Pourquoi et comment publier des actes de colloque en 2017 ?

C’est la question que nous nous sommes collectivement posée pour le colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop, qui s’est déroulé du 1er au 3 février dernier à la Maison des métallos1.

Les actes sont un objet éditorial à la fois ancien et fondamental dans les mondes scientifiques. Ils permettent de rendre compte des présentations et des débats qui se sont déroulés lors d’une rencontre scientifique – journées d’études, colloques, congrès…

La forme la plus cohérente avec cet objectif est généralement celle des actes intégraux, opérant un travail d’édition significatif mais pas de sélection scientifique supplémentaire après celle réalisée en amont du colloque lui-même. Les différents objets, concepts, perspectives qui ont été exposées, avec leurs forces et leurs faiblesses, sont ainsi réunies dans une même publication, conservant un état de la discussion scientifique telle qu’elle a pu se dérouler dans le temps du colloque, et assurant sa diffusion dans des délais courts après la tenue du colloque.

Mener une sélection avant publication, voire demander une version profondément retravaillée, soumise à une nouvelle évaluation par le comité scientifique ou des expert·e·s extérieur·e·s, et/ou privilégiant un format (notamment en termes de longueur) différent de celui de l’exposé en colloque conduit à un objet éditorial hybride, à mi-chemin entre l’acte de colloque dont il se revendique encore parfois, et la publication scientifique révisée par les pairs. On est alors le plus souvent face à un ouvrage collectif issu d’un colloque (voire un numéro de revue scientifique) plutôt qu’à des actes au sens strict.

Cette hybridation a ses vertus, mais aussi ses limites. En particulier, sans un investissement important en termes d’évaluation et de réécriture, il est difficile d’aboutir à une publication qui puisse avoir une validation scientifique et une valorisation professionnelle à la hauteur de celles d’articles publiés dans des revues à comité de lecture. Si le processus de sélection et de révision est suffisamment poussé, on est en fait face à un objet éditorial distinct et qui ne se substitue pas nécessaire à l’existence d’actes au sens strict.

Opter pour des actes de colloque au sens strict, c’est ainsi réserver la possibilité de publications scientifiques ultérieures – sous la forme de numéros de revue réunissant des auteur·e·s qui auraient participé au colloque et éventuellement coordonné par des membres du comité d’organisation ou du comité scientifique du colloque, ou sous la forme d’articles que différent·e·s participant·e·s soumettent de façon indépendante au processus habituel d’évaluation et de validation scientifiques.

Mais la publication de tels actes de colloque au sens strict soulève plusieurs problèmes :

  • si elle passe par des éditeurs exigeants, cette publication risque d’induire un circuit éditorial qui compromet la rapidité de publication comme la fidélité au colloque (actes intégraux) ;
  • si elle passe par des éditeurs peu exigeants, cette publication risque d’être peu visible et / ou mal référencée ;
  • dans les deux cas, si l’on passe par des éditeurs d’ouvrages papiers traditionnels, toute une partie de la communication scientifique pendant et autour du colloque ne peut être aisément associée aux actes ;
  • de même, l’intégration de contenus multimédias est fortement compromise – ce qui, selon la nature des objets discutés dans le cadre du colloque et les formes des communication, peut réduire l’intérêt scientifique de la publication.

Dans cet esprit, Pierre Mounier formulait il y a dix ans le constat suivant :

« La publication d’actes de colloque en sciences humaines et sociales sur support papier est une activité condamnée, en partie parce qu’elle est commercialement suicidaire. Par ailleurs, un colloque est un objet complexe, à multiples facettes : d’abord, il a un cycle de vie qui s’étend sur plusieurs années entre l’appel à contribution et la publication des actes ; ensuite il revêt une dimension sociale au moins aussi importante que la pure production de connaissances dont il rend compte. Or, la publication traditionnelle des actes sur support papier ne rend compte ni de l’un ni de l’autre de ces deux aspects2. »

La réponse que l’auteur de ces lignes proposait à ces problèmes s’élaborait alors au sein de l’Unité numérique, service développé à la fin des années 2000 par l’ENS de Lyon, et s’appuyait sur les possibilités offertes par l’édition électronique.

« Le travail qui est fait au niveau de l’Unité Numérique vise donc à prendre en charge à la fois la durée, et l’insertion de la publication dans le contexte d’une socialité scientifique qui doit rester visible. La conception de sites de colloques autonomes, qui s’installent et se développent dans le temps, que les communautés scientifiques peuvent s’approprier pour les alimenter de manière autonome et puis qui vont finir par accueillir des actes édités constitue le type de réponses qui a été choisi. Plusieurs sites ont été réalisés ; pour le colloque Sciences, médias et société, pour les colloque Gesture, puis pour les Premières rencontres de l’Institut Est-Ouest. Mais c’est finalement le site du colloque sur l’histoire franco-algérienne qui constitue l’exemple le plus abouti de ce que l’on peut faire3. »

Comme certains de ces liens hypertextes l’illustrent, la question de la pérennité n’est pas simple à résoudre. Ainsi « l’exemple le plus abouti de ce que l’on [pouvait] faire » en 2006 n’existe plus à l’URL indiqué dix ans plus tard – situation assez dommageable pour une publication scientifique ayant vocation à pouvoir être citée (on peut le retrouver à cette adresse : http://colloque-algerie.ens-lyon.fr/rubrique.php3?id_rubrique=67).

De ce point de vue, il ne suffit pas que des textes existent sur le web à un moment donné pour remplir la fonction dévolue à l’objet éditorial des « actes » de colloque. A minima, la question de la conservation et de la citabilité doit être examinée. On peut aussi interroger la lisibilité de la publication numérique en termes d’« actes », à la fois pour l’universitaire lambda que pour les professionnel·le·s de l’information et de la documentation (métadonnées, indexation, interopérabilité, etc.).

Plusieurs solutions techniques ont émergé ces dernières années4, au premier rang desquels les éditeurs numériques (qu’ils aient également une activité d’édition papier en parallèle ou non), le service d’archivage HAL ou le portail Sciencesconf.org, avec lequel il s’articule, et tous deux développés par le Centre pour la communication scientifique directe (CCSD) du CNRS. On peut aussi penser aux outils d’autopublication et de communication scientifique, tels que la plate-forme de blogging scientifique Hypotheses.

En tant que service d’archivage en ligne, HAL permet d’archiver les textes de communication, puis les associer à une « collection » en estampillant les textes archivés. Chaque communicant·e doit créer un compte HAL et déposer sa contribution, ou donner l’autorisation écrite à un tiers de le faire pour elle/lui. Chaque étape suppose aussi échange et validation par l’équipe du CCSD. En termes de référencement, de citabilité et de conservation, HAL offre d’excellentes garanties.

Toutefois bien qu’il permette de rendre public des textes, HAL n’est pas à proprement parler un service de publication. En outre, il offre une faible autonomie aux organisateurs/trices de colloque, et peu de marge de manœuvre en termes d’enrichissement documentaire (communication autour du colloque, appel à contribution, etc.) et multimédia (vidéo, diaporama…). Ce n’est donc que couplé à Sciencesconf.org que HAL permet une véritable publication d’actes de colloque et une certaine éditorialisation des contenus – et ce au prix de certaines contraintes de mises en forme5 notamment.

Hypotheses, de son côté, n’a pas été pensé pour publier des actes de colloque. Toutefois, la communication scientifique autour des colloques est l’un des rôles significatifs que joue la plate-forme dans l’écosystème numérique scientifique : plus de soixante carnets sont ainsi des « carnets d’événement ». En outre, un carnet de recherche est un objet éditorial à double niveau : le niveau du carnet lui-même (identifié par un URL pérenne, potentiellement doté d’un ISSN, associé à un ou plusieurs rédacteurs), et le niveau des billets (identifié par des URL pérennes eux-aussi, et à un·e auteur·e). Hypotheses bénéficie d’un très bon référencement (via les portails de la plate-forme, son catalogue, etc.) et d’une excellente liberté d’éditorialisation (navigation par menus personnalisables, définition de métadonnées, encapsulage d’objets tels que des vidéos ou des diaporama, etc.). Contrairement à HAL, les contributions peuvent être ici disponibles au format html, plus léger, plus souple, plus interopérable, ouvert.

Utiliser Hypotheses pour la publication des actes d’un colloque qui aurait fait l’objet d’un « carnet d’événement » est-il possible et souhaitable ? De quelle façon ? Nous avons exploré cette possibilité pour le colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop. Le résultat est consultable sur le carnet de l’événement. Voici quelques remarques sur les atouts et les limites de ce choix, tel que nous avons su le mettre en œuvre.

  • Chaque contribution peut faire l’objet d’un billet dédié, dont l’auteur·e est la personne qui a assuré la communication (quid des communications à plusieurs voix ?).  C’est idéal notamment pour le référencement dans les moteurs de recherche scientifiques, et la clarté de l’attribution d’autorité. Mais il faut pour cela que chacun·e des auteur·e concerné·e joue le jeu, a minima, de s’identifier sur la plate-forme Hypothèses après y avoir été invité·e par un·e administrateur/trice du carnet. Ce qui, de cette première expérience, est loin d’être automatique !
  • Chaque contribution peut prendre la forme classique d’un texte (au format html, doublé ou non d’une version PDF à télécharger), mais dans les cas où le colloque a été filmé (comme le nôtre), chacune peut aussi prendre la forme d’actes multimédia, avec accès à l’enregistrement audio ou vidéo. Le plus souvent, c’est la meilleure façon d’être au plus près de ce qui s’est réellement déroulé pendant le colloque. C’est aussi une façon de s’assurer que la communication orale au colloque n’interfère pas avec des publication écrite ultérieure. Mais il faut alors s’assurer que l’hébergement des enregistrements audio ou vidéo est lui-même pérenne, et qu’il est possible de l’encapsuler sur Hypothèses. C’est le cas notamment avec le service Canal-U de la FMSH, que nous avons pu utiliser grâce au concours du service Communication et multimédia de l’UPS Pouchet, et plus particulièrement à Thomas Guiffard (merci !).
  • Les séquences de discussion elles-mêmes peuvent être publiée sous la forme d’un billet, dont l’auteur·e est par exemple la personne chargée de la présidence ou de la discussion du panel.
  • Une page peut offrir un sommaire hypertextuel des actes du colloque, clairement identifiable dès l’accueil du blog.
  • Les différentes publications liées à la communication scientifique qui précédait ou accompagnait le colloque (appel à contribution, annonces…) peuvent être conservées, et renvoyer au statut d’annexe moins visibles à l’accueil du blog sans changer leur référencement et leur citabilité.
  • Pour assurer la pleine lisibilité technique, il faudrait que le carnet lui-même devienne « actes numérique du colloque », et que l’ensemble de la communication scientifique en amont et pendant le colloque se voit définie rétrospectivement comme une « annexe » à ces actes.
  • Une mention dans chaque billet qu’il fait partie intégrante des actes du colloque, et un lien vers le sommaire de ces actes peut permettre que chaque contribution soit aisément identifiable comme insérée dans la série de l’ensemble des contributions au colloque.
  • Une redéfinition de la « notice » du carnet d’événement dans le catalogue de la plate-forme Hypothèses explicitant le caractère d’« actes » du blog est possible , après discussion avec l’équipe de la plate-forme (merci !).
  • Un dépôt en parallèle en tant qu’archive dans HAL (voire la création d’une collection) pourrait être un plus, mais qui ajouterait au travail sur le blog la lourdeur des opérations dans HAL mentionnée plus haut. En l’occurrence, nous ne l’avons pas fait !

 

  1. Outre les partenaires ayant soutenu l’organisation du colloque, je tiens ici à remercier Christine Daussin, Thomas Guiffard et Céline Guilleux pour leurs conseils et leurs aide autour de ce projet d’actes numériques. Le colloque a été organisé et ces actes ont été publiés par une équipe dont je faisais partie avec Alice Aterianus-Owanga, Emmanuelle Carinos, Séverin Guillard, Marie Sonnette et Virginie Milliot []
  2. https://bn.hypotheses.org/10251 []
  3. https://bn.hypotheses.org/10251 []
  4. liées à plusieurs communautés de métier – avec le risque parfois de découpages inappropriés du point de vue des utilisateurs/trices. Merci à Christine Daussin pour cette remarque judicieuse. []
  5. Dans le renseignement fastidieux et parfois redondant des affiliations des participant-e-s, dans l’intégration peu intuitive du programme de l’événement, la standardisation de l’apparence du site, etc. []

4 réflexions au sujet de « Pourquoi et comment publier des actes de colloque en 2017 ? »

  1. Bonjour,
    Je souhaite apporter quelques précisions sur HAL et SciencesConf qui peuvent éclairer un organiseur de congrès :

    – dans SciencesConf, il est possible de produire soit un recueil des résumés soit un recueil des actes sous la forme d’un fichier pdf. La fonctionnalité permet de sélectionner les communications, de les ordonner (par sessions par ex), d’intégrer le programme, un index des auteurs, de concaténer avec d’autres fichiers, etc. Ce fichier peut ensuite être diffusé sur le site web de la conférence et/ou déposé dans HAL.

    – interconnexion SciencesConf-HAL : l’organisateur peut choisir de reverser tout ou partie des communications (texte intégral) dans HAL : chacune d’elles fera l’objet d’un dépôt particulier. Le reversement est entièrement pris en charge par l’équipe du CCSD (création d’une collection, import, mise en ligne). Mettre en forme le site web de la collection est par contre à la charge des organisateurs de congrès : il est tout à fait possible de personnaliser et d’ajouter les informations qu’ils souhaitent (ex : https://hal.archives-ouvertes.fr/ATMOS2013 ou https://hal.archives-ouvertes.fr/AVOCS06/).
    Bien avant l’édition des actes, c’est toute l’organisation du congrès qui peut être gérée avec SciencesConf (soumission des communications, relectures, gestion du programme et des inscriptions, etc…)

    – dans HAL seulement : le cas assez fréquent que l’on rencontre est le dépôt organisé des communications dans HAL (un même déposant pour toutes les comm ), qui sont regroupées et valorisées dans une collection. On trouve aussi des enregistrements vidéo de conférences (visibles dans MediHAL, le portail dédié aux images et images animées : https://medihal.archives-ouvertes.fr/).

    Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *