Archives pour la catégorie archives

Appelle-moi la Marseillaise

Dans un article publié en 1989, Nadya Bouzar-Kasbadji1 revient sur l’histoire méconnue de l’hymne français en territoire colonial. En matière de symboles nationaux, la tentation est grande de produire des récits privilégiant exclusivement le point de vue « métropolitain » et reléguant les colonies au statut de « marges », et ce alors même que de nombreux travaux ont démontré le caractère formateur et fondamental des politiques impériales de la France tant sur Continuer la lecture de Appelle-moi la Marseillaise

  1. Nadya Bouzar-Kasbadji Nadia, « La Marseillaise et ses dissonances en Algérie coloniale », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n°52-53, 1989, pp. 241-250. []

« C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes »

Le thème du dénigrement médiatique du rap par les grands médias est aussi récurrent que rarement examiné au-delà de sa (légitime) dénonciation. J’en ai proposé une analyse dans le cas de la médiatisation télévisuelle du rap français au début des années 1990, montrant que l’enjeu ne porte pas seulement sur le caractère négatif ou positif des commentaires mais sur les formes même de ces commentaires. Parfois, un compliment peut-être plus dévalorisant qu’une critique1.

Anthony Pecqueux, dans sa recherche de DEA, renseignait quant à lui le traitement du rap dans la presse écrite dans la deuxième moitié des années 1990. Il y montre là aussi que derrière les compliments adressés à la sortie d’un album peuvent être reconduits les clichés les plus réducteurs, ou encore que la valorisation d’un artiste précis peut cacher la dévalorisation récurrente du genre rap.

La conclusion de son développement n’est pas sans rappeler la désormais célèbre sortie raciste de Brice Hortefeux lors du campus d’été de l’UMP en 2009. À la fin des années 1990, pour Télérama, il en allait un peu des rappeurs comme des « Auvergnats ». « Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». Merci à Anthony d’avoir accepté que je reproduise ici de larges extraits des Continuer la lecture de « C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes »

  1. C’est un point qui est particulièrement bien démontré, à partir là aussi d’un matériau médiatique, par Colette Guillaumin dans L’Idéologie raciste, Gallimard, 2002 (1972) p.102 et suiv. []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Une liste d’information sur le hip-hop

Une nouvelle liste d’information vient de voir le jour. Il s’agit de la liste de diffusion H-HERC, portant sur le hip-hop dans l’enseignement, la recherche et la culture.

Flyer pour une soirée avec DJ Kool Herc. Image reproduite dans Bruno Blum, Le rap est né en Jamaïque, éd. Castor music p.159
flyer pour une soirée avec DJ Kool Herc. Image reproduite de Bruno Blum, Le rap est né en Jamaïque, éd. Castor music p.159

Alors que les travaux francophones sur les diverses disciplines du hip-hop se multiplient, elle vise à faire connaître les initiatives (colloques, journées d’études, séminaires, appels à contribution…) et les publications (livres, articles scientifiques…) qui rendent compte de la place de la culture hip-hop dans la société depuis quarante ans.

La liste est ouverte aux étudiant-e-s, chercheur-e-s indépendant-e-s ou non, amateur-e-s de hip-hop, curieux et curieuses. Pour s’inscrire à la liste H-Herc, c’est ici.

Hein ?? H-Herc ? et ça se prononce comment ?

Comme les premières lettres d’Hercules – mais à l’anglaise. Le nom de la liste est un clin d’œil à l’un des pères fondateurs du hip-hop à New York, Clive Campbell, plus connu sous le nom de Kool Herc.

Né à Kingston en Jamaïque, […] à l’âge de 12 ans, il émigra aux États-Unis avec ses parents – son père était musicien – et introduisit la tradition du sound system jamaïcain à New York. Son impressionnante stature et ses performances au basket-ball lui valurent le surnom de « Hercules » ; adepte du graffiti, il abrégea ce sobriquet en « Herc », auquel il ajouta plus tard l’adjectif « Kool »1.

Mais ce n’est ni par le basket, ni par le tag que Herc marqua définitivement l’histoire de la musique. C’est par son talent de DJ – qui le conduit à inventer le fondement musical du hip-hop : la musique breakbeat.

[Herc] se focalisait sur les disques qui avaient de bons breaks, de bons passages rythmiques : “It’s Juste Begun” de Jimmy Castor, “Apache” et “Bongo Rock” du Incredible Bongo Band. En fait, Herc s’était même mis à ne jouer que les sections de breaks de ces disques – les parties où la chanson Continuer la lecture de Une liste d’information sur le hip-hop

  1. Ulf Poschardt, DJ Culture, Kargo / L’Eclat 2002, p.169. []

Vers une discographie du rap francophone (2) : Belgique et Suisse

Je poursuis donc mon recensement des albums de rap francophones, amorcé ici avec les albums canadiens. Retour en Europe, avec deux pays dont la scène hip-hop est florissante de longue date : la Belgique et la Suisse. C’est donc avec une certaine surprise que je n’ai trouvé qu’une trentaine d’albums francophones d’au moins 8 titres publiés jusqu’en 2004.

Verso de la compilation Art-chives, ©Lézarts Urbains 2007

Les sources étaient plus rares et dispersées que dans le cas canadien. Des sites comme discogs.com, mais aussi des blogs d’amateurs1, des sites d’artistes2 Une compilation « patrimoniale » également, pour la Belgique : Art-chives : 17 ans de rap belge francophone 1990-2007, publiée par le label de l’association Lézarts Urbains en 2007.

Suisse

  • Sens Unik, Le VIe Sens, 1991
  • Sens Unik, Les portes du temps, 1992
  • Sens Unik, Chromatic, 1994
  • Double Pact, Impact n°3, 1995
  • Sens Unik, Tribulations, 1996
  • Double Pact, Pour ma planète bleue, 1998
  • Sens Unik, Pole position, 1998
  • Double Pact, C’est comme la vie, 1999
  • Opee, Une vie et quatre saisons, 1999
  • Dynamike, La théorie du kaos, 2001
  • Sens Unik, Abracadabra, 2001
  • Alsensé, Saint Laurent, 2002
  • Double Pact, Rien à perdre, 2002
  • Sim’s, Je la rêve, 2002
  • 18 sang c, Tous les mêmes, 2002
  • L’impasse, Esprit d’équipe, 2003
  • Opee, Ma vision, 2003
  • Stress, Billy bear, 2003
  • Oni/Epik, Fonetik, 2003
  • Nega, Mémoires écrites, 2004
  • Erikson, Foi sereine, 2004
  • Salam, Na Barki Ko Sabou, 2004
  • Eva D, Comme on l’entend, 2004
  • Samir & Mitshiabo, D’une vie à l’autre, 2004
  • Mezz, Face à moi-même, 2004
  • Juskobou, Des homiz capables, 2004
  • Sens Unik, Mea Culpa, 2004

Belgique

  • Benny B, L’album, 1990
  • Benny B, Perfect, Daddy K et moi, 1992
  • De Puta Madre, Une ball dans la tête, 1995
  • Defi J, Le rap appartient à ceux qui y pensent, 1996
  • Pee Gonzalez, Whuz The P ?, 1996
  • Starflam, Starfam, 1998
  • Rival, De la rue à la scène, 1999
  • De Puta Madre, Technik stonic, 1999
  • Manza, La dernière page, 2000
  • Starflam, Survivant, 2001
  • FRJ, Au-delà de Gibraltar, 2002
  • Rival, En quelques featurings, 2002
  • LPC, L’allégorie du ghetto, 2002
  • CNN 199, CNN 199, 2003
  • Starflam, Donne moi de l’amour, 2003
  • Incantation, Violé par l’histoire, 2003
  • P.50, Black book, 2004
  • HNS, On naît seul on meurt seul, 2004
  • Starflam, Pour quelques euros de plus, 2004
  • Manza, Ce que j’en retiens, 2004
  • La Tria, On se le disait, 2004
  • 13Hor, Des comptes à régler, 2004
  • OPAK, L’arme à l’œil, 2004 [maj 14/11/2013]

Évidemment, l’histoire du rap dans ces deux pays ne s’est pas arrêtée, elle, en 2004…


Scylla – BX Vibes par NorthSiderz

 

  1. http://rap-suisse.skyrock.com, http://rapsuisse.blogspot.fr… []
  2. Notamment ceux du groupe belge De Puta Madre, et du rappeur suisse Stress. []

Vers une discographie du rap francophone (1) : Québec

Record Shelves by FourthFloor

Ca fait longtemps que je veux mettre en ligne la discographie du rap en France et en français que j’ai constitué lors de ma thèse, puis de la rédaction du livre. C’est chose faite, dans une nouvelle rubrique fixe, discographie.

Mais le rap en français ne se résumé pas aux albums distribués en France. Il en existe un nombre important qui n’ont été distribué qu’au Canada, en Suisse, en Belgique, au Sénégal, au Mali, etc.

Dans le cadre d’un article en préparation sur le « rap fancophone », j’ai essayé de répertorier les différentes ressources en ligne permettant de constituer une première ébauche de discographie du rap francophone.

C’est plutôt aisé dans certains cas (par exemple pour le Canada, puisqu’il existe un site assez riche répertoriant les disques de rap québecois, http://www.disqc.com/).

C’est beaucoup plus compliqué dans d’autres cas, comme pour les scènes suisse, sénégalaise, malienne etc. malgré quelques sites ou blogs d’amateurs.

Je me concentre toujours sur la période qui va jusqu’en 2004, et sur les EP / LP d’au moins 8 titres (histoire de commencer par le commencement, et d’être cohérent avec le corpus que j’avais constitué pour le rap en France). Avant d’intégrer un album à la liste, je m’assure d’avoir pu consulter la liste des titres qui le compose, et si possible d’en avoir au moins écouté un ou deux extraits.

Si jamais vous voyez des opus à côté desquels je serais passé (et ils doivent être nombreux), n’hésitez pas à me les signaler.

MRF, « MRF est arrivé »premier clip “hip hop”1 de rap francophone au Canada

Je commence donc par les albums de rap francophone québecois, largement rassemblés grâce au travail de V-Rulent, via le site http://www.disqc.com. À noter, quelques uns de ces albums ont aussi été distribués en France (et sont donc recensés dans la discographie du rap en France).

1996

  • KC LMNOP, Ta Yeule

1997

  • LMDS, Les Messagers Du Son
  • Dubmatique, La force de comprendre
  • KC LMNOP, Ta Yeule Encore
  • KZ Kombination, Karnageez & Kombinn Lakaill

1998

  • La Constellation, Dualité
  • Dubmatique , Dubmatique
  • La Gamic , La Gamic
  • KC LMNOP, Journée idéale
  • Rainmen, Armageddon

1999

  • Don Karnage, Vice-Versa
  • Andromaïck, Une gouttelette sous l’orage
  • 2 Faces, Appelle-ça comme tu veux
  • Les Ambassadeurs, Premier maillon
  • Cavaliers Noirs, En vers et contre tous
  • Muzion, Mentalité moune morne… (Ils n’ont rient compris)
  • Remz, Quand la K7 joue à l’envers
  • Sans Pression / SP, 514-50 dans mon réseau
  • LMDS, Il faudrait leur dire

2000

  • Catburglaz, Code 022
  • Le Connaisseur, Apéro
  • Fang, CandyFang
  • Joe B.G. / Mista Snake, Underground soldiaz
  • Latitude Nord, Dis-leur
  • Loco Locass, Manifestif
  • Yvon Krevé, L’accent grave
  • Traumaturges, Suce mon index
  • Katacomb, L’antre de la folie

2001

  • Les Architekts, Le Plan
  • Les Ambassadeurs, Expansion
  • 83, HipHop 101
  • L’Assemblée, Du coin de l’œil
  • Chub-e Pelletier, Les préliminaires
  • Complys, Avertis tes chums
  • Da Vincy, Un peu plus que juste un de plus…
  • Dubmatique, Influences
  • Kasheem, Ange ou démon
  • KZ Kombination, Time lan changé
  • La Structure, Fraîcheur garantie
  • Taktika, Mon mic, mon forty, mon blunt
  • South Squad, 5 mics

2002

  • Don Karnage, Bouge
  • 83, La suite logique
  • C-Drik, 6 tracks de trop… la suite
  • Canox, The time has come
  • Cavaliers Noirs, L’État nous surveille
  • Le Cerveau, Le Québec assiégé
  • Fang, Gladiateur
  • K-Maro, I am à l’ancienne
  • Limoilou Starz, Limoilou style
  • Major Leagz, Coming through
  • ML, J’passe en d’sous d’la table
  • Muzion, J’révolutionne
  • La Réplik, Si j’avais su…
  • B.U./Ol1ku/L’Queb/H.D., Réflexions
  • Eff / U.Y.O, L’aktualité
  • UNI-T, Prêts aux changements
  • Sëfo, Toast-T D 2 Bars
  • BMC, 3 lettres qui en disent long
  • Pagaïl, C’est pour les miens

2003

  • Black Taboo, Au nom du pad et du vice
  • Atach Tatuq, La guerre des tuqs
  • Anodajay, Premier VII
  • Kulcha Connection, Plus haut
  • Buzzy Bwoy, Fume-Le
  • Ale Dee, Qui ça ?
  • 01 Étranjj, Tchin
  • 2 Faces, Game Over
  • 2e Monde, Lire entre les lignes, parler entre les mots
  • Chub-e Pelletier, La pénétration
  • Dirty Taz, Revenge of the Nerd
  • Ironik, Seul à seul
  • Loco Locass, In Vivo
  • Papaz, Le monde change
  • Yvon Krevé, Quand j’rap pas
  • Young Lionz, Un premier pas dans la jungle…
  • Vaï, Street Life
  • Stratège & Cobna, Goûte à ma sauce
  • Sans Pression / SP, Répliques aux offusqués
  • Shoddy & Webster, L’Album double

2004

  • Buzzy Bwoy, Bienvenue dans mon Game
  • FP Crew, Exposé
  • 83, Le Dernier Chapitre
  • Boogat, Tristes & Belles Histoires
  • Catburglaz, L’album français
  • Caya, La Rue M’rattrape
  • Les Chiefs , Les Chiefs
  • Damien, Damien
  • Les F-Frontés, Les F-Frontés débarquent
  • Joe B.G. / Mista Snake, Ma définition du hip hop
  • Kodiak, Pour y voir clair
  • Loco Locass, Amour Oral
  • Lion G & Lmc’Râr, That’s My Crazy World
  • Narkoi, Il était une fois
  • Ruffneck, C’est tout ce que j’ai
  • Sozi, Classic Beef
  • Eff / U.Y.O, C’est l’heure
  • Sir Pathétik, 3 ans de trippe après…
  • Shoddy, Mauvaises fréquentations
  • 2e Monde et les Bootleggers, J’aurais voulu être un MC…
  • Psykopas, Authentique
  • St-Saoul, Les oreilles ont des murs
  • K-Maro, La Good Life
  • Les 2 Tom, 2 Tom’s Up
  • Niño Malo, Voyou & Héros
  • Les Banlieuzards, L’Île du Christ …d’hier à aujourd’hui
  • William International & Issmo De Vasco, Sortie d’urgence
  1. Comme en France, il existe des appropriations de l’interprétation rappée antérieures. Voir par exemple Vis ta vinaigrette de Marc Drouin. []