Appelle-moi la Marseillaise

Dans un article publié en 1989, Nadya Bouzar-Kasbadji1 revient sur l’histoire méconnue de l’hymne français en territoire colonial. En matière de symboles nationaux, la tentation est grande de produire des récits privilégiant exclusivement le point de vue « métropolitain » et reléguant les colonies au statut de « marges », et ce alors même que de nombreux travaux ont démontré le caractère formateur et fondamental des politiques impériales de la France tant sur la culture, que la politique et l’économie du pays.

Partition et paroles de la Marseillaise, vers 1900
Partition et paroles de la Marseillaise, vers 1900

Nadya Bouzar-Kasbadji souligne qu’en 1830, « en hissant son étendard fleurdelisé, la France conquiert l’Algérie au son d’airs d’opéras italiens »2. Il faut en effet attendre 1879 pour que la Marseillaise devienne l’hymne national français. Et ce n’est qu’avec l’avènement de la IIIe République qu’un nationalisme français s’affirme publiquement dans une Algérie qui devient de plus en plus une colonie de peuplement.

La Marseillaise n’y résonne cependant pas comme en métropole. D’abord parce que la formation instrumentale qu’elle suppose n’existe pas en Algérie. Ainsi, l’« orchestre militaire « indigène » avec ses raïtas (haut bois au timbre stridulant) et ses tebeuls (sorte de grosse caisse) « exécute » une Marseillaise qui « faisait frémir (les) oreilles françaises ». […] Le jeu à l’unisson ne pouvait se solder que par des dissonances lorsque l’on sait que les raïtas, de facture artisanale et instrument soliste, étaient forcément de tessitures variables et percées empiriquement. »3 Mais« la justesse musicale importe peu à l’autorité militaire plus soucieuse du symbole de sujétion présidant à cette exécution, destiné à convaincre les populations autochtones de la suprématie française. »4

La Marseillaise s’impose ainsi comme un outil idéologique au servir de la puissance coloniale occupante. Et en tant que telle, elle connaît d’autres aménagements significatifs. Au lendemain de la Première Guerre Mondiale, le gouvernement métropolitain initie la diffusion d’une version en arabe de l’hymne. Cette traduction est aussi une adaptation : exit l’appel aux armes5, et sourdine sur les appels à la violence que contiennent les paroles de Rouget de Lisle. Ces modifications « sont révélatrices des précautions politiques prises par les commanditaires afin d’atténuer le caractère révolutionnaire du texte original et d’éviter une incitation à l’insurrection. »6

Mais ce qui est outil de domination d’un côté présente immédiatement prise à résistance. L’hymne national devient ainsi un enjeu de lutte, notamment avec le mouvement nationaliste algérien naissant. « Synchroniquement, une seconde traduction de la Marseillaise voit le jour. Mahieddine Bachtarzi, « ténor indigène » en est le traducteur et l’interprète »7, et lui confère « une coloration patriotique algérienne [qui] laisse supputer une appropriation du chant révolutionnaire de Rouget de Lisle. La traduction du refrain ne contourne nullement l’exhortation aux armes »8.

Suivent plusieurs dizaines d’années d’ambivalence et de malentendus savamment entretenus « l’hymne français, ambigu, sert d’alibi à des principes politiques antagoniques. Il deviendra de plus en plus un lieu commun et sera même l’objet de parodies. Ne cessant de résonner en terre algérienne lors des défilés, dans les écoles, les cérémonies officielles, les fêtes publiques ou privées, voire dans les moindres moments de solennité, la Marseillaise, routinière, galvaude la gloire et ce qu’elle est censée représenter. »9

L’histoire de la Marseillaise, de ses origines complexes10 aux diverses réappropriation dont la célèbre version de Serge Gainsbourg11, avec les réactions aux relents antisémites de l’éditorialiste Michel Droit ou celle, plus laconique, de Renaud12 ont retenu l’attention des historiens.

Mais il reste à accorder une attention plus soutenue aux généalogies (post-) coloniales de l’hymne. “La France”, dès les balbutiements de la formation nationale jusqu’à nos jours, c’est bel et bien une “métropole” et des “possessions” – autrement dit une formation impériale et, bientôt coloniale. Jusque dans ses silences, elle témoigne de cette histoire. Les reprises et élaborations contemporaines proposées par des rappeurs le rappellent, dans un contexte politique et idéologique qui sacralise l’hymne national et criminalise sa contestation.

Les marques défiance vis-à-vis de l’hymne national sont fréquents, qu’ils prennent la forme d’échos à une Marseillaise sifflée chez Rocé13 ou Youssoupha14, d’un rejet pur et simple de Fabe15 à Despo Rutti16 en passant par Keny Arkana : « Appelle-moi la Marseillaise / plus révolutionnaire que ton chant sanguinaire »17 ou de diverses approches ironiques, chez Greg Frite18 ou La Canaille, qui présente La Marseillaise comme allégorie macabre dans un brûlot anti-nationaliste19

A tout le moins, le rapport à l’hymne national, souvent rappelé, impose un déplacement. Réécriture, détournement, ou délocalisation – Guizmo et Nekfeu la transforme en Parisienne20, et Swift Guad la campe en Montreuilloise21.

Le rejet ou la distance vis-à-vis de l’hymne signe le constat d’un écart vis-à-vis de la pleine citoyenneté : écart imposé en premier lieu par le racisme, les discriminations et la répression22, en second lieu par l’occultation de l’histoire coloniale ; écart acté par l’impossibilité d’appartenir de plein droit à la communauté politique ; et donc appel à une révision des repères nationaux via de nouveaux récits communs qui fassent une place aux mémoires subalternes.

Dans les termes de KDD23, il s’agit d’imposer une couleur de plus au drapeau :

« Bienvenue France de ma rue j’ai de belles vues […] / deux guerres mondiales un titre de champion de collabo / Un maréchal et ses fils œil de verre et poireaux / Des soldats disparus des tirailleurs inconnus / Des partis politico proxo gauche droite libéraux  / Une révolution, les droits de l’homme plein de pognon / […] Un franc symbolique un flic un flingue des vies symboliques / Un sous-sol plein d’espoir un social symbolique / Un arabe au 13 heures et 2600 au cachot / Donc une couleur de plus au drapeau / Allons enfants de la patrie et de rapatriés / le jour de gloire est arrivé pour ceux qui s’mettent à crier / « une couleur de plus au drapeau » / « une couleur de plus au drapeau » ».

En quoi consiste cette couleur de plus au drapeau ? Si allusive que soit la référence à l’hymne national dans ces œuvres, il y est souvent question de politique, d’histoire et de mémoire. C’est ainsi que « la Marseillaise » de Lino (2012) reprend en quelque sorte la relation de l’hymne à une partie du corps politique national là où l’article de Nadya Bouzar-Kasbadji l’avait laissée. Son morceau égraine trois générations (post-)coloniales et leurs rapports contrastés à la citoyenneté, ancrés dans une expérience à la fois quotidienne et une mémoire collective scandée par des violences et des répressions occultées des grands récits nationaux : enrôlements miliaires forcés, massacre de Thiaroye, 17 octobre 1961, crimes policiers, émeutes urbaines.

  1. Nadya Bouzar-Kasbadji Nadia, « La Marseillaise et ses dissonances en Algérie coloniale », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n°52-53, 1989, pp. 241-250. []
  2. p.241. []
  3. p.242. []
  4. Ibid. []
  5. p.244. []
  6. p.244-245. []
  7. p.245. []
  8. p.246. []
  9. p.248. []
  10. Voir notamment : François Chailley, « La Marseillaise, étude critique sur ses origines », Annales historiques de la Révolution française n°161, 1960, p.266-293 ; David A. Bell, « Aux origines de la « Marseillaise » : l' »Adresse à la nation angloise » de Claude-Rigobert Lefebvre de Beauvray », Annales historiques de la Révolution française n°299, 1995, p. 75-77 ; Hinrich Hudde, « Comment la Marseillaise devint femme », Mots. Les langages du politique n°70, 2002. []
  11. « Aux armes et caetera », 1979. Voir l’article de Didier Francfort, « La Marseillaise de Serge Gainsbourg. », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 1/2007 (no 93) , p. 27-35. []
  12. « La Marseillaise même en reggae ça m’a toujours fait dégueulé » commente-t-il en 1980 dans « Où c’est que j’ai mis mon flingue ». []
  13. « Je chante la France », 2004. []
  14. « Viens », 2012. []
  15. « Comment ils font », 2000. []
  16. Dans sa « Lettre à France », en 2015, il constate : « La Marseillaise est pour le vieux porc j’peux pas la chanter ». []
  17. « Le missile suit sa lancée », 2006. []
  18. Dans « Français », il rappe : « Malgré le texte j’aime aussi « La Marseillaise » / franchement, on vend tellement d’armes  mieux vaut ça qu’une chanson niaise ». []
  19. « Allons enfants », 2009. []
  20. « Enfants de la patrie », 2012. []
  21. « La Montreuilloise », 2012. []
  22. Evoqués aussi bien par Rocé, Swift Gad, Nekfeu, Despo Rutti que par Lino et KDD, voir ci-dessous. []
  23. « Une couleur de plus au drapeau », 2000. []

4 réflexions au sujet de « Appelle-moi la Marseillaise »

  1. Merci Karim!
    Petit ajout bibliographique, les travaux de Jacques Cheyronnaud sur l’hymnodie (par exemple: https://www.erudit.org/revue/pr/2002/v30/n1/006703ar.pdf) qui ont montré à quel point:
    1/ de telles chansons constituaient des référents disponibles pour des continuations / détournements / rectifications / etc., comme tu le montrent ici
    2/ au-delà, l’intérêt était d’interroger ce qu’ils « faisaient faire »: quels actes de langage ils portaient, et les conditions sociales dans lesquelles leur profération permettait ou non de réaliser ces actes de langage. Pour le coup, cette deuxième partie de la question reste à mon sens tout un programme, que j’avais essayé d’esquisser avec « Le Déserteur » & ses continuations…
    Tout un programme!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *