Archives pour la catégorie vie du blog

wordpress2

Bienvenue en Twenty Fourteen

La grande rénovation des thèmes d'Hypothèses ayant été annoncée à l'Assemblée des carnetiers, il n'y a pas d'autre choix que de faire le deuil de ce bon vieux thème Magazine Basic qui m'accompagne depuis... oups, presque cinq ans ! Plutôt que d'attendre la dernière minute, je préfère prendre les devants, et basculer vers le nouveau thème qui semble présenter le plus d'affinités avec la logique assez fortement éditorialisée de Magazine Basic : le thème Twenty Fourteen.

Sur un son rap, ère Magazine Basic

Sur un son rap, ère Magazine Basic

Pour mémoire, une petite saisie d'écran du blog avant la grande migration. Et à présent, découverte pas à pas du thème WordPress de l'année. Continue la lecture

Conversations numériques

Voilà presque un mois que Surunsonrap ne donne plus signe de vie... et pourtant ! Parmi les activités de ces dernières semaines, j'ai pu contribuer au développement d'un nouveau carnet de recherche particulièrement stimulant, et de surcroît collaboratif et ouvert à toutes les bonnes volontés : le carnet hypotheses.org Aspects concrets de la thèse. Parmi ces aspects concrets, on en compte un bon nombre qui sont aussi numériques, et c'est sans doute sur ceux-là que j'essaierai d'apporter quelques éléments. Exit donc de Surunsonrap les futurs billets sur des thèmes tels que « Numérique et précaires de l'ESR » ou « Parcours subjectifs dans les enjeux des Digital humanities ». Les prochains seront directement publiés sur le carnet de recherche ACT.

Par ailleurs, j'ai été bluffé par un échange scientifique qui s'est noué sur le blog de La Méduse. Je me permets donc de le relayer ici, et de tirer mon chapeau aux participantes à ce modèle de discussion intellectuelle numérique qui porte en outre sur un sujet passionnant.

Tout commence par une série de billets consacrés à l'ouvrage de Christine Détrez et Anne Simon, À leur corps défendant. Les femmes à l'épreuve du nouvel ordre moral1. La Méduse réagit librement mais avec rigueur à  la première partie de l'ouvrage, consacrée à la façon dont les écrivaines actuelles abordent le thème de la sexualité. Le premier billet interroge, à la suite du livre, l'existence de « mots de femmes » pour écrire la sexualité. Le deuxième aborde les liens entre domination de sexe et la littérature étudiée. Le troisième se conclut plus précisément sur l'analyse avancée par Détrez & Simon d'un roman de Anne Garréta.

À cette série de billets répond un commentaire, ouvrant une discussion dont le ton est plutôt rare dans le milieu scientifique. Une internaute, signant ses commentaires du nom de Christine, et dont on suppose qu'il s'agit de Christine Détrez, réagit aux critiques portant sur le (son ?) livre. Elle apporte ainsi des précisions autour de l'ouvrage, et engage le dialogue autour des points de désaccords. Elle explique de surcroît la fabrique de l'ouvrage, et le rôle de ce processus dans la forme particulière que prend l'objet final, ce livre qui donne si souvent l'impression d'une pensée achevée et close sur elle-même alors qu'il n'est toujours que la trace d'un moment intellectuel. Bref, grâce à La Méduse et à Christine (Détrez ?), on passe de l'autre côté du miroir, au cœur de la production même de la recherche, et on est implicitement invité à s'y joindre. Vite, courons lire le livre (et le blog) !

Voilà donc qui s'apparente à un compte rendu de lecture... de discussions sur un blog scientifique... Une nouvelle pierre au « séminaire virtuel permanent » que peut permettre le numérique ?

  1. Seuil, 2006 []

Numérique et précaires de l'euhèssaire

Il y a beaucoup de motifs qui peuvent inciter à ouvrir un blog « scientifique ». En ce qui me concerne, j'ai commencé à réaliser ce carnet de recherche pour deux raisons principales. La première était une tentative de diffusion des enquêtes que j'ai initiée il y a bientôt dix ans. Ce que je voulais et ce que je veux toujours, c'est moins rendre public des « résultats » (encore qu'il y en a bien quelques uns que je compte partager !),  que proposer un regard original sur le genre musical rap. La seconde était une tentative d'écriture liée à mes recherches sensiblement différente de celles que j'avais privilégié jusqu'alors : plus directe, un peu plus personnelle peut-être, et dans des formes beaucoup plus brèves. Des billets, pas des articles, des chapitres ou... des thèses.

Pourquoi ces remarques ? Parce qu'à l'intersection des deux objectifs, l'ouverture d'un carnet projette également une partie de l'activité de recherche dans un espace public numérique. Ce carnet devient ainsi une vitrine, dont il est difficile de définir et de mesurer le rôle. Sur le plan professionnel, quoi qu'il en soit, cette vitrine présente en public le portrait d'un « jeune » docteur. Elle constitue nécessairement une mise en scène de ses recherches, une mise en scène de soi comme chercheur. Je tends donc aussi à penser ce lieu comme un « auto-radar ». Or dans la composition de cet auto-radar, je ne peux pas faire abstraction de mon statut de « non permanent de l'ESR1 ».

Les pratiques numériques rassemblent un grand nombre d'outils dont de plus en plus de chercheurs se saisissent depuis dix ans. Ces pratiques recomposent ce qu'est la recherche, et risquent fort de la recomposer plus encore dans les années à venir. Blogging « scientifique »2, dépôts d'articles en open access comme HAL-SHS, veille Internet via Delicious.com ou bibliographique avec Zotero.org, wikis, réseaux sociaux type Facebook3 ou Twitter, peut-être bientôt archives ouvertes pour les sources et les matériaux de l'enquête. Les réflexions sur ces outils et leurs impacts sur le monde de l'enseignement supérieur et la recherche ne manquent pas, mais elles sont peu nombreuses à prendre directement en compte l'opposition entre les précaires et les fonctionnaires de la recherche. En fait, cette fracture semble largement invisible, comme si le numérique et la recherche étaient un enjeu uniquement pour les titulaires.

À l'occasion du THATCamp Paris, on devrait pouvoir en apprendre plus sur cette question, et sur pas mal d'autres, liées aux digital humanities4. Cette manifestation se présente comme une « non-conférence » pour mieux insister sur un dispositif visant à faciliter une réflexion collective et collaborative. En fait, la « non-conférence » a déjà commencé, via le carnet de recherche dédié et surtout par l'intermédiaire d'un wiki auquel peuvent participer tous ceux qui le souhaitent.

L'un des ateliers porte sur les enjeux du numérique pour les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales. Pour lancer quelques premières pistes, avant d'y revenir après l'atelier en question, on peut noter que certaines des premières transformations introduites par le numérique ont partie liée avec la limitation (plus que la suppression) de quelques asymétries majeures dans l'information dont disposent les différents « aspirants à la recherche professionnelle ».

Ces asymétries concernent notamment l'accès aux articles scientifiques. Longtemps dépendants des fonds et des abonnements des bibliothèques les plus proches5, les chercheurs ont accès depuis le début des années 2000 à un nombre croissant de revues en ligne. De même pour l'actualité des événements scientifiques, qu'il s'agisse de colloques, de publications ou d'appels à contribution : Fabula, Liens-socio.org ou Calenda offrent une information scientifique croissante sur Internet. Enfin, depuis quelques années, on assiste à moins d'opacité dans les procédures de sélections, par exemple pour les postes d'attaché temporaire d'enseignement et de recherche (ATER) ou de maître de conférence6.

Ces évolutions transforment les asymétries, mais ne les font pas disparaître. Les techniques et les moyens pour exploiter certaines ressources numériques deviennent de nouveaux enjeux. Qui  connaît les portails de revues scientifiques7, les moteurs de recherches scientifiques, et comment contrôler les recherches qu'ils permettent ? Qui appartient à une institution qui bénéficie de l'accès aux contenus payants de Cairn ou Jstor ? Au sein d'une telle institution, quels sont les doctorants qui savent qu'ils peuvent y avoir accès ? Qui est en mesure de maintenir une veille Internet efficace sans que l'activité devienne dangereusement chronophage ? De quels outils et de quelles ressources dispose-t-on pour progresser sur l'ensemble des ces pratiques ?

Encore n'est-on là que sur l'un des versants de l'activité scientifique, celui de la production de la recherche. Un autre versant est celui de sa diffusion vers des sphères plus ou moins larges. À quelles conditions peut-on faire du web un espace de collaborations scientifiques effectives ? Où peut-on publier et où doit-on publier ? Une revue électronique, est-ce une revue au rabais aux yeux d'une commission de qualification du CNU ou d'un jury de concours de maître de conférence ? Comment assurer le référencement de ses publications ? Quelles sont les conséquences possibles de la publication électronique de textes non publiés ou de documents de recherche  ?

J'arrête ici l'égrainage de questions... pour l'instant.

  1. l'enseignement supérieur et la recherche []
  2. comme la plateforme Hypotheses.org, mais aussi Contexts, Scienceblog... []
  3. voir à ce sujet l'article de Olivier Ertzscheid intitulé « Pourquoi je suis « ami » avec mes étudiants »... []
  4. « les Digital Humanities concernent peu ou prou l’ensemble du processus de la recherche en lettres, sciences humaines et sciences sociales, dès lors que ce dernier est touché dans ses fondements mêmes par le numérique » expliquent les initiateurs de la manifestation []
  5. malgré le prêt inter-bibliothèque... []
  6. grâce à des associations telles que la guilde des jeunes chercheurs ou l'ANCMSP, ou à des initiatives plus individuelles mais néanmoins rapidement collaboratives, comme le wiki de B. Coulmont, puis M. Hély pour la sociologie []
  7. Revues.org, Persée, Érudit... []

Bonjour tout le monde ! (bis)

J'aime beaucoup le titre par défaut de l'exemple de billet WP :-)

L'idée de départ est de partager et discuter des éléments de réflexion sur le rap adossés aux sciences humaines et sociales. Le contenu des billets sera étroitement dépendant de ma propre actualité, de mes choix, de mes affinités (scientifiques surtout, esthétiques parfois).  Celui des commentiares... dépendra des commentateur/trices !

Je pense publier aussi bien des citations et des commentaires d’articles, de livres ou de déclarations publiques touchant directement ou indirectement au genre musical rap que des réflexions personnelles, en marge ou au cœur de travaux exposés, publiés ou à paraître.

Les sciences sociales paraîtront parfois bien loin d’un billet publié : la simple reprise de certains propos me parait se suffire à elle-même, au moins dans un premier temps. Il ne sera pas non plus question de rap à chacun des billets : certaines analyses d’autres genre musicaux, ou simplement certains concepts, sans que leur lien à l’objet rap soit explicité, contribuent à la réflexion que ce carnet soutient. Enfin, certains billets n’exposeront « que » des éléments sur la science (sociale) en train de se faire : difficultés et surprises de l’enquête, hasard de l’analyse des données, rapport à l’écriture.

Les commentaires, si les lecteurs et lectrices le souhaitent, peuvent être le lieu privilégié où articuler toutes ces dimensions. Ils sont ouverts à toutes et à tous, à partir de l’angle souhaité : illustrations, contre-exemples, précisions, réfutations, interrogations, élargissement… Evidemment, j’encourage vivement les contributions apportant un regard décalé sur le sujet de tel ou tel billet – comparaison avec un autre genre musical, situation dans d’autres pays que la France, point de vue d’autres disciplines, etc.

Et pourquoi pas commencer dès ce premier billet par ouvrir les commentaires aux attentes des unes et des autres ?