Archives de catégorie : enquêter

Ettika : un 45 tours improbable dans la France des années 1980

Contacté grâce à un site Internet personnel, Bernard Guégan a accepté que je l’interviewe autour de l’histoire d’Ettika, qui m’intrigue depuis quelques années maintenant. Extraits d’un échange où se mêlent des décalages de classes sociales, des distances Paris / Province et urbain / rural, des logiques racistes et sexistes1, des univers musicaux segmentés, des médias parisiens branchés et un exotisme latent, tissant d’improbables rencontres sociales et une aventure musicale tout aussi inattendue. Un grand merci à Bernard Guégan pour le temps consacré, et à guidal3 pour avoir retrouvé un enregistrement en ligne du 45 tours d’Ettika. Quant à moi, je ne désespère pas d’échanger à l’occasion avec l’une des chanteuses qui ont permis à ce disque d’exister…

La rencontre de deux mondes

Bernard Guégan : Je sortais des Beaux-Arts à Lorient, je venais d’avoir mon diplôme, j’avais 20 ans. C’était les Beaux-Arts municipaux, j’avais pu y entrer à 15 ans, sans mon bac. Donc moi de 15 à 20 ans, je faisais un peu ce que je voulais, je m’intéressais à ce que je voulais. Et là, après, je voulais venir à Paris. J’ai trouvé un boulot au CEPPIC2 de Rouen, qui était un centre de formation professionnelle, qui était très institutionnel, mais comme la gauche était passée depuis un an, il y a eu ces stages 16-18 ans, pour donner des cours à des gens qui étaient déscolarisés. Rouen était à une heure de Paris en train, ça collait… Comme j’avais organisé quelques expos d’art contemporain, de musique, j’avais un CV qui convenait à ce truc, qui était quand même assez pilote. Et je me suis retrouvé là-dedans.

Karim Hammou : Toi, ton objectif c’était de les former à quoi en fait ?

– L’intitulé c’était : « initiation aux arts plastiques et à la culture », un truc comme ça. Mais en fait, la personne qui dirigeait ça, la chef de service, était elle-même très embêtée, parce qu’elle savait pas très bien quoi faire. C’était à Rouen, et ce qu’il faut savoir c’est que la Normandie… c’était un petit peu comme le Nord et l’Est à l’époque, sauf qu’ils avaient pas eu des subventions comme il a pu y en avoir là-bas pour la fermeture de la sidérurgie ou des mines. Donc à part Rouen qui était un centre urbain très bourgeois, il y avait beaucoup, beaucoup de banlieues pas du tout aidées. Saint-Étienne du Rouvray, Maromme, Sotteville… Et moi je me suis retrouvé avec des filles qui ne savaient ni lire ni écrire, des familles avec des problèmes d’alcoolisme, de femmes battues, beaucoup de filles enceintes à 16 ans… Continuer la lecture de Ettika : un 45 tours improbable dans la France des années 1980

  1. Puisque dans cette histoire, malgré mes recherches, seuls les hommes ont le privilège d’avoir un nom de famille… []
  2. Centre de perfectionnement pour l’industrie et le commerce, institution de formation continue qui existe toujours. []

Ca vient de la Méditerranée – Phocée

Da Mayor,
Da Mayor, photographie ©Jean-Pierre Maéro

Un bel ouvrage sur l’histoire du rap à Marseille s’apprête  à être publié à l’automne aux éditions Wildproject. Signé Julien Valnet, historien de formation et chargé de communication à l’AMI (Aide aux musiques innovatrices), il est le troisième ouvrage consacré spécifiquement à la scène rap marseillaise après les livres de Béatrice Sberna et Daniel Tödt. Il est aussi le plus complet. Ce qui ne gâche rien, M.A.R.S.  Histoires et légendes du hip-hop marseillais est servi par une magnifique couverture, rassemblant trois des membres d’un groupe qui a marqué le rap dans les années 1990 : Da Mayor. L’occasion de revenir sur la préhistoire du groupe, et sur quelques étapes du parcours de sa rappeuse phare : Gwladys1.

Gwladys : Quand j’étais en CM2, on avait des mange-disques. Avec des copines, on se le mettait dans la cours de l’école pour faire des chorégraphies. On avait Chantal Goya… et Sugarhill Gang. Et c’était un super truc pour danser – pour passer de Chantal Goya à autre chose, on va dire ! En fait le hip-hop c’était bon comme musique. Ça donnait des possibilités. Pour moi, ça va exactement avec la musique électronique à cette époque, et avec ce qu’on vit actuellement : la possibilité pour chacun d’éditer sa propre musique, ses propres images, ses propres écrits.

[Dans les années 1980], j’étais dans un groupe qui s’appelait No Man’s Land, avec Sébastien Manya, et Jacques Laurent Bénech [alias Jackojack]. J’ai rencontré Jackojack à l’école, quand j’étais à Thiers. Jack il est violoniste au départ. Depuis tout petit ses parents lui ont fait faire de la musique, et c’est un petit génie de la musique. Il avait un double cassettes Aïwa qui nous permettait de faire du multipiste. Et donc on enregistrait dans le garage des morceaux sur ce double cassette. C’était vers 1985-1986, juste avant les manifs étudiantes. Un jour, Jackojack a rencontré Séb. Il me dit : « J’ai vu un mec, c’est trop bon ! Il a l’échantillonneur. Viens, il faut qu’on aille le voir ».

Continuer la lecture de Ca vient de la Méditerranée – Phocée

  1. Extraits d’un entretien réalisé en juin 2013 à Marseille. []

L’analyse de réseaux au service de l’histoire des mondes sociaux

Le livre que j’ai publié à l’automne, consacré à l’histoire du rap en France laisse peu apparaître l’important travail d’analyse de réseaux qui a permis d’établir certains de ses résultats les plus significatifs. La place au sein d’un livre est limitée, le vocabulaire de l’analyse de réseaux est assez spécifique, et la représentation de graphes n’est pas évidente à intégrer – d’où ce sacrifice.

Pourtant, derrière l’affirmation de la naissance d’un « monde commun rap français » à partir du milieu des années 19901, comme derrière la description du rôle de labels indépendants comme Unik Records ou Jimmy Jay Productions2 se trouvent des analyses de réseaux, menées à partir de l’examen systématique des collaborations (featurings) publiées sur les albums de rappeurs francophones distribués en France.

A l’occasion du module « Analyse de réseaux » organisé cet été par Julie Pagis et Pierre Mercklé au sein de l’école thématique Quanti Lille, je suis intervenu pour présenter l’ensemble de Continuer la lecture de L’analyse de réseaux au service de l’histoire des mondes sociaux

  1. K. Hammou, Une histoire du rap en France, La Découverte 2012, p.169 et suiv. []
  2. Ibid., p.143 et suiv. []

Vers une discographie du rap francophone (2) : Belgique et Suisse

Je poursuis donc mon recensement des albums de rap francophones, amorcé ici avec les albums canadiens. Retour en Europe, avec deux pays dont la scène hip-hop est florissante de longue date : la Belgique et la Suisse. C’est donc avec une certaine surprise que je n’ai trouvé qu’une trentaine d’albums francophones d’au moins 8 titres publiés jusqu’en 2004.

Verso de la compilation Art-chives, ©Lézarts Urbains 2007

Les sources étaient plus rares et dispersées que dans le cas canadien. Des sites comme discogs.com, mais aussi des blogs d’amateurs1, des sites d’artistes2 Une compilation « patrimoniale » également, pour la Belgique : Art-chives : 17 ans de rap belge francophone 1990-2007, publiée par le label de l’association Lézarts Urbains en 2007.

Suisse

  • Sens Unik, Le VIe Sens, 1991
  • Sens Unik, Les portes du temps, 1992
  • Sens Unik, Chromatic, 1994
  • Double Pact, Impact n°3, 1995
  • Sens Unik, Tribulations, 1996
  • Double Pact, Pour ma planète bleue, 1998
  • Sens Unik, Pole position, 1998
  • Double Pact, C’est comme la vie, 1999
  • Opee, Une vie et quatre saisons, 1999
  • Dynamike, La théorie du kaos, 2001
  • Sens Unik, Abracadabra, 2001
  • Alsensé, Saint Laurent, 2002
  • Double Pact, Rien à perdre, 2002
  • Sim’s, Je la rêve, 2002
  • 18 sang c, Tous les mêmes, 2002
  • L’impasse, Esprit d’équipe, 2003
  • Opee, Ma vision, 2003
  • Stress, Billy bear, 2003
  • Oni/Epik, Fonetik, 2003
  • Nega, Mémoires écrites, 2004
  • Erikson, Foi sereine, 2004
  • Salam, Na Barki Ko Sabou, 2004
  • Eva D, Comme on l’entend, 2004
  • Samir & Mitshiabo, D’une vie à l’autre, 2004
  • Mezz, Face à moi-même, 2004
  • Juskobou, Des homiz capables, 2004
  • Sens Unik, Mea Culpa, 2004

Belgique

  • Benny B, L’album, 1990
  • Benny B, Perfect, Daddy K et moi, 1992
  • De Puta Madre, Une ball dans la tête, 1995
  • Defi J, Le rap appartient à ceux qui y pensent, 1996
  • Pee Gonzalez, Whuz The P ?, 1996
  • Starflam, Starfam, 1998
  • Rival, De la rue à la scène, 1999
  • De Puta Madre, Technik stonic, 1999
  • Manza, La dernière page, 2000
  • Starflam, Survivant, 2001
  • FRJ, Au-delà de Gibraltar, 2002
  • Rival, En quelques featurings, 2002
  • LPC, L’allégorie du ghetto, 2002
  • CNN 199, CNN 199, 2003
  • Starflam, Donne moi de l’amour, 2003
  • Incantation, Violé par l’histoire, 2003
  • P.50, Black book, 2004
  • HNS, On naît seul on meurt seul, 2004
  • Starflam, Pour quelques euros de plus, 2004
  • Manza, Ce que j’en retiens, 2004
  • La Tria, On se le disait, 2004
  • 13Hor, Des comptes à régler, 2004
  • OPAK, L’arme à l’œil, 2004 [maj 14/11/2013]

Évidemment, l’histoire du rap dans ces deux pays ne s’est pas arrêtée, elle, en 2004…


Scylla – BX Vibes par NorthSiderz

 

  1. http://rap-suisse.skyrock.com, http://rapsuisse.blogspot.fr… []
  2. Notamment ceux du groupe belge De Puta Madre, et du rappeur suisse Stress. []

Vers une discographie du rap francophone (1) : Québec

Record Shelves by FourthFloor

Ca fait longtemps que je veux mettre en ligne la discographie du rap en France et en français que j’ai constitué lors de ma thèse, puis de la rédaction du livre. C’est chose faite, dans une nouvelle rubrique fixe, discographie.

Mais le rap en français ne se résumé pas aux albums distribués en France. Il en existe un nombre important qui n’ont été distribué qu’au Canada, en Suisse, en Belgique, au Sénégal, au Mali, etc.

Dans le cadre d’un article en préparation sur le « rap fancophone », j’ai essayé de répertorier les différentes ressources en ligne permettant de constituer une première ébauche de discographie du rap francophone.

C’est plutôt aisé dans certains cas (par exemple pour le Canada, puisqu’il existe un site assez riche répertoriant les disques de rap québecois, http://www.disqc.com/).

C’est beaucoup plus compliqué dans d’autres cas, comme pour les scènes suisse, sénégalaise, malienne etc. malgré quelques sites ou blogs d’amateurs.

Je me concentre toujours sur la période qui va jusqu’en 2004, et sur les EP / LP d’au moins 8 titres (histoire de commencer par le commencement, et d’être cohérent avec le corpus que j’avais constitué pour le rap en France). Avant d’intégrer un album à la liste, je m’assure d’avoir pu consulter la liste des titres qui le compose, et si possible d’en avoir au moins écouté un ou deux extraits.

Si jamais vous voyez des opus à côté desquels je serais passé (et ils doivent être nombreux), n’hésitez pas à me les signaler.

MRF, « MRF est arrivé »premier clip « hip hop »1 de rap francophone au Canada

Je commence donc par les albums de rap francophone québecois, largement rassemblés grâce au travail de V-Rulent, via le site http://www.disqc.com. À noter, quelques uns de ces albums ont aussi été distribués en France (et sont donc recensés dans la discographie du rap en France).

1996

  • KC LMNOP, Ta Yeule

1997

  • LMDS, Les Messagers Du Son
  • Dubmatique, La force de comprendre
  • KC LMNOP, Ta Yeule Encore
  • KZ Kombination, Karnageez & Kombinn Lakaill

1998

  • La Constellation, Dualité
  • Dubmatique , Dubmatique
  • La Gamic , La Gamic
  • KC LMNOP, Journée idéale
  • Rainmen, Armageddon

1999

  • Don Karnage, Vice-Versa
  • Andromaïck, Une gouttelette sous l’orage
  • 2 Faces, Appelle-ça comme tu veux
  • Les Ambassadeurs, Premier maillon
  • Cavaliers Noirs, En vers et contre tous
  • Muzion, Mentalité moune morne… (Ils n’ont rient compris)
  • Remz, Quand la K7 joue à l’envers
  • Sans Pression / SP, 514-50 dans mon réseau
  • LMDS, Il faudrait leur dire

2000

  • Catburglaz, Code 022
  • Le Connaisseur, Apéro
  • Fang, CandyFang
  • Joe B.G. / Mista Snake, Underground soldiaz
  • Latitude Nord, Dis-leur
  • Loco Locass, Manifestif
  • Yvon Krevé, L’accent grave
  • Traumaturges, Suce mon index
  • Katacomb, L’antre de la folie

2001

  • Les Architekts, Le Plan
  • Les Ambassadeurs, Expansion
  • 83, HipHop 101
  • L’Assemblée, Du coin de l’œil
  • Chub-e Pelletier, Les préliminaires
  • Complys, Avertis tes chums
  • Da Vincy, Un peu plus que juste un de plus…
  • Dubmatique, Influences
  • Kasheem, Ange ou démon
  • KZ Kombination, Time lan changé
  • La Structure, Fraîcheur garantie
  • Taktika, Mon mic, mon forty, mon blunt
  • South Squad, 5 mics

2002

  • Don Karnage, Bouge
  • 83, La suite logique
  • C-Drik, 6 tracks de trop… la suite
  • Canox, The time has come
  • Cavaliers Noirs, L’État nous surveille
  • Le Cerveau, Le Québec assiégé
  • Fang, Gladiateur
  • K-Maro, I am à l’ancienne
  • Limoilou Starz, Limoilou style
  • Major Leagz, Coming through
  • ML, J’passe en d’sous d’la table
  • Muzion, J’révolutionne
  • La Réplik, Si j’avais su…
  • B.U./Ol1ku/L’Queb/H.D., Réflexions
  • Eff / U.Y.O, L’aktualité
  • UNI-T, Prêts aux changements
  • Sëfo, Toast-T D 2 Bars
  • BMC, 3 lettres qui en disent long
  • Pagaïl, C’est pour les miens

2003

  • Black Taboo, Au nom du pad et du vice
  • Atach Tatuq, La guerre des tuqs
  • Anodajay, Premier VII
  • Kulcha Connection, Plus haut
  • Buzzy Bwoy, Fume-Le
  • Ale Dee, Qui ça ?
  • 01 Étranjj, Tchin
  • 2 Faces, Game Over
  • 2e Monde, Lire entre les lignes, parler entre les mots
  • Chub-e Pelletier, La pénétration
  • Dirty Taz, Revenge of the Nerd
  • Ironik, Seul à seul
  • Loco Locass, In Vivo
  • Papaz, Le monde change
  • Yvon Krevé, Quand j’rap pas
  • Young Lionz, Un premier pas dans la jungle…
  • Vaï, Street Life
  • Stratège & Cobna, Goûte à ma sauce
  • Sans Pression / SP, Répliques aux offusqués
  • Shoddy & Webster, L’Album double

2004

  • Buzzy Bwoy, Bienvenue dans mon Game
  • FP Crew, Exposé
  • 83, Le Dernier Chapitre
  • Boogat, Tristes & Belles Histoires
  • Catburglaz, L’album français
  • Caya, La Rue M’rattrape
  • Les Chiefs , Les Chiefs
  • Damien, Damien
  • Les F-Frontés, Les F-Frontés débarquent
  • Joe B.G. / Mista Snake, Ma définition du hip hop
  • Kodiak, Pour y voir clair
  • Loco Locass, Amour Oral
  • Lion G & Lmc’Râr, That’s My Crazy World
  • Narkoi, Il était une fois
  • Ruffneck, C’est tout ce que j’ai
  • Sozi, Classic Beef
  • Eff / U.Y.O, C’est l’heure
  • Sir Pathétik, 3 ans de trippe après…
  • Shoddy, Mauvaises fréquentations
  • 2e Monde et les Bootleggers, J’aurais voulu être un MC…
  • Psykopas, Authentique
  • St-Saoul, Les oreilles ont des murs
  • K-Maro, La Good Life
  • Les 2 Tom, 2 Tom’s Up
  • Niño Malo, Voyou & Héros
  • Les Banlieuzards, L’Île du Christ …d’hier à aujourd’hui
  • William International & Issmo De Vasco, Sortie d’urgence
  1. Comme en France, il existe des appropriations de l’interprétation rappée antérieures. Voir par exemple Vis ta vinaigrette de Marc Drouin. []