Rap anglophone

Bibliographie non exhaustive des travaux en sciences humaines et sociales portant sur le genre rap interprété en anglais. N’hésitez pas à me suggérer de nouveaux textes, ou à signaler d’éventuels liens morts.

Textes en ligne

Autres recherches publiées

  • Brennan Timothy, « Off the Gangsta Rip: A Rap Appreciation, or Forgetting About Los Angeles », Critical Inquiry v.20 n°4, 1994, pp.663-693
  • Costello & Wallace, Signifying Rappers, Rap and Race in Urban Present, 1990
  • Fenando Jr S.H., The new beats ; culture, musique et attitudes du hip-hop, Kargo, 2000
  • Fricke Jim, Ahearn Charlie, Yes Yes Y’all: Oral History of Hip-Hop’s First Decade. Da Capo/Perseus, 2002
  • Kelley Robin D.G., « Kickin’ Reality, Kickin’ Ballistics: “Gangsta Rap” and Postindustrial Los Angeles », in Droppin’ Science: Critical Essays on Rap Music and Hip Hop Culture, William Eric Perkins (éd.) Temple, 1996, pp.117-158
  • Kelley Robin D.G., Yo’ Mama’s Dysfunkional!: Fighting the Culture Wars in Urban America, Beacon, 1997
  • Krims Adam, Rap Music and the Poetics of Identity. Cambridge University Press, 2000
  • Miller Matt, « Rap’s Dirty South: From Subculture to Pop Culture », Journal of Popular Music Studies 16, 2004, pp.175-212
  • Perkins William Eric, Droppin’ Science: Critical Essays on Rap Music and Hip Hop Culture, Temple University Press, 1996
  • Shusterman Richard, L’art à l’état vif, Éd. de Minuit, 1991
  • Shusterman Richard, « The Fine Art of Rap » New Literary History, 1991
  • Smitherman Geneva, « ’The Chain Remain the Same:’ Communicative Practices in the Hip Hop Nation » Journal of Black Studies v.28 n°1, 1997
  • Toop David, Rap Attack, South End Press, 1984
  • Toop David, Rap Attack 3, Serpent’s Tail, 1999
  • Walser Robert, « Rhythm, Rhyme and Rhetoric in the Music of Public Enemy » Ethnomusicology v.39 n°193, 1995

2 commentaires pour “ Rap anglophone ”

  1. Adraye le 10 août 2010 à 19:06

    Un livre, qui bien que ni sociologique, ni même analytique (il s’agit d’un roman) vous intéressera sûrement, ne serait-ce que par sa capacité à évoquer le son d’une manière si forte via l’écriture qu’on a souvent l’impression d’ « écouter » quand on le lit (un peu comme certains qui évoquent le fait que le livre le parfum soit capable de donner une impression « d’odeur »).
    Ce roman, il s’agit de Slumberland de Paul Beatty, auteur afro-américain (apparemment il faut le souligner) dont c’est le premier traduit en Francais.
    L’histoire en somme : un DJ afro-américain, dont le don est de se souvenir de tous les sons entendus dans sa vie, se décide de créer le « beat ultime », une joconde sonore (ou s’entremêlent samples et bruits de tous genres). Il décide par la suite de la faire « valider » par le pape du son, une sorte de salinger reconverti en jazzman connu des amateurs, dont on n’a plus aucune nouvelle depuis des années et qui serait apparemment à Berlin.
    Les références au rap sont nombreuses (la fiction prend place dans les années 80 et évoque donc les grandes heures des Boogie Down Production par exemple) dans ce livre qui mêle musique, racisme, quête d’identité, etc.
    C’est de loin le meilleur roman qui traite du rap comme un genre musical créatif et exigeant. Je ne sais pas quel est l’impact médiatique de ce roman (plutôt bien traduit en francais qui plus est), mais j’estime qu’il devrait participer à cette patrimonialisation et légitimation du genre rap.
    Bonne découverte (à lire avec un fond de rap jazzy comme il se doit)
    Adrien
    Lien : http://bartlebylesyeuxouverts.blogspot.com/2009/09/musik-uber-alles-paul-beatty.html

    • Karim Hammou le 15 août 2010 à 19:10

      Merci beaucoup pour ce conseil de lecture !

Laisser un commentaire

Publié le 22 nov. 2012


Carnets de recherche