Objets fuyants et archives en ligne

Au cours de sa soutenance, un ex doctorant désormais docteur (bravo à lui !) a la bonne idée de rappeler ces propos, aux circonstances inconnues, du sociologue Pierre Mayol, ancien collaborateur de Michel de Certeau : « on a parlé pendant 20 ans du rock, 5 ans du rap, maintenant c’est la techno, et demain ce sera les boys band ? ».

On retrouve la trace de cette intervention au détour d’une revue de presse RFI diffusée le 10 juin 1997 par l’ambassade de France aux Etats-Unis, et dont deux ans d’archives sont conservées sur le site de l’IEP de Lyon. Le propos aurait été rapporté dans Libération, suite à la tenue d’un colloque intitulé « La techno : d’un mouvement musical a un phénomène de société ».  Le sociologue en question, Pierre Mayol, aurait eu ce commentaire :  « Je sors de 20 ans de colloques sur le rock, de deux ans de rap, maintenant c’est la techno et deja les boy’s band ! ». De  fait, il participait au colloque en question, et son intervention fait partie des actes, publiés la même année à L’Harmattan.

Bonjour tout le monde ! (bis)

J’aime beaucoup le titre par défaut de l’exemple de billet WP 🙂

L’idée de départ est de partager et discuter des éléments de réflexion sur le rap adossés aux sciences humaines et sociales. Le contenu des billets sera étroitement dépendant de ma propre actualité, de mes choix, de mes affinités (scientifiques surtout, esthétiques parfois).  Celui des commentiares… dépendra des commentateur/trices !

Je pense publier aussi bien des citations et des commentaires d’articles, de livres ou de déclarations publiques touchant directement ou indirectement au genre musical rap que des réflexions personnelles, en marge ou au cœur de travaux exposés, publiés ou à paraître.

Les sciences sociales paraîtront parfois bien loin d’un billet publié : la simple reprise de certains propos me parait se suffire à elle-même, au moins dans un premier temps. Il ne sera pas non plus question de rap à chacun des billets : certaines analyses d’autres genre musicaux, ou simplement certains concepts, sans que leur lien à l’objet rap soit explicité, contribuent à la réflexion que ce carnet soutient. Enfin, certains billets n’exposeront « que » des éléments sur la science (sociale) en train de se faire : difficultés et surprises de l’enquête, hasard de l’analyse des données, rapport à l’écriture.

Les commentaires, si les lecteurs et lectrices le souhaitent, peuvent être le lieu privilégié où articuler toutes ces dimensions. Ils sont ouverts à toutes et à tous, à partir de l’angle souhaité : illustrations, contre-exemples, précisions, réfutations, interrogations, élargissement… Evidemment, j’encourage vivement les contributions apportant un regard décalé sur le sujet de tel ou tel billet – comparaison avec un autre genre musical, situation dans d’autres pays que la France, point de vue d’autres disciplines, etc.

Et pourquoi pas commencer dès ce premier billet par ouvrir les commentaires aux attentes des unes et des autres ?