Le coup de la (non) résistance populaire

David Diallo, docteur en études anglophones, a publié l'année passée un intéressant article sur le rap et les commentaires dont il fait l'objet chez les universitaires américains. Intitulé « La musique rap comme forme de résistance ? », le texte mobilise plusieurs ouvrages de langue anglaise sur le rap outre-atlantique et s'affronte à la classique mais néanmoins épineuse question de la résistance culturelle. Son idée maîtresse peut se résumer ainsi :

Qualifier simplement la musique rap de forme de résistance [comme un grand nombre d'auteurs] est fortement réducteur dans la mesure où ce mode d'expression rassemble sans conteste une grande variété de thèmes et de discours. (Diallo 2009)

A l'appui de cette thèse, David Diallo cite un grand nombre de travaux - qu'il s'agisse de les critiquer, ou de s'en inspirer. C'est l'occasion de découvrir quelques travaux mal connus en France, mais dont des extraits sont désormais souvent accessibles en ligne : Signifying Rappers, Rap and Race in Urban Present (Costello & Wallace 1990), Rap Music and Street Consciousness (Cheryl L. Keyes 2002), The 'Hood Comes First (Murray Forman 2004), « The Rebirth of Tragedy out of the Spirit of Hip Hop» (Alexander Riley 2005) Black Noise, Tricia Roseaux côtés des plus connus Rap Attack (David Toop 1984) et Black Noise (Tricia Rose 1994).

C'est aussi l'occasion de revenir, avec l'auteur, sur le problème des liens entre culture et pouvoir. Le premier argument avancé par l'auteur pour critiquer la thèse du rap comme forme de résistance réside dans le caractère réducteur de l'affirmation. Et on ne peut que le suivre lorsqu'il rappelle aux universitaires que « la mise en évidence d'une [...] rhétorique de résistance dans la musique rap ne doit pas occulter l'exploration flagrante de nombreux autres thèmes par ces mêmes artistes » souvent cités comme modèles contestataires. Et l'auteur d'insister sur le caractère sélectif des citations d'interviews et des extraits de paroles mobilisés dans certains travaux, qu'accompagne la tendance à attribuer à certains artistes la palme du vrai rap, contre d'autres qui sont présentés, au mieux comme des brebis égarées, au pire comme des traîtres à la cause.

L'analyse de David Diallo, cependant, n'évite pas toujours elle-même cet écueil. Le « vrai » rap n'est plus le rap-résistance, mais au détour d'une page le rap-ludique prend sa place. Ce dernier représenterait l'origine historique de la pratique, et à ce titre il se voit gratifié d'un statut à part dans l'analyse : « Il est important de garder à l'esprit qu'à ses débuts, le rap était exclusivement une pratique festive destinée aux Noirs des quartiers pauvres ». Adossé à cet argument, l'article tend à jouer la carte d'une pure inversion.

Certes,  à trop s'attacher  « à la dimension réactive de ce mode d'expression, [on] néglige considérablement son activité de symbolisation originale en le réduisant à une simple résistance à l'oppression structurelle blanche ». Mais est-on tiré d'affaire en affirmant, en retour, que « l'originalité de cette musique relève non pas de la résistance à l'oppression structurelle qui pesait sur ses créateurs, mais de son oubli » ? Grignon & Passeron, auxquels David Diallo emprunte l'idée que les cultures populaires ne sont pas dans un perpétuel garde-à-vous contre la domination, étaient plus circonspects. De la thèse de la résistance à celle de l'oubli, ils proposaient... d'osciller.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

7 réflexions sur “ Le coup de la (non) résistance populaire ”

  1. Merci Karim!
    C'est ce que j'ai essayé d'assener à plusieurs reprises: la double définition initiale du rap au début des années 1980 à New-York avec les 2 premiers tubes, entre "Rapper's delight" de Sugarhill Gang (hymne à la fête) & "The message" de GrandMaster flash (dénonciation violente des conditions de vie dans le Bronx)
    En France, c'est IAM fêtant en direct sa victoire de la musique pour "Le mia" en interprétant "Sachet Blanc", etc.
    Privilégier une définition à l'autre conduit inéluctablement à la même impasse, partiale & partielle

    PS: Précision "de méthode": reconnaître cette double définition du rap, c'est en faire une musique du disque (car cette définition n'est double que de ce point de vue), c'est reconnaître la médiation discographique comme condition de l'existence du rap tel que nous le connaissons aujourd'hui, en tant que culture de masse.
    On peut en rester aux block parties du south bronx & à leur aspect "originellement festif" mais on risque de parler un "langage privé" comme dirait Wittgenstein: on risque de désigner par le mot "rap" quelque chose qui n'aurait un sens que pour quelques individus qui ont connu les block parties, mais qui n'aurait aucun sens pour la plupart de ceux qui aujourd'hui parlent de / écoutent du / détestent le / etc. rap
    C'est donc bien un choix de méthode!

    1. Merci pour ton commentaire ! Ceci dit, j'irais volontiers un peu plus loin... une, deux, ou X définitions initiales, à mes yeux, ne resteront jamais que ça : des prises de positions situées (quand bien mêmes elle seraient "fondatrices" ou dominantes un temps donné) incapables d'enfermer les possibles à venir.

    1. Merci MJ
      Effectivement pour ma part je ne connaissais pas ces liens!
      Maintenant, pour intéressants que je les trouve, je ne pourrais pas les écrire: non pas que je ne partage pas (en partie du moins!) ce qu'ils disent sur ce que "devrait être le hip-hop" (what should be hip-hop), mais que je ne sais pas écrire sur ce "devrait être le hip-hop"
      En tant que sociologue, je me dois en quelque sorte de décrire & analyser ce qu'est le hip-hop, ici & maintenant (même si le "DEVRAIT" implique une posture normative que plus d'un de mes confrères endosse à l'occasion)
      C'est une question de "choix scientifique" et/ou de "posture citoyenne"
      Bref: à chacun de faire sa tambouille!
      AP

    2. Merci pour ces liens. J'aime beaucoup la formule « hip-hop can, and should, promote the historical and cultural ideals that underscore the value of historical awareness ». Et dans le même temps, la seule règle impérative avancée par l'auteur pour obtenir de l'estime en tant que rappeur est celle d'être auteur et interprète, plutôt que simple interprète. Dans le second texte, une petite punchline, chopée à la volée : « It's an uncomfortable fact that, deep down, a good percentage of hip-hop scholars really want to be emcees »
      :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">