Archives pour la catégorie diffuser

Black Verdun

Par Laurence De Cock[1] et Karim Hammou[2]

Tout commence par un concert gratuit, organisé à l’occasion des commémorations de la bataille de Verdun. Le spectacle devait être donné par une vedette du moment – Black M, rappeur aux 600 000 exemplaires vendus pour un album grand public, « Les yeux plus gros que le monde », dont la pochette fait un clin d’œil à Michael Jackson.

Populaire en France, les chansons de Black M le sont bel et bien auprès de Français·e·s. Pourtant, entre intimidation racistes et lâchetés politiques, un procès en extériorité à la communauté nationale aboutit à l’annulation pure et simple de l’événement.

Un scénario bien rodé

Le coup d’envoi de l’affaire, lancé par les réseaux d’extrême droite, reproduit fidèlement la trame des opérations de lobbying imaginées contre le groupe Sniper, tout aussi populaire il y a quinze ans.

Première étape, une sélection unilatérale de Continuer la lecture de Black Verdun

L’info en 20 minutes : vite fait, mal fait

Billet écrit avec Stéphanie Molinero

Exclusif ! Le journal 20 Minutes sort aujourd’hui un sondage dont la révélation est un pétard mouillé.

Le rap, neuvième genre musical préféré des Français; MC Solaar, rappeur le plus apprécié; Booba, La Fouine, et Joeystarr dans le top 3 des rappeurs les moins aimés… Voici les principales conclusions un sondage YouGov consacré au rap et révélé en exclusivité pour 20 Minutes. A cette occasion, nous avons demandé aux sociologues Karim Hammou et Stéphanie Molinero, auteurs respectivement d’Une Histoire du rap en France et Publics du rap de commenter ces résultats.

L’article est signé par la journaliste Dolores Bakèla. Ce n’est pourtant pas à elle que nous allons faire plusieurs griefs dans ce billet. Car la journaliste, après avoir Continuer la lecture de L’info en 20 minutes : vite fait, mal fait

Une liste d’information sur le hip-hop

Une nouvelle liste d’information vient de voir le jour. Il s’agit de la liste de diffusion H-HERC, portant sur le hip-hop dans l’enseignement, la recherche et la culture.

Flyer pour une soirée avec DJ Kool Herc. Image reproduite dans Bruno Blum, Le rap est né en Jamaïque, éd. Castor music p.159
flyer pour une soirée avec DJ Kool Herc. Image reproduite de Bruno Blum, Le rap est né en Jamaïque, éd. Castor music p.159

Alors que les travaux francophones sur les diverses disciplines du hip-hop se multiplient, elle vise à faire connaître les initiatives (colloques, journées d’études, séminaires, appels à contribution…) et les publications (livres, articles scientifiques…) qui rendent compte de la place de la culture hip-hop dans la société depuis quarante ans.

La liste est ouverte aux étudiant-e-s, chercheur-e-s indépendant-e-s ou non, amateur-e-s de hip-hop, curieux et curieuses. Pour s’inscrire à la liste H-Herc, c’est ici.

Hein ?? H-Herc ? et ça se prononce comment ?

Comme les premières lettres d’Hercules – mais à l’anglaise. Le nom de la liste est un clin d’œil à l’un des pères fondateurs du hip-hop à New York, Clive Campbell, plus connu sous le nom de Kool Herc.

Né à Kingston en Jamaïque, […] à l’âge de 12 ans, il émigra aux États-Unis avec ses parents – son père était musicien – et introduisit la tradition du sound system jamaïcain à New York. Son impressionnante stature et ses performances au basket-ball lui valurent le surnom de « Hercules » ; adepte du graffiti, il abrégea ce sobriquet en « Herc », auquel il ajouta plus tard l’adjectif « Kool »1.

Mais ce n’est ni par le basket, ni par le tag que Herc marqua définitivement l’histoire de la musique. C’est par son talent de DJ – qui le conduit à inventer le fondement musical du hip-hop : la musique breakbeat.

[Herc] se focalisait sur les disques qui avaient de bons breaks, de bons passages rythmiques : « It’s Juste Begun » de Jimmy Castor, « Apache » et « Bongo Rock » du Incredible Bongo Band. En fait, Herc s’était même mis à ne jouer que les sections de breaks de ces disques – les parties où la chanson Continuer la lecture de Une liste d’information sur le hip-hop

  1. Ulf Poschardt, DJ Culture, Kargo / L’Eclat 2002, p.169. []

L’analyse de réseaux au service de l’histoire des mondes sociaux

Le livre que j’ai publié à l’automne, consacré à l’histoire du rap en France laisse peu apparaître l’important travail d’analyse de réseaux qui a permis d’établir certains de ses résultats les plus significatifs. La place au sein d’un livre est limitée, le vocabulaire de l’analyse de réseaux est assez spécifique, et la représentation de graphes n’est pas évidente à intégrer – d’où ce sacrifice.

Pourtant, derrière l’affirmation de la naissance d’un « monde commun rap français » à partir du milieu des années 19901, comme derrière la description du rôle de labels indépendants comme Unik Records ou Jimmy Jay Productions2 se trouvent des analyses de réseaux, menées à partir de l’examen systématique des collaborations (featurings) publiées sur les albums de rappeurs francophones distribués en France.

A l’occasion du module « Analyse de réseaux » organisé cet été par Julie Pagis et Pierre Mercklé au sein de l’école thématique Quanti Lille, je suis intervenu pour présenter l’ensemble de Continuer la lecture de L’analyse de réseaux au service de l’histoire des mondes sociaux

  1. K. Hammou, Une histoire du rap en France, La Découverte 2012, p.169 et suiv. []
  2. Ibid., p.143 et suiv. []

Sadek 1, Manuel Valls 0

J’hésitais à revenir sur la récente déclaration du ministre de l’Intérieur, celui-là même qui comptait, soucieux, les « blancos » de sa commune lorsqu’il n’était pas encore ministre. Interpelé à l’Assemblée par une sénatrice qui radote, il a ajouté son nom à la longue liste des députés et ministres qui, depuis le début des années 2000, instrumentalisent le rap pour satisfaire leur politique de la posture médiatique (voir ici, et aussi ).

Finalement, je me contenterai pour l’instant de reproduire la réponse formulée par le rappeur Sadek, interpelé sur ce sujet lors de l’occasion de la journée Ca rappe à la fac :

Dans les années 1980 ou 1990, je sais pas, j’étais pas né de toute façon, ils mettaient le rap en avant dans les médias parce que pour eux, prendre des espaces publicitaires, c’était des trucs qui plaisaient aux jeunes, et ils auraient jamais pensé que ça deviendrait un mouvement. Et maintenant, au jour d’aujourd’hui, c’est un mouvement et faut pas oublier quand on parle de rap, le truc c’est quoi ? Avant tout c’est un mouvement artistique. C’est-à-dire qu’il faut qu’ils arrêtent de voir nos textes comme si c’était des appels au meurtre ou je sais pas quoi. Moi quand je vois un film de Quentin Tarantino, je sors pas avec une kalash dans la rue. C’est exactement la même chose.

Pour moi la vulgarité par exemple, je vais te le dire clairement, quand tu es vulgaire, y a une certaine frénésie, une énergie que tu ne pas pas retrouver dans un discours bien-pensant et soutenu. Excusez-moi de ce que je vais dire, mais si je te dis : « Nique ta mère ! », ça a plus d’impact que : « Tu peux bouger d’ici, s’il te plaît ? » C’est archi important de pas travestir cette vulgarité parce qu’elle nous est propre.

Et même, les trucs qu’il y a contre l’État, ou quoi, au bout d’un moment, faut pas analyser nos textes en se disant : « han, ils vont loin », où quoi. C’est : « Pourquoi ils vont loin ? » Parce que quelque part on soulève des problèmes qui nous sont propres. Et ces problèmes, on dit que le rap c’est un éternel recommencement, qu’on répète toujours les mêmes choses, mais parce que les problèmes sont toujours les mêmes, ils ne changent pas. Nous on est obligé de parler de ce qu’on connaît.

Maintenant, ça reste de l’artistique, et c’est pas parce que… tu étais dans ta chambre, tu as écris un texte, tu étais zehef toute la journée, tu étais énervé du matin au soir, et ça reste simplement des moments de vie qui sont synthétisés sur trois minutes, et il faut qu’on les accepte comme tels. Faut pas les prendre comme si… j’ai fait un texte et il est éternel et c’est comme ça que je pense tous les jours. Moi j’ai fait des textes très violents, comme « 4 sorties de flow », pour ceux qui connaissent, qui sont des textes qui traitent de la vie de la cité, et qui… quand je les écris, je me dégoûte. Tu vois ce que je veux dire ? Mais c’est à ce moment-là, et c’est tout. Et après ils restent synthétisés dans le temps. Et donc il faut les accepter comme tel, comme des œuvres d’art, rien d’autre. Faut pas voir ça autrement.