Archives pour la catégorie corpus d'enregistrements

Stress (rappeur suisse)

Vers une discographie du rap francophone (2) : Belgique et Suisse

Je poursuis donc mon recensement des albums de rap francophones, amorcé ici avec les albums canadiens. Retour en Europe, avec deux pays dont la scène hip-hop est florissante de longue date : la Belgique et la Suisse. C'est donc avec une certaine surprise que je n'ai trouvé qu'une trentaine d'albums francophones d'au moins 8 titres publiés jusqu'en 2004.

Verso de la compilation Art-chives, ©Lézarts Urbains 2007

Les sources étaient plus rares et dispersées que dans le cas canadien. Des sites comme discogs.com, mais aussi des blogs d'amateurs1, des sites d'artistes2 Une compilation « patrimoniale » également, pour la Belgique : Art-chives : 17 ans de rap belge francophone 1990-2007, publiée par le label de l'association Lézarts Urbains en 2007.

Suisse

  • Sens Unik, Le VIe Sens, 1991
  • Sens Unik, Les portes du temps, 1992
  • Sens Unik, Chromatic, 1994
  • Double Pact, Impact n°3, 1995
  • Sens Unik, Tribulations, 1996
  • Double Pact, Pour ma planète bleue, 1998
  • Sens Unik, Pole position, 1998
  • Double Pact, C'est comme la vie, 1999
  • Opee, Une vie et quatre saisons, 1999
  • Dynamike, La théorie du kaos, 2001
  • Sens Unik, Abracadabra, 2001
  • Alsensé, Saint Laurent, 2002
  • Double Pact, Rien à perdre, 2002
  • Sim's, Je la rêve, 2002
  • 18 sang c, Tous les mêmes, 2002
  • L'impasse, Esprit d'équipe, 2003
  • Opee, Ma vision, 2003
  • Stress, Billy bear, 2003
  • Oni/Epik, Fonetik, 2003
  • Nega, Mémoires écrites, 2004
  • Erikson, Foi sereine, 2004
  • Salam, Na Barki Ko Sabou, 2004
  • Eva D, Comme on l'entend, 2004
  • Samir & Mitshiabo, D'une vie à l'autre, 2004
  • Mezz, Face à moi-même, 2004
  • Juskobou, Des homiz capables, 2004
  • Sens Unik, Mea Culpa, 2004

Belgique

  • Benny B, L'album, 1990
  • Benny B, Perfect, Daddy K et moi, 1992
  • De Puta Madre, Une ball dans la tête, 1995
  • Defi J, Le rap appartient à ceux qui y pensent, 1996
  • Pee Gonzalez, Whuz The P ?, 1996
  • Starflam, Starfam, 1998
  • Rival, De la rue à la scène, 1999
  • De Puta Madre, Technik stonic, 1999
  • Manza, La dernière page, 2000
  • Starflam, Survivant, 2001
  • FRJ, Au-delà de Gibraltar, 2002
  • Rival, En quelques featurings, 2002
  • LPC, L'allégorie du ghetto, 2002
  • CNN 199, CNN 199, 2003
  • Starflam, Donne moi de l'amour, 2003
  • Incantation, Violé par l'histoire, 2003
  • P.50, Black book, 2004
  • HNS, On naît seul on meurt seul, 2004
  • Starflam, Pour quelques euros de plus, 2004
  • Manza, Ce que j'en retiens, 2004
  • La Tria, On se le disait, 2004
  • 13Hor, Des comptes à régler, 2004
  • OPAK, L’arme à l’œil, 2004 [maj 14/11/2013]

Évidemment, l'histoire du rap dans ces deux pays ne s'est pas arrêtée, elle, en 2004...


Scylla - BX Vibes par NorthSiderz

 

  1. http://rap-suisse.skyrock.com, http://rapsuisse.blogspot.fr... []
  2. Notamment ceux du groupe belge De Puta Madre, et du rappeur suisse Stress. []
385911194_484c6f688e

Vers une discographie du rap francophone (1) : Québec

Record Shelves by FourthFloor

Ca fait longtemps que je veux mettre en ligne la discographie du rap en France et en français que j'ai constitué lors de ma thèse, puis de la rédaction du livre. C'est chose faite, dans une nouvelle rubrique fixe, discographie.

Mais le rap en français ne se résumé pas aux albums distribués en France. Il en existe un nombre important qui n'ont été distribué qu'au Canada, en Suisse, en Belgique, au Sénégal, au Mali, etc.

Dans le cadre d'un article en préparation sur le « rap fancophone », j'ai essayé de répertorier les différentes ressources en ligne permettant de constituer une première ébauche de discographie du rap francophone.

C'est plutôt aisé dans certains cas (par exemple pour le Canada, puisqu'il existe un site assez riche répertoriant les disques de rap québecois, http://www.disqc.com/).

C'est beaucoup plus compliqué dans d'autres cas, comme pour les scènes suisse, sénégalaise, malienne etc. malgré quelques sites ou blogs d'amateurs.

Je me concentre toujours sur la période qui va jusqu'en 2004, et sur les EP / LP d'au moins 8 titres (histoire de commencer par le commencement, et d'être cohérent avec le corpus que j'avais constitué pour le rap en France). Avant d'intégrer un album à la liste, je m'assure d'avoir pu consulter la liste des titres qui le compose, et si possible d'en avoir au moins écouté un ou deux extraits.

Si jamais vous voyez des opus à côté desquels je serais passé (et ils doivent être nombreux), n'hésitez pas à me les signaler.

MRF, « MRF est arrivé »premier clip "hip hop"1 de rap francophone au Canada

Je commence donc par les albums de rap francophone québecois, largement rassemblés grâce au travail de V-Rulent, via le site http://www.disqc.com. À noter, quelques uns de ces albums ont aussi été distribués en France (et sont donc recensés dans la discographie du rap en France).

1996

  • KC LMNOP, Ta Yeule

1997

  • LMDS, Les Messagers Du Son
  • Dubmatique, La force de comprendre
  • KC LMNOP, Ta Yeule Encore
  • KZ Kombination, Karnageez & Kombinn Lakaill

1998

  • La Constellation, Dualité
  • Dubmatique , Dubmatique
  • La Gamic , La Gamic
  • KC LMNOP, Journée idéale
  • Rainmen, Armageddon

1999

  • Don Karnage, Vice-Versa
  • Andromaïck, Une gouttelette sous l'orage
  • 2 Faces, Appelle-ça comme tu veux
  • Les Ambassadeurs, Premier maillon
  • Cavaliers Noirs, En vers et contre tous
  • Muzion, Mentalité moune morne... (Ils n'ont rient compris)
  • Remz, Quand la K7 joue à l'envers
  • Sans Pression / SP, 514-50 dans mon réseau
  • LMDS, Il faudrait leur dire

2000

  • Catburglaz, Code 022
  • Le Connaisseur, Apéro
  • Fang, CandyFang
  • Joe B.G. / Mista Snake, Underground soldiaz
  • Latitude Nord, Dis-leur
  • Loco Locass, Manifestif
  • Yvon Krevé, L'accent grave
  • Traumaturges, Suce mon index
  • Katacomb, L'antre de la folie

2001

  • Les Architekts, Le Plan
  • Les Ambassadeurs, Expansion
  • 83, HipHop 101
  • L'Assemblée, Du coin de l’œil
  • Chub-e Pelletier, Les préliminaires
  • Complys, Avertis tes chums
  • Da Vincy, Un peu plus que juste un de plus...
  • Dubmatique, Influences
  • Kasheem, Ange ou démon
  • KZ Kombination, Time lan changé
  • La Structure, Fraîcheur garantie
  • Taktika, Mon mic, mon forty, mon blunt
  • South Squad, 5 mics

2002

  • Don Karnage, Bouge
  • 83, La suite logique
  • C-Drik, 6 tracks de trop... la suite
  • Canox, The time has come
  • Cavaliers Noirs, L'État nous surveille
  • Le Cerveau, Le Québec assiégé
  • Fang, Gladiateur
  • K-Maro, I am à l'ancienne
  • Limoilou Starz, Limoilou style
  • Major Leagz, Coming through
  • ML, J'passe en d'sous d'la table
  • Muzion, J'révolutionne
  • La Réplik, Si j'avais su...
  • B.U./Ol1ku/L'Queb/H.D., Réflexions
  • Eff / U.Y.O, L'aktualité
  • UNI-T, Prêts aux changements
  • Sëfo, Toast-T D 2 Bars
  • BMC, 3 lettres qui en disent long
  • Pagaïl, C'est pour les miens

2003

  • Black Taboo, Au nom du pad et du vice
  • Atach Tatuq, La guerre des tuqs
  • Anodajay, Premier VII
  • Kulcha Connection, Plus haut
  • Buzzy Bwoy, Fume-Le
  • Ale Dee, Qui ça ?
  • 01 Étranjj, Tchin
  • 2 Faces, Game Over
  • 2e Monde, Lire entre les lignes, parler entre les mots
  • Chub-e Pelletier, La pénétration
  • Dirty Taz, Revenge of the Nerd
  • Ironik, Seul à seul
  • Loco Locass, In Vivo
  • Papaz, Le monde change
  • Yvon Krevé, Quand j'rap pas
  • Young Lionz, Un premier pas dans la jungle...
  • Vaï, Street Life
  • Stratège & Cobna, Goûte à ma sauce
  • Sans Pression / SP, Répliques aux offusqués
  • Shoddy & Webster, L'Album double

2004

  • Buzzy Bwoy, Bienvenue dans mon Game
  • FP Crew, Exposé
  • 83, Le Dernier Chapitre
  • Boogat, Tristes & Belles Histoires
  • Catburglaz, L'album français
  • Caya, La Rue M'rattrape
  • Les Chiefs , Les Chiefs
  • Damien, Damien
  • Les F-Frontés, Les F-Frontés débarquent
  • Joe B.G. / Mista Snake, Ma définition du hip hop
  • Kodiak, Pour y voir clair
  • Loco Locass, Amour Oral
  • Lion G & Lmc'Râr, That's My Crazy World
  • Narkoi, Il était une fois
  • Ruffneck, C'est tout ce que j'ai
  • Sozi, Classic Beef
  • Eff / U.Y.O, C'est l'heure
  • Sir Pathétik, 3 ans de trippe après...
  • Shoddy, Mauvaises fréquentations
  • 2e Monde et les Bootleggers, J'aurais voulu être un MC...
  • Psykopas, Authentique
  • St-Saoul, Les oreilles ont des murs
  • K-Maro, La Good Life
  • Les 2 Tom, 2 Tom's Up
  • Niño Malo, Voyou & Héros
  • Les Banlieuzards, L'Île du Christ ...d'hier à aujourd'hui
  • William International & Issmo De Vasco, Sortie d'urgence
  1. Comme en France, il existe des appropriations de l'interprétation rappée antérieures. Voir par exemple Vis ta vinaigrette de Marc Drouin. []
stop

La plaque et le pistolet

L'hostilité des rappeurs envers la police est un lieu commun aussi vieux que le rap lui-même. Alors que les premiers albums de rap français étaient à peine publiés, les journalistes et animateurs ironisaient déjà volontiers sur ce thème, comme dans cette émission d'A2 où, après qu'un B.Boy a dénoncé la drogue et l'intolérance, l'animateur s'adresse à lui sur un ton sarcastique :

C'est aussi paradoxal, parce que les flics sont des chieurs, ok, mais alors les flics ils luttent aussi contre la drogue. C'est le même combat. Donc rappeurs flics même combat ? Ça doit pas vous plaire ça.1

L'un des affiches du film Polisse, réalisé par Maïwenn

Dès cette époque, on trouve de multiples parodies jouant sur la figure supposée paradoxale du «flic qui rappe"  (dans la série Maguy par exemple). L'humour va changer de camps dès les années 1992-1993, avec les railleries obscènes de Brigitte (femme de flic) de Ministère AMER, puis le sarcastique Police de NTM et son introduction parodique, mettant en scène le petit Pujol et son patron. Causant la plainte de syndicats policiers, ces deux chansons ouvrent aussi le long feuilleton judiciaire qui se poursuit encore aujourd'hui, interrogeant ce qu'il est possible ou non de chanter sans tomber sous le coup de la loi.

La fin de l'année 2011 a été marquée par plusieurs initiatives qui jettent une lumière neuve sur le sujet. Polisse, c'est en effet aussi le titre d'un film dont l'acteur principal est Joeystarr, et dans lequel, contre toute attente, l'ancien rappeur de NTM incarne l'un de ces fonctionnaires.  De façon moins anecdotique, c'est aussi à l'automne que Didier Fassin a publié une enquête ethnographique sur une Brigade anti-criminalité2, les fameuses BAC qui sont devenues l'une des figures repoussoir récurrentes des chansons de rap. C'est enfin la mise en place du collectif dont le mot d'ordre est « Stop le contrôle au faciès », visant à sensibiliser l'opinion publique aux discriminations policières, et à remettre en cause les contrôles d'identité abusifs. Dans le cadre de cette campagne, le collectif présente une série de témoignages de rappeurs sur certains contrôles de police qu'ils ont subi.

Même s'il est extrêmement euphémisé dans le film de Maïwen3, l'un des enjeux communs qui se dégage de ces différentes interventions dans l'espace public pourrait être la question de l'humiliation policière. Fassin propose notamment

d’aller au-delà de la définition administrative et judiciaire [de la violence policière], laquelle conduit à condamner, au moins dans le principe, la claque, mais à ignorer, le plus souvent, l’humiliation. Dès lors, on commencerait en effet à s’interroger non pas dans les termes de ce que la police et la justice pensent des actions, mais du point de vue de la manière dont le public les vit. Cette inversion du regard ne se limiterait du reste pas aux forces de l’ordre, mais inclurait la perspective plus large de la société, c’est-à-dire la manière dont cette dernière délègue à la police, au nom de la loi, le pouvoir de traiter certaines personnes en dehors du droit, ou plutôt de manière dérogatoire au respect des droits humaines.

[...] Si, dans mes observations, les scènes de brutalité étaient donc exceptionnelles, les scènes d’humiliation étaient en revanche tout à fait communes. Elles se produisaient quotidiennement dans la rue à l’occasion des contrôles d’identité et des fouilles à corps ou des interpellations avec menottage non justifié, au commissariat pendant l’interrogatoire ou dans le local de détention, et même dans le véhicule qui ramenait les individus arrêtés.4

Les débats autour du livre de Fassin ont été nombreux, interrogeant notamment le caractère généralisable de l'observation locale faite par le chercheur5. Mais cette question de la prise en compte de la façon dont les personnes qui subissent le contrôle policier, particulièrement intense sur certains territoires et certains groupes, reste peu discutée.

Or il me semble que l'humiliation subie dans les interactions avec la police, qu'elle ait été vécue, qu'elle ait été rapportée ou qu'elle soit imaginée, est la matière première de la profusion créatrice autour du thème de « la police » dans le rap6 : dénonciation et sarcasmes comme chez NTM, fantasmes de renversement de l'humiliation, retranscrite dans ce que le groupe imagine être le plus sensible point d'honneur policier - la virilité, indignations envers les abus des hommes en bleus, rêves d'une possible réponse aux humiliations, par les poings comme chez KDD ou par les mots comme chez Psy-4 de la Rime - dans des situations où l'asymétrie rend cette option illusoire. La police a pour elle de façon quasi unilatérale le droit7 et la force,  « la plaque et le pistolet », résume KDD dans Qui tu es :


KDD-Qui Tu Es par sequestro

La chanson Justicier des Psy-4 de la Rime est intéressante elle aussi, car elle reprend le jeu habituel dans nombre de raps consistant à mettre en scène des fantasmes de vengeance tout en l'enchâssant dans un propos qui se veut plus pédagogique - «j'suis pas là pour faire d'la démago / beaucoup de flics font bien leur taf mais d'autres mettent nos blocs sous embargo ».

Elle a trouvé un nouvel écho à l'occasion de la campagne du collectif Contre le contrôle au faciès. L'un des premiers rappeurs à témoigner de l'une de ses mauvaises expériences de contrôle policier est en effet Soprano, rappeurs au sein du groupe Psy-4 de la Rime, et le récit qu'il propose présente de nombreuses affinités avec la saynète centrale du morceau Justicier. C'est l'occasion d'observer la façon dont une expérience peut devenir une chanson.

  1. Extrait de l’émission Une fois par jour du 23 novembre 1990, diffusée sur A2 à partir de 18h30 []
  2. « La première BAC fut créée en 1971 à Paris par le commissaire Robert Broussard. […] Ce n’est cependant qu’au milieu des années 1990 que cette structure est devenue ce qu’elle est aujourd’hui, c’est-à-dire une brigade de policiers généralement en civil intervenant sur tout le territoire national mais essentiellement dans les agglomérations où existent des ZUS. Elle est donc la seule unité des forces de l’ordre entièrement pensée pour et principalement dédiée à la police des quartiers en difficulté. La BAC de nuit a été créée en 1994 et la BAC de jour en 1996, au moment où les questions de sécurité publique ont été redéfinies par Charles Pasqua, alors ministre de l’Intérieur. » (Didier Fassin, La force de l'ordre, Seuil, p.91 []
  3. Je pense en particulier à la scène de bouclage massif d'un camps que l'on suppose être de Roms, et à l'hostilité que manifeste alors le policier incarné par Joeystarr à l'encontre de la photographe jouée par Maïwen. Est-ce vraiment l'indécence du voyeurisme de l'objectif photographique qui est alors en cause, ou l'intuition qu'un tel déploiement de force, qu'il soit justifié ou non, a aussi des effets symboliques eux-mêmes violents ? []
  4. D. Fassin, La Force de l'ordre, op. cit., p.197-201. []
  5. Voir notamment les discussions de Fabien Jobard et la réponse de l'auteur, ou celle de Laurent Mucchielli []
  6. Il faudrait ajouter à l'humiliation la question de l'arbitraire, qui lui est intimement liée, mais dont le paradigme est celui du meurtre policier, évoqué de L'Etat assassine du groupe Assassin à 1001 vies de Lino. Sur ce point, on peut lire le texte récemment publié par Pierre Tévanian à l'occasion de la comparution prochaine des policiers responsables de la mort de Hakim Ajimi. []
  7. « Comme me l’affirmaient donc, non sans réalisme, les policiers, « théoriquement, on doit obéir à des règles précises, mais pratiquement, le Code de procédure pénale nous permet de faire ce qu’on veut ». Ce n’était pas tout à fait vrai cependant, le Conseil constitutionnel ayant rappelé qu’il revenait à l’autorité judiciaire, en l’occurrence le juge des libertés et de la détention, de s’assurer de la légalité des contrôlés d’identité [...]. Mais les gardiens de la paix ne se souciaient guère de ce type de mise en garde, au demeurant sans conséquence pratique, et exerçaient de manière discrétionnaire ce qu’ils considéraient comme la base de leur activité : le contrôle d’identité. » D. Fassin, op. cit., p.143-144 []

Quelle(s) langue(s) pour le rap en France ?

Shams Dinn (photo de Serge Faubert in Moreira 1987, p.87)

Je poursuis mes explorations sur le rap en France dans les années 1980. Dans un livre publié en 19871, le journaliste Paul Moreira brossait un tableau de ce qu'il appelait « le rock métis en France », « rock arabe » et « rock latin ». Au détour des portraits de musiciens plus ou moins célèbre - Carte de séjour, Mounsi, Elli Medeiros, Sapho, Rocking Babouches..., j'étais tombé sur plusieurs pages consacrées à un rappeur d'origine lyonnaise :

Akim n'arrive pas à le croire. Il se pincerait presque pour vérifier qu'il n'est pas au paradis des rappers. Trois mois que son groupe de funk-rap arabe, Shams Dinn, existe et il est là, sur cette scène minuscule de la Chapelle des Lombards, à Paris, en train de rapper avec le grand des grands, son héros favori, l'un des pionniers du rap new-yorkais : Afrika Bambataa !2.

Akim, alias Shams Dinn, alias Cyd Master "M", alias Mohamed Ben Bouchta commence à rapper dans les discothèques lyonnaises qu'il fréquente au début des années 1980. En 1982, il rencontre Djamel Dif, alias Jeff, musicien et ancien batteur du groupe Carte de Séjour. Après une première expérience de courte durée sous le nom de Cyd Master "M", en 1985, Akim devient Shams Dinn et réalise un premier 45-tours, publié en 1987. Le disque est distribué par Hamedi Records, label créé par Jeff, qui assure aussi les musiques sur lesquelles rappe Akim.

Actuel n°91, juin 1987

Le disque, distribué à un millier d'exemplaires, rencontre un succès d'estime dans le milieu de la « sono mondiale » parisien. Il est diffusé régulièrement sur Radio Nova, Actuel lui aurait consacré un article dans son numéro de juin 19873, et Shams Dinn devient un habitué des événements culturels organisés par le magazine. Outre le titre « Hadi bled noum »4, qui sort en 45-tours, Shams Dinn inscrit à son répertoire une reprise en arabe du tube de James Brown « Sex machine » : « Aslek machine ».

La découverte de ce parcours soulève de nombreuses questions sur la façon dont des amateurs se sont appropriés l'interprétation rappée dans la France des années 1980. Hamedi Records est en effet un label à mi-chemin entre le réseau de distribution des grandes surfaces spécialisées (Fnac), et le réseau de distribution alternatif de Barbès, central dans l'avènement du raï en France, mais dont le rôle vis à vis du rap est inconnu. En outre, les morceaux de rap en français ou en anglais publiés en France dans les années 1980 sont nombreux, mais on a peu de traces d'enregistrements de rap en arabe5. Le livre parle de rap arabe, mais s'agit-il de rap en arabe ? Voir... s'agit-il vraiment de rap ?

Pour Dee Nasty, que j'interroge à ce sujet presque 25 ans plus tard, « Shams Dinn c'était pas vraiment du rap. C'était du raï. C'était du raï-rap. Y a du raï'n'b, lui c'était du raï-rap.6 » Comment en avoir le cœur net ? La seule façon est d'écouter le 45 tours en question. À défaut de donner accès à l'ensemble du répertoire que Shams Dinn pouvait interpréter sur la scène de la Chapelle des Lombards, il en donnera une idée.

  1. Paul Moreira, Le rock métis en France, Paris, Souffles, 1987 []
  2. ibid., p. 89 []
  3. Une information que je devrais pouvoir vérifier bientôt. []
  4. Si le 45-tours indique le titre « Hedi bled noum », le vinyle, lui, porte le titre « Hadi bled noum»... []
  5. Voir le cas du groupe Ettika, dont je n'ai pas retrouvé le disque, mais aussi le premier 45-tours de la chanteuse Amina, dont le titre « Sheherazade » aurait remporté un concours de rap dans une discothèque parisienne dont on reparlera, Le Palace []
  6. Entretien réalisé avec Dee Nasty en janvier 2010. []

Rap music and Cities

[version française]

Cities and urban life seems to be of importance when it comes to the local adoption of worldwide HipHop. Rap music reveals a strong link to specific cities, neighborhoods and blocks. It furthermore suggests a certain cultural reading and representation of urban environment with the ghetto, housing projects, urban misery and crime, shady spots and backyards. It was even argued that this urban imagination is a crucial element which decides about realness, the credibility of authentic HipHop1.

I have been interested in the relationship between Rap and cities for a long time. When I finally picked it up in a research on Marseille, it became evident that the Rapresentations of Marseille do not merely mirror a rap-typical urban representation but express stories, figures, narratives and symbols that seem to be specific for this very city and its “cultural texture”2.

Marseilles' lights...

I want to give two prominent examples in regards to the group IAM. The first is their hit in 1994 « Je danse le Mia » that recounts ironically Marseilles’ disco-evenings in the 1980s3. One sequence of the famous video-clip is striking, which leaves the lyrics and its dominant disco-scenery behind and shows a pub group of old men. Most important is the speech sample "on francais on dit guinche" which is transferred into the pub setting and spoken through the barkeeper.

Interestingly, the sample is a short extract from the film Marius by Marcel Pagnol (Pagnol, 1929) that establishes the imagination of an idyllic and exotic Marseilles, a rural-harmonic city with wildly gesturing inhabitants that speak with a strong accent and hang around in pubs. Even before Pagnol, artists from Paris portray the Marseillan for a national audience as a strange and amusing fellow4. The often-quoted tendency of swaggering and bragging surpasses the stages and cinemas and enters even into legitimate dictionaries – for example the Dictionaire Littré certifies the Marseillan in 1957 an "exaltation révolutionnaire"5.

Le Parler de Marseille, by Jean Jaque

When in the mid-1990s a new surge of dictionaries about the Marseille slang came up, like Les càcous. Le Parler de marseille6, the Mia is included as a new variant of the Càcou. Moreover, the Mia appears in the crime stories of Jean-Claude Izzo7 where the descriptions of the Mia are exactly quoted from the IAM lyrics. In short: IAM's Mia stands in an ancestral line of popular figures that sought to represent a typical Marseillan and that are part of the historically fed specific cultural imaginations of Marseille.

...and shadows

The second example where IAM refer to specific city narratives is « Sachet Blanc » from 1995. Its tremendous thematic and atmospheric difference with « Je danse le Mia » stands paradigmatically for the reorientation of IAM after the sell-out discussion associated with the big Mia success. Addressing the trade with heroin, the clip of « Sachet Blanc » shows a dark Marseille which is dominated by night scenes, a gloomy and hostile place where drugs are being traded.

Showing Marseille as a drug city, IAM take up an idea which can be traced back to historical events, as well as their fictionalization in crime films. Due to mafia activities, as early as the 1920s Marseille was referred to as Chicago français and gave a convenient setting for crime films and -novels which has furthered the bad reputation of the city since. Crucial for the history of drug-trading is the fact, that Marseille was a reloading point for heroin export to the USA between 1948 and 19728.

In the sixties, the cinematographic Marseille is the emblematic ville noire. Three out of four movies shot in Marseille can be assigned to the genre of crime films, respectively the film noir. Besides French films like Borsalino (1970) the most famous is the Hollywood movie French Connection 1 (1971) et 2 (1975). And even the one and only movie of Germany’s most famous television-series Tatort (1985) takes place in Marseille.

As with the Mia, in « Sachet Blanc » IAM recur to dominant imaginations of the city. This gloomy atmosphere is taken up with the following album Ecole du micro d'argent (1997) – significantly announced by L'Affiche as "album quasi anti-mia"9.

IAM’s city of crime is paralleled with the simultaneous boom of the polar marseillais in the 1990s, a local variant of the roman noir. In a similar way to the film noir and some of IAM rap songs10, the roman noir portrays Marseille as a gloomy city. These genres somehow suit the city-specific narratives of Marseille. Furthermore, the far-spread imagination of crime city provides IAM's murky urban narratives with authenticity and makes them tellable for Marseille.

Black Paris?

Taken together these two examples (there are certainly more), one can attest a strong interconnection between the stories told in Rap and specific narratives and ideas of Marseille that are historically rooted and culturally transmitted. It would be interesting to see if a similar relationship exists for other cities and its respective Rap music. What about Dakar, Algier, New York, or: Paris?

Le Paris Noir, by Pascal Blanchard, Éric Deroo, et Gilles Manceron (dir.)

At a first glimpse, it is primarily the fringe of Paris that is highlighted in Rap. Certainly the many banlieues like Sarcelles, Vitry and St. Denis. But what about the city centre? Is Paris already too posh and clean, invaded by the most mainstream cinematic genre of love movies, that it is no longer a serious reference point for local rappers? After having seen the importance of Marseille for the stylization of IAM, I would be curious to know if there are stories, genres, legends and figures existing that relate to specificities of the French capital.

A first hint in this direction may be the song « Mes 2 amours » of Mc Jean Gab'1 (2003). It talks about certain districts like Barbès, places like Les Halles and the football club PSG. Furthermore, the song takes up the title of Josephine Baker’s hit « J’ai deux amours » (1931) that marks her musical breakthrough in 1930s Paris.

In the broadest sense, this little quotation leads to the historically important role of Paris as home of black and African culture. Are there other references to the cultural repertoire of Black Paris in Rap music that make the French capital a specific place? Are there ideas, stories, figures and influences that are genuine for Paris or Marseille and that would not be even conceivable for other cities?

  1. Gabriele Klein / Malte Friedrich, Is this real? Die Kultur des HipHop, Frankfurt am Main, Edition Suhrkamp, 2003, p. 7-11. []
  2. Rolf Lindner, « The Cultural Texture of the City », Paper from the ESF-LiU Conference Cities and Media: Cultural Perspectives on Urban Identities in a Mediatized World, Vadstena 25–29 October 2006, http://www.ep.liu.se/ecp_home/index.en.aspx?issue=020 []
  3. Jean-Marie Jacono, « Ce que révèle l’analyse musicale de rap: l’example de Je danse le mia d’IAM », Copyright Volume !, Vol.3-2 (2004-2). Paris, p. 43-53. []
  4. Daniel Winkler, Transit Marseille. Filmgeschichte einer Mittelmeermetropole, Bielefeld: Transcript, 2007, p. 74. []
  5. Michel Samson, « Une ville cachée derrière les galéjades », Le Monde, 15.10.1998. []
  6. Jean Jaque, Les càcous. Le parler de Marseille, Aubéron: Accolade, 1996. []
  7. Jean-Claude Izzo, Total Khéops, Paris: Gallimard, 1995, p. 104. []
  8. Alfred McCoy, Marseille sur héroïne. Les beaux jours de la French Connection (1945-1975), Paris : L’Esprit frappeur, 1999. []
  9. Olivier Cachin, « IAM. L’empire contre-attaque », L’Affiche, Mars 1997, No. 45. []
  10. « Demain c’est loin » []