Archives pour la catégorie jazz

Kool Herc en 2009, http://fr.wikipedia.org/wiki/Kool_Herc

Une liste d'information sur le hip-hop

Une nouvelle liste d'information vient de voir le jour. Il s'agit de la liste de diffusion H-HERC, portant sur le hip-hop dans l'enseignement, la recherche et la culture.

Flyer pour une soirée avec DJ Kool Herc. Image reproduite dans Bruno Blum, Le rap est né en Jamaïque, éd. Castor music p.159

flyer pour une soirée avec DJ Kool Herc. Image reproduite de Bruno Blum, Le rap est né en Jamaïque, éd. Castor music p.159

Alors que les travaux francophones sur les diverses disciplines du hip-hop se multiplient, elle vise à faire connaître les initiatives (colloques, journées d'études, séminaires, appels à contribution...) et les publications (livres, articles scientifiques...) qui rendent compte de la place de la culture hip-hop dans la société depuis quarante ans.

La liste est ouverte aux étudiant-e-s, chercheur-e-s indépendant-e-s ou non, amateur-e-s de hip-hop, curieux et curieuses. Pour s'inscrire à la liste H-Herc, c'est ici.

Hein ?? H-Herc ? et ça se prononce comment ?

Comme les premières lettres d'Hercules - mais à l'anglaise. Le nom de la liste est un clin d’œil à l'un des pères fondateurs du hip-hop à New York, Clive Campbell, plus connu sous le nom de Kool Herc.

Né à Kingston en Jamaïque, [...] à l'âge de 12 ans, il émigra aux États-Unis avec ses parents - son père était musicien - et introduisit la tradition du sound system jamaïcain à New York. Son impressionnante stature et ses performances au basket-ball lui valurent le surnom de « Hercules » ; adepte du graffiti, il abrégea ce sobriquet en « Herc », auquel il ajouta plus tard l'adjectif « Kool »1.

Mais ce n'est ni par le basket, ni par le tag que Herc marqua définitivement l'histoire de la musique. C'est par son talent de DJ - qui le conduit à inventer le fondement musical du hip-hop : la musique breakbeat.

[Herc] se focalisait sur les disques qui avaient de bons breaks, de bons passages rythmiques : "It's Juste Begun" de Jimmy Castor, "Apache" et "Bongo Rock" du Incredible Bongo Band. En fait, Herc s'était même mis à ne jouer que les sections de breaks de ces disques - les parties où la chanson Continue la lecture

  1. Ulf Poschardt, DJ Culture, Kargo / L'Eclat 2002, p.169. []

La zizique de France en 1958

Le petit essai de Boris Vian, En avant la zizique, est un document surprenant. On connaît bien Vian pour son œuvre d'écrivain, mais il fut aussi auteur, compositeur, critique, interprète et passionné de jazz, autant d'expériences qui alimentent ce témoignage sur la musique populaire de son époque.

Dans En avant la zizique, Vian ajoute à sa connaissance personnelle du milieu une « petite enquête - questionnaire auprès des artistes (dont j'ai extrait certains éléments, notamment au chapitre des critiques) »1 dont il a confié la réalisation à Yves Gibeau. Il conclut son ouvrage par un essai de typologie de la chanson, avec l'ambitieux projet de contribuer à « la fabrication entièrement automatique de la chanson »...

« Esquisse d'une classification des chansons »

Autant dire que En avant la zizique ressemble à s'y méprendre à un ouvrage de sciences sociales en style libre. Entre les plaisanteries  et les bons mots que Vian égraine à chaque coin de page, l'essai offre un portrait saisissant de la chanson des années 1950 comme activité collective.

Sous un certain aspect, la chanson est un produit que l'on met sur le marché, qui se vend et qui s'achète, et l'on comprend qu'on puisse se poser la question : comment ça se fabrique ?2

La plupart des chapitres du livre se construisent autour d'une figure du monde de la musique : l'interprète, l'éditeur, le public, les critiques... On ne trouve pourtant pas de chapitre spécifique consacré à l'auteur ou au compositeur. C'est que pour Vian, leur travail forme le noyau du monde de la chanson, ce que Howard Becker qualifierait d'« activité cardinale »3. Ils sont donc partout présents, et en particulier dans le point de vue implicite que Vian porte sur la musique - lui-même était auteur et, à l'occasion, compositeur.

Le contraste apparaît important par rapport à la chanson contemporaine, qui fait de l'interprète, au même titre que l'auteur et le compositeur, un personnage central dans la création. Pour Vian, « L'interprète aura toujours en lui un côté imitatif ; interpréter, c'est se mettre au service de la création d'autrui »4. Les circonstances où il semble que l'on puisse dire l'inverse, et présenter les auteurs / compositeurs comme des personnels de renfort au service d'un interprète, d'une voix exceptionnelle, passent, sous la plume de Vian, pour des situations anormales, et il a tôt fait de les exclure du périmètre de ce qu'il considère comme de la chanson.

Mariano, Dassary, Tino Rossi, etc. sont, avant tout, des voix, en conséquence de quoi l'on est prié de ne pas attendre de nous un éreintement systématique de ces rossignols qui travaillent dans (ou sur) une branche parfaitement distincte de celle qui nous intéresse, une branche où les paroles ne comptent pas, ou si peu.5

Que ce soit par son analyse directe, ou plus implicitement par ses jugements plus ou moins acerbes sur les différents rôles qui font d'une chanson un produit qui se vend et s'achète, Vian indique ainsi également tout un ensemble de rapports de force qui traversent la division du travail dans la chanson populaire.

L'une des originalités les plus frappantes de la chanson des années 1950, lorsqu'on la rapproche de l'économie de la musique contemporaine, est la centralité du « tour de chant », ce que l'on appellerait aujourd'hui un concert, mais qui se déroulait plutôt dans le cadre du café-concert ou du music-hall. Le déclin du music-hall intervient dès les années 1960, au point que certains des plus prestigieux, tel l'Alcazar de Marseille, sont reconvertis en simples magasins. Le tour de chant est l'occasion de découvrir un rôle oublié, au moins comme division du travail à part entière, celui d'accompagnateur. Et à lire Vian, le rôle d'accompagnateur semblait bien ingrat.

Glissons sur le cas de l'accompagnateur à tout faire, esclave vindicatif et indifférent qui finit, à cinquante ans, par acquérir une robuste philosophie et un cuir assez épais, qu'il soit mâle ou femelle, pour que rien ne l'entame. Celui-là est réservé au début interprète ! [...] Le bon accompagnateur suit son artiste comme son ombre, le repêche si sa voix paraît vouloir quitter le bon chemin, rattrape la faute de mesure imprévue, bouche d'un trille adroit le bafouillage subit, et « remet la peau sur la bouillie », comme dirait Simonin, dans le cas d'un fâcheuse défaillance de mémoire6

À côté du tour de chant, l'enregistrement ou le disque apparaissent comme des exceptions à l'époque où Vian écrit son essai. Par contre, une commercialisation de chanson sous forme de produit culturel existe bien, et elle est le fait de l'éditeur. Car en 1958, une chanson ça se chante, mais ça s'imprime - partitions et paroles, en un beau livret. Mais l'éditeur d'antan a parfois les allures familières du directeur artistique moderne.

L'éditeur dispose, la plupart du temps, d'un vérificateur qui se présente sous la forme d'un homme-machine dont la fonction est de supprimer de la musique toute note trop originale et de retrancher des paroles tout ce qui risque d'être censuré à Radio-Luxembourg. [...]

Le compositeur avait inséré dans sa mélodie un la qui frottait d'une manière ravissante sur le la bémol de l'accompagnement. Pas de ça ! on croirait que c'est une erreur ! Quelques astuces rythmiques évoquaient des horizons étranges ? Pas de ça ! Les orchestres de province ne pourraient pas déchiffrer !  [...]

Continuons. Quand vous avez, dans le texte, replacé « à poil » par « tout nu », et « faire l'amour » par « parler d'amour », quand, au lieu de partir avec le magasinier, le héros pédéraste de votre chanson s'envole avec la dactylo (ce qui fausse entièrement le sens de votre démonstration), [...] la chanson vous revient sous la forme d'un ozalid sur lequel, d'une plume ulcérée, vous tracez le fatidique B.A.T., bon à tirer, suivi de vos initiales, donnant ainsi votre caution à une œuvre sans aucun rapport avec la géniale réalisation qu'elle était à l'origine, et qui, sous cet aspect fâcheux, va risquer maintenant de vous rapporter des sous.7

Hier comme aujourd'hui, une chanson reste le produit de la coopération plus ou moins inégale de personnes variées, et ses réalisations, quelles qu'en soient les formes (tour de chant, livret édité, enregistrement publié...) en portent les traces.

  1. Boris Vian, En avant la zizique, 10/18 1990, (1958) pp.182-183 []
  2. ibid. p.44 []
  3. H. S. Becker, Les mondes de l'art, Flammarion 1988 []
  4. B. Vian, En avant la zizique, p.63 []
  5. ibid. p.66 []
  6. ibid. pp.78-84 []
  7. ibid. pp.92-94 []