Belgique

Discographie des albums de rap francophone d’au moins 8 titres (EP / LP) distribués en Belgique jusqu’en 2004. Pas de compilations donc1, ni de maxis, mixtapes, etc.

Si vous relevez des erreurs ou des oublis, n’hésitez pas à me les signaler.

  • Benny B, L’album, 1990
  • Benny B, Perfect, Daddy K et moi, 1992
  • De Puta Madre, Une ball dans la tête, 1995
  • Defi J, Le rap appartient à ceux qui y pensent, 1996
  • Pee Gonzalez, Whuz The P ?, 1996
  • Starflam, Starfam, 1998
  • Rival, De la rue à la scène, 1999
  • De Puta Madre, Technik stonic, 1999
  • Manza, La dernière page, 2000
  • Starflam, Survivant, 2001
  • FRJ, Au-delà de Gibraltar, 2002
  • Rival, En quelques featurings, 2002
  • LPC, L’allégorie du ghetto, 2002
  • CNN 199, CNN 199, 2003
  • Starflam, Donne moi de l’amour, 2003
  • Incantation, Violé par l’histoire, 2003
  • P.50, Black book, 2004
  • HNS, On naît seul on meurt seul, 2004
  • Starflam, Pour quelques euros de plus, 2004
  • Manza, Ce que j’en retiens, 2004
  • La Tria, On se le disait, 2004
  • 13Hor, Des comptes à régler, 2004
  • OPAK, L’arme à l’œil, 2004
  1. Le statut du disque BRC, Brussels Rap Convention, publié en 1990, est ambigu. Je le considère comme une compilation, mais le mentionne donc malgré tout au détour d’une note ! []

6 réflexions au sujet de « Belgique »

  1. Bonjour,
    Tout d’abord, je tenais à vous féliciter (et à vous remercier) pour le travail que vous fournissez, autant à travers vos billets qu’à travers votre bouquin, que j’ai lu avec passion ! Étant historien de formation, je trouve votre approche extrêmement intéressante !
    En ce qui concerne les albums de rap francophone belge, il me semble qu’il manque l’album « L’arme à l’œil » (datant de 2004) du collectif OPAK, composé de Scylla, Masta Pi, L’AB2C (ou AB7), Karib & DJ Alien.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/OPAK_(groupe)

    Baptiste

  2. Bonsoir;
    J’ai lu et relu votre bouquin auquel j’ai prêté une certaine attention.
    Il était évident que le rap existait avait Skyrock – formatage – et la compil’ Rapattitude.
    Est-ce que l’on peut dire que Deenastyle est un album ou un maxi?
    Vous avancez que – je reviens vers l’année 90 – que les Benny B ne sont pas « vraiment » des B Boys dans votre ouvrage?
    Daddy K a fait parti du groupe de break Dinamic Three au début des années 80 en belgique.
    Comme il y eut les Paris City Breakers.
    Le groupe Benny B avait des influences rap us;
    Look, style, adaptation, photos, samples.
    Les premières versions sont Hip Hop.
    Est-ce que je peux? – 1992 – est une adaptation de Tribe Called Quest « Can i kick it? »
    Dis-moi bébé – 1991 une adaptation de Ll Cool J « I need a girl » – 1987 –
    « Elle » sur leur 1er opus une adaptation du groupe Guy « Let’s Chill » – New Jack swing –
    Dix, neuf, huit… – 1992 – une adaptation de Naughty By Nature « O.p.p. ».
    Yo! Home boys – 1er album –
    Samples de Bel BIv Devoe « Poison » et Black Machine « How gee ».
    Coiffures comme Bobby Brown
    Époque « Don’t be cruel » et « Bobby ».
    Bel Biv Devoe etc.
    À la base ils étaient très Hip Hop mais le rap ne se vendant pas en Belgique ni en France la mode étant à la Dance et son house les producteurs ont l’idée de fait du rap mais plus Dance.
    Ce qui accrocherait mieux l’oreille du public.
    Ce que Benny a fait ouvertement c’est à dire ouvertement – mettre de l’eau dans son vin – les autres vers 93/94 rap festif pour mieux passer en radio le feront plus discrètement.
    Iam le mia la fièvre ntm ou je zappe de je marre passi.
    Puis la chance de retrouver leur style initial.
    Petit frère plus proche du sachet blanc, tam tam de l’Afrique.
    Laisse pas trainer… Plus proche du Monde de demain, j’appuie sur la gâchette.
    Au même titre que le maton me guette plus proche de ministère amer.
    Merci;)
    Fabrice.

    1. Bonjour et merci pour votre message !
      Pour ce qui est de Benny B, je ne dis nulle part qu’ils ne sont pas vraiment des B Boys. D’une part parce que ce n’est pas mon rôle, d’autre part parce que je tiens bien compte du parcours incontestable des membres du groupe dans l’underground bruxellois avant leur succès commercial. J’expose simplement les conflits sur la réalisation de leurs premiers tubes populaires – via le témoignage des premiers concernés : Benny B lui même, Daddy K, et le producteur O. Verhaege. J’ai intitulé ce passage « Benny B, ou comment faire du faux avec du vrai ». C’est peut être ce titre qui suggère votre interprétation. Je reprends en fait ici les termes du producteurs de Benny B, O. Verhaege, lorsqu’il explique que pour lui, Benny B « ce n’était pas du rap au sens strict, d’ailleurs ses copains ont sorti également un disque de « vrai rap » à ce moment-là, et ils ne l’ont pas vendu ». Le fait même que Verhaege parle ici des « copains » de Benny B rapelle en même temps (à raison) que Benny B ou Daddy K étaient partie prenante du milieu hip hop bruxellois de l’époque, et étaient respectivement un « spécialiste de l’interprétation rappée » pour le premier et un « bricoleur de sons » pour le second, figures caractéristiques du milieu hip-hop de l’époque. Merci de m’avoir donné l’occasion de dissiper ce malentendu – et d’avoir apporté des précisions sur les oeuvres du groupe !

  3. Bien résumé;)
    Il y avait aussi à l’époque Brussels Rap Convention et Kiwi – aspect plus commercial –
    Concernant Deenastyle c’est plutôt un album ou un maxi-album?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *