Archives de catégorie : Promotion

Une histoire du rap en France : preuves

Malgré les heures et les pages qui s’accumulent, la réalisation d’un livre (ou d’une thèse d’ailleurs) a toujours quelque chose d’un peu abstrait tant qu’on ne voit pas l’objet fini sous ses yeux, dûment relu et relié. Lorsque j’ai récupéré aux Éditions La Découverte les exemplaires « auteur » et que j’ai eu pour la première fois entre les mains cette Histoire du rap en France, le fruit de quelques années d’efforts a pris une consistance neuve. Mais c’est aujourd’hui (enfin hier) que l’étape la plus nouvelle pour moi commence : la distribution et la promotion de ce livre un peu partout en France.

De passage à Aix-en-Provence, pour une séance de l’atelier Efigies Aix-Marseille, j’en ai profité pour faire un saut à la Fn*c locale, où j’ai trouvé, ponctuel et précis, mon livre bien entouré entre une Joconde, un Andrea Bocelli, et quelques crayons de couleurs. Un chat zen veillait sur le tout. De retour à Marseille, je n’ai pas pu m’empêcher de vérifier la magie de la distribution de masse et de l’ubiquité des objets reproductibles. Manque de chance, rien en rayon à la Fn*c du Centre Bourse. Un salarié de la grande surface généraliste, consultant scrupuleusement son ordinateur, m’explique que le livre de Hammou ne sortira que le 29 novembre. Effectivement, c’est ce qu’indique le site fn*c.com. Nouvelle illustration du décalage spatio-temporel ente Aix et Marseille.

Avec la distribution nationale, vient le temps de la promotion. Je devrais être ce dimanche sur France Culture dans l’émission Soft Power de Frédéric Martel. Mais le coup d’envoi a été donné par Radio Nova, partenaire du livre. Une expérience sonore intéressante dans la Nova Book Box de Richard Gaitet, et une nouvelle fois IAM est à l’honneur. On y retrouve en effet un extrait du chapitre 6, qui analyse en détail la chanson hautement polémique « Reste underground», parue en 1994. Et l’extrait se termine sur « L’Enfer », morceau d’IAM en featuring avec East, publié sur l’album L’École du micro d’argent en 1997.

Extrait de l’émission Nova Book Box du 14 novembre 2012

Pour finir, quelques modifications sur ce carnet, qui devient désormais également un prolongement numérique du livre. J’ai réorganisé les billets précédents en fonction des neuf chapitres qui composent le livre, car ils en proposent des illustrations en images ou en musique, et apportent quelques précisions empiriques que je continuerai d’apporter dans les semaines et les mois à venir.

J’essaierai également de créer une petite playlist pour chacun des chapitres, de façon à ce que les nombreuses mentions de chansons dans les pages du livre ne restent pas totalement muettes. Enfin, Les Éditions La Découverte proposent un widget permettant de feuilleter quelques pages du livre, inséré ici dans la colonne juste à droite, et vendent également le livre en numérique au format ePub. Bonne découverte.

Une histoire du rap en France : épreuves

A paraître en nov. 2012

Après de longs mois de travail, et pas mal d’aide de relecteurs et relectrices auxquels je suis très reconnaissants, le calendrier de la sortie du livre que je projette depuis un moment se précise. Désormais annoncé sur divers sites de vente en ligne, il devrait sortir le 22 novembre prochain aux éditions La Découverte, avec une couverture dores et déjà arrêtée.

En gros, trente ans de rap en France en commençant dès les premiers échos du Rapper’s Delight Sugarhill Gang en 1979 jusqu’au début des années 2010. Le livre s’inscrit dans un mouvement plus large de publications proposant de décaler le regard sur le rap ou le hip-hop depuis quelques années. Précédé par les ouvrages d’Anthony Pecqueux (Voix du rap) et de Stéphanie Molinéro (Les publics du rap), mon livre sort quelques mois après le livre commémorant les vingt ans de la compilation Rapattitude1 ou l’incontournable Mouvement. Du terrain vague au dance floor de Marc Boudet, Jay One Ramier et Yoshi Omori.

Une histoire du rap en France n’adopte pas le parti pris d’une publication richement illustrée comme ces deux derniers livres. Mais comme eux il propose un voyage dans le temps qui tente de resituer le rap – les raps – tels qu’ils pouvaient se vivre à l’époque, plutôt que tels qu’on le comprend aujourd’hui.

J’ai reçu la semaine dernières les épreuves, pour en corriger les derniers détails avant l’impression finale. Premier drame : je réalise que Ärsenik a mystérieusement perdu son A tréma lors de la réalisation. Sacrilège.


Reste les six pages d’index à vérifier occurrence après occurrence…

  1. On retiendra notamment les photos d’Alain Garnier. Mais pour en apprendre plus sur cette fameuse compilation, il vaut mieux aller lire l’article que le site Down With This, héritier du fanzine du même nom, lui a consacré en mai dernier. []