, une plongée saisissante dans dix ans d’histoire du rap qui, en une vingtaine de pages, donne sens à un univers artistique mouvant pour le lecteur ignorant tout. Côté qualité également, l’articulation – sur le mode de l’essai 3 – de dimensions souvent artificiellement cloisonnées de la réalité sociale – économique, politique, artistique, etc.

Parce qu’il porte sur une période que j’ai particulièrement étudiée pour le cas du rap en France (1990-1997), en même temps que quelques extraits, je vais tenter des rapprochements avec la situation de ce côté du Rhin. Mais avant cela, quelques remarques sur la démarche de l’auteur. Celui-ci commence par rappeler, non sans une distance salutaire, la portée politique et sociale traditionnellement conférée au rap américain.

Le rap et le hip-hop ont été marqués et commercialisés depuis le début comme l’expression de la colère et de la fierté des victimes américaines d’une discrimination à la fois sociale et raciale.4

Et Cheesman en déduit une clef de lecture de l’histoire du rap en Allemagne : « La mise en scène de soi des rappeurs, même les plus engagés sur le plan politique, est toujours fondamentalement commerciale : dans le contexte de l’industrie culturelle, lorsqu’on parle de “communauté”, il faut entendre “niche marketing” »5.

L’histoire (commerciale) du rap allemand, telle que la présente Tom Cheesman, «  débute drapée  dans le drapeau national »6 : la compilation Krauts with Attitude (voir la pochette ci-dessus), publiée en 1991, arbore les couleurs de l’étendard allemand – tout comme la compilation Rapattitude !, première compilation de rap français (ainsi que le proclame la pochette du disque) esquisse un bleu blanc rouge national, certes nettement plus stylisé (et inversé). On est en droit d’y voir plus qu’une coïncidence : si la compilation française est réalisée à l’initiative d’un label indépendant créé pour l’occasion, elle sort en 1990 grâce à une distribution de la quasi major Virgin. Or la compilation Krauts with Attitude est publiée l’année suivante, à l’initiative de la même maison de disques : Virgin, un même jeu sur les couleurs nationales, une même référence au groupe  de rap américain Niggers With Attitude. Vu le succès commercial de l’expérience française (disque d’or), il est possible que les commerciaux de Virgin Allemagne aient souhaité reproduire une formule qui, à défaut d’être secrète, semblait gagnante.

Mais les premiers succès commerciaux du rap allemand rappellent plutôt les débuts du rap américain que les premiers pas du rap français. Le premier succès commercial est celui des Fantastischen Vier qui, comme le Sugarhill Gang dix ans plus tôt, proposent un rap festif répondant au doux titre de « Die da ?! ». En France, la première série de raps à rencontrer un succès commercial, en 1990-1991, comportent peu de  paroles festives 7. En 1992, le groupe Advanced Chemistry produit une sorte de « The Message » en provenance de Heidelberg, un rap au contenu social et à la tonalité engagée : « Fremd im eigenen Land », « étranger dans son propre pays ».

À en croire l’auteur, l’histoire du rap allemand, cependant, suit un chemin plutôt consensuel. Forme culturelle légitime, synonyme de libéralisme et de multiculturalisme, le rap allemand est, comme le rap français, utilisé par des éducateurs spécialisés et des travailleurs sociaux dans des programmes à destination des quartiers déshérités. Mais contrairement au rap français, il est au milieu des années 1990 largement dépolitisé. Alors que NTM, Ministère AMER, et dans une moindre mesure IAM, confèrent au rap français une forte charge contestataire dès la première moitié dès années 1990, le rap allemand développe essentiellement des slogans festifs, et ses succès commerciaux bénéficient presque exclusivement à des artistes Blancs8.

Un tournant intervient en Allemagne à partir de 1995, à mesure que les enfants de migrants turcs acquièrent une visibilité commerciale dans le rap allemand qui leur faisait jusque là défaut. Le collectif Cartel et le morceau éponyme porte une nouvelle scène sous les projecteurs. Le succès est très important en Turquie, bien plus modeste en Allemagne, mais donne naissance dans ce pays aux premières polémiques autour du rap.

En Allemagne, les ventes du Cartel se comptaient en milliers d’exemplaires, des chiffres sans commune mesure avec la couverture médiatique dont le groupe fait l’objet. Cartel auraient pu être décrit comme une composante d’un phénomène plus large de Turcs d’Allemagne, tout particulièrement des musiciens et des chanteurs, réalisant des carrières dans le divertissement en Turquie en concoctant une musique hybride, alliant des styles de musique pop occidentaux et orientaux. Au lieu de cela, le nationalisme culturel du groupe, et plus particulièrement la rhétorique de leur hymne « Kankardesker » (« Frères de sang »), irrita les commentateurs allemands qui semblaient vouloir trouver à ce moment-là des preuves d’un dangereux contre-nationalisme au sein d’une jeunesse aliénée composée de Turcs de la seconde génération9.

Il est tentant de rapprocher ces attaques médiatiques de celles que connaît ponctuellement le rap français dès 199010 et qui se multiplient à partir de 199311. Pourtant, les différences sont notables, à commencer par le caractère régional des scènes musicales rap en Allemagne. Si, en France, il est convenu d’opposer Paris et Marseille comme deux pôles du rap potentiellement rivaux, cette représentation ne résiste pas à l’examen, qui montre plutôt les liens étroits et les collaborations précoces entre les artistes des deux villes, qui culmineront à la fin des années 1990 par une profusion de featurings entre rappeurs parisiens et marseillais.  En Allemagne, par contre, comme le note Cheesman, le rap se caractérise par « une profusion de scènes locales distinctes »12. Cartel est ainsi la figure de proue d’une scène issue de Nuremberg, après la vague de Stuttgart portée par les Fanta Vier, et se distingue des artistes issus de Berlin ou Hambourg.

Si l’Allemagne s’est intéressée au rap français, l’inverse n’est malheureusement pas vrai

Autre différence notable, le rap français est, à quelques couplets près, un rap en français. Les groupes qui ont suscité le plus de polémiques rappent en français, et si certaines recherches ont pu monter en épingle un rap supposé cryptique par son usage de l’argot et du verlan, les paroles sont dans leur écrasante majorité interprétées dans un français suffisamment standard pour que des députés puissent les citer sans difficulté à l’Assemblée nationale ou dans des communiqués de presse. Le rap allemand, avec Cartel, s’affirme comme un rap bilingue (en allemand et en turc), voire multilingue (en y associant l’espagnol ou d’autres langues), un point que souligne Cheesman13.

Pour conclure, un point de détail « amusant », et une piste intéressante picorés dans l’article. Le détail amusant d’abord :

En Allemagne, « patrie » de la musique classique européenne, le rap américain et la sous-culture hip hop semblent avoir été reçus et adoptés avec plus d’enthousiasme que n’importe où ailleurs en Europe.14

Le constat n’est pas sans rappeler nombre d’articles, français pour la plupart (mais pas exclusivement), qui proclament volontiers que la France est la seconde patrie du rap, après les États-Unis. Plutôt que de sonder la vérité de l’une ou l’autre de ces affirmations contradictoires15, on peut se contenter de noter un goût partagé, chez les commentateurs de tous pays, pour des formules permettant de grandir à bon compte leur objet d’étude.

Pour finir, une piste intéressante, qui traverse l’article de Tom Cheesman des premières pages aux dernières :

En ce qui concerne la question politique des rapports hommes / femmes, le rap est loin d’être uniformément sexiste. Il représente plutôt un espace de débats, ou son amorce par l’intertextualité, entre les rappeurs et les rappeuses qui adoptent des positions contrastées sur ces divers enjeux16. On peut en dire autant de la criminalité et de l’usage de drogue, glorifiés par certaines figures les plus connues du gangsta rap américain, mais critiqués par bien d’autres.17 […] Le motif le plus solide d’être optimiste [pour l’avenir du rap] réside dans la centralité du dialogue dans la sous-culture hip hop de l’improvisation, des fanzine, et de l’intertextualité des raps.18

Ce qui conduit l’auteur à conclure son article par quelques exemples dans lesquels le rap fonctionne comme une « sphère publique, dans laquelle significations et plaisirs s’élaborent »19. Ici aussi, on peut sans doute en dire autant du rap en France.

  1. Avec une coquille au nom de l’auteur…: Tom Cheeseman, « Polyglot Politics. Hip Hop in Germany », Debatte: Journal of Contemporary Central and Eastern Europe v.6 n°2, 1998, pp.191-214 []
  2. Pour un exemple, voir « Le business du rap en France », The French Review v. 74 n°5, avril 2001, pp. 900-921 []
  3. Comme le reconnaît bien volontiers l’auteur, qui présente son texte comme « un essai présentant une brève histoire du développement du rap en Allemagne » (p.192). Cette traduction comme les suivantes sont de mon fait. []
  4. p.191 []
  5. p.192 []
  6. p.200 []
  7. « Le monde de demain » de NTM, « Planète Mars » d’IAM, « Pour toi mon frère » de Lionel D. En guise de contre exemple, on pensera sans doute au « Mais vous êtes fous !» de Benny  B. Pourtant, si le rythme est dance, les paroles sont plus proches du « The Message»  de Melle Mel que du «Rappers’ delight » de Sugarhill Gang… toutes proportions gardées. Même le « Bouge de là » de MC Solaar, plus ludique et moqueur que festif, ressemble peu au succès des Fanta Vier []
  8. p.197 []
  9. p.203 []
  10. Voir par exemple la question du député Charles Ehrmann au ministre de la Culture, en 1991 []
  11. Avec, notamment, les polémiques autour du groupe NTM qui commencent, en 1990, par viser timidement le nom du groupe, avant de porter sur la pochette de leur deuxième album, le titre éponyme de ce même album, « J’appuie sur la gâchette­ », puis le titre « Police ». À la même époque, la chanson « Brigitte femme de flic » de Ministère AMER suscite l’indignation (qui restera confidentielle) de syndicats de policiers. Ces polémiques culminent en 1996 autour de ce qui deviendra l’«affaire NTM ». []
  12. p.196 []
  13. p.204 []
  14. p.194 []
  15. Sauf à proposer des distinguos subtiles et fumeux opposant l’enthousiasme hip hop des B.boys allemands aux performances économiques du rap sur le marché français… []
  16. Pour autant que l’on élargisse, sans doute à raison, la remarque au rap français, on ajoutera que l’espace de débat en question pâtit d’une mixité bien faible, comme du reste la majeure partie des genres musicaux. []
  17. p.195 []
  18. p.210 []
  19. p.210 []

Parcours subjectif dans les enjeux des digital humanities

Il y a tout juste un mois se déroulait le THATCamp Paris 2010. Les deux journées de discussions et de débats se sont conclues par la rédaction et l’adoption d’un Manifeste des digital humanities, qui peut être consulté (et signé) sur le carnet du THATCamp Paris 2010.

Voici quelques notes, fruit de mon point de vue de jeune docteur en sociologie. J’emprunte librement non seulement aux animateurs et animatrices des ateliers, mais aussi aux questions, remarques et critiques des participant-es. Le statut de ce qui suit est donc ambigu : si ce propos collectif est remis en forme par mes soins, nombre de formules et la quasi totalité des arguments ne sont pas de moi. Un grand merci à l’ensemble des personnes qui ont participé à ces deux journées…

Le chercheur et la diffusion de ses sources1

Le premier atelier auquel j’ai assisté soulevait le problème du partage des données textuelles et non textuelles de la recherche. La norme, en sciences humaines et sociales françaises, est plutôt l’opacité totale. Il faut croire les chercheurs sur parole, avoir foi en leur terrain : les contraintes éditoriales traditionnelles n’offrent le plus souvent qu’un accès illustratif aux sources qui étayent les analyses. On trouvera donc un extrait d’entretien ici, un compte-rendu d’observation directe là, ou encore quelques remarques sur la base de données à partir de laquelle différentes analyses quantitatives se déploient. C’est un problème de fond pour le fonctionnement théorique d’une discussion scientifique collective de la recherche, mais on a appris à faire avec.

Or le numérique transforme les fameuses « contraintes éditoriales ». Et si l’on envisageait désormais la diffusion des sources de nos recherches ? Les obstacles techniques, désormais, sont faibles. Il reste évidemment la question des coûts de numérisation, de conservation, de diffusion, le tout dans une optique qui tienne compte de la vulnérabilité des données numériques aux pannes et à l’évolution technologique. Mais derrière les obstacles techniques pointe l’ampleur politique du problème.

  • Problème politique du droit : la numérisation des sources ne se pose pas de la même façon lorsqu’il est question d’un corpus de testaments du Moyen-Âge et de carnets d’enquête ethnographique dans, par exemple, les milieux contemporains du rap professionnel en région parisienne. On rencontre évidemment les questions de respect de la vie privée, de droit à la propriété intellectuelle, mais aussi plus prosaïquement les questions de droit privé, nombre de sources pouvant être des documents commerciaux, en histoire ou sociologie de la culture par exemple. Plus simplement, nombre de recherches ne seraient pas pensables sans certaines formes de confiance et de confidence de la part des enquêtés, une confiance qui, dans une certaine mesure, lie le chercheur.

  • Problème politique du métier de chercheur : s’il est question d’ajouter au travail de recherche proprement dit le travail de production et de diffusion des sources, il va falloir revoir à la hausse la durée des thèses. De plus, ne risque-t-on pas de s’acheminer vers des trajectoires de chercheurs dont l’unique contact professionnel avec la réalité sociale sera médiatisé par des corpus numérisés et formalisés ? Au-delà, s’agit-il de produire (ou de renforcer) une division du travail entre les « petites mains qui collectent » et les « grands esprits qui pensent » ? Le précédant de l’enquête de Plozevet illustre le fait que la question, remise au goût du jour par le numérique, n’est en rien nouvelle.

  • Problème politique de la science : il existe un risque de stérilisation collective de la recherche si les exigences imposées pour partager les sources de l’enquête sont trop lourdes. Dans une certaine mesure, chaque chercheur élabore un idiome propre à mesure qu’il avance dans son travail d’enquête. À une autre échelle, on peut se demander si les catégories qui président à la constitution des sources – si rationalisées soient-elles – seront encore d’un quelconque intérêt vingt ans plus tard. Les sciences sociales connaissent des déplacements importants de leurs questionnements dans un temps relativement court, et l’ idéal de cumulativité est peut-être trompeur.

De ces quelques remarques, il apparaît que l’accès numérique aux sources de la recherche ne peut se faire sans un certain nombre de précautions. Parmi les pistes avancées dans l’atelier, on peut mentionner la logique des barrières mobiles (un certain nombre de sources ne deviennent publiques qu’après un délai qui peut être défini en fonction de la nature des documents concernés), l’explicitation de ce que l’on entend par « rendre public » des sources (grand public ? public des chercheurs de profession et de goût ? public plus restreint encore, via autorisation institutionnelle ?) et la réflexion sur les espaces de diffusion que cette explicitation doit accompagner.

En somme, c’est tout un ensemble de médiations (et de nouveaux médiateurs ?) qu’il s’agit d’imaginer. En la matière, des normes « éthiques » contraignantes pourraient avoir un effet d’auto-censure de la recherche plutôt que d’ouverture des données. L’idée est aussi de ne pas attendre qu’un consensus introuvable prenne forme, mais de favoriser et faciliter le développement de pratiques pionnières en la matière.

Les archives de chercheurs : classification, archivage et dissémination2

Dans la continuité de l’atelier précédent, ce nouvel atelier a notamment souligné l’enjeu des standards de méta-données, autrement dit, ces données servant à définir ou décrire d’autre données3. En l’occurrence, la manière dont les documents accumulés dans le cadre d’activités de recherche sont ou vont être décrits, et la compatibilité de ces différentes manières de faire les unes avec les autres appellent une attention particulière de la communauté scientifique. Elle  conditionne en effet directement la possibilité de  diffusion des connaissances, et suppose un effort de réflexion et de pédagogie collectives important. Parmi les pistes fortement soutenues dans le cadre de cet atelier, on peut noter l’appel à s’appuyer sur les communautés d’utilisateurs déjà existantes. Celles-ci ont leurs propres formats, leurs propres méta-données, et il faut partir de ces communautés plutôt que de tenter d’élaborer des classements de l’extérieur.

Au détour de l’atelier, je découvre l’existence du projet data.gov.uk, site d’accès aux données publiques britanniques. Parmi les principes défendus par le projet, on trouve l’argument suivant : « using open standards, open source and open data: these are the core elements of a modular, sustainable system ».

Le défi du stockage collaboratif et cumulatif de l’information historique4

Au travers de leurs expériences autour du projet Patrons de France, Francesco Beretta et Pierre Vernus proposent de réfléchir au rôle de la modélisation des données dans la constitution de bases d’informations historiques. Faute de prendre suffisamment la mesure de cette question, un grand nombre d’entreprises de collectes de données ne sont et ne peuvent être qu’imparfaitement exploitées.

Lors des premiers pas de ce qui allait devenir un Système modulaire de gestion de l’information historique (SyMoGIH), l’équipe n’a pas prêté attention au problème de la modélisation des données. Ce n’est que dans un deuxième temps après s’être tourné vers des informaticiens, que la prise en compte des formalismes de structuration de base de données a redéfini l’ambition du projet. La difficulté étant de formaliser plusieurs sources, le projet conduit à poser la question suivante, en toute généralité : qu’est-ce qu’une information historique ? comment la décrire ?

Ce type d’entreprises soulève la question de l’organisation collective qui la sous-tend5. Y a-t-il des règles dans les usages de la base conditionnant son usage au fait de participer à l’enrichissement des données ? En l’occurrence non, puisque la base est disponible en ligne à quiconque souhaite l’interroger. Du coup, quelles sont les rétributions (symboliques ou non) associées à l’enrichissement de la base, si ce n’est le goût du travail bien fait ?

Enseignement supérieur et digital humanities6

L’atelier s’ouvre sur le constat d’une absence  d’apprentissage du numérique aux étudiants, à part via des individus isolés. Les chercheurs reproduisent leur propre formation, qui s’est déroulée avant l’irruption du numérique dans les usages quotidiens de la recherche. Au mieux, les étudiants reçoivent une initiation à une suite bureautique type Office et à l’usage sommaire d’un moteur de recherche. Les étudiants, quant à eux, ont une culture du numérique liée aux loisirs, en rupture avec la vie universitaire qui est liée au papier.

D’où la proposition suivante : plutôt que de dire « technologie = apprentissage technique », parier que l’essentiel doit passer par l’auto-formation. Quels sont les apprentissages des pratiques numériques nécessaires ?

  • Les méthodologies et pratiques liées à l’environnement numérique en réseau ;
  • les connaissances utiles pour construire une profondeur de champ : histoire des supports de mémorisation et d’inscription, propriété des documents numériques, indexation, acteurs du numérique, histoire du web… ;
  • les éléments permettant de nourrir une réflexion critique sur ces questions : enjeux juridiques, économiques, identité numérique, public / privé, responsabilité éditoriale, transformation de la culture universitaire…

Quel rôle peut jouer la pratique de la culture numérique dans le parcours des étudiants ? Jusqu’à quel point les digital humanities permettent-elles de franchir les barrières disciplinaires ?

L’un des participants présente son expérience d’enseignant, marquée par la difficulté à convaincre certains étudiants de l’importance de la source numérique. En sixième semestre de licence, il a été le premier à parler de numérique, et des conditions de citabilité de documents numériques.

Des discussions émerge le constat que l’absence de formation sérieuse à la recherche documentaire chez les étudiants et les chercheurs est bien antérieure à l’avènement du web. De ce point de vue, on reste dans la continuité d’une connaissance et d’un usage des procédures d’interrogation sommaires.

Un autre problème réside dans la forme du cursus et de la progression. Un étudiant de licence et de master, ce n’est pas la même chose, et ils n’ont pas besoin de connaître la même chose. Quel est l’enjeu ? Faire des digital humanists ? savoir citer ? donner une formation particulière originale associant connaissance des humanités, des techniques et des savoirs ? D’où aussi le problème tactique suivant :  les digital humanities doivent elles s’enseigner comme une discipline de techniques documentaires à part, ou être intégrées aux autres enseignements ? À l’inverse, ne serait-il pas temps de mettre des sciences humaines dans le numérique ?

La question des pratiques pédagogiques permettant une formation au numérique indique un retour à l’informatique par le web, alors qu’avant on y était par le code. Dans une certaine mesure, on retrouve des enjeux qui avaient émergé dans les années 19707, mais que la veille technologique de la génération 1970-80 a manqué. On constate par exemple un trou de 1988 à 1998 dans les publications sur le numérique et l’informatique. Du coup, c’est une nouvelle génération qui est revenue après un silence de dix ans.

Le chercheur doit être capable de discuter avec l’ingénieur, sans se substituer à lui, mais de comprendre ses enjeux. On touche là à l’opposition traditionnelle entre le technicien (qui « applique ») et le chercheur (qui « pense »), avec le mépris qui lui est associée. Faire un programme n’est pas un travail reconnu. Alors que c’est une écriture, c’est une pensée. Au XXe siècle, il faut savoir mobiliser toutes les textualités, dont les textualités digitales, le code, comme l’humaniste du XVIe siècle savait mobiliser l’ensemble des textualités de son époque.

  1. Cet atelier était animé par Marin Dacos. On en trouvera un compte-rendu synthétique réalisé par Pierre Mounier sur le site du THATCamp Paris 2010 []
  2. Atelier animé par Ghislain Sillaume []
  3. Définition proposée par wikipedia []
  4. Atelier animé par Francesco Beretta et Pierre Vernus []
  5. À propos de la base Patrons de France, on rapporte l’anecdote suivante : un professeur à qui le projet était présenté aurait réagit en répondant : « ça ne m’intéresse pas, mais voyez avec mon étudiant ». []
  6. Atelier animé par Corinne Welger-Barboza []
  7. Cf. la tribune d’Emmanuel Le Roy Ladurie dans le Nouvel Observateur, en 1968 : « La fin des érudits. L’historien de demain sera programmeur ou ne sera pas » []

Histoire(s) du hip-hop féminin en France

Les ouvrages de référence sur le rap, qui ne sont pas nombreux d’ailleurs, n’accordent que quelques pages aux filles du mouvement. Mais lorsqu’ils abordent le thème des rappeuses françaises, tous sont unanimes pour expliquer les difficultés qu’elles ont à s’intégrer et à se faire reconnaître par leurs homologues masculins. […] Le sujet des rappeuses n’a donc pas à l’heure actuelle été étudié par les sociologues1.

Ce constat a peut-être enfin trouvé un début de réfutation avec la publication, ce mois-ci, de Fly Girls : Histoire(s) du hip-hop féminin en France2. Fly girls, équivalent au féminin de l’expression b. boys, désigne les membres du mouvement hip hop.

L’ouvrage est co-signé par Antoine Dole et Sté Strausz. Cette dernière est l’une des premières rappeuses françaises, auteure d’un mini album réalisé en indépendant et publié en 1994, puis de deux albums (1998 et 2005). L’écart entre le premier et le second album témoigne des difficultés que cette artiste a rencontré dans sa carrière, difficultés qu’elle mettait en musique dans le premier titre extrait et de son dernier album : « Ma vie ».

Avant de pouvoir en dire plus sur ce livre, voilà quelques notes d’un petit cybertour d’horizon de quelques documents intéressants sur la question. Tout d’abord, sur le blog de La méduse, une discussion dont on espère qu’elle va se poursuivre autour du « corps viril du rap » – perçu et disséqué depuis les oreilles d’une amatrice du genre. Bien qu’il ne porte pas sur la question du genre, j’en profite  pour glisser ici un lien vers un autre article réflexif d’un amateur de rap, celui de Chivain, qui s’interroge sur « le rapport des classes moyennes anarchisantes évoluant dans le milieu DIY (« nous » ?) au mouvement hip hop ».

Revenons-en au genre. Le magazine Anattitude mérite le détour. Cette publication consacrée à l’ensemble des disciplines du hip-hop dans le monde vise à présenter « the female side of hip hop ». Parmi les quatre numéros publiés depuis 2005, on peut noter le n°2 qui présente quelques portraits de femmes évoluant dans le hip-hop parisien. Il est écrit en bilingue (français / anglais) et, ce qui ne gâche rien, on peut le consulter entièrement via la plateforme issuu.com.

Outre l’incontournable Princess Aniès, on découvre notamment les danseuses Dhaam de coeur, Zou, les graffeuses Lenie et Kenza, et la réalisatrice Keira Maameri. L’un des documentaires de cette dernière, s’intitule On s’accroche à nos rêves et décrit lui aussi la trajectoire de quelques fly girls française. Au programme du trailer du documentaire, un extrait du titre « Qui est le sexe faible » de Princess Aniès et Tepa (qui formaient le duo Les Spécialistes), suivi de quelques interviews et d’une performance impressionnante de DJ Pom… Pour cette version enflammée de « Jump around » de House of pain, c’est ici !


Keira | MySpace Vidéo

  1. Anne-Sophie Davy, Le rap au féminin : une quête impossible ?, mémoire réalisé à l’IEP de Grenoble, 2003, p.6 []
  2. éd. Au diable vauvert []

Garbage in, garbage out

Ce qui se passe dans les salles de marché, dans l’univers de la finance est un subtile mélange de rationalité et d’irrationalité qui est bien fait pour tromper son monde. Car en effet, les bac +12 manipulent des outils mathématiques qui nécessitent d’avoir fait bac +12 et qui sont extraordinairement sophistiqués. Mais un modèle mathématique ne vaut jamais que ce que valent ses hypothèses. Et selon l’expression anglo-saxonne consacrée, « garbage in, garbage out ». C’est-à-dire saloperie à l’entrée, saloperie à la sortie. Donc vous avez des modèles extrêmement puissants en effet, mais qui sont nourris par des hypothèses qui sont ultra rudimentaires. Et c’est par le biais de l’input, sans lequel aucun modèle mathématique ne marchera jamais, c’est par le biais de l’input que s’insinue la croyance et l’opinion dans l’univers de la finance. Donc vous faites fonctionner des machines mathématiques sur-sophistiquées mais en les nourrissant avec du déchet intellectuel1.

Cette courte démonstration de l’économiste Frédéric Lordon vise le monde de la finance, mais elle résonne aussi comme un avertissement saisissant à l’égard des sciences sociales. Elle résume l’une des difficultés des raisonnements hypothético-déductifs qui s’appuient sur des calculs formels complexes. De la très classique régression linéaire jusqu’aux savants dosages mathématiques des derniers programmes d’analyses de réseaux, on s’affronte à un double danger quant à la qualité des hypothèses. En premier lieu, les modèles mathématiques et les programmes informatiques qui les implémentent reposent sur des hypothèses, et peuvent être inadéquats pour telle ou telle problématique particulière. Mais en outre, aucun jeu d’opérations statistiques ne peut se substituer au travail consistant à donner sens aux « résultats » qu’il produit. Il faut donc formuler des hypothèses sur l’interprétation des résultats elle-même.

En voici une illustration, piochée dans un article de science politique que j’ai lu récemment. Le texte synthétise habilement les théories concurrentes par lesquelles la pratique des questions écrites à l’Assemblée nationale a été analysée, et propose ensuite d’arbitrer entre ces théories à l’aide d’un corpus de questions écrites soumis à une analyse de régression linéaire. Mais des théories à la régression, il faut un ensemble d’hypothèses sur la façon dont les théories pourraient se décliner en résultats observables. Sans entrer dans le détail de l’analyse de l’auteur (par ailleurs fort intéressante), on peut relever cette hypothèse interprétative :

Je considère que les électeurs  d’une circonscription rurale ont plus de difficultés à trouver les informations dont ils ont besoin dans leurs relations avec l’État, et sont donc plus susceptibles de s’appuyer sur leur député pour trouver de l’aide. […] La seconde mesure indirecte de la quantité de demandes des électeurs repose sur l’éducation. Je suppose que moins les électeurs sont instruits, plus ils tendent à se tourner vers leur député lorsqu’ils sont confrontés à des problèmes vis-à-vis de l’administration.

L’argument est avancé sans faire référence à des travaux antérieurs susceptibles d’appuyer l’interprétation, et les formulations semblent finalement mettre en œuvre une conception assez sommaire (et quelque peu paternaliste) du lien entre les électeurs et leurs représentants : les peu diplômés et les ruraux sont ignorants, donc ils posent plus de questions à leur député (qui, grand prince, relaie ces questions à l’Assemblée).

Le « démon de la poubelle » ne m’intéresse pas uniquement pour critiquer les collègues. Il traîne en effet à proximité de certaines de mes recherches actuelles. J’essaie d’approfondir mes analyses de réseaux chronologiques à l’aide d’un logiciel, Siena, dont le fonctionnement repose sur un modèle aux nombreux postulats2. Jusqu’où ne pas aller trop loin dans l’abstraction formelle, pour rester en mesure de dire quelque chose d’intelligible et de vraisemblable au terme d’un détour mathématique ? En attendant de trouver une réponse assurée à cette question pour l’enquête particulière qui m’intéresse, je surveille avec inquiétude ces centaines de featurings que Siena mouline. « Garbage in, garbage out ».

  1. Frédéric Lordon, « Nationaliser les banques ? Bonne idée », émission d’@rrêt sur images diffusée le 14 mai 2010 []
  2. exposés, et confrontés de façon stimulante à un terrain précis par Ainhoa de Federico de la Rúa, « L’analyse longitudinale de réseaux sociaux totaux avec Siena. Méthode, discussion et application », Bulletin de méthodologie sociologique n°84, 2004 []

Numérique et précaires de l’euhèssaire

Il y a beaucoup de motifs qui peuvent inciter à ouvrir un blog « scientifique ». En ce qui me concerne, j’ai commencé à réaliser ce carnet de recherche pour deux raisons principales. La première était une tentative de diffusion des enquêtes que j’ai initiée il y a bientôt dix ans. Ce que je voulais et ce que je veux toujours, c’est moins rendre public des « résultats » (encore qu’il y en a bien quelques uns que je compte partager !),  que proposer un regard original sur le genre musical rap. La seconde était une tentative d’écriture liée à mes recherches sensiblement différente de celles que j’avais privilégié jusqu’alors : plus directe, un peu plus personnelle peut-être, et dans des formes beaucoup plus brèves. Des billets, pas des articles, des chapitres ou… des thèses.

Pourquoi ces remarques ? Parce qu’à l’intersection des deux objectifs, l’ouverture d’un carnet projette également une partie de l’activité de recherche dans un espace public numérique. Ce carnet devient ainsi une vitrine, dont il est difficile de définir et de mesurer le rôle. Sur le plan professionnel, quoi qu’il en soit, cette vitrine présente en public le portrait d’un « jeune » docteur. Elle constitue nécessairement une mise en scène de ses recherches, une mise en scène de soi comme chercheur. Je tends donc aussi à penser ce lieu comme un « auto-radar ». Or dans la composition de cet auto-radar, je ne peux pas faire abstraction de mon statut de « non permanent de l’ESR1 ».

Les pratiques numériques rassemblent un grand nombre d’outils dont de plus en plus de chercheurs se saisissent depuis dix ans. Ces pratiques recomposent ce qu’est la recherche, et risquent fort de la recomposer plus encore dans les années à venir. Blogging « scientifique »2, dépôts d’articles en open access comme HAL-SHS, veille Internet via Delicious.com ou bibliographique avec Zotero.org, wikis, réseaux sociaux type Facebook3 ou Twitter, peut-être bientôt archives ouvertes pour les sources et les matériaux de l’enquête. Les réflexions sur ces outils et leurs impacts sur le monde de l’enseignement supérieur et la recherche ne manquent pas, mais elles sont peu nombreuses à prendre directement en compte l’opposition entre les précaires et les fonctionnaires de la recherche. En fait, cette fracture semble largement invisible, comme si le numérique et la recherche étaient un enjeu uniquement pour les titulaires.

À l’occasion du THATCamp Paris, on devrait pouvoir en apprendre plus sur cette question, et sur pas mal d’autres, liées aux digital humanities4. Cette manifestation se présente comme une « non-conférence » pour mieux insister sur un dispositif visant à faciliter une réflexion collective et collaborative. En fait, la « non-conférence » a déjà commencé, via le carnet de recherche dédié et surtout par l’intermédiaire d’un wiki auquel peuvent participer tous ceux qui le souhaitent.

L’un des ateliers porte sur les enjeux du numérique pour les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales. Pour lancer quelques premières pistes, avant d’y revenir après l’atelier en question, on peut noter que certaines des premières transformations introduites par le numérique ont partie liée avec la limitation (plus que la suppression) de quelques asymétries majeures dans l’information dont disposent les différents « aspirants à la recherche professionnelle ».

Ces asymétries concernent notamment l’accès aux articles scientifiques. Longtemps dépendants des fonds et des abonnements des bibliothèques les plus proches5, les chercheurs ont accès depuis le début des années 2000 à un nombre croissant de revues en ligne. De même pour l’actualité des événements scientifiques, qu’il s’agisse de colloques, de publications ou d’appels à contribution : Fabula, Liens-socio.org ou Calenda offrent une information scientifique croissante sur Internet. Enfin, depuis quelques années, on assiste à moins d’opacité dans les procédures de sélections, par exemple pour les postes d’attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) ou de maître de conférence6.

Ces évolutions transforment les asymétries, mais ne les font pas disparaître. Les techniques et les moyens pour exploiter certaines ressources numériques deviennent de nouveaux enjeux. Qui  connaît les portails de revues scientifiques7, les moteurs de recherches scientifiques, et comment contrôler les recherches qu’ils permettent ? Qui appartient à une institution qui bénéficie de l’accès aux contenus payants de Cairn ou Jstor ? Au sein d’une telle institution, quels sont les doctorants qui savent qu’ils peuvent y avoir accès ? Qui est en mesure de maintenir une veille Internet efficace sans que l’activité devienne dangereusement chronophage ? De quels outils et de quelles ressources dispose-t-on pour progresser sur l’ensemble des ces pratiques ?

Encore n’est-on là que sur l’un des versants de l’activité scientifique, celui de la production de la recherche. Un autre versant est celui de sa diffusion vers des sphères plus ou moins larges. À quelles conditions peut-on faire du web un espace de collaborations scientifiques effectives ? Où peut-on publier et où doit-on publier ? Une revue électronique, est-ce une revue au rabais aux yeux d’une commission de qualification du CNU ou d’un jury de concours de maître de conférence ? Comment assurer le référencement de ses publications ? Quelles sont les conséquences possibles de la publication électronique de textes non publiés ou de documents de recherche  ?

J’arrête ici l’égrainage de questions… pour l’instant.

  1. l’enseignement supérieur et la recherche []
  2. comme la plateforme Hypotheses.org, mais aussi Contexts, Scienceblog… []
  3. voir à ce sujet l’article de Olivier Ertzscheid intitulé « Pourquoi je suis « ami » avec mes étudiants »… []
  4. « les Digital Humanities concernent peu ou prou l’ensemble du processus de la recherche en lettres, sciences humaines et sciences sociales, dès lors que ce dernier est touché dans ses fondements mêmes par le numérique » expliquent les initiateurs de la manifestation []
  5. malgré le prêt inter-bibliothèque… []
  6. grâce à des associations telles que la guilde des jeunes chercheurs ou l’ANCMSP, ou à des initiatives plus individuelles mais néanmoins rapidement collaboratives, comme le wiki de B. Coulmont, puis M. Hély pour la sociologie []
  7. Revues.org, Persée, Érudit… []