Enregistrer en studio

Deux articles relativement récents décrivent des situations professionnelles de studio, le premier à l’occasion de l’enregistrement d’un album de Juliette Gréco (Cugny & al. 2004), le second pour celui du premier album de Mademoiselle K (Rudent 2008). Tous les deux soulignent que

la création de l’album doit être décrite comme un processus non seulement long, mais aussi négocié, même si le rôle d’auteur-compositeur-interprète est premier en tous les sens du terme : différents acteurs coconstruisent l’objet esthétique au fil d’un façonnage esthétique où se succèdent échanges d’idées parfois contradictoires, propositions et contre-propositions, modifications, tâtonnements et retours en arrière, rarement décidés de façon univoqe par l’auteur-compositeur-interprète. (Rudent 2008 : 72)

A partir de cette trame commune, consistant à observer le studio comme lieu d’activités collectives, les deux articles explorent des pistes différentes. Le premier propose une description précise des différentes personnes qui participent à l’album de Juliette Gréco. Le cas s’y prête d’autant mieux que l’artiste est une interprète qui, pour cet album, fait appel à plusieurs auteurs et compositeurs de styles différents. L’article décrit également les rôles souvent mal connus de réalisateur, d’arrangeur et de producteur.

Le deuxième article présente le travail aboutissant à un album dans une durée longue, balisée par des versions différentes des morceaux. Il met en valeur l’importance, pour les musiciens observés, de la structure des chansons. Celle-ci constitue pour certains d’entre eux un facteur crucial de séduction du public, et fait à ce titre l’objet d’une attention soutenue.

Dans un article consacré à l’enregistrement d’un disque par un groupe d’adolescent-es dans un cadre associatif (2007), j’avais également décrit l’activité du studio, cette fois dans un contexte bien moins professionnel. J’y présentais notamment la dimension de mise à l’épreuve que l’enregistrement peut représenter (y compris pour des artistes confirmés), et le travail permettant de « donner corps à une voix » en studio.

Il y aurait encore beaucoup à dire et à décrire à partir d’observations en studio, par exemple autour du travail de socialisation et d’identification professionnelles qui s’y joue souvent, pour les artistes comme pour les « personnels de renfort ». Ou encore pour l’esthétique que la situation de studio peut inspirer, et que nombre de pochettes et de clips illustrent.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions sur “ Enregistrer en studio ”

  1. super intéressant \Rapper en amateur\ ! :-)
    est-ce que les jeunes ont continué à écrire et rapper ? ou est ce qu’ils ou elles se sont contenté-e-s de cette expérience ?
    une des grandes différence tout de même entre ces jeunes et Mademoiselle K ou Juliette Gréco est que la musique sur laquelle ils-elles interprètent n’est pas la leur, ou pas spécifiquement composée pour chacun d’entre eux (pour le texte oui, mais pour l’interprète ?). Ce qui explique, d’après ce que j’en ai compris, la relative insatisfaction de Chaharzade qui aurait sans doute été plus à l’aise sur un tempo un peu plus rapide

    1. Merci pour ce commentaire, et plus encore pour avoir pris le temps de lire l’article ! Les nouvelles que j’ai eu de ces jeunes une ou deux années après semblait indiquer qu’ils et elles se sont contentées pour la plupart de cette expérience (tiens, faudrait que je reprenne contact !).
      Effectivement, le choix de l’instrumental sur lequel poser était relativement limité (une vingtaine de morceaux différents environ, dans lesquels il fallait choisir les musiques de l’ensemble des chansons du disque). Ceci dit, on a plus là une différence de degré que de nature avec la situation de beaucoup de rappeurs semi-professionnels et amateurs : en général, ils choisissent dans la ou les “banques de son” de compositeurs un instru qui leur plaît – instru qui n’a pas nécessairement été composé pour eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">