Archives de catégorie : 2 – Être rappeur

Quelle(s) langue(s) pour le rap en France ?

Shams Dinn (photo de Serge Faubert in Moreira 1987, p.87)

Je poursuis mes explorations sur le rap en France dans les années 1980. Dans un livre publié en 19871, le journaliste Paul Moreira brossait un tableau de ce qu’il appelait « le rock métis en France », « rock arabe » et « rock latin ». Au détour des portraits de musiciens plus ou moins célèbre – Carte de séjour, Mounsi, Elli Medeiros, Sapho, Rocking Babouches…, j’étais tombé sur plusieurs pages consacrées à un rappeur d’origine lyonnaise :

Akim n’arrive pas à le croire. Il se pincerait presque pour vérifier qu’il n’est pas au paradis des rappers. Trois mois que son groupe de funk-rap arabe, Shams Dinn, existe et il est là, sur cette scène minuscule de la Chapelle des Lombards, à Paris, en train de rapper avec le grand des grands, son héros favori, l’un des pionniers du rap new-yorkais : Afrika Bambataa !2.

Akim, alias Shams Dinn, alias Cyd Master « M », alias Mohamed Ben Bouchta commence à rapper dans les discothèques lyonnaises qu’il fréquente au début des années 1980. En 1982, il rencontre Djamel Dif, alias Jeff, musicien et ancien batteur du groupe Carte de Séjour. Après une première expérience de courte durée sous le nom de Cyd Master « M », en 1985, Akim devient Shams Dinn et réalise un premier 45-tours, publié en 1987. Le disque est distribué par Hamedi Records, label créé par Jeff, qui assure aussi les musiques sur lesquelles rappe Akim.

Actuel n°91, juin 1987

Le disque, distribué à un millier d’exemplaires, rencontre un succès d’estime dans le milieu de la « sono mondiale » parisien. Il est diffusé régulièrement sur Radio Nova, Actuel lui aurait consacré un article dans son numéro de juin 19873, et Shams Dinn devient un habitué des événements culturels organisés par le magazine. Outre le titre « Hadi bled noum »4, qui sort en 45-tours, Shams Dinn inscrit à son répertoire une reprise en arabe du tube de James Brown « Sex machine » : « Aslek machine ».

La découverte de ce parcours soulève de nombreuses questions sur la façon dont des amateurs se sont appropriés l’interprétation rappée dans la France des années 1980. Hamedi Records est en effet un label à mi-chemin entre le réseau de distribution des grandes surfaces spécialisées (Fnac), et le réseau de distribution alternatif de Barbès, central dans l’avènement du raï en France, mais dont le rôle vis à vis du rap est inconnu. En outre, les morceaux de rap en français ou en anglais publiés en France dans les années 1980 sont nombreux, mais on a peu de traces d’enregistrements de rap en arabe5. Le livre parle de rap arabe, mais s’agit-il de rap en arabe ? Voir… s’agit-il vraiment de rap ?

Pour Dee Nasty, que j’interroge à ce sujet presque 25 ans plus tard, « Shams Dinn c’était pas vraiment du rap. C’était du raï. C’était du raï-rap. Y a du raï’n’b, lui c’était du raï-rap.6 » Comment en avoir le cœur net ? La seule façon est d’écouter le 45 tours en question. À défaut de donner accès à l’ensemble du répertoire que Shams Dinn pouvait interpréter sur la scène de la Chapelle des Lombards, il en donnera une idée.

  1. Paul Moreira, Le rock métis en France, Paris, Souffles, 1987 []
  2. ibid., p. 89 []
  3. Une information que je devrais pouvoir vérifier bientôt. []
  4. Si le 45-tours indique le titre « Hedi bled noum », le vinyle, lui, porte le titre « Hadi bled noum»… []
  5. Voir le cas du groupe Ettika, dont je n’ai pas retrouvé le disque, mais aussi le premier 45-tours de la chanteuse Amina, dont le titre « Sheherazade » aurait remporté un concours de rap dans une discothèque parisienne dont on reparlera, Le Palace []
  6. Entretien réalisé avec Dee Nasty en janvier 2010. []

Ettika, Scott la Rock, Lionel D… Considérations in Actuel

Depuis le temps qu’ils traînent sur mon bureau… Voici trois numéros du magazine Actuel qui offrent une plongée dans le hip hop vu des années 1980. L’initiateur et directeur du titre, de sa création en 1970 à sa disparition en 1994, n’est autre que Jean-François Bizot, fondateur d’une radio qui marquera l’histoire du rap en France : Radio Nova.

Trois numéros parmi d’autres

Magazine culturel qui symbolise l’incorporation des mouvements contre-culturels dans la culture mainstream, Actuel a fait l’objet d’un livre d’histoire écrit par Perrine Kervran et Anaïs Kien.

La bande à Bizot outille la culture gauchiste des années soixante-dix avec les principes d’un marketing élémentaire et lui fait passer le cap des années quatre-vingt avec un succès si ce n’est d’estime du moins commercial.1

Le numéro de mai 1990 annonce en fanfare l’émergence du rap à Paris : « des milliers de jeunes qui ne sont pas des ennemis publics » titre le magazine. Le dossier consacré au rap voit se succéder les figures du rap de l’époque, de Dee Nasty à Destinée en passant par Lionel D. Ce dernier, pionnier du rap en français, est photographié en double page, sagement attablé devant sa mère et leur teckel.

Lionel D dans Actuel n°131, p.78-79 (© Rita Scaglia)

A la veille de la parution des premiers albums de rap français, l’article propose une définition surprenante du « hardcore » : « un style qui privilégie la fanfaronnade verbale. Le hardcore appuie sur les mots et les fait jouer entre eux »2. Ce sont ainsi près de 14 pages richement illustrées qui exposent l’état du rap en France. Le dossier est cosigné par Bernard Zekri, membre de la rédaction d’Actuel.

Le numéro de novembre 1987 propose en une un titre accrocheur : « le rap des ghettos pourris ». Dans les pages du magazine, 7 pages présentent la scène rap américaine du moment, marquée par le meurtre de Scott La Rock.

« I’m bad ! » C’est ce que braille, avec une autre conviction que celle de Michael Jackson, le rapper LL Cool J. […] Il a des concurrents : Public Enemy, qui monte sur scène avec des pistolets mitrailleurs Uzi, Schoolly D qui se vante d’appartenir à un gang de tueurs, ou Ice-T, le rapper de  Los Angeles qui se flatte d’être maquereau.

Scott La Rock aussi, était un concurrent dans ce marché bestial de la haine musicale, qui représente désormais des dizaines de millions de disques par an. Mais il est mort au champ d’honneur de la bêtise et des guerres de quartier. […] L’enquête, elle, piétine. On ne sait pas vraiment qui a tué Scott La Rock, ni même vraiment à quoi ressemblait la vie de cette comète du rap.3

Extrait d’Actuel n°100, p.252

Les photos déclinent les portraits du défunt et ceux de Just Ice, KRS One, ou Eric B. Cette fois aussi, on retrouve Bernard Zekri à la plume. Et on apprend, sur un ton plus léger, que LL Cool J était cette année-là en concert dans la salle parisienne de La Mutualité – événement organisé par Chez Roger Boîte Funk, « le club qui fait rapper les vendredis soirs de la capitale »4.

Dans le numéro d’octobre 1987, Actuel propose un bilan de la décennie 1977-1987. Les pages consacrée à l’année 1982 s’ouvrent sur le titre « fini le rock voilà le rap », tandis qu’en 1984, entre un fast-food et « les dieux couscous paëlla boudin blanc », un groupe mystérieux fait son apparition :

Beurs, Blancs, Blacks. Les enfants noirs dégèlent les pubs. Des beurs fondent des fast-foods autogérés. Les beurettes d’Ettika sortent un rap en arabe sur l’ANPE.5

Stop !

Ettika – Que sont-elles devenues ?

Ce groupe dont Actuel parle en 1987 a peu fait parler de lui dans les années qui suivent. A la recherche de son histoire ou de ses enregistrements, je n’ai trouvé qu’un passage d’un livre du journaliste Paul Moreira, publié cette même année 1987 : Rock métis en France6. On y apprend que le groupe Ettika s’est formé à Rouen vers 1984. Le livre évoque trois jeunes chanteuses, « Affila, Djamila et Samira », et un musicien qui travaille dans un institut de formation professionnelle lié à la chambre de Commerce. Ce dernier détail a son importance, puisque c’est en tant que formateur que le musicien rencontre d’abord les trois amies, au chômage, et leur propose d’enregistrer un disque. En mai 1986, un 45 tours autoproduit voit le jour, bientôt diffusé sur Radio Nova et distribué par Celluloïd, un label proche d’Actuel.

En dehors de ces quelques éléments, pas de trace sonore du fameux 45 tours, ni de ses interprètes. Si l’une ou l’autre des personnes qui ont participé à cette aventure lisent ces lignes… je serais heureux d’en apprendre plus sur l’histoire d’Ettika !

  1. Perrine Kervran, Anaïs Kien, Les années Actuel. Contestations rigolardes et aventures modernes, Le mot et le reste 2010, p.10. []
  2. Actuel n°131, mai 1990, p.86. []
  3. Actuel n°101, novembre 1987, p.106. []
  4. ibid., p.109. []
  5. Actuel n°100, octobre 1987, p.252. []
  6. éditions Souffle. []

1986, terrain vague de La Chapelle

Une vidéo tournée il y a maintenant presque 25 ans donne à voir l’un des hauts lieux parisiens où l’on pouvait découvrir la culture hip hop au milieu des années 1980. Il s’agit d’un terrain vague, près du métro La Chapelle, dans le nord de Paris. Après quelques démonstrations de danse, on y voit le DJ Dee Nasty, futur animateur du Deenastyle sur Radio Nova, réaliser quelques performances de scratchs.

Dans Rap ta France1, Dee Nasty raconte comment ces blocks parties françaises sont nées :

Avec un copain, on décide d’organiser des free jam dans le terrain vague à côté du métro La Chapelle. C’était là que Bando et les graphers de l’époque venaient peindre sur les murs. Avec le métro aérien on se croyait à New York. Mon porte apporte ses enceintes, je trouve un loueur de groupe électrogène, ça coûtait cent trente balles pour la journée. J’amène avec le scooter les platines, les disques et j’installe tout ça dans le terrain vague. La première, c’était un samedi après-midi. Les gens étaient au courant par Radio 7. C’était deux francs l’entrée. c’était dans une ancienne usine, il y avait encore du carrelage et on avait nettoyé pour que les danseurs puissent breaker dessus. […]

Au début, c’était entre nous, les habitués du terrain vague. C’étaient tous les mecs des cités qui étaient là, qui écoutaient du rap, qui étaient dedans. Ça m’a rassuré. Il y avait des mecs qui faisaient des graffitis, des breakers qui s’entraînaient et ça faisait plaisir à tout le monde. Et puis de samedi en samedi, ça arrivait, ça arrivait. Il y avait deux cents à trois cents personnes dans le terrain et les flics ont commencé à se poser des questions. On a fait ça d’août à novembre 86. Il y en a eu une dizaine, après ça commençait à cailler.

Au printemps, j’ai essayé de reprendre le terrain vague et on a eu un gros problème, ils avaient changé le commissaire. Des cars de flics sont arrivés et ont encerclé le terrain, tout le monde est partie en courant.2

Un autre extrait vidéo ce trouve ici. Merci à celui ou celle qui a partagé ces vidéos…

  1. José-Louis Bocquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France. Les rappeurs français prennent la parole, J’ai Lu 1997 []
  2. Bocquet & Pierre-Adolphe, op. cit., p63-64 []

Enregistrer en studio

Deux articles relativement récents décrivent des situations professionnelles de studio, le premier à l’occasion de l’enregistrement d’un album de Juliette Gréco (Cugny & al. 2004), le second pour celui du premier album de Mademoiselle K (Rudent 2008). Tous les deux soulignent que

la création de l’album doit être décrite comme un processus non seulement long, mais aussi négocié, même si le rôle d’auteur-compositeur-interprète est premier en tous les sens du terme : différents acteurs coconstruisent l’objet esthétique au fil d’un façonnage esthétique où se succèdent échanges d’idées parfois contradictoires, propositions et contre-propositions, modifications, tâtonnements et retours en arrière, rarement décidés de façon univoqe par l’auteur-compositeur-interprète. (Rudent 2008 : 72)

A partir de cette trame commune, consistant à observer le studio comme lieu d’activités collectives, les deux articles explorent des pistes différentes. Le premier propose une description précise des différentes personnes qui participent à l’album de Juliette Gréco. Le cas s’y prête d’autant mieux que l’artiste est une interprète qui, pour cet album, fait appel à plusieurs auteurs et compositeurs de styles différents. L’article décrit également les rôles souvent mal connus de réalisateur, d’arrangeur et de producteur.

Le deuxième article présente le travail aboutissant à un album dans une durée longue, balisée par des versions différentes des morceaux. Il met en valeur l’importance, pour les musiciens observés, de la structure des chansons. Celle-ci constitue pour certains d’entre eux un facteur crucial de séduction du public, et fait à ce titre l’objet d’une attention soutenue.

Dans un article consacré à l’enregistrement d’un disque par un groupe d’adolescent-es dans un cadre associatif (2007), j’avais également décrit l’activité du studio, cette fois dans un contexte bien moins professionnel. J’y présentais notamment la dimension de mise à l’épreuve que l’enregistrement peut représenter (y compris pour des artistes confirmés), et le travail permettant de « donner corps à une voix » en studio.

Il y aurait encore beaucoup à dire et à décrire à partir d’observations en studio, par exemple autour du travail de socialisation et d’identification professionnelles qui s’y joue souvent, pour les artistes comme pour les « personnels de renfort ». Ou encore pour l’esthétique que la situation de studio peut inspirer, et que nombre de pochettes et de clips illustrent.

Rapper en 1989 : le Deenastyle (1)

Le premier média à avoir largement popularisé en France la pratique du rap en français est probablement Radio Nova, par l’intermédiaire d’une émission de radio diffusée de la fin de 1988 à fin de 1989 : Le Deenastyle.

Animée par le rappeur Lionel D, mixée par le DJ Deenasty, l’émission diffusait les dernières nouveautés de rap américain, et organisait une session de freestyle par laquelle une grande partie de la scène rap parisienne de l’époque a pu se faire connaître : MC Solaar, Passi, Stomy Bugsy, Assassin, Suprême NTM…

Le Deenastyle sur Nova, c’était tous les vendredis, de 20 heures à 22 heures, c’était le seul endroit de France où on pouvait s’exprimer. Là, on a commencé à bien délirer. Il y en avait qui rappaient pas très bien, c’était pas grave, avec Dee Nasty on ne se posait pas la question, l’important, c’était de participer. (Lionel D, cité dans Bocquet & Pierre-Adolphe 1997 : 99)

D’une certain façon, le peer to peer existait déjà, et s’appelait « copie cassette ». Au point que l’écoute de cette émission qui ne diffusait que sur la région parisienne a pu atteindre Strasbourg, Lausanne ou Marseille.

Diffusée bien au-delà de Paris, l’émission à également (en partie) traversé le temps, toujours par la magie de l’enregistrement. Vingt ans plus tard, une poignée de freestyle interprétés dans l’émission sont ainsi disponible sur Internet, par le biais de pages web ouvertes par des amateurs.

Dans les quelques extraits mis en ligne sur http://oldschoolbeats.ifrance.com/, rap et raggamuffin alternent et s’emmêlent à l’antenne. La plupart des raps sont auto-référentiels, ou évoquent la musique et le plaisir qu’elle apporte. Il s’agit essentiellement de « rapper que je te rappe », selon la belle formule d’Anthony Pecqueux (2007 : 71).

Rico, par exemple, improvise sur le fait qu’il improvise, Puppa et Saxo incitent les auditeurs à bouger leur corps, Lionel D lance quelques dédicaces. Certains freestyles évoquent le hip hop comme mouvement culturel et artistique, telle Destinée qui invite « les sœurs du mouvement » à la fraternité.

Je réserve pour un prochain billet le commentaire des extraits (plus nombreux) publiés sur http://myseb.free.fr/deenastyle.htm

Sept ans plus tard, dans l’album 3X plus efficace, le groupe 2 Nèg parodiera ces sessions freestyle, portant un regard acerbe sur des « anciens » dont ils entendent bien se distinguer.