Archives pour la catégorie rock

marsvalnet

Ca vient de la Méditerranée - Phocée

Da Mayor,

Da Mayor, photographie ©Jean-Pierre Maéro

Un bel ouvrage sur l'histoire du rap à Marseille s'apprête  à être publié à l'automne aux éditions Wildproject. Signé Julien Valnet, historien de formation et chargé de communication à l'AMI (Aide aux musiques innovatrices), il est le troisième ouvrage consacré spécifiquement à la scène rap marseillaise après les livres de Béatrice Sberna et Daniel Tödt. Il est aussi le plus complet. Ce qui ne gâche rien, M.A.R.S.  Histoires et légendes du hip-hop marseillais est servi par une magnifique couverture, rassemblant trois des membres d'un groupe qui a marqué le rap dans les années 1990 : Da Mayor. L'occasion de revenir sur la préhistoire du groupe, et sur quelques étapes du parcours de sa rappeuse phare : Gwladys1.

Gwladys : Quand j’étais en CM2, on avait des mange-disques. Avec des copines, on se le mettait dans la cours de l’école pour faire des chorégraphies. On avait Chantal Goya... et Sugarhill Gang. Et c'était un super truc pour danser - pour passer de Chantal Goya à autre chose, on va dire ! En fait le hip-hop c’était bon comme musique. Ça donnait des possibilités. Pour moi, ça va exactement avec la musique électronique à cette époque, et avec ce qu’on vit actuellement : la possibilité pour chacun d’éditer sa propre musique, ses propres images, ses propres écrits.

[Dans les années 1980], j’étais dans un groupe qui s'appelait No Man’s Land, avec Sébastien Manya, et Jacques Laurent Bénech [alias Jackojack]. J’ai rencontré Jackojack à l’école, quand j’étais à Thiers. Jack il est violoniste au départ. Depuis tout petit ses parents lui ont fait faire de la musique, et c’est un petit génie de la musique. Il avait un double cassettes Aïwa qui nous permettait de faire du multipiste. Et donc on enregistrait dans le garage des morceaux sur ce double cassette. C’était vers 1985-1986, juste avant les manifs étudiantes. Un jour, Jackojack a rencontré Séb. Il me dit : « J’ai vu un mec, c’est trop bon ! Il a l’échantillonneur. Viens, il faut qu’on aille le voir ».

Continue la lecture

  1. Extraits d'un entretien réalisé en juin 2013 à Marseille. []
arméerusse

Rap west coast : entre Fécamp et Bolbec (1)

L'Île-de-France et Marseille ont longtemps monopolisé le paysage médiatique du rap français. Pourtant, au moins depuis la diffusion nationale de « H.IP. H.O.P. » sur TF1 en 1984, il y a toujours eu des amateurs de hip hop et des rappeurs amateurs dans la plupart des villes de France. Presque trente ans après l'émission de Sidney, le label Din Record a définitivement mis Le Havre sur la carte du rap français médiatisé.

Mais à quelques kilomètres du Havre, du côté de Fécamp (20 000 habitants) et de Bolbec (12 000 habitants), le rap est aussi bel et bien présent. Ni en matière de pratique, ni a fortiori en matière d'écoute, le rap n'est réservé aux grandes métropoles. Emeric Baron et Hugues Pineau, deux étudiants en sociologie à Paris VIII ont réalisé un mémoire sur le sujet1, dont voici quelques résultats. Premier volet, les amateurs de rap.

Les auditeurs de rap en France

Les enquêtes du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français comme la recherche menée par Stéphanie Molinéro montrent que l'écoute du rap est particulièrement présente chez les jeunes générations (plus de 40% chez les 15-25 ans, 20% chez les 25-35 ans). Si elle caractérise particulièrement les jeunes hommes (44% des hommes de 15 à 30 ans), un nombre significatif de jeunes femmes en écoutent (29% des femmes de 15 à 30 ans).

CC by-nc-sa ©Amir Kuckovic 2010

La majorité des auditeurs de rap étant lycéens ou étudiants, il faut se tourner vers le ménage dont ils dépendent pour les situer socialement. Les auditeurs de rap sont plus nombreux en milieu populaire - 18% des personnes dont le  chef de ménage dont est ouvrier écoute du rap. Mais ils sont bien présents dans toutes les classes sociales - et représentent par exemple 9% des personnes dont le chef de ménage est cadre ou engagé dans une profession intellectuelle supérieure. Mais vue l'importance de la variable d'âge dans la répartition des goûts musicaux, cet indicateur demeure grossier.

Les goûts musicaux des lycéens de Fécamp

L'enquête de Baron & Pineau a été réalisée par questionnaire dans deux lycées - l'un public, et l'autre privé catholique. Sans surprise, le recrutement social du lycée privé se fait dans des milieux plus favorisés2  que dans le lycée public (42% d'ouvriers et d'employés contre 10% dans le privé).

Au total, 380 personnes ont répondu au questionnaire, portant à la fois sur les pratiques et goûts musicaux dans leurs ensemble et sur le rap plus particulièrement. En rapprochant le profil sociologiques des personnes ayant répondu au questionnaire de celui des lycéens de ces trois établissements dans leur ensemble, peu de biais apparaissent. La proportion d'hommes et de femmes et respectée, la répartition socio-professionnelle aussi. On note une légère sous-représentation des lycéens dans des filières technologiques ou professionnelles, qui représentent 27% des effectifs des lycées étudiés mais seulement 20% des questionnaires recueillis.

La génération 2010-2011 des lycéens de Fécamp a passé le cap du numérique. Internet est le premier média d'écoute musicale (87% des lycéens), devant la télévision (77%) et la radio (65%). La moitié à peine des lycéens étudiés utilise toujours des CDs - 88% des mp3.

Dans l'ensemble, on note peu de différences entre ces lycéens de Fécamp et les 15-20 ans de l'enquête du ministère de la Culture en 2008. Dans les deux cas, les genres musicaux préférés sont le R&B, le rock et le rap - dans une proportion similaire : environ 15% pour chacun de ces styles musicaux. Comme à l'échelle nationale, jazz et classique emportent moins de 1% des préférences.

Les lycéens amateurs de rap à Fécamp

Centrée sur les lycéens, l'enquête de Baron & Pineau permet de préciser l'hétérogénéité sociale des publics du rap à Fécamp. Comme à l'échelle nationale, les lycéens issus de milieux populaires (ouvriers, employés) écoutent plus souvent du rap que ceux issus des catégories supérieures. Mais Même chez ces derniers, le rap est un genre musical très écouté : 42% des enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures, 42% des enfants de professions intermédiaires, 44% des enfants d'artisans, commerçants et chefs d'entreprise, 52% des enfants d'ouvriers, 61% des enfants d'employés3.

Les Chœurs de l'Armée russe à l'Abbatiale de la Sainte Trinité : le seul concert annoncé à Fécamp sur cityvox et infoconcert.com

Reprenant la distinction entre consommateurs de rap, auditeurs occasionnels des morceaux les plus diffusés, et amateurs, plus investis dans la culture de leur goût pour le rap, assistant à des concerts, lisant la presse spécialisée, voire pratiquant en amateur4, les auteurs notent que la grande majorité des lycéens qui écoutent du rap sont peu investis.

L'une des singularités du rap la faible propension des amateurs de rap à se rendre à des concerts. Seuls 16% des auditeurs de rap vont à des concerts  contre 53% de l'ensemble des lycéens. Une des raisons avancées par les auteurs réside dans la faiblesse de l'offre locale de concerts pour ce style musical. Mais en ce qui concerne la lecture de la presse spécialisée, qu'elles soit en ligne ou dans les kiosques, le pourcentage n'est pas plus élevé : 16% également.

Les rappeurs les plus cités sont ceux qui sont les plus diffusés au moment de l'enquête : Soprano, Eminem, La Fouine, et dans une moindre mesure Booba et Mister You. Les rappeurs de la région arrivent derrière, et Zikr's est le plus cités avant Médine - il faut dire que Zikr's était lui-même lycéen dans l'un des établissements où les questionnaires ont été distribués, ce qui indique l'importance de la popularité moins régionale que locale dont un artiste amateur peut bénéficier.

Phenn feat. Zikr's, Des mesures, 2012

  1. E. Baron et H. Pineau, Culture urbaine et zone rurale : l'implantation du rap à Fécamp, mémoire de L3 réalisé sous la dir. de Nicolas Jounin, 2011. []
  2. 31% de cadres et professions intellectuelles supérieures dans la nomenclature de l'INSEE, contre 21% dans le public. []
  3. L'écoute du rock ou du R&B fluctue dans une fourchette comparable - mais inverse dans le cas du rock, qui atteint 60% chez les CPIS et le PI contre 45% chez les ouvriers. []
  4. Stéphanie Molinéro, Les publics du rap, L'Harmattan, 2009. []
Extrait du clip de Youssoupha Menace de mort (2011)

Au banc des accusés, le rap en procès

En juin dernier, Anthony Pecqueux, Djohar Sidhoum-Rahal1 et moi-même intervenions à la bibliothèque de l'Alacazar de Marseille autour d'un thème de recherche commun : les procès faits aux rappeurs, au sens propre comme au sens figuré. La condamnation il y a quelques jours de Youssoupha par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris illustre le thème.

À l'occasion de cette conférence, LaProvence.com a proposé à Anthony et moi un chat avec les internautes. L'exercice ne se déroulerait pas en direct, avec une pluie de questions venant en tous sens. Il s'agissait en fait d'une sélection d'une dizaine de questions réalisée par l'équipe du site, pour laquelle nous disposions d'une journée pour répondre, soit le temps, par exemple, de nous concerter... Exercice nouveau pour tous les deux, mais plutôt intéressant, notamment par la confrontation directe à des questions telles qu'elle se formulent dans les discussions ordinaires, et par la brièveté des réponses attendues.

richman13127. Bonjour , le rap ce n'est pas de la musique , c'est pour moi un appel a la haine de notre société , des forces de l'ordre , des minorités et le non respect total des femmes . Qu'en pensez vous ? merci pour votre réponse.

Il est difficile de soutenir que le rap n’est pas de la musique – sinon pour appeler « bruit » une musique que l’on n’apprécie pas. Le rap est un genre musical varié, dans lequel on trouve des œuvres dont les prises de positions esthétiques et politiques ne sont pas toutes les mêmes. Si votre question vise à contester la légitimité du rap comme "art", libre à vous – mais la majorité des rappeurs et des amateurs de rap conçoivent bel et bien ce genre comme une forme artistique, avec ce que cela implique d’élaboration esthétique, d’expérimentation formelle, de travail expressif – et aussi de diversité dans le talent des différents artistes.

Extrait du clip de Youssoupha Menace de mort (2011)

Vic. Incitation à la haine, refus de l'autorité, argent facile, sexisme, racisme, intégrisme, homophobie etc... Le Rap pour exister a t'il vraiment besoin de faire l'apologie des travers les plus négatifs de l'etre humain ?

Le rap fait moins l’apologie qu’il ne dépeint ces "travers" (éventuellement en mettant en scène des tentations, dilemmes, fantasmes, etc.). La palette des émotions humaines que les pratiques artistiques explorent ne se résume pas à l’amour et à la sérénité. Si la critique des institutions est fréquente dans les chansons de rap en France, l’apologie de l’argent facile est loin d’être dominante, et le soupçon de chansons intégristes ou racistes relève souvent du procès d’intention. Le sexisme et l’homophobie larvée ou explicite de la majorité des chansons sont réels, et appellent la critique – mais c’est moins une singularité du genre rap qu’un trait de l’ensemble de notre société, comme de récentes déclarations d’hommes politiques en témoignent.

Marseyye. Aux USA, des groupes de rap ont-ils aussi été condamnés ou bien mis à l'index pour des textes homophobes comme Sexion d'assaut ?

La situation aux USA est largement déterminée par l’existence du 1er Amendement de la Constitution qui déclare inviolable la liberté d'expression, de parole. Cela n'empêche pas cet amendement d'être toujours l'objet d'interprétations diverses, et certains rappeurs d'être poursuivis en justice voire condamnés (notamment le groupe 2 Live Crew en 1990). Cela a surtout conduit à l'apposition systématique sur les disques de rap de l'autocollant « Parental advisory: explicit content ».

Concernant l'homophobie plus précisément, le rappeur Eminem a longtemps été décrié à la fin des années 1990 pour l'utilisation fréquente d'injures à caractère homophobe; il les a d'ailleurs progressivement retirées de son vocabulaire. Ce sont surtout des artistes de raggamuffin comme Sizzla ou Capleton qui sont pointés pour leurs postures ouvertement homophobes (de nombreux concerts annulés).

alexandrie. Certains politiques (essentiellement UMP) ne servent-ils pas des textes violents de certains groupes de rappeurs pour leur propre propagande politique ?

Extrait du clip de Youssoupha Menace de mort (2011)

Dans certains cas, comme lorsque Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, a jeté l’opprobre sur le groupe Sniper, il s’agit clairement d'une manœuvre politicienne. Mais dans ce cas comme dans d’autres, on ne peut réduire ces actions à de la propagande : elles s’inscrivent dans un agenda politique moraliste et nationaliste plus vaste, qui fait partie du socle des convictions de certains hommes politiques de droite. Certains souhaitent ainsi multiplier les poursuites judiciaires, et durcir la législation sur la liberté d’expression.

badaboum. Quand le rappeur Orelsan se met dans le personnage d'un type qui bat sa femme à travers l'un de ses textes et que certaines villes le condamnent en annulant ses concerts, qui va trop loin dans la bêtise ?

On pourrait être tenté de répondre: la mairie qui retire le disque d'Orelsan de ses médiathèques alors que le disque ne contient pas les chansons en question... C'est arrivé à Paris en 2009. La question est bien entendu plus complexe que cela ; notamment, dans la façon dont vous la formulez (« se met dans le personnage... »), vous adoptez déjà un point de vue, qui est celui de la mise à distance des propos tenus dans la chanson par le biais de la fiction. Or, tous les auditeurs ne sont pas prêts à reconnaître cette mise à distance – en tous cas ne l'ont pas été dans le cas d'Orelsan.

petrus13. Quel est le public des groupes de raps aux textes les plus violents ? Essentiellement des personnes des banlieues difficiles ou alors s'agit-il de fans de tout horizon ?

Si l’on en croit la dernière enquête du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français, publiée en 2008, les amateurs de rap viennent de tous horizons, même si l’on peut relever une sur-représentation des milieux populaires (19% des ouvriers en écoutent souvent contre 10% des cadres et professions intellectuelles supérieures), des hommes (19% contre 11% des femmes – ce qui fait tout de même plus d’un tiers du public du rap) et surtout des jeunes (plus de 40% des moins de 25 ans contre moins de 10% des plus de 44 ans). Au sein du genre rap, il n’y a pas un groupe d’artistes particulier dont on pourrait dire qu’il est "le plus violent". Les groupes de rap qui ont fait l’objet de controverses ont des publics différents, et toujours socialement diversifiés (Akhenaton, NTM, Sniper, La Rumeur, Mr R, Orelsan, Sexion d’Assaut…).

rififi. Le rap crée-t-il le même type de polémique (anti-flic, misogynie,...) dans le reste de l'Europe. Ou bien est-ce un épiphénomène français ?

Comme nous venons de le dire à propos des USA, la législation n'est pas la même partout, notamment à propos de la licence vis-à-vis des symboles d'une République ou d'un Etat (hymne national, drapeau, etc.). L'an dernier, un rappeur belge avait provoqué le même type de débats qu'en France pour avoir proféré dans une chanson: "J'épouserai le Maroc après avoir baisé la Belgique". Dans un autre registre, il y a quelques mois, juste avant d'hériter de la présidence de l'Union Européenne, le gouvernement hongrois s'en est pris à une radio associative qui avait diffusé deux chansons du rappeur américain Ice-T avant 21h. On voit donc que même si les contextes législatifs varient d'un pays à l'autre, même si le rap y est diversement présent également, des polémiques et des procès peuvent émerger.

averell. Certains rappeurs ne cherchent-ils pas justement à être stigmatisés pour obtenir une aura supplémentaire, une notoriété qui leur permet de sortir du lot ?

C’est une possibilité que l’on ne peut exclure. En tout cas, le monde du rap est sujet à des formes de surenchère dans l’outrance qui reposent notamment sur certaines conventions artistiques : un exercice de style comme l’egotrip (auto-glorification de soi volontairement démesurée) ou la figure imposée de la punchline (phrase choc) contribuent notamment à radicaliser des paroles que d’autres genres musicaux traiteraient plus volontiers par l’euphémisme. Comme dans d’autres univers sociaux, il est possible que certains artistes (ou aspirants artistes) cherchent à attirer l’attention en suscitant un succès de scandale. Le calcul n’est pas forcément judicieux. Aucun groupe de rap reconnu, ne serait-ce qu’au sein du monde du rap, n’a jusqu’à présent obtenu de réelle reconnaissance principalement grâce à un scandale ou des démêlés judiciaires. Les procès sont coûteux en temps et en argent (quelle qu’en soit l’issue), et les refus ou déprogrammations de concerts ne servent ni la notoriété, ni le succès…

Extrait du clip de Youssoupha Menace de mort (2011)

Caribo. Est-ce une aberration d'autoriser l'exposition de Piss Christ à Avignon pour ensuite condamner certains propos dans les textes des rappeurs ? L'art n'est-il justement pas l'espace du débordement possible (et même vital) où les limites imposées par la loi, la "morale" doivent exploser l'espace d'une oeuvre ?

Effectivement, de nombreux artistes (musiciens, photographes, romanciers, peintres...) ont utilisé et utilisent encore leur art pour questionner les limites, de la loi, de la morale, de la politique, etc. Dès lors, ce sont précisément les débats qu'ils provoquent qui sont intéressants à scruter dans la mesure où ils contribuent à nous informer sur l'état de nos sociétés vis-à-vis de ces questions. Quand il est question non plus de débats, mais de destructions d’œuvres comme à Avignon, cela devient nettement moins intéressant...

grouchomarx. Peut-on faire un lien entre les groupes Punks (Sex pistols) des années 80 et le Rap aujourd'hui ? Est-ce le même genre de provocations ?

Plutôt qu'un lien direct, il faut comprendre que ces cultures musicales ont au moins en commun un même principe de base, celui du Do It Yourself (DIY): c'est-à-dire de chercher à développer des pratiques musicales sans long apprentissage formel préalable ni de lourd investissements économiques. Répéter avec son groupe de rock punk depuis son garage dans les années 1970, faire un disque de rap depuis sa MJC voire son home-studio dans les années 1990.

En France, on peut signaler les différents projets du groupe de rock expérimental Zone Libre avec des rappeurs (Casey, Hamé, Bjames), qui ont abouti à deux disques et de nombreux concerts où la radicalité des deux cultures musicales offre un mélange (jusque dans les publics) très intéressant.

  1. Juriste et co-auteur de l'album Identité en crescendo avec Rocé []
disco

Danser à Paris dans les années 1970-80

En matière de pratiques culturelles, le développement de la fréquentation des discothèques est sans doute l'évolution la plus notable, à la fin des années 1970, et elle passe totalement inaperçue des radars macro-sociologiques de l'époque, notamment des enquêtes sur les pratiques culturelles des Français. On peut y voir une confirmation de ce constat, formulé par Olivier Donnat et Augustin Girard :

Tout ce qui est réaction prometteuses, brèche à travers les inerties et les déterminants passés, innovation porteuse d'avenir, et qui est peut-être le plus important pour imaginer des politiques futures, s'écoule sans laisser de traces à travers les grosses mailles de ce type d'enquête1.

Absente de l'enquête de 1973, mais aussi de celle de 1981, la « sortie en boîte » est prise en compte pour la première fois en 1989, dans la catégorie « fréquentation des spectacles ». Elle apparaît alors immédiatement comme une pratique très répandue : 55% des Français y sont allés au moins une fois dans leur vie (80% des moins de 35 ans), et pour le quart de Français qui y sont allés dans l'année, c'est la deuxième pratique la plus fréquente, juste après les sorties au restaurant, et devant le cinéma ou le bal public.

Une cartographie de la fête à Paris

Ces nouveaux lieux d'expérience de la musique et de la danse jouent un rôle important dans le développement des nouveaux courants musicaux de l'époque - soul, funk, punk, disco, new wave, et à partir de la toute fin des années 1970, rap.Voir par exemple le témoignage de Bernard Bacos, auteur d'un site consacré au « Paris branché des années 70 », et à l'époque noctambule :

Le premier disque de rap que j'ai entendu, en dehors des Last Poets en 69, c'était 'Rappers'delight' par Sugar Hill Gang et je me souviens que c'était à l'ouverture de la Main Jaune en 79, une boîte porte de Champerret où on dansait en rollers skate2

À l'aide de quelques ouvrages témoignant de l'époque, j'ai tenté de recenser quelques uns des lieux de danse au tournant des années 1980, et  notamment ces premières discothèques qui se multiplient alors à Paris et sa proche banlieue. Évidemment, toutes n'avaient pas le même concept, ne passaient pas la même musique, et n'acceptaient pas les mêmes clientèles...


Afficher Danser à Paris de 1975 à 1985 sur une carte plus grande

Sur cette carte (à compléter ! chercheur-e-s, clubbers ou amateur-e-s, n'hésitez pas à apporter des précisions...) :

  • Des dancings ouverts dès les années 1930, et encore en activité dans les années 1970 : la Coupole, le Kiss Club, le Balajo ;
  • des clubs « sélect » créé au tournant des années 1960 (Régine, Castel, New Jimmy's) ;
  • quelques night-clubs des années 1960-1970 comme la Locomotive (1960), la Bohême (attestée dès 1964), le Bus Palladium (créé en 1965), le Tour Club (1966), le Gibus (1967), le Sept (1968), la Casita (1970), le Nuage, le Club 18, le Scaramouche, le Bronx (qui ouvrent tous les quatre vers 1970), le Whisky à gogo (1972), le Colony (1973), l'Émeraude (créé au milieu des années 1970), Le Rocco Club (1974), l'Élysée-Matignon (1977) ;
  • les premières grandes discothèques : le Memphis (1968), le Chalet du Lac (dancing dès les années 1950 qui devient discothèque en 1973), la Main bleue (1976), le Palace, les Bains-Douches et la Scala (1978), la Main jaune (1979), le Pacific (1980), le BH et l'Opéra Night (créés en 1981), le Midnight Express (1982) ;
  • d'autres clubs ou boîtes de nuit, plus petites : le Rose Bonbon (1978), le Broad (1980 ?), le Tango (renouvelé par Serge Krüger à pratir de 1981), le Garage, le Haute Tension, le Ring, les 120 nuits (1983), le Soleil noir (1984) ;
  • et quelques autres dont je ne connais pas la date de création (le Black & White, le Régis'kaïa, le Madras Club, le Flash Back, le Keur Samba, le Bataclan, l'Apoplexy, le Rex Club, le Rayon Vert, le Safari Club, le Shirley, le Roméo Club, le Stadium...)

Des lieux dont je n'ai pas retrouvé l'adresse :  le Club d'O, le Toppers (sans doute vers Montparnasse), le Milord Mot, le Week-End, l'Observatoire, le Club 78, le Black Sugar, le Galaxie, le Navy, l'Addison Square Garden...

Sources :

  • José-Louis Boquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, Flammarion, 1998.
  • Daniel Garcia, Les années Palace, Flammarion, 1999
  • Alain Pacadis, Nightclubbing, Denoël, 2005
  • Vincent Sermet, Les musiques soul et funk, L'Harmattan, 2008
  • Bernard Bacos, Le Paris branché des années 1970, site web : http://paris70.free.fr/index.htm (consulté en sept. 2011)
  • Site l'Hexagone Gay, http://www.hexagonegay.com/region/paris80-discotheques.html (consulté en sept. 2011)

Crédit de l'image à la une : « Disco light » (cc-by-sa) Martin Fisch

  1. Nouvelle enquête sur les pratiques culturelles des Français en 1989, La Documentation Française, 1990, p. 9 []
  2. Réponse de B. Bacos à une question notée dans l'ancien livre d'or de son site. Consulté en sept. 2011. []

Quelle(s) langue(s) pour le rap en France ?

Shams Dinn (photo de Serge Faubert in Moreira 1987, p.87)

Je poursuis mes explorations sur le rap en France dans les années 1980. Dans un livre publié en 19871, le journaliste Paul Moreira brossait un tableau de ce qu'il appelait « le rock métis en France », « rock arabe » et « rock latin ». Au détour des portraits de musiciens plus ou moins célèbre - Carte de séjour, Mounsi, Elli Medeiros, Sapho, Rocking Babouches..., j'étais tombé sur plusieurs pages consacrées à un rappeur d'origine lyonnaise :

Akim n'arrive pas à le croire. Il se pincerait presque pour vérifier qu'il n'est pas au paradis des rappers. Trois mois que son groupe de funk-rap arabe, Shams Dinn, existe et il est là, sur cette scène minuscule de la Chapelle des Lombards, à Paris, en train de rapper avec le grand des grands, son héros favori, l'un des pionniers du rap new-yorkais : Afrika Bambataa !2.

Akim, alias Shams Dinn, alias Cyd Master "M", alias Mohamed Ben Bouchta commence à rapper dans les discothèques lyonnaises qu'il fréquente au début des années 1980. En 1982, il rencontre Djamel Dif, alias Jeff, musicien et ancien batteur du groupe Carte de Séjour. Après une première expérience de courte durée sous le nom de Cyd Master "M", en 1985, Akim devient Shams Dinn et réalise un premier 45-tours, publié en 1987. Le disque est distribué par Hamedi Records, label créé par Jeff, qui assure aussi les musiques sur lesquelles rappe Akim.

Actuel n°91, juin 1987

Le disque, distribué à un millier d'exemplaires, rencontre un succès d'estime dans le milieu de la « sono mondiale » parisien. Il est diffusé régulièrement sur Radio Nova, Actuel lui aurait consacré un article dans son numéro de juin 19873, et Shams Dinn devient un habitué des événements culturels organisés par le magazine. Outre le titre « Hadi bled noum »4, qui sort en 45-tours, Shams Dinn inscrit à son répertoire une reprise en arabe du tube de James Brown « Sex machine » : « Aslek machine ».

La découverte de ce parcours soulève de nombreuses questions sur la façon dont des amateurs se sont appropriés l'interprétation rappée dans la France des années 1980. Hamedi Records est en effet un label à mi-chemin entre le réseau de distribution des grandes surfaces spécialisées (Fnac), et le réseau de distribution alternatif de Barbès, central dans l'avènement du raï en France, mais dont le rôle vis à vis du rap est inconnu. En outre, les morceaux de rap en français ou en anglais publiés en France dans les années 1980 sont nombreux, mais on a peu de traces d'enregistrements de rap en arabe5. Le livre parle de rap arabe, mais s'agit-il de rap en arabe ? Voir... s'agit-il vraiment de rap ?

Pour Dee Nasty, que j'interroge à ce sujet presque 25 ans plus tard, « Shams Dinn c'était pas vraiment du rap. C'était du raï. C'était du raï-rap. Y a du raï'n'b, lui c'était du raï-rap.6 » Comment en avoir le cœur net ? La seule façon est d'écouter le 45 tours en question. À défaut de donner accès à l'ensemble du répertoire que Shams Dinn pouvait interpréter sur la scène de la Chapelle des Lombards, il en donnera une idée.

  1. Paul Moreira, Le rock métis en France, Paris, Souffles, 1987 []
  2. ibid., p. 89 []
  3. Une information que je devrais pouvoir vérifier bientôt. []
  4. Si le 45-tours indique le titre « Hedi bled noum », le vinyle, lui, porte le titre « Hadi bled noum»... []
  5. Voir le cas du groupe Ettika, dont je n'ai pas retrouvé le disque, mais aussi le premier 45-tours de la chanteuse Amina, dont le titre « Sheherazade » aurait remporté un concours de rap dans une discothèque parisienne dont on reparlera, Le Palace []
  6. Entretien réalisé avec Dee Nasty en janvier 2010. []