Archives de catégorie : Genres artistiques

« Nos plumes » sont-elles hip-hop ?

Keira Maameri réalise depuis quinze ans des documentaires dans lesquels le hip-hop a une place de choix : la mémoire de proches décédés dont le souvenir est ravivé par le biais du rap (A nos absents), des portraits de B.girls évoluant dans les différentes disciplines du hip-hop (On s’accroche à nos rêves), les rapports entre rap et islam du point de vue des artistes (Don’t Panik). Son dernier documentaire, projeté pour la première fois l’année dernière, s’intitule Nos Plumes, et porte sur le monde de la littérature. Exit le hip-hop ? Pas vraiment.

Nos Plumes expose avec sensibilité les dilemmes d’une activité littéraire qui s’affronte à des formes de particularisation, de cloisonnement, de « malentendus ». C’est que cette littérature auraient quelque chose à voir Continuer la lecture de « Nos plumes » sont-elles hip-hop ?

La production collective du caractère prosaïque du rap français

On tient généralement pour évident ce qui relève de l’art ou ce qui n’en relève pas. Contre ce présupposé, la sociologie de la culture a démontré que la distinction sociale attachée à la singularité artistique n’est pas intrinsèque à certaines œuvres et certaines pratiques plutôt que d’autres, mais le fruit d’efforts pour transformer les façon de faire et de percevoir certaines œuvres, certaines pratiques. Le caractère esthétique d’une chose dépendant d’activités collectives qui font qu’on la reconnaît comme telle.

Mais on peut en dire autant de la situation inverse : le fait que certaines pratiques et certaines œuvres soit traitées comme ne relevant pas de l’esthétique, autrement dit qu’elles soient « vulgaires » ou « prosaïque » est tout autant le fruit d’activités collectives.

L’histoire du rap en France illustre ces remarques. La réception académique du rap dans les années 1990, similaire à un mouvement plus vaste de définition publique et médiatique du rap comme expression des banlieues, a longtemps freinée toute prise au sérieux du rap comme pratique artistique et Continuer la lecture de La production collective du caractère prosaïque du rap français

Booducon ! Les débuts du graff à Toulouse

Couverture_Truskool_171,5x240.inddDans un livre magnifiquement illustré, Olivier Gal revient sur la trajectoire du collectif de graffeurs toulousains Truskool, et livre une page importante de l’histoire du hip-hop.

Cette Histoire du graffiti à Toulouse revient sur quelques pré-curseurs, des figures comme Fastoche ou Mosquito, influencés par le dessinateur Rick Griffin et scotchés par des livres comme Subway Art1.

Croisant la route du crew parisien Force Alphabetik en 1985, Continuer la lecture de Booducon ! Les débuts du graff à Toulouse

  1. Martha Cooper & Henry Chalfant, Subway Art, 1996 (1984) Henry Holt & Company Inc. Voir aussi Henry Chalfant & James Prigoff, Spraycan art, 1987, Thames & Hudson Ltd. []

In da pub

En recherchant dans les archives publicitaires, force est de constater que l’utilisation que la publicité fait du rap français est loin d’être transversale. Si les marques reprennent parfois malgré elles certains codes du rap comme le clash, à l’instar de Pepsi et Coca-Cola ou McDonald’s et Burger King, on ne peut nier une appropriation voulue mais hasardeuse. En effet, le genre nourrit encore de nombreux fantasmes.

Dans le cadre d’un master 1 en école de communication, j’ai réalisé un mémoire sur l’emploi du rap français par la publicité, dans lequel je m’essaie à classer les différentes utilisations du genre. Alors que le cas de figure le plus commun semble être l’adaptation d’instrumentales pour des bandes originales de spots télévisés, le rap est également beaucoup caricaturé en publicité. Du «Rap du notaire » à la « Fruit Battle » d’Oasis en passant par la campagne «Pink Daddy », de nombreuses marques se sont essayées à l’exercice. Filles dénudées, bling bling, grosses voitures, maisons de luxe… les symboles du gangsta rap sont repris et tournés en dérision. Continuer la lecture de In da pub

Black Verdun

Par Laurence De Cock[1] et Karim Hammou[2]

Tout commence par un concert gratuit, organisé à l’occasion des commémorations de la bataille de Verdun. Le spectacle devait être donné par une vedette du moment – Black M, rappeur aux 600 000 exemplaires vendus pour un album grand public, « Les yeux plus gros que le monde », dont la pochette fait un clin d’œil à Michael Jackson.

Populaire en France, les chansons de Black M le sont bel et bien auprès de Français·e·s. Pourtant, entre intimidation racistes et lâchetés politiques, un procès en extériorité à la communauté nationale aboutit à l’annulation pure et simple de l’événement.

Un scénario bien rodé

Le coup d’envoi de l’affaire, lancé par les réseaux d’extrême droite, reproduit fidèlement la trame des opérations de lobbying imaginées contre le groupe Sniper, tout aussi populaire il y a quinze ans.

Première étape, une sélection unilatérale de Continuer la lecture de Black Verdun