Archives pour la catégorie race

newspapers2

« C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes »

Le thème du dénigrement médiatique du rap par les grands médias est aussi récurrent que rarement examiné au-delà de sa (légitime) dénonciation. J'en ai proposé une analyse dans le cas de la médiatisation télévisuelle du rap français au début des années 1990, montrant que l'enjeu ne porte pas seulement sur le caractère négatif ou positif des commentaires mais sur les formes même de ces commentaires. Parfois, un compliment peut-être plus dévalorisant qu'une critique1.

Anthony Pecqueux, dans sa recherche de DEA, renseignait quant à lui le traitement du rap dans la presse écrite dans la deuxième moitié des années 1990. Il y montre là aussi que derrière les compliments adressés à la sortie d'un album peuvent être reconduits les clichés les plus réducteurs, ou encore que la valorisation d'un artiste précis peut cacher la dévalorisation récurrente du genre rap.

La conclusion de son développement n'est pas sans rappeler la désormais célèbre sortie raciste de Brice Hortefeux lors du campus d'été de l'UMP en 2009. À la fin des années 1990, pour Télérama, il en allait un peu des rappeurs comme des « Auvergnats ». « Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes ». Merci à Anthony d'avoir accepté que je reproduise ici de larges extraits des Continue la lecture

  1. C'est un point qui est particulièrement bien démontré, à partir là aussi d'un matériau médiatique, par Colette Guillaumin dans L'Idéologie raciste, Gallimard, 2002 (1972) p.102 et suiv. []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

moebius2

Une histoire du rap en France. Postface à l'édition 2014

L’un des déplacements que je souhaitais défendre avec ce livre porte sur l’association communément faite entre rap et banlieue. Tout au long de mes recherches, ce lien a constitué un obstacle. Mais plutôt que de l’aborder de front, j’ai tenté de le surmonter dans la pratique de l’écriture sociologique elle-même. Je profite de cette réédition pour expliciter cette démarche, et quelques-uns de ses enjeux.

Dans la majorité des travaux portant sur le rap français, le lien entre rap et banlieue est présenté comme allant de soi. Cette évidence se présente parfois sous la forme d’une évaluation mi artistique mi politique : le rap vaudrait surtout, voire seulement, par ce qu’il dirait des banlieues et/ou de sa jeunesse Continue la lecture

eighties

Ettika : un 45 tours improbable dans la France des années 1980

Contacté grâce à un site Internet personnel, Bernard Guégan a accepté que je l'interviewe autour de l'histoire d'Ettika, qui m'intrigue depuis quelques années maintenant. Extraits d'un échange où se mêlent des décalages de classes sociales, des distances Paris / Province et urbain / rural, des logiques racistes et sexistes1, des univers musicaux segmentés, des médias parisiens branchés et un exotisme latent, tissant d'improbables rencontres sociales et une aventure musicale tout aussi inattendue. Un grand merci à Bernard Guégan pour le temps consacré, et à guidal3 pour avoir retrouvé un enregistrement en ligne du 45 tours d'Ettika. Quant à moi, je ne désespère pas d'échanger à l'occasion avec l'une des chanteuses qui ont permis à ce disque d'exister...

La rencontre de deux mondes

Bernard Guégan : Je sortais des Beaux-Arts à Lorient, je venais d’avoir mon diplôme, j’avais 20 ans. C’était les Beaux-Arts municipaux, j’avais pu y entrer à 15 ans, sans mon bac. Donc moi de 15 à 20 ans, je faisais un peu ce que je voulais, je m’intéressais à ce que je voulais. Et là, après, je voulais venir à Paris. J’ai trouvé un boulot au CEPPIC2 de Rouen, qui était un centre de formation professionnelle, qui était très institutionnel, mais comme la gauche était passée depuis un an, il y a eu ces stages 16-18 ans, pour donner des cours à des gens qui étaient déscolarisés. Rouen était à une heure de Paris en train, ça collait… Comme j’avais organisé quelques expos d’art contemporain, de musique, j’avais un CV qui convenait à ce truc, qui était quand même assez pilote. Et je me suis retrouvé là-dedans.

Karim Hammou : Toi, ton objectif c’était de les former à quoi en fait ?

- L’intitulé c’était : « initiation aux arts plastiques et à la culture », un truc comme ça. Mais en fait, la personne qui dirigeait ça, la chef de service, était elle-même très embêtée, parce qu’elle savait pas très bien quoi faire. C’était à Rouen, et ce qu’il faut savoir c’est que la Normandie… c’était un petit peu comme le Nord et l’Est à l’époque, sauf qu’ils avaient pas eu des subventions comme il a pu y en avoir là-bas pour la fermeture de la sidérurgie ou des mines. Donc à part Rouen qui était un centre urbain très bourgeois, il y avait beaucoup, beaucoup de banlieues pas du tout aidées. Saint-Étienne du Rouvray, Maromme, Sotteville… Et moi je me suis retrouvé avec des filles qui ne savaient ni lire ni écrire, des familles avec des problèmes d’alcoolisme, de femmes battues, beaucoup de filles enceintes à 16 ans… Continue la lecture

  1. Puisque dans cette histoire, malgré mes recherches, seuls les hommes ont le privilège d'avoir un nom de famille... []
  2. Centre de perfectionnement pour l'industrie et le commerce, institution de formation continue qui existe toujours. []

Batailler pour un chant : un compte-rendu

 

Avant-propos

Avec l'accord de son auteur, je reproduis ici un compte-rendu de ma thèse, Batailler pour un chant. La constitution d'une culture professionnelle musicienne du rap français1. Ce compte-rendu a été rédigé par Séverin Guillard, doctorant en géographie au Lab'Urba et allocataire à l'Université Paris Est. Il est directement en prise avec les questionnements travaillés par Séverin dans le cadre de sa propre thèse, et a constitué l'amorce d'une correspondance entre Séverin et moi dont je reproduirai des extraits dans un second billet.

Karim Hammou

Travaillant sur la question de l’espace dans le rap, la thèse de Karim Hammou m’a intéressé à la fois car elle apporte sa pierre à l’édifice des recherches portant sur le rap en France, mais aussi car les problématiques qui y sont traitées font écho aux thématiques en cours de développement dans ma propre recherche.

Le compte-rendu que je propose ici n'a évidemment pas pour vocation d'être exhaustif, mais plutôt de mettre en évidence différents points qui m'ont particulièrement intéressé. S'il m'arrivera parfois de faire des résumés un peu longs de certains passages de la thèse, c'est avant tout pour montrer comment je l'ai interprétée avec mon regard de géographe. Je procéderai donc en deux temps, en donnant d'abord mon interprétation de différents aspects de ce travail avant de passer ensuite à une mise en perspective de cette thèse au regard de mes propres problématiques.

I. Une contribution à la recherche sur le rap dans les sciences sociales francophones

Tout d'abord, Batailler pour un chant apporte un net renouvellement par rapport à l’approche adoptée jusqu'ici par la plupart des auteurs en sciences sociales françaises traitant du rap français. En effet, cette recherche interroge l’objet rap en lui-même, en ne considérant jamais sa définition comme évidente. Elle contraste en cela avec la position adoptée par la majorité des recherches publiées jusqu'au milieu des années 2000, où le rap n’était utilisé que comme un outil pour comprendre les problématiques liées à la « banlieue », les populations issues de ce territoire symbolique étant considérées comme les producteurs et les destinataires naturels de ce type de musique.

L'hétérogénéité des pratiques (discographiques) de rap en français

L'hétérogénéité des pratiques d'interprétations rappées en français

Ainsi, la thèse de Karim Hammou présente l'intérêt de s'interroger sur la nature même du « genre rap francophone ». La plupart des recherches françaises semblent en effet considérer le rap comme un ensemble uni, auquel correspondrait un certain nombre de caractéristiques sociales ou esthétiques. Cette thèse s'oppose à cette approche, en montrant que le rap résulte avant tout d’une production collective, d’une « hétérogénéité de pratiques que l’évidence du genre masque » (p.11). J'ai été à ce titre particulièrement intéressé par la distinction particulièrement opérée entre des « pratiques d’interprétations rappées en français », le « genre rap francophone » et le « monde social du rap français ».

Mais si cette thèse déconstruit l'unité apparente du rap, elle montre également que la définition même de ce genre musical Continue la lecture

  1. Thèse de doctorat réalisée sous la direction d'Emmanuel Pedler et soutenue en octobre 2009 à l'EHESS. []
PE Globo

Bienvenue Chez Roger la Frite

Le téléscopage de deux commentaires et d'un magnifique enregistrement évoquant le funk et les soirées au Globo dans les années 1980 m'ont donné envie de revenir sur cet épisode de l'histoire de la danse à Paris, et accessoirement de l'appropriation du hip hop en France.

Imaginez une scène des tontons flingueurs, à la cuisine bien entendu, en train de découper le sauciflard en sirotant une chose liquide transparente qui fume et se décarcasser les neurones pour trouver le nom de ce  qui pourrait être le casse du siècle, à Paris, en matière d'événementiel musical. Parce que sur ce coup particulier, il s'agit d'imaginer pour les soirées l'intitulé le plus unfunky de toute la planète. Loïc Dury1 finit par envoyer celui de Chez Roger la Frite, et là, Massadian attrape l'enseigne au vol. L'aventure du Globo et de Chez Roger boîte Funk vient de commencer.2

Naomi, du groupe Ladies Night.
Photographie de Yoshi Omori, extrait de Mouvement, 19/80 Editions.

D'après Jacques Massadian, la première soirée Chez Roger a eu lieu en février 1987 à L’Étoile. « A L’Étoile, ils ont flippé comme des rats, parce qu'ils ont vu plein de Blackos arriver et ce n'était pas franchement leur feeling. Et puis il y avait beaucoup de monde, c'était trop petit3 ». Les soirées s'organisent donc à partir de mars4 au Globo, boulevard de Strasbourg. De 22h à 6h du matin, pour 40 francs (6 euros) l'entrée. Les soirées sont organisées chaque semaine jusqu'à fin juillet 1987, et réunissent à chaque fois de 1 000 à 4 000 personnes. « Dans cette foule racailleuse à souhait, si uniforme et diverse que j'ai du mal à distinguer le fils à papa et le gangster, les peoples évoluent comme des poissons dans un bassin d'eau claire. On ne les calcule pas, ils viennent en touristes et sont intégrés à merveille dans la mosaïque humaine. Le cocktail fonctionne à merveille5. »

A la rentrée 1987, Massadian veut officialiser les soirées, en faire « une espèce de club officiel du funk à Paris6 » explique Joseph Guigui, avec inscription payante, formulaire à remplir et photo d'identité. Dee Nasty, quant à lui, demande à être mieux payé. Les divergences entre les organisateurs - les "frères Body & Soul" conduisent à leur séparation. Les soirées se poursuivent sans Dee Nasty et deviennent plus exclusivement rap, sous la houlette de Massadian. Ce dernier explique : « La boîte a changé de feeling et c'était au moment où ça commençait à se durcir sans excès, mais un petit peu quand même. Il y avait toujours autant de monde, mais il y avait moins de filles, moins d'ambiance7 » Trois mois plus tard, Massadian fait de nouveau appel à Dee Nasty.

Les soirées s'arrêtent en mars 1988, à la suite de quelques bagarres devant le Globo. La pression de la police y est pour beaucoup. Jacques Massadian est convoqué au commissariat du 10e arrondissement, les patrouilles et les contrôles d'idendité se multiplient aux abords de la boîte de nuit. La dernière soirée Chez Roger Boîte Funk se fera avec Public Enemy.

Flavor Flav (Public Enemy)
Photographie de Yoshi Omori, extrait de Mouvement, 19/80 Editions.

Ici c'est funk, pas fenk !

Merci à Woody qui a conservé puis numérisé cet extrait d'une émission de Radio Nova diffusée en 1987 et annonçant une soirée Chez Roger Boîte Funk. Cet enregistrement vient s'ajouter aux autres documents cités jusqu'ici : l'ouvrage passionnant et richement illustré que les éditions 19/80 ont publié cette année, Mouvement. Du terrain vague au dance floor, 1984-89 ; le livre de référence de José-Louis Bocquet et Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, publié il y a 15 ans maintenant, avec des témoignages de Loic Dury, Jacques Massadian, Dee Nasty et Joseph Guigui.

Comme le soulignait Christophe Rubin, « dès qu’on cherche des dates précises et des noms de participants, on tombe souvent dans des versions un peu contradictoires. Des versions liées à la reconstruction de souvenirs (bien réels mais revus à travers la subjectivité de chacun) et en même temps à la construction d’un mythe fondateur pour établir l’importance du mouvement hip-hop. » Grâce à la multiplication de ces publications, et aux contributions d'amateurs comme Woody, on peut passer de la mémoire à l'histoire, en recoupant les témoignages rétrospectifs, en les confrontant aux documents de l'époque dont on dispose encore, et en maintenant le récit ouvert aux nouveaux documents susceptibles de préciser ou de réviser les versions que l'on tenait pour acquises.

Si quelqu'un a une explication sur la mystérieuse distinction entre "funk" et "fenk", je suis preneur...

Retranscription

Bintou Simporé ((Animatrice sur Radio Nova.)) : L'ambiance chez Roger Boîte Funk, on la commence dès ce soir dans Tcha tcha boom, et puis en plus ce soir il devrait y avoir des personnes importantes comme Afrika Bambaataa, etc. Alors, Chez Roger c'est organisé par les frères Body & Soul, ils sont sept, Laurent8, Jacques - Jacques Massadian -, Stéphane9, Loïc10, Joseph11, Christian - Christian Perrot - et Dee Nasty12. Alors on les a rencontré, ils nous ont fait une programmation.

[...]

L'un des "frères Body & Soul" : Chez Roger Boîte Funk, c'est avant tout un désir de fan. C'est avant tout soudé par le groove. Le groove, c'est le sillon qui t'emporte dans le bas du ventre, dans le bas du rein, et qui permet de danser pendant des heures, et de te transcender. En fait c'est presque religieux, un désir religieux, c'est un désir de transe, un désir de gens qui sont là dans la vie de tous les jours, qui s'emmerdent, et qui ont envie de se libérer de toute cette pression, et la meilleure façon, c'est la danse.

Un autre "frère" : Chez Roger Boîte Funk, c'est pour tous ceux [...?...] funky.

Le premier : Maintenant on a pas le choix, ou on devient terroriste on prend un flingue, ou alors... on sait plus ce qu'on fait, et finalement la meilleure des résolutions c'est par la danse.

Un "frère" Body & Soul : Y a des boîtes où on entend de la funk, mais c'est mal assimilé. A savoir que... dès qu'on entend funk, on pense fenk. Avec un "e". en fait non, c'est pas ça, c'est avec un "u". C'est très important la différence.

Bintou Simporé : Chez Roger on fait la différence ?

Un "frère" Body & Soul :  Ah non, Chez Roger c'est un funk avec un "u", et pas avec un "e".

[...]

Un "frère" Body & Soul : Alors ça c'est un titre des Bar Kays, qu'on est obligé de passer comme tant d'autres. Et on passe celui là parce qu'il est vraiment très bien. C'est de la pure funk et le bassiste, c'est un tueur."

Loïc Dury : Le funk comme on l'entend nous c'est la musique qui part des tripes. Évidemment, c'est d'obédience noire,  parce qu'il y a le côté danse, et que dans le rock et la musique française et tout, y a pas de côté lascif, y a pas de côté danse... libérée. Sexe. Où le sexe est vraiment présent. Et le funk ça nous permet de libérer toutes ces pulsions, justement, et je crois pas qu'on peut lasser. Avec en plus quelqu'un comme Dee Nasty qui retravaille tous les disques, et à chaque fois on va jamais réentendre le même disque, il va le triturer d'une certaine façon selon l'ambiance qu'il y a, selon le groove dans lequel rentre les danseurs. Il pourra toujours changer et s'adapter à eux, et eux s'adapter à Dee Nasty.

Bintou Simporé : Joseph, qu'est-ce qui vous a donné l'idée de créer Chez Roger Boîte Funk ?

Joseph Guigui : Le funk.

[...]

Dee Nasty (?) : Moi j'ai choisi Funkadelic, la bande à Clinton dans sa jeunesse « Standing on the verge of getting it on », morceau culte par excellence, le funk avant qu'il existe, la transe voodoo.

[...]

Loïc Dury : Le but de la soirée c'est aussi de désectariser. C'est-à-dire que par exemple on parle toujours des Zulus comme d'une secte fermée, ou des funky, ou des funk, et nous on a envie que les Zulus écoutent James Brown, on a envie que les gens qui écoutent James Brown ils écoutent les Run DMC ou Afrika Bambaataa, qu'on a envie que les gens qui écoutent du toast écoutent aussi autre chose, et que ça fasse un téléscopage. Mais qu'avant tout ce soit de la musique qui soit de la musique... de révolte. Parce que le funk c'est quand même une musique de révoltés. C'est des gens qui veulent vraiment croire à autre chose, et se dire : "tu peux croire dans ton rêve, tu peux le faire, tu peux y aller", et que ça donne aussi une forme... de donner de l'espoir aux gens, de se dire que tout est encore possible, et qu'on peut vraiment y arriver, alors qu'on danse toute notre haine.

Bintou Simporé : Dans une des soirées Roger Boîte Funk, j'ai vu les frères Body & Soul tous debout sur le bar en train d'agiter leurs bras, en train de rire, hilares. C'est quoi, c'est un nouveau style ?

Un "frère" Body & Soul : Non non... ça vient dans la soirée... la musique ça rend fou et... on éclate.

Bintou Simporé : On se marre chez Roger Boîte Funk ?

Un "frère" Body & Soul : Ouais vraiment, ouais... faut venir pour voir.

Un autre "frère" Body & Soul : C'est la fête, c'est la fête, c'est la fête..."

[...]

Bintou Simporé : Oui alors le morceau qu'on a entendu c'était pas tout à fait « Standing on the verge of getting it on » de Funkadelic qui devait plus chauffer mais c'est pas grave. Alors les frères Roger... Roger Boîte Funk, les frères Body & Soul c'est ce soir, 8 boulevard de Strasbourg. Tippa Irie, Afrika Bambaataa devraient être là, et puis tous les Zulus. Et on termine la séquence Body & Soul sur James Brown produisant Lyn Collins, « Think about it »

  1. Qui travaille alors, tout comme Jacques Massadian, à Radio Nova. Ils organiseront les soirées Chez Roger avec d'autres transfuges de Radio Nova ou du magazine Actuel, le DJ Dee Nasty et plusieurs membres de ce qui deviendra quelques années plus tard le groupe funk Malka Family. []
  2. Marc Boudet, Mouvement. Du terrain vague au dance floor, 1984-89, 19/80 Editions, p.93 []
  3. Cité dans José-Louis Bocquet et Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, J'ai Lu, 1997, p. 75-76. []
  4. D'après les souvenirs concordants de Loïc Dury et Joseph Guigui. []
  5. Marc Boudet, Mouvement. Du terrain vague au dance floor, 1984-89, 19/80 Editions, p.95 []
  6. Ibid., p.87. []
  7. Ibid., p.88. []
  8. Laurent Cohen, futur membre avec Joseph Guigui des Malka Family. []
  9. Stéphane Fiszlewicz. []
  10. Loïc Dury. []
  11. Joseph Guigui. []
  12. Parmi les frères Body & Soul, il y avait aussi une sœur : Valérie Massadian, fille de Jacques, dont le rôle a été important dans l'organisation de ces soirées. []