Archives pour la catégorie sexe

Entretien avec Nycthémère partie 3/4 : Comment analyser le rap ?

Deux doctorants ont initié un nouveau carnet de recherche consacré au rap il y a quelques mois maintenant : Nycthémère. Le 5 mai 2015, ils ont réalisé un entretien avec moi autour de mes recherches sur le rap. Les deux premières parties de notre échange se trouvent sur leur blog :

La troisième est ici, en attendant la quatrième et dernière, de nouveau sur Nycthémère

Le rap, les mots et les choses

Nycthémère : Est-ce que vous défendez plutôt l’idée que « le rap » existe, qu’il y a une forme d’unité, ou au contraire qu’il n’y a pas « le » rap, mais « des » raps, et que l’unité ne vient que de l’assignation médiatique, qui peut après être reprise par les rappeurs ?

Karim Hammou : Une des choses que je constate en France, c’est la capacité collective – et je m’inclus dedans – à faire tenir le rap comme étiquette, ce qui nous distingue assez fortement d’autres pays. Le rap n’est pas une étiquette qui me semble tenir aussi massivement en Angleterre ou aux États-Unis, il y a des catégories concurrentes, il y a le hip hop, il y a Continuer la lecture de Entretien avec Nycthémère partie 3/4 : Comment analyser le rap ?

L’info en 20 minutes : vite fait, mal fait

Billet écrit avec Stéphanie Molinero

Exclusif ! Le journal 20 Minutes sort aujourd’hui un sondage dont la révélation est un pétard mouillé.

Le rap, neuvième genre musical préféré des Français; MC Solaar, rappeur le plus apprécié; Booba, La Fouine, et Joeystarr dans le top 3 des rappeurs les moins aimés… Voici les principales conclusions un sondage YouGov consacré au rap et révélé en exclusivité pour 20 Minutes. A cette occasion, nous avons demandé aux sociologues Karim Hammou et Stéphanie Molinero, auteurs respectivement d’Une Histoire du rap en France et Publics du rap de commenter ces résultats.

L’article est signé par la journaliste Dolores Bakèla. Ce n’est pourtant pas à elle que nous allons faire plusieurs griefs dans ce billet. Car la journaliste, après avoir Continuer la lecture de L’info en 20 minutes : vite fait, mal fait

Ca vient de la Méditerranée – Phocée

Da Mayor,
Da Mayor, photographie ©Jean-Pierre Maéro

Un bel ouvrage sur l’histoire du rap à Marseille s’apprête  à être publié à l’automne aux éditions Wildproject. Signé Julien Valnet, historien de formation et chargé de communication à l’AMI (Aide aux musiques innovatrices), il est le troisième ouvrage consacré spécifiquement à la scène rap marseillaise après les livres de Béatrice Sberna et Daniel Tödt. Il est aussi le plus complet. Ce qui ne gâche rien, M.A.R.S.  Histoires et légendes du hip-hop marseillais est servi par une magnifique couverture, rassemblant trois des membres d’un groupe qui a marqué le rap dans les années 1990 : Da Mayor. L’occasion de revenir sur la préhistoire du groupe, et sur quelques étapes du parcours de sa rappeuse phare : Gwladys1.

Gwladys : Quand j’étais en CM2, on avait des mange-disques. Avec des copines, on se le mettait dans la cours de l’école pour faire des chorégraphies. On avait Chantal Goya… et Sugarhill Gang. Et c’était un super truc pour danser – pour passer de Chantal Goya à autre chose, on va dire ! En fait le hip-hop c’était bon comme musique. Ça donnait des possibilités. Pour moi, ça va exactement avec la musique électronique à cette époque, et avec ce qu’on vit actuellement : la possibilité pour chacun d’éditer sa propre musique, ses propres images, ses propres écrits.

[Dans les années 1980], j’étais dans un groupe qui s’appelait No Man’s Land, avec Sébastien Manya, et Jacques Laurent Bénech [alias Jackojack]. J’ai rencontré Jackojack à l’école, quand j’étais à Thiers. Jack il est violoniste au départ. Depuis tout petit ses parents lui ont fait faire de la musique, et c’est un petit génie de la musique. Il avait un double cassettes Aïwa qui nous permettait de faire du multipiste. Et donc on enregistrait dans le garage des morceaux sur ce double cassette. C’était vers 1985-1986, juste avant les manifs étudiantes. Un jour, Jackojack a rencontré Séb. Il me dit : « J’ai vu un mec, c’est trop bon ! Il a l’échantillonneur. Viens, il faut qu’on aille le voir ».

Continuer la lecture de Ca vient de la Méditerranée – Phocée

  1. Extraits d’un entretien réalisé en juin 2013 à Marseille. []

Vous savez, ils ne connaissent pas l’amour…

Dans le journal La Croix, la semaine dernière, un sociologue qui semble un peu demeuré ou franchement incompétent avance deux arguments sur le rap – de ces arguments que Jean-Claude Passeron qualifierait avec un certain mépris de « même pas faux ». Et le journaliste de présenter cela comme une “analyse” :

« La thématique de la séduction à finalités strictement sexuelles assumées est présente, ainsi que les duos désormais abondants réunissant un rappeur et une chanteuse de R & B »,  analyse le sociologue Karim Hammou, auteur d’une Histoire du rap en France  (La Découverte, 2012), très sceptique par ailleurs sur l’idée qu’il existerait un « parler rap »  à même de réinventer le langage amoureux. « Le verbe kiffer, par exemple, était d’un usage courant dans les milieux populaires et les jeunes générations bien avant que Diam’s le popularise »,  poursuit-il.1

C’est le jeu de la promotion et de l’interaction journaliste / informateur, certes. A côté de l’intéressant échange avec Jean Birnbaum pour Le Monde des livres, ou dans un format qui ne suppose pas une pleine page mais demeure respectueux de l’esprit de mes propos, celui d’Emmanuel Daniel pour Slate.fr, il fallait bien que j’aie l’occasion de vérifier la grande liberté avec laquelle certains journalistes peuvent prendre les réponses que l’on avance à leurs questions.

Mais finalement, cette question du rap et de la chanson d’amour ne mérite-t-elle pas que l’on y consacre quelques lignes de plus ? Et pourquoi pas en déroulant les coulisses de l’écriture de ce petit paragraphe stéréotypé, mais finalement anodin. Revenons donc au 20 novembre, date à laquelle je reçois un courriel du journaliste Jean-Yves Dana.

Ce que l’on ne lira pas dans La Croix

Jean-Yves Dana : Je suis en train de préparer un article sur un thème qui vous paraîtra a priori éloigné du vôtre, celui de la chanson d’amour. Je m’interroge sur son évolution au fil du temps et ses grands standards, sur la manière dont ce sentiment s’exprime en fonction des variations de style, des influences d’époques, des approches culturelles et sémantiques… Et je m’interroge à la lecture de votre ouvrage : comment le rap (français) aborde-t-il ce sujet universel ? Quels ont été, quels sont les fers de lance d’un « rap amoureux » ? A quelles « querelles » éventuelles se sont-ils heurtés ? J’aimerais vous questionner sur ce sujet spécifique. Ce sera aussi l’occasion d’évoquer votre livre dans nos pages.

Karim Hammou : Souhaitez-vous en parler au téléphone, ou échanger par courriel ? Je ne suis pas un spécialiste de l’analyse poétique du rap français, mais en première approximation, je ne vois pas d’artiste qui se serait spécialisé dans le thème de l’amour. Par contre, dès les premiers albums et compilations du genre, le thème est bel et bien présent, qu’il s’agisse de l’humour sur les relations hommes / femmes (New Generation MCs, « Toutes les mêmes », dans la compilation Rapattitude en 1990), du chagrin d’amour (MC Solaar, « Caroline », 1992), de l’amour familial (IAM, « Une femme seule », « L’aimant », 1993), etc.


MC Solaar – Séquelles par annaelle59

J.-Y. D. : Merci déjà pour cette réponse et ces premières références.  Nous pouvons en effet échanger par mails si cela ne vous dérange pas.  J’essaie de comprendre la manière dont le rap, à travers des traits de langage, revisite et s’approprie une certaine chanson « réaliste » du début XXe, un peu machiste premier degré alors, qui aurait peut-être disparu dans d’autres territoires de la chanson. En y ajoutant une note d’humour en effet.

Interview, « Salut les salauds », 1982.
En écoute sur Dailymotion…

Et dans quelle mesure en trente ans, ce style musical né sur des thématiques sociales et clivantes, que vous décrivez fort bien dans votre ouvrage, a pu – ou pas – évoluer vers un répertoire ou le privé trouve plus sa place : les chagrins d’amour en effet, la mélancolie ou la colère d’après rupture, mais aussi la rencontre amoureuse, et le côté exalté.

K. H. : En fait, le rap est moins né sur des thématiques sociales et clivantes qu’il ne les a relayées dans un second temps, qu’il s’agisse du rap américain ou du rap français. Comme mon livre l’indique, dans le cas français, une appropriation significative de l’interprétation rappée a lieu au début des années 1980, et elle se fait notamment depuis le cœur du monde des variétés. On retrouve alors les mêmes thèmes qui dominent traditionnellement le répertoire des chansons de variété transposés en rap : humour, fête, danse, mais aussi amour, séduction, charmeurs éconduits, etc.

Quand Hammou fait son sociologue re-lou

[suite] L’importance des thématiques sociales ne s’impose en fait qu’après la médiatisation massive de la scène rap parisienne par les grands médias au tournant des années 1990, et en lien étroit avec la définition du rap imposée par les médias. Pour autant, comme les quelques exemples cités dans mon mail précédent l’illustrent, le thème de l’amour ou de la séduction n’ont jamais été absents. Ils sont simplement moins omniprésents que dans une certaine chanson de variété, ou même dans le répertoire d’autres genres musicaux tels que la pop, ou la soul.

Je crois de plus que l’opposition privé / public ne reproduit pas strictement l’opposition thématique amour / injustice sociale. Comme la chanson des New Generation MCs (à l’inverse de celles de MC Solaar ou IAM) l’illustre, les rapports de séduction peuvent être traités sous un angle assez extérieur et impersonnel. Mais l’inverse est également vrai : les injustices sociales peuvent être décrites de l’intérieur, dans ses répercussions intimes.

C’est sans doute une évolution notable du rap en France au cours des années 1990, que de multiplier les évocations « privées » du vécu d’injustices sociales. Pas forcément très présentes dans les premiers albums d’IAM ou de NTM par exemple, elles s’introduisent par le biais d’artistes comme EJM qui racontent de l’intérieur le vécu de l’injustice raciste, ou d’IAM également à partir du deuxième album du groupe avec une chanson comme « L’Aimant ». Au delà de ces questions thématiques, le premier album solo d’Akhenaton, Métèque et mat, en 1995, multiplie les chansons adoptant un angle plus personnel, qu’il s’agisse de spiritualité (« Dirigé vers l’Est »), de fatalité (« Je ne suis pas à plaindre »), d’humiliations ordinaires (« Éclater un type des Assedic »), d’enfance (« Je combats avec mes démons »), d’identité (« Métèque et mat », « L’Américano »), de la prison (« Lettre aux hirondelles »), etc., et le filon ne s’est pas tari depuis.

L’amour comme gradient de civilisation ?

J.-Y. D. : [Le thème de l’amour dans le rap est-il présent] de façon accidentelle ou au point de créer une sorte de sous-genre ? Si tel est le cas – comme le rock finalement – est-ce une perte d’âme ou un signe de maturité ? Ou bien est-ce que tout cela est loin selon vous des territoires du rap aujourd’hui encore.

K. H. : La preuve de maturité se trouve moins à mes yeux dans la présence de tel ou tel thème, ou de tel ou tel angle (paroles intimes, paroles plus impersonnelles, etc.) que dans la diversité des thèmes et des angles proposés – de ce point de vue, le rap en France entre dans sa maturité au fil de la première moitié des années 1990 – par des albums comme 95200 de Ministère AMER, de Prose Combat de MC Solaar, d’Ombre est lumière d’IAM, de 93… J’appuie sur la gâchettede NTM (la chanson éponyme est un bel exemple de chanson privée – mais à portée politique – sur la souffrance sociale), etc.

L’amour, dans sa déclinaison hétérosexuelle et conjugale, est présent tout au long des années 1990 (dans des chansons dont la diversité va du tube de Ménélik « Bye bye » à  « Ma chanson d’amour » de Bam’s en 1999), mais n’a pas donné lieu à un sous-genre à ma connaissance : c’est l’un des thèmes présent dans le répertoire de la plupart des artistes – un thème généralement secondaire, il n’a pas le rôle de “sujet canonique” qu’on lui connaît dans la chanson de variétés par exemple (et qui permettait souvent de parler de bien d’autres choses que de seulement d’amour d’ailleurs).

La thématique de la séduction à finalité strictement sexuelle assumée est par contre bien présente (notamment de façon périphérique, au détour d’une rime, sous forme de jeu sur l’auto glorification et la vantardise). Mais pour quelques exemples supplémentaires de chansons d’amour, outre les chansons de Diam’s bien connues, on peut citer le néo Cloclo « Les filles sont belles » des Sages poètes de la rue (1995), le polémique « Ma salope à moi » de Doc Gyneco (1996), Shurik’N et K-reen « Savoir dire non » (1998) ou Mystik et K-reen « Le fruit défendu » (1999) – deux des premiers exemples de l’abondante discographie réunissant désormais un rappeur et une chanteuse de R&B autour du thème de l’amour (heureux ou malheureux), « J’ai trouvé ma place » de Flynt (2007) .

(clip non-officiel 😉 )

Qui kiffe l’option de l’innovation exotique ?

J.-Y. D. : Par ailleurs, sur le plan du verbe en effet, même si vous n’êtes pas spécialiste, y a-t-il un « parler rap » spécifique sur ce thème dans le vocabulaire, le ton employé… Quand par exemple a-t-on vu le verbe kiffer apparaître dans les textes à la place d’aimer. Y a t il d’autres exemples d’inventions de ce type propres aux rappeurs à votre connaissance ?

Disiz, Extra-lucide, 2012

K. H. : Je suis très sceptique quant à l’idée d’un « parler rap ». Le terme kiffer, par exemple, était d’un usage courant, au moins dans les milieux populaires et les jeunes générations bien avant que Diam’s ne le popularise par ses tubes. D’une façon générale, le rap français parle français – un français dans lequel des niveaux de langage et des répertoires de mots variés se télescopent, et il joue très souvent du langage – à des fins esthétique, humoristique, politique et / ou narrative. C’est la matière première de l’interprétation rappée, et l’opacité que l’on prête parfois à certaines paroles de rap vient bien du travail artistique sur la langue et non d’un éventuel langage codé importé mécaniquement d’un univers extra-artistique, quel que soit celui auquel on pense.

La plupart des chansons que j’ai citées dans ces lignes l’illustrent : une écoute attentive permet de comprendre la majorité des paroles, seule la musique et le flow (et le mixage) complexifient parfois cette écoute « du sens » des paroles – et il ne faut jamais perdre de vue qu’au delà du sens des paroles, il y a aussi le style avec lequel elles sont prononcées qui est un point central pour une majorité d’amateurs du genre. De même que l’on peut aimer une chanson en anglais (ou en italien, en russe, en arabe, etc.) sans comprendre cette langue, on peut aimer une chanson de rap en français sans s’attacher en premier lieu au sens des paroles interprétées – lorsque « la musique est bonne » comme dirait Goldman, et que le flow (le style de l’interprétation) est bon, pourrait-on ajouter.

With love Jean-Yves <3

  1. Jean-Yves Dana, « La chanson, moteur de  tous nos mots d’amour », La Croix, 5 décembre 2012. []

Rap west coast : entre Fécamp et Bolbec (1)

L’Île-de-France et Marseille ont longtemps monopolisé le paysage médiatique du rap français. Pourtant, au moins depuis la diffusion nationale de « H.IP. H.O.P. » sur TF1 en 1984, il y a toujours eu des amateurs de hip hop et des rappeurs amateurs dans la plupart des villes de France. Presque trente ans après l’émission de Sidney, le label Din Record a définitivement mis Le Havre sur la carte du rap français médiatisé.

Mais à quelques kilomètres du Havre, du côté de Fécamp (20 000 habitants) et de Bolbec (12 000 habitants), le rap est aussi bel et bien présent. Ni en matière de pratique, ni a fortiori en matière d’écoute, le rap n’est réservé aux grandes métropoles. Emeric Baron et Hugues Pineau, deux étudiants en sociologie à Paris VIII ont réalisé un mémoire sur le sujet1, dont voici quelques résultats. Premier volet, les amateurs de rap.

Les auditeurs de rap en France

Les enquêtes du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français comme la recherche menée par Stéphanie Molinéro montrent que l’écoute du rap est particulièrement présente chez les jeunes générations (plus de 40% chez les 15-25 ans, 20% chez les 25-35 ans). Si elle caractérise particulièrement les jeunes hommes (44% des hommes de 15 à 30 ans), un nombre significatif de jeunes femmes en écoutent (29% des femmes de 15 à 30 ans).

CC by-nc-sa ©Amir Kuckovic 2010

La majorité des auditeurs de rap étant lycéens ou étudiants, il faut se tourner vers le ménage dont ils dépendent pour les situer socialement. Les auditeurs de rap sont plus nombreux en milieu populaire – 18% des personnes dont le  chef de ménage dont est ouvrier écoute du rap. Mais ils sont bien présents dans toutes les classes sociales – et représentent par exemple 9% des personnes dont le chef de ménage est cadre ou engagé dans une profession intellectuelle supérieure. Mais vue l’importance de la variable d’âge dans la répartition des goûts musicaux, cet indicateur demeure grossier.

Les goûts musicaux des lycéens de Fécamp

L’enquête de Baron & Pineau a été réalisée par questionnaire dans deux lycées – l’un public, et l’autre privé catholique. Sans surprise, le recrutement social du lycée privé se fait dans des milieux plus favorisés2  que dans le lycée public (42% d’ouvriers et d’employés contre 10% dans le privé).

Au total, 380 personnes ont répondu au questionnaire, portant à la fois sur les pratiques et goûts musicaux dans leurs ensemble et sur le rap plus particulièrement. En rapprochant le profil sociologiques des personnes ayant répondu au questionnaire de celui des lycéens de ces trois établissements dans leur ensemble, peu de biais apparaissent. La proportion d’hommes et de femmes et respectée, la répartition socio-professionnelle aussi. On note une légère sous-représentation des lycéens dans des filières technologiques ou professionnelles, qui représentent 27% des effectifs des lycées étudiés mais seulement 20% des questionnaires recueillis.

La génération 2010-2011 des lycéens de Fécamp a passé le cap du numérique. Internet est le premier média d’écoute musicale (87% des lycéens), devant la télévision (77%) et la radio (65%). La moitié à peine des lycéens étudiés utilise toujours des CDs – 88% des mp3.

Dans l’ensemble, on note peu de différences entre ces lycéens de Fécamp et les 15-20 ans de l’enquête du ministère de la Culture en 2008. Dans les deux cas, les genres musicaux préférés sont le R&B, le rock et le rap – dans une proportion similaire : environ 15% pour chacun de ces styles musicaux. Comme à l’échelle nationale, jazz et classique emportent moins de 1% des préférences.

Les lycéens amateurs de rap à Fécamp

Centrée sur les lycéens, l’enquête de Baron & Pineau permet de préciser l’hétérogénéité sociale des publics du rap à Fécamp. Comme à l’échelle nationale, les lycéens issus de milieux populaires (ouvriers, employés) écoutent plus souvent du rap que ceux issus des catégories supérieures. Mais Même chez ces derniers, le rap est un genre musical très écouté : 42% des enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures, 42% des enfants de professions intermédiaires, 44% des enfants d’artisans, commerçants et chefs d’entreprise, 52% des enfants d’ouvriers, 61% des enfants d’employés3.

Les Chœurs de l’Armée russe à l’Abbatiale de la Sainte Trinité : le seul concert annoncé à Fécamp sur cityvox et infoconcert.com

Reprenant la distinction entre consommateurs de rap, auditeurs occasionnels des morceaux les plus diffusés, et amateurs, plus investis dans la culture de leur goût pour le rap, assistant à des concerts, lisant la presse spécialisée, voire pratiquant en amateur4, les auteurs notent que la grande majorité des lycéens qui écoutent du rap sont peu investis.

L’une des singularités du rap la faible propension des amateurs de rap à se rendre à des concerts. Seuls 16% des auditeurs de rap vont à des concerts  contre 53% de l’ensemble des lycéens. Une des raisons avancées par les auteurs réside dans la faiblesse de l’offre locale de concerts pour ce style musical. Mais en ce qui concerne la lecture de la presse spécialisée, qu’elles soit en ligne ou dans les kiosques, le pourcentage n’est pas plus élevé : 16% également.

Les rappeurs les plus cités sont ceux qui sont les plus diffusés au moment de l’enquête : Soprano, Eminem, La Fouine, et dans une moindre mesure Booba et Mister You. Les rappeurs de la région arrivent derrière, et Zikr’s est le plus cités avant Médine – il faut dire que Zikr’s était lui-même lycéen dans l’un des établissements où les questionnaires ont été distribués, ce qui indique l’importance de la popularité moins régionale que locale dont un artiste amateur peut bénéficier.

Phenn feat. Zikr’s, Des mesures, 2012

  1. E. Baron et H. Pineau, Culture urbaine et zone rurale : l’implantation du rap à Fécamp, mémoire de L3 réalisé sous la dir. de Nicolas Jounin, 2011. []
  2. 31% de cadres et professions intellectuelles supérieures dans la nomenclature de l’INSEE, contre 21% dans le public. []
  3. L’écoute du rock ou du R&B fluctue dans une fourchette comparable – mais inverse dans le cas du rock, qui atteint 60% chez les CPIS et le PI contre 45% chez les ouvriers. []
  4. Stéphanie Molinéro, Les publics du rap, L’Harmattan, 2009. []