Archives pour la catégorie statistique

poker

Le deuxième marché mondial… vraiment ?

Bluff vaguement cocardier, ou fierté légitime ? C’est en tout cas une affirmation qui circule depuis quinze ans. La France serait « le deuxième marché mondial du rap ». Accroche facile pour justifier un papier ou amorcer une émission, à la fois pas vraiment improbable1 et subtilement biaisé2, ce lieu commun devient un bourbier lorsqu’on le voit répété dans des travaux scientifiques. Un sorte de piège à chercheur pressé de remplir un trou logique pour lequel des données fiables font défaut. Car qui a jamais prouvé cette pseudo statistique assénée comme une évidence ? A défaut de preuve définitive, essayons de rassembler quelques indices.

Poids lourd et poids mouche

Dire que la France est le deuxième plus gros marché discographique de rap, c’est le rapprocher, implicitement, du marché des Etats-Unis. Or les ordres de grandeur sont Continue la lecture

  1. La France est le cinquième marché discographique mondial depuis plusieurs décennies,  et le rap y a rencontré un succès important. []
  2. Il y a beaucoup plus de sens à rapprocher le marché français des marchés allemand ou britannique que du marché américain, comme on le verra plus bas. []
arméerusse

Rap west coast : entre Fécamp et Bolbec (1)

L’Île-de-France et Marseille ont longtemps monopolisé le paysage médiatique du rap français. Pourtant, au moins depuis la diffusion nationale de « H.IP. H.O.P. » sur TF1 en 1984, il y a toujours eu des amateurs de hip hop et des rappeurs amateurs dans la plupart des villes de France. Presque trente ans après l’émission de Sidney, le label Din Record a définitivement mis Le Havre sur la carte du rap français médiatisé.

Mais à quelques kilomètres du Havre, du côté de Fécamp (20 000 habitants) et de Bolbec (12 000 habitants), le rap est aussi bel et bien présent. Ni en matière de pratique, ni a fortiori en matière d’écoute, le rap n’est réservé aux grandes métropoles. Emeric Baron et Hugues Pineau, deux étudiants en sociologie à Paris VIII ont réalisé un mémoire sur le sujet1, dont voici quelques résultats. Premier volet, les amateurs de rap.

Les auditeurs de rap en France

Les enquêtes du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français comme la recherche menée par Stéphanie Molinéro montrent que l’écoute du rap est particulièrement présente chez les jeunes générations (plus de 40% chez les 15-25 ans, 20% chez les 25-35 ans). Si elle caractérise particulièrement les jeunes hommes (44% des hommes de 15 à 30 ans), un nombre significatif de jeunes femmes en écoutent (29% des femmes de 15 à 30 ans).

CC by-nc-sa ©Amir Kuckovic 2010

La majorité des auditeurs de rap étant lycéens ou étudiants, il faut se tourner vers le ménage dont ils dépendent pour les situer socialement. Les auditeurs de rap sont plus nombreux en milieu populaire – 18% des personnes dont le  chef de ménage dont est ouvrier écoute du rap. Mais ils sont bien présents dans toutes les classes sociales – et représentent par exemple 9% des personnes dont le chef de ménage est cadre ou engagé dans une profession intellectuelle supérieure. Mais vue l’importance de la variable d’âge dans la répartition des goûts musicaux, cet indicateur demeure grossier.

Les goûts musicaux des lycéens de Fécamp

L’enquête de Baron & Pineau a été réalisée par questionnaire dans deux lycées – l’un public, et l’autre privé catholique. Sans surprise, le recrutement social du lycée privé se fait dans des milieux plus favorisés2  que dans le lycée public (42% d’ouvriers et d’employés contre 10% dans le privé).

Au total, 380 personnes ont répondu au questionnaire, portant à la fois sur les pratiques et goûts musicaux dans leurs ensemble et sur le rap plus particulièrement. En rapprochant le profil sociologiques des personnes ayant répondu au questionnaire de celui des lycéens de ces trois établissements dans leur ensemble, peu de biais apparaissent. La proportion d’hommes et de femmes et respectée, la répartition socio-professionnelle aussi. On note une légère sous-représentation des lycéens dans des filières technologiques ou professionnelles, qui représentent 27% des effectifs des lycées étudiés mais seulement 20% des questionnaires recueillis.

La génération 2010-2011 des lycéens de Fécamp a passé le cap du numérique. Internet est le premier média d’écoute musicale (87% des lycéens), devant la télévision (77%) et la radio (65%). La moitié à peine des lycéens étudiés utilise toujours des CDs – 88% des mp3.

Dans l’ensemble, on note peu de différences entre ces lycéens de Fécamp et les 15-20 ans de l’enquête du ministère de la Culture en 2008. Dans les deux cas, les genres musicaux préférés sont le R&B, le rock et le rap – dans une proportion similaire : environ 15% pour chacun de ces styles musicaux. Comme à l’échelle nationale, jazz et classique emportent moins de 1% des préférences.

Les lycéens amateurs de rap à Fécamp

Centrée sur les lycéens, l’enquête de Baron & Pineau permet de préciser l’hétérogénéité sociale des publics du rap à Fécamp. Comme à l’échelle nationale, les lycéens issus de milieux populaires (ouvriers, employés) écoutent plus souvent du rap que ceux issus des catégories supérieures. Mais Même chez ces derniers, le rap est un genre musical très écouté : 42% des enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures, 42% des enfants de professions intermédiaires, 44% des enfants d’artisans, commerçants et chefs d’entreprise, 52% des enfants d’ouvriers, 61% des enfants d’employés3.

Les Chœurs de l’Armée russe à l’Abbatiale de la Sainte Trinité : le seul concert annoncé à Fécamp sur cityvox et infoconcert.com

Reprenant la distinction entre consommateurs de rap, auditeurs occasionnels des morceaux les plus diffusés, et amateurs, plus investis dans la culture de leur goût pour le rap, assistant à des concerts, lisant la presse spécialisée, voire pratiquant en amateur4, les auteurs notent que la grande majorité des lycéens qui écoutent du rap sont peu investis.

L’une des singularités du rap la faible propension des amateurs de rap à se rendre à des concerts. Seuls 16% des auditeurs de rap vont à des concerts  contre 53% de l’ensemble des lycéens. Une des raisons avancées par les auteurs réside dans la faiblesse de l’offre locale de concerts pour ce style musical. Mais en ce qui concerne la lecture de la presse spécialisée, qu’elles soit en ligne ou dans les kiosques, le pourcentage n’est pas plus élevé : 16% également.

Les rappeurs les plus cités sont ceux qui sont les plus diffusés au moment de l’enquête : Soprano, Eminem, La Fouine, et dans une moindre mesure Booba et Mister You. Les rappeurs de la région arrivent derrière, et Zikr’s est le plus cités avant Médine – il faut dire que Zikr’s était lui-même lycéen dans l’un des établissements où les questionnaires ont été distribués, ce qui indique l’importance de la popularité moins régionale que locale dont un artiste amateur peut bénéficier.

Phenn feat. Zikr’s, Des mesures, 2012

  1. E. Baron et H. Pineau, Culture urbaine et zone rurale : l’implantation du rap à Fécamp, mémoire de L3 réalisé sous la dir. de Nicolas Jounin, 2011. []
  2. 31% de cadres et professions intellectuelles supérieures dans la nomenclature de l’INSEE, contre 21% dans le public. []
  3. L’écoute du rock ou du R&B fluctue dans une fourchette comparable – mais inverse dans le cas du rock, qui atteint 60% chez les CPIS et le PI contre 45% chez les ouvriers. []
  4. Stéphanie Molinéro, Les publics du rap, L’Harmattan, 2009. []

Garbage in, garbage out

Ce qui se passe dans les salles de marché, dans l’univers de la finance est un subtile mélange de rationalité et d’irrationalité qui est bien fait pour tromper son monde. Car en effet, les bac +12 manipulent des outils mathématiques qui nécessitent d’avoir fait bac +12 et qui sont extraordinairement sophistiqués. Mais un modèle mathématique ne vaut jamais que ce que valent ses hypothèses. Et selon l’expression anglo-saxonne consacrée, « garbage in, garbage out ». C’est-à-dire saloperie à l’entrée, saloperie à la sortie. Donc vous avez des modèles extrêmement puissants en effet, mais qui sont nourris par des hypothèses qui sont ultra rudimentaires. Et c’est par le biais de l’input, sans lequel aucun modèle mathématique ne marchera jamais, c’est par le biais de l’input que s’insinue la croyance et l’opinion dans l’univers de la finance. Donc vous faites fonctionner des machines mathématiques sur-sophistiquées mais en les nourrissant avec du déchet intellectuel1.

Cette courte démonstration de l’économiste Frédéric Lordon vise le monde de la finance, mais elle résonne aussi comme un avertissement saisissant à l’égard des sciences sociales. Elle résume l’une des difficultés des raisonnements hypothético-déductifs qui s’appuient sur des calculs formels complexes. De la très classique régression linéaire jusqu’aux savants dosages mathématiques des derniers programmes d’analyses de réseaux, on s’affronte à un double danger quant à la qualité des hypothèses. En premier lieu, les modèles mathématiques et les programmes informatiques qui les implémentent reposent sur des hypothèses, et peuvent être inadéquats pour telle ou telle problématique particulière. Mais en outre, aucun jeu d’opérations statistiques ne peut se substituer au travail consistant à donner sens aux « résultats » qu’il produit. Il faut donc formuler des hypothèses sur l’interprétation des résultats elle-même.

En voici une illustration, piochée dans un article de science politique que j’ai lu récemment. Le texte synthétise habilement les théories concurrentes par lesquelles la pratique des questions écrites à l’Assemblée nationale a été analysée, et propose ensuite d’arbitrer entre ces théories à l’aide d’un corpus de questions écrites soumis à une analyse de régression linéaire. Mais des théories à la régression, il faut un ensemble d’hypothèses sur la façon dont les théories pourraient se décliner en résultats observables. Sans entrer dans le détail de l’analyse de l’auteur (par ailleurs fort intéressante), on peut relever cette hypothèse interprétative :

Je considère que les électeurs  d’une circonscription rurale ont plus de difficultés à trouver les informations dont ils ont besoin dans leurs relations avec l’État, et sont donc plus susceptibles de s’appuyer sur leur député pour trouver de l’aide. [...] La seconde mesure indirecte de la quantité de demandes des électeurs repose sur l’éducation. Je suppose que moins les électeurs sont instruits, plus ils tendent à se tourner vers leur député lorsqu’ils sont confrontés à des problèmes vis-à-vis de l’administration.

L’argument est avancé sans faire référence à des travaux antérieurs susceptibles d’appuyer l’interprétation, et les formulations semblent finalement mettre en œuvre une conception assez sommaire (et quelque peu paternaliste) du lien entre les électeurs et leurs représentants : les peu diplômés et les ruraux sont ignorants, donc ils posent plus de questions à leur député (qui, grand prince, relaie ces questions à l’Assemblée).

Le « démon de la poubelle » ne m’intéresse pas uniquement pour critiquer les collègues. Il traîne en effet à proximité de certaines de mes recherches actuelles. J’essaie d’approfondir mes analyses de réseaux chronologiques à l’aide d’un logiciel, Siena, dont le fonctionnement repose sur un modèle aux nombreux postulats2. Jusqu’où ne pas aller trop loin dans l’abstraction formelle, pour rester en mesure de dire quelque chose d’intelligible et de vraisemblable au terme d’un détour mathématique ? En attendant de trouver une réponse assurée à cette question pour l’enquête particulière qui m’intéresse, je surveille avec inquiétude ces centaines de featurings que Siena mouline. « Garbage in, garbage out ».

  1. Frédéric Lordon, « Nationaliser les banques ? Bonne idée », émission d’@rrêt sur images diffusée le 14 mai 2010 []
  2. exposés, et confrontés de façon stimulante à un terrain précis par Ainhoa de Federico de la Rúa, « L’analyse longitudinale de réseaux sociaux totaux avec Siena. Méthode, discussion et application », Bulletin de méthodologie sociologique n°84, 2004 []