Booducon ! Les débuts du graff à Toulouse

Couverture_Truskool_171,5x240.inddDans un livre magnifiquement illustré, Olivier Gal revient sur la trajectoire du collectif de graffeurs toulousains Truskool, et livre une page importante de l’histoire du hip-hop.

Cette Histoire du graffiti à Toulouse revient sur quelques pré-curseurs, des figures comme Fastoche ou Mosquito, influencés par le dessinateur Rick Griffin et scotchés par des livres comme Subway Art1.

Croisant la route du crew parisien Force Alphabetik en 1985, Fastoche sera ensuite tuyauté par Philippe Mairel, alors « propriétaire à Montauban d’une boutique de disques spécialisée en punk, rap et reggae, et président de l’association « Dada Rock’n’Roll Guerilla » »2. Il réalisera les deux premiers graffs qui marqueront les esprits aux bords de la Garonne : « Toulouse », sur un mur longeant une voix ferrée près de la gare Raynal, fin 1987, et l’année suivante « Booducon », sur un mur derrière l’église Saint-Pierre des Cuisines. Le mouvement graffiti était lancé dans la ville rose.

Dans la deuxième moitié des années 1980, 2pon ou Spit Declic leur emboîtent le pas. Habitués des soirées hip-hop toulousaines organisées dans le quartier de Pech-David, où se produisent les figures locales du hip-hop et des transfuges du mouvement parisien, telles que DJ Dee Nasty, Lionel D ou les Bad Boys Crew, ils forment bientôt le noyau des Toulouse Wall Force (TWF), puis les Toulouse Aérosol Artists ou Tuluz Art Angels (TAA).

Archives Tober 10 - TECNIK a L'ABRYKO by 2 PON & DECLIC 1989 terrain vague ARNO BEN

2Pon & Declic. Archives perso de Tober (merci !)

« En l’été 1988, Toulouse ne compte pas plus d’une vingtaine de graffs, mais ils sont grands et soignés » (p.26). Et un certain nombre d’entre eux étalent leurs couleurs et leurs forment sur les terrains vagues du quartier Arnaud-Bernard, en centre ville de Toulouse. Ils attirent l’attention d’une nouvelle génération, venues du quartier Arnaud-Bernard, du quartier de la Terrasse ou encore de la cité HLM d’Ancely. De ce premier big bang graphique jaillira l’univers du graffiti toulousain, et ses ramifications dans tous le sud (le crew 313, de Toulouse à Marseille en passant par Sète), à Paris (avec les connexions avec le crew des MAC), à New York (les liens noués notamment par Tilt avec des pionniers du graffiti comme Ink76) ou les graffitis jams organisées dans toute l’Europe.

Le documentaire Trumac, réalisé par ATN relate l’aventure new-yorkaise des crews Truskool et MAC, au début des années 2000

Le livre d’Olivier Gal raconte en détails certaines dimensions de cet univers, notamment la formation et les morceaux de bravoure graffités de la Truskool, réunissant 2pon, Der, Ceet, Soune et Tilt, crew marquant l’histoire du graffiti de la deuxième moitié des années 1990 au début des années 2000. Mais c’est aussi l’occasion de croiser, même subrepticement, des noms et des moments de l’histoire du hip hop en France encore négligés des travaux publiés à ce jour, tels le Zulu King Jumbo Jet, ou la fly-girl Look-H, les relations entre milieux du graff, de la danse, du BMX et du skate dans les années 1980-1990, la naissance de la marque de streetwear Bullrot, les week-end anniversaires Truskool, les positions changeantes de la mairie face à ses graffitis artists

En marge du récit, ce sont aussi des artistes désormais célèbres telles que Miss Van ou Kat que l’on croise, et dont on découvre les premiers pas dans le milieu du street art. Bref, une mine d’information, et un recueil de graff non moins précieux. A lire !

miss van

Un graffiti auquel participe Miss Van à Montréal, en 2000. Source

Et si vous avez l’occasion, essayez de jeter un oeil au documentaire Au pied du mur de Laure Larrieu et Louis Fabries, sorti en 2009. Un autre voyage au cœur du milieu graff toulousain !

  1. Martha Cooper & Henry Chalfant, Subway Art, 1996 (1984) Henry Holt & Company Inc. Voir aussi Henry Chalfant & James Prigoff, Spraycan art, 1987, Thames & Hudson Ltd. []
  2. Olivier Gal, Truskool. Une histoire du graffiti à Toulouse, Atlantica, 2016, p.15. []

2 réflexions au sujet de « Booducon ! Les débuts du graff à Toulouse »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *