Archives de catégorie : rock

Quelle(s) langue(s) pour le rap en France ?

Shams Dinn (photo de Serge Faubert in Moreira 1987, p.87)

Je poursuis mes explorations sur le rap en France dans les années 1980. Dans un livre publié en 19871, le journaliste Paul Moreira brossait un tableau de ce qu’il appelait « le rock métis en France », « rock arabe » et « rock latin ». Au détour des portraits de musiciens plus ou moins célèbre – Carte de séjour, Mounsi, Elli Medeiros, Sapho, Rocking Babouches…, j’étais tombé sur plusieurs pages consacrées à un rappeur d’origine lyonnaise :

Akim n’arrive pas à le croire. Il se pincerait presque pour vérifier qu’il n’est pas au paradis des rappers. Trois mois que son groupe de funk-rap arabe, Shams Dinn, existe et il est là, sur cette scène minuscule de la Chapelle des Lombards, à Paris, en train de rapper avec le grand des grands, son héros favori, l’un des pionniers du rap new-yorkais : Afrika Bambataa !2.

Akim, alias Shams Dinn, alias Cyd Master « M », alias Mohamed Ben Bouchta commence à rapper dans les discothèques lyonnaises qu’il fréquente au début des années 1980. En 1982, il rencontre Djamel Dif, alias Jeff, musicien et ancien batteur du groupe Carte de Séjour. Après une première expérience de courte durée sous le nom de Cyd Master « M », en 1985, Akim devient Shams Dinn et réalise un premier 45-tours, publié en 1987. Le disque est distribué par Hamedi Records, label créé par Jeff, qui assure aussi les musiques sur lesquelles rappe Akim.

Actuel n°91, juin 1987

Le disque, distribué à un millier d’exemplaires, rencontre un succès d’estime dans le milieu de la « sono mondiale » parisien. Il est diffusé régulièrement sur Radio Nova, Actuel lui aurait consacré un article dans son numéro de juin 19873, et Shams Dinn devient un habitué des événements culturels organisés par le magazine. Outre le titre « Hadi bled noum »4, qui sort en 45-tours, Shams Dinn inscrit à son répertoire une reprise en arabe du tube de James Brown « Sex machine » : « Aslek machine ».

La découverte de ce parcours soulève de nombreuses questions sur la façon dont des amateurs se sont appropriés l’interprétation rappée dans la France des années 1980. Hamedi Records est en effet un label à mi-chemin entre le réseau de distribution des grandes surfaces spécialisées (Fnac), et le réseau de distribution alternatif de Barbès, central dans l’avènement du raï en France, mais dont le rôle vis à vis du rap est inconnu. En outre, les morceaux de rap en français ou en anglais publiés en France dans les années 1980 sont nombreux, mais on a peu de traces d’enregistrements de rap en arabe5. Le livre parle de rap arabe, mais s’agit-il de rap en arabe ? Voir… s’agit-il vraiment de rap ?

Pour Dee Nasty, que j’interroge à ce sujet presque 25 ans plus tard, « Shams Dinn c’était pas vraiment du rap. C’était du raï. C’était du raï-rap. Y a du raï’n’b, lui c’était du raï-rap.6 » Comment en avoir le cœur net ? La seule façon est d’écouter le 45 tours en question. À défaut de donner accès à l’ensemble du répertoire que Shams Dinn pouvait interpréter sur la scène de la Chapelle des Lombards, il en donnera une idée.

  1. Paul Moreira, Le rock métis en France, Paris, Souffles, 1987 []
  2. ibid., p. 89 []
  3. Une information que je devrais pouvoir vérifier bientôt. []
  4. Si le 45-tours indique le titre « Hedi bled noum », le vinyle, lui, porte le titre « Hadi bled noum»… []
  5. Voir le cas du groupe Ettika, dont je n’ai pas retrouvé le disque, mais aussi le premier 45-tours de la chanteuse Amina, dont le titre « Sheherazade » aurait remporté un concours de rap dans une discothèque parisienne dont on reparlera, Le Palace []
  6. Entretien réalisé avec Dee Nasty en janvier 2010. []

De Johnny à Joey

Un article de Chris Warne compare l’apparition du rock au début des années 1960 et l’apparition de la techno au début des années 1990, notamment sous l’angle des commentaires inquiets que ces genres musicaux suscitent. Cette approche conduit Warne à présenter quelques uns des événements qui marquent la naissance d’un rock’n’roll en français, depuis l’« été des bandes » de 1959 jusqu’au concert de la « Nuit de la Nation » en juin 1963, en passant par la naissance de l’émission de radio « Salut les Copains ! » sur Europe 1 (en 1959) et le magazine du même nom (à partir de septembre 1962).

Cet « été des bandes » est décrit avec ironie dans l’ouvrage que Vincent Peyre et Françoise Tétard consacrent à l’histoire de la prévention spécialisée : « les 6 et 7 juillet 1959, des journalistes, en mal de papiers en cette période estivale ou en quête de thèmes le moins politiques possible (la guerre d’Algérie fait rage), couvrent deux rixes entre bandes de jeunes : l’une se produit au square Saint-Lambert à Paris (dans le 15e arrondissement) entre deux bandes du quartier ; l’autre à Juan-Les-Pins, sur la Côté d’Azur, entre des jeunes du coin et des jeunes en vacances. Il n’en faut pas plus pour déclencher un phénomène de presse de grande envergure, qui durera au moins jusqu’en 1962. Les « blousons-noirs » entrent en scène, et la peur qu’ils suscitent se répand sur tout le territoire, telle une traînée de poudre. »1

Quelles que soient les circonstances exactes de la naissance d’un problème public des blousons noirs, le rock’n’roll naissant et ses figures de proues (Vince Taylor, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell…) y sont étroitement associés. S’ouvre une période de « panique morale » autour de la jeunesse – qui intronise en même temps cette dernière comme nouvel acteur collectif, alimentée par les heurts avec la police qui succèdent au concert de la « Nuit de la Nation » et les incidents qui émaillent les tournées des stars du genre.

Chris Warne décrit, à partir de 1965, la conversion progressive de la scène rock française aux canons de la chanson et leur intégration au sein de l’industrie du divertissement. Symboles de ce mouvement, le départ de Johnny Hallyday pour le service militaire en avril 1964, puis son mariage avec Sylvie Vartan en avril 1965. « The stars of rock’n’roll have completed their journey of recognition from niche to mainstream audience » [Warne 2006 : 53]. Après les blousons noirs, les « ye-ye » ne sont plus la cible de paniques morales.

Galerie flickr de KAY HARPA
Galerie flickr de KAY HARPA

Warne examine, quarante ans plus tard, comment de nouvelles inquiétudes se cristallisent autour de la techno comme genre musical. Sont notamment dénoncés l’absence de paroles, l’usage du sampling ou encore le développement des raves parties. Warne souligne l’écart entre le rock, objet d’une large opprobre mais n’ayant suscité aucune réaction spécifique de l’État, et la techno, qui est l’occasion d’un double interventionnisme étatique, associant soutien public et économique de certains manifestations et législation restrictive autour du cadre légal du déroulement des raves.

Le rapprochement avec le traitement public du genre rap est tentant. On trouve en effet, en première approximation, une même ambivalence associée à un interventionnisme fort. D’un côté, le rap obtient dès le début des années 1990 un appui de l’État, soutien symbolique via des déclarations publiques et soutien économique via les dispositifs du ministère de la Culture (parfois) et du volet culturel de la politique de la ville (souvent)2. De l’autre, tout ou partie du rap est l’objet de campagnes de dénonciations publiques ou d’accusations judiciaires dans lesquelles des députés ou des ministres ont la part belle. A l’inverse de la techno, ce n’est ni la question du sampling, ni directement celle des concerts de rap qui est en question.

C’est encore moins l’absence de paroles, puisqu’au contraire, ce sont ces paroles qui dans presque tous les cas sont au cœur des débats. A commencer par la chanson « Police », du groupe NTM, publiée en 1993, et qui fera l’objet d’une plainte d’un syndicat policier.

  1. François Tétard et Vincent Peyre, Des éducateurs dans la rue : Histoire de la prévention spécialisée, La Découverte, 2006, p.122 []
  2. voir notamment Loïc Lafargue de Grangeneuve, Politique du hip-hop : Action publique et cultures urbaines, Presses universitaires du Mirail, 2008 []