Tous les articles par Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

« C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes »

Le thème du dénigrement médiatique du rap par les grands médias est aussi récurrent que rarement examiné au-delà de sa (légitime) dénonciation. J’en ai proposé une analyse dans le cas de la médiatisation télévisuelle du rap français au début des années 1990, montrant que l’enjeu ne porte pas seulement sur le caractère négatif ou positif des commentaires mais sur les formes même de ces commentaires. Parfois, un compliment peut-être plus dévalorisant qu’une critique1.

Anthony Pecqueux, dans sa recherche de DEA, renseignait quant à lui le traitement du rap dans la presse écrite dans la deuxième moitié des années 1990. Il y montre là aussi que derrière les compliments adressés à la sortie d’un album peuvent être reconduits les clichés les plus réducteurs, ou encore que la valorisation d’un artiste précis peut cacher la dévalorisation récurrente du genre rap.

La conclusion de son développement n’est pas sans rappeler la désormais célèbre sortie raciste de Brice Hortefeux lors du campus d’été de l’UMP en 2009. À la fin des années 1990, pour Télérama, il en allait un peu des rappeurs comme des « Auvergnats ». « Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». Merci à Anthony d’avoir accepté que je reproduise ici de larges extraits des Continuer la lecture de « C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes »

  1. C’est un point qui est particulièrement bien démontré, à partir là aussi d’un matériau médiatique, par Colette Guillaumin dans L’Idéologie raciste, Gallimard, 2002 (1972) p.102 et suiv. []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Cortex vs. Marine Le Pen : à votre avis monsieur l’expert…

Le rappeur Cortex comparaissait récemment au tribunal de Paris pour injure publique envers Marine Le Pen. Le Parisien consacre quelques articles à l’affaire – dont celui-ci, en date du 1er juin 2011, et intitulé « Derrière, il n’y a pas vraiment de message » (consultable en ligne sur le site du Parisien). J’y interviens en qualité d’expert – ou plus exactement, « sociologue spécialiste des cultures urbaines » (ou « spécialiste du hip hop », selon les moments).

ANTHONY PECQUEUX sociologue spécialiste des cultures urbaines
J.H. | Publié le 01.06.2011, 07h00
Il a écrit plusieurs ouvrages sur les cultures urbaines, dont le dernier, paru en 2009, s’appelle « le Rap ».
Anthony Pecqueux est sociologue, spécialiste du hip-hop.

A votre avis, pourquoi Cortex s’en prend-il à Marine Le Pen ?
Je ne crois pas que cela soit personnel. Il s’est attaqué précédemment à Bertrand Delanoë (NDLR : le maire PS de Paris) qui n’a rien à voir avec le FN. Il y a une part de provocation, pour faire parler de lui. Derrière, il n’y a pas vraiment de message.

Peut-on encore parler de rap ?
Les faits pour lesquels il est incriminé n’ont rien à voir avec du rap. L’histoire a montré que des chansons étaient difficilement attaquables en justice. Ce qu’il dit dans ses vidéos relève plus de l’opinion que de paroles de chansons. C’est donc répréhensible. En plus, il véhicule toutes les idées reçues possibles sur le rap. L’un des éléments essentiels de cette musique est le clash, où l’on s’en prend à l’autre en disant que l’on est meilleur que lui. Là, cela n’a plus rien à voir avec l’esthétique du rap.

Depuis quand ces vidéos d’insultes de rappeurs fleurissent-elles ?
Depuis l’expansion d’Internet qui rend les vidéos accessibles à tous. Les sites proches de l’extrême droite veillent et relèvent tout, car, au final, ces affaires font le jeu du FN.

En un mot comme en cent, je n’ai pas tenu un seul des propos qui me sont attribués dans cet entretien qui n’a jamais existé sous cette forme ; et pourtant, j’ai dû prononcer presque chacun des mots qui forment ici ma parole publique.

"journalists at play", by Lisa Padilla (Flickr)

Pour comprendre ce processus, il faut se replacer mardi dernier (31 mai) : en milieu d’après-midi, je vois tomber une dépêche AFP sur le procès de Cortex contre Marine Le Pen qui vient de se tenir. En fin d’après-midi, je reçois un mail d’un journaliste du Parisien, qui veut me joindre à propos de cette « affaire ». Nous nous parlons donc, pendant une petite dizaine de minutes. À la fin, à ma grande surprise (car je n’avais pas dit grand’chose de bien intéressant, et l’avais revendiqué dès le début de notre entretien : « Je n’ai franchement pas grand’chose à vous dire… »), il me demande l’autorisation d’utiliser mes propos pour son article. Je suis réticent, il insiste, m’explique ce qu’il veut citer ; je finis par donner mon accord.

Au final, vous avez pu lire ce que ça donne. Je me sens un peu mal à l’aise : rien de honteux je crois, mais de drôles de formulations que je ne cautionne pas. Le journaliste de son côté a reconstitué une interview fictive à partir de ce qu’il a compris ou plutôt retenu de notre entretien téléphonique, et à partir du message qu’il souhaitait faire passer dans l’article rendant compte du procès. Son intention est claire : il me dit qu’il a beaucoup aimé le rap dans les années 1990, mais s’est désormais tourné vers le rock à cause de l’appauvrissement du rap ; en l’occurrence, il voulait dans son article (et par mon biais notamment) dire à ses lecteurs que Cortex est en quelque sorte un bouffon, et que le rap ce n’est pas ça.

Dans tout cela quels propos ai-je tenus ? Je ne sais plus. Je sais que je n’ai pas dit « répréhensible », ce n’est pas dans mon vocabulaire ; dans cette séquence, je lui disais qu’il aurait mieux valu pour Cortex le faire en rap car les chansons sont toujours beaucoup plus difficilement attaquables en justice, du fait d’une administration de la preuve complexe ; bref, que la vidéo de Cortex est assimilable à une opinion, une tribune, et de ce fait plus facilement « attaquable » – et non « répréhensible » !

Je n’ai pas dit non plus « il véhicule toutes les idées reçues possibles sur le rap » ; j’ai répondu « oui si vous voulez » à la question littérale du journaliste (« en plus, il ne véhicule pas … ? » ).

Idem, et c’est plus problématique, pour « ces affaires font le jeu du FN » : c’était sa question, j’ai répondu par cette même tournure sans conviction, « si vous voulez ». Car je ne sais pas ce qui fait le jeu du FN ; si, en tant que citoyen, je pense que certains « débats » (de l’UMP ou du gouvernement), que certains ministres de l’Intérieur (l’actuel, le précédent, etc.) font le jeu du FN… Il y a sans doute plein d’autres choses qui font le jeu du FN ; mais c’est le citoyen qui estime cela, non l’expert. Or, si ce jour-là je suis interrogé sur Cortex, c’est bien en tant qu’expert ; la situation n’est pas celle d’un micro-trottoir.

L’expert qui pourrait affirmer cela serait expert de quoi au juste ? « Faire le jeu du FN » est-il un objet scientifique qu’on puisse observer ? Je ne veux pas me retrancher derrière « la Science » ; je souhaite simplement dire que je veux bien m’exprimer en public en tant qu’expert, assumer ces prises de parole mais uniquement si ma parole a une plus-value par rapport à un autre citoyen, du fait de mes travaux. En l’occurrence, que Cortex fasse ou non le jeu du FN, je n’en sais rien, je ne me suis jamais posé la question dans ces termes.

Bref, ce billet ne veut pas récuser un journaliste et son travail : il ne m’a pas enregistré, il a noté des éléments sur son calepin au fil de la conversation et en a fait un compte-rendu sous forme d’interview qui lui a semblé fidèle à notre échange. Le seul tort finalement est mien : j’aurais dû demander à relire… Autre tort : j’aurais dû avoir plus de présence d’esprit ; à la question « fait-il le jeu du FN ? », j’aurais dû répondre : « ce n’est pas lui qui a inventé le FN, ni le fait que le FN s’en prend aux classes populaires racisées depuis des décennies… ».

Non, je n’aurais même pas dû répondre ça, car ça aurait été encore la voix du citoyen. Et c’est finalement peut-être là mon malaise dans cette « affaire » d’interview : à quoi ai-je servi en tant qu’expert ? À rien, je crois.

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Avenue de la République

Par HK, saltimbanque

Présenté par Anthony Pecqueux, sociologue au Centre Norbert Elias (EHESS).

Dans ce « texte qui est (en attente d’être) une chanson », le rappeur-chanteur-saltimbanque lillois HK (co-fondateur des groupes Ministère des Affaires Populaires et HK & les Saltimbank) nous parle à sa manière du « Grand débat sur l’identité nationale ». Il nous en parle à partir d’une expérience qui pourrait être la sienne, au point qu’il l’assume en première personne : celle d’un jeune immigré en situation irrégulière.

Dans le récit de cette expérience de déni d’humanité, on peut entendre de la révolte, sans doute plus encore de l’arrogance, au sens du claim de Stanley Cavell : cette arrogance ou présomption de la voix à dire nous à partir de je (voir Un ton pour la philosophie, Bayard, 2003). C’est l’arrogance de la demande de validité universelle – « internationale » dit HK – fondée sur la seule exemplarité du narrateur : validité de sa situation, et de la façon dont il s’en sert pour chercher à corriger nos comportements, pour nous donner une leçon d’humanité.

map_tournee_2010Il s’agit en somme d’une arrogance qui ne se borne pas à appeler à la désertion du débat (« Refusez d’obéir, refusez de débattre », pourrait-on chantonner à sa suite en parodiant « Le déserteur » de Boris Vian qu’il cite explicitement), mais élargit la question en direction d’une correction de notre conception de l’humanité.

Le mieux sans doute est d’imaginer quelque accordéon en guise d’accompagnement musical de ces paroles, comme HK a l’habitude de le faire pour ses autres productions : cela sonnerait comme un joli pied de nez chansonnier au débat sur l’identité nationale. Comme l’était d’ailleurs, entre autres exemples dans le dernier album de M.A.P. (Les bronzés font du ch’ti, 2009, Pias Recording), le diptyque « GDUFERAVEK » (par HK) et « Faudra faire avec » (par son acolyte Saïdou) : « Faudra faire avec l’accent du Sénégal / Avec celui du Maghreb et ceux d’Afrique Centrale / Faudra faire avec Saïdou enfant d’l’immigration / Et sa haine de la colonisation !! ».

Sans oublier l’autre diptyque : « La chasse est ouverte » et « Lettre au ministre » (lue par Jeanne Moreau pour une campagne du Réseau éducation sans frontières), à propos de « l’œuvre », en matière de reconduites d’immigrés clandestins à la frontière, du Ministre de l’immigration… (à l’époque, Brice Hortefeux).

En quête de liberté,
J’ai fui un pays en guerre,
Pour un autre que l’on disait
Etre le berceau des Lumières.

J’ai dû me tromper d’endroit,
Ou j’ai dû comprendre à l’envers.
L’envers du décor, le voilà :
Je ne suis pas votre frère.

Je suis un étranger
En situation « irrégulière » ;
Puisque je n’ai pas de papier,
Je serai « reconduit à la frontière ».

Je fus arrêté au matin
Avenue de la République ;
Sur moi, ils ont mis la main.
Je ne suis qu’une statistique.

Scénario classique de l’homme noir,
Serré par des hommes en bleus,
Qui disent ne faire que leur devoir.
Comme tant d’autres bien avant eux.

« La loi, c’est la loi ! »
Et la loi est claire :
Sans papiers, je n’ai pas
d’autres droits que de me taire.

Pourtant, j’aurai voulu parler,
D’un mot ancien, désuet.
Un  mot qui figure encore dans votre dictionnaire.
Juste avant Humanoïde, juste après humanitaire.

Non, nous ne sommes pas des robots,
Encore moins des fourmis.
Nation, patrie, boulot, dodo :
Notre conscience humaine s’est endormie.

Peut-être même s’est-elle enfuie,
Mal à l’aise qu’elle était.
Soudain étrangère dans ce pays,
Préférant émigrer.

« Ailleurs c’est pire ! », me dit-on,
« La démocratie est une chance ! ».
Raison de plus, je réponds,
Pour ne pas la vider de son sens.

Liberté, égalité, fraternité,
Sont des mots bien lourds à porter.
Trois mots d’une si grande noblesse,
Trois mots qui sonnent comme autant de promesses.

Monsieur le Président,
Vous qui aimeriez tant que l’on vous nomme grand,
Ces mots vous dépassent, j’en ai bien peur.
Vous n’en avez pas la hauteur.

Censure, privilèges, individualisme,
Ceux-là par contre vous vont comme un gant.
Vous devriez les prendre pour devise,
Enfin, je veux dire « officiellement ».

Car je sais bien que  l’officiel ment :
Un peu, beaucoup, à la folie…
Il mange sur le dos des pauvres gens.
Naïf, qui croit encore en lui !

Mon identité, monsieur, est internationale.
Non, je ne suis pas « français ».
Comprenez-vous ce dont je parle ?
Je vous parle d’humanité !

HK, saltimbanque

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts