Entretien avec Nycthémère partie 3/4 : Comment analyser le rap ?

Deux doctorants ont initié un nouveau carnet de recherche consacré au rap il y a quelques mois maintenant : Nycthémère. Le 5 mai 2015, ils ont réalisé un entretien avec moi autour de mes recherches sur le rap. Les deux premières parties de notre échange se trouvent sur leur blog :

La troisième est ici, en attendant la quatrième et dernière, de nouveau sur Nycthémère

Le rap, les mots et les choses

Nycthémère : Est-ce que vous défendez plutôt l’idée que « le rap » existe, qu’il y a une forme d’unité, ou au contraire qu’il n’y a pas « le » rap, mais « des » raps, et que l’unité ne vient que de l’assignation médiatique, qui peut après être reprise par les rappeurs ?

Karim Hammou : Une des choses que je constate en France, c’est la capacité collective – et je m’inclus dedans – à faire tenir le rap comme étiquette, ce qui nous distingue assez fortement d’autres pays. Le rap n’est pas une étiquette qui me semble tenir aussi massivement en Angleterre ou aux États-Unis, il y a des catégories concurrentes, il y a le hip hop, il y a Continuer la lecture de Entretien avec Nycthémère partie 3/4 : Comment analyser le rap ?

L’info en 20 minutes : vite fait, mal fait

Billet écrit avec Stéphanie Molinero

Exclusif ! Le journal 20 Minutes sort aujourd’hui un sondage dont la révélation est un pétard mouillé.

Le rap, neuvième genre musical préféré des Français; MC Solaar, rappeur le plus apprécié; Booba, La Fouine, et Joeystarr dans le top 3 des rappeurs les moins aimés… Voici les principales conclusions un sondage YouGov consacré au rap et révélé en exclusivité pour 20 Minutes. A cette occasion, nous avons demandé aux sociologues Karim Hammou et Stéphanie Molinero, auteurs respectivement d’Une Histoire du rap en France et Publics du rap de commenter ces résultats.

L’article est signé par la journaliste Dolores Bakèla. Ce n’est pourtant pas à elle que nous allons faire plusieurs griefs dans ce billet. Car la journaliste, après avoir Continuer la lecture de L’info en 20 minutes : vite fait, mal fait

Le rap français ausculté en Tchéquie

alenapolicka J’étais convié cette semaine à l’université de Brno, en République tchèque, pour présenter mes recherches sur le rap et l’histoire des musiques populaires en France1. A l’initiative de cette invitation, la sociolinguiste Alena Polická mobilise depuis 2007 ses étudiant-e-s autour d’une base de données Continuer la lecture de Le rap français ausculté en Tchéquie

  1. Dans le cadre de l’exposition franco-tchèque Migrations. Regards croisés Bretagne, Moravie du Sud organisée dans le cadre du 50e anniversaire du jumelage entre les villes de Brno et de Rennes. []

Comment l’URSS a (un peu) financé le rap français

Lorsque je pose l’enregistreur sur la table, Yann Cherruault commente : « Ça me rend dingue la retranscription. Des fois, j’en peux plus, j’ai des interviews que j’ai faites y a deux ans, des trucs qui sont vachement bien, mais je sais que ça dure… que j’ai une heure et demi de bande et que ça va me prendre… »
…un temps fou.

IHH2Deux ans, c’est à peu près le temps que j’aurai mis, moi aussi, pour retranscrire nos deux heures de discussion à bâton rompu. Au menu, la presse rap des années 1990, l’affaire autour des déclarations homophobes de la Sexion d’Assaut en 2010, le concours Max de 109 qui a fait connaître La Fouine, Fisto et Pearl ou encore l’aventure d’IHH Magazine1, dont le n°3 sortira en avril, et qui est aujourd’hui le seul titre de presse rap encore en kiosque en France. Et surtout, l’histoire de The Truth, le magazine intransigeant des années 1990, absent du livre Une histoire du rap en France. Le tout sur une B.O. signée Sameer Ahmad.

Continuer la lecture de Comment l’URSS a (un peu) financé le rap français

  1. Nouvelle formule sans DVD d’International Hip-Hop. []

Le deuxième marché mondial… vraiment ?

Bluff vaguement cocardier, ou fierté légitime ? C’est en tout cas une affirmation qui circule depuis quinze ans. La France serait « le deuxième marché mondial du rap ». Accroche facile pour justifier un papier ou amorcer une émission, à la fois pas vraiment improbable1 et subtilement biaisé2, ce lieu commun devient un bourbier lorsqu’on le voit répété dans des travaux scientifiques. Un sorte de piège à chercheur pressé de remplir un trou logique pour lequel des données fiables font défaut. Car qui a jamais prouvé cette pseudo statistique assénée comme une évidence ? A défaut de preuve définitive, essayons de rassembler quelques indices.

Poids lourd et poids mouche

Dire que la France est le deuxième plus gros marché discographique de rap, c’est le rapprocher, implicitement, du marché des Etats-Unis. Or les ordres de grandeur sont Continuer la lecture de Le deuxième marché mondial… vraiment ?

  1. La France est le cinquième marché discographique mondial depuis plusieurs décennies,  et le rap y a rencontré un succès important. []
  2. Il y a beaucoup plus de sens à rapprocher le marché français des marchés allemand ou britannique que du marché américain, comme on le verra plus bas. []