Archives de catégorie : 3 – Banlieue, le thème imposé

« Nos plumes » sont-elles hip-hop ?

Keira Maameri réalise depuis quinze ans des documentaires dans lesquels le hip-hop a une place de choix : la mémoire de proches décédés dont le souvenir est ravivé par le biais du rap (A nos absents), des portraits de B.girls évoluant dans les différentes disciplines du hip-hop (On s’accroche à nos rêves), les rapports entre rap et islam du point de vue des artistes (Don’t Panik). Son dernier documentaire, projeté pour la première fois l’année dernière, s’intitule Nos Plumes, et porte sur le monde de la littérature. Exit le hip-hop ? Pas vraiment.

Nos Plumes expose avec sensibilité les dilemmes d’une activité littéraire qui s’affronte à des formes de particularisation, de cloisonnement, de « malentendus ». C’est que cette littérature auraient quelque chose à voir Continuer la lecture de « Nos plumes » sont-elles hip-hop ?

La production collective du caractère prosaïque du rap français

On tient généralement pour évident ce qui relève de l’art ou ce qui n’en relève pas. Contre ce présupposé, la sociologie de la culture a démontré que la distinction sociale attachée à la singularité artistique n’est pas intrinsèque à certaines œuvres et certaines pratiques plutôt que d’autres, mais le fruit d’efforts pour transformer les façon de faire et de percevoir certaines œuvres, certaines pratiques. Le caractère esthétique d’une chose dépendant d’activités collectives qui font qu’on la reconnaît comme telle.

Mais on peut en dire autant de la situation inverse : le fait que certaines pratiques et certaines œuvres soit traitées comme ne relevant pas de l’esthétique, autrement dit qu’elles soient « vulgaires » ou « prosaïque » est tout autant le fruit d’activités collectives.

L’histoire du rap en France illustre ces remarques. La réception académique du rap dans les années 1990, similaire à un mouvement plus vaste de définition publique et médiatique du rap comme expression des banlieues, a longtemps freinée toute prise au sérieux du rap comme pratique artistique et Continuer la lecture de La production collective du caractère prosaïque du rap français

Entretien avec Nycthémère partie 3/4 : Comment analyser le rap ?

Deux doctorants ont initié un nouveau carnet de recherche consacré au rap il y a quelques mois maintenant : Nycthémère. Le 5 mai 2015, ils ont réalisé un entretien avec moi autour de mes recherches sur le rap. Les deux premières parties de notre échange se trouvent sur leur blog :

La troisième est ici, en attendant la quatrième et dernière, de nouveau sur Nycthémère

Le rap, les mots et les choses

Nycthémère : Est-ce que vous défendez plutôt l’idée que « le rap » existe, qu’il y a une forme d’unité, ou au contraire qu’il n’y a pas « le » rap, mais « des » raps, et que l’unité ne vient que de l’assignation médiatique, qui peut après être reprise par les rappeurs ?

Karim Hammou : Une des choses que je constate en France, c’est la capacité collective – et je m’inclus dedans – à faire tenir le rap comme étiquette, ce qui nous distingue assez fortement d’autres pays. Le rap n’est pas une étiquette qui me semble tenir aussi massivement en Angleterre ou aux États-Unis, il y a des catégories concurrentes, il y a le hip hop, il y a Continuer la lecture de Entretien avec Nycthémère partie 3/4 : Comment analyser le rap ?

« C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes »

Le thème du dénigrement médiatique du rap par les grands médias est aussi récurrent que rarement examiné au-delà de sa (légitime) dénonciation. J’en ai proposé une analyse dans le cas de la médiatisation télévisuelle du rap français au début des années 1990, montrant que l’enjeu ne porte pas seulement sur le caractère négatif ou positif des commentaires mais sur les formes même de ces commentaires. Parfois, un compliment peut-être plus dévalorisant qu’une critique1.

Anthony Pecqueux, dans sa recherche de DEA, renseignait quant à lui le traitement du rap dans la presse écrite dans la deuxième moitié des années 1990. Il y montre là aussi que derrière les compliments adressés à la sortie d’un album peuvent être reconduits les clichés les plus réducteurs, ou encore que la valorisation d’un artiste précis peut cacher la dévalorisation récurrente du genre rap.

La conclusion de son développement n’est pas sans rappeler la désormais célèbre sortie raciste de Brice Hortefeux lors du campus d’été de l’UMP en 2009. À la fin des années 1990, pour Télérama, il en allait un peu des rappeurs comme des « Auvergnats ». « Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». Merci à Anthony d’avoir accepté que je reproduise ici de larges extraits des Continuer la lecture de « C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes »

  1. C’est un point qui est particulièrement bien démontré, à partir là aussi d’un matériau médiatique, par Colette Guillaumin dans L’Idéologie raciste, Gallimard, 2002 (1972) p.102 et suiv. []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble)
Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr
Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm
Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Une histoire du rap en France. Postface à l’édition 2014

L’un des déplacements que je souhaitais défendre avec ce livre porte sur l’association communément faite entre rap et banlieue. Tout au long de mes recherches, ce lien a constitué un obstacle. Mais plutôt que de l’aborder de front, j’ai tenté de le surmonter dans la pratique de l’écriture sociologique elle-même. Je profite de cette réédition pour expliciter cette démarche, et quelques-uns de ses enjeux.

Dans la majorité des travaux portant sur le rap français, le lien entre rap et banlieue est présenté comme allant de soi. Cette évidence se présente parfois sous la forme d’une évaluation mi artistique mi politique : le rap vaudrait surtout, voire seulement, par ce qu’il dirait des banlieues et/ou de sa jeunesse Continuer la lecture de Une histoire du rap en France. Postface à l’édition 2014