Une liste d’information sur le hip-hop

12 janvier 2014
Par

Une nouvelle liste d’information vient de voir le jour. Il s’agit de la liste de diffusion H-HERC, portant sur le hip-hop dans l’enseignement, la recherche et la culture.

Flyer pour une soirée avec DJ Kool Herc. Image reproduite dans Bruno Blum, Le rap est né en Jamaïque, éd. Castor music p.159

flyer pour une soirée avec DJ Kool Herc. Image reproduite de Bruno Blum, Le rap est né en Jamaïque, éd. Castor music p.159

Alors que les travaux francophones sur les diverses disciplines du hip-hop se multiplient, elle vise à faire connaître les initiatives (colloques, journées d’études, séminaires, appels à contribution…) et les publications (livres, articles scientifiques…) qui rendent compte de la place de la culture hip-hop dans la société depuis quarante ans.

La liste est ouverte aux étudiant-e-s, chercheur-e-s indépendant-e-s ou non, amateur-e-s de hip-hop, curieux et curieuses. Pour s’inscrire à la liste H-Herc, c’est ici.

Hein ?? H-Herc ? et ça se prononce comment ?

Comme les premières lettres d’Hercules – mais à l’anglaise. Le nom de la liste est un clin d’œil à l’un des pères fondateurs du hip-hop à New York, Clive Campbell, plus connu sous le nom de Kool Herc.

Né à Kingston en Jamaïque, [...] à l’âge de 12 ans, il émigra aux États-Unis avec ses parents – son père était musicien – et introduisit la tradition du sound system jamaïcain à New York. Son impressionnante stature et ses performances au basket-ball lui valurent le surnom de « Hercules » ; adepte du graffiti, il abrégea ce sobriquet en « Herc », auquel il ajouta plus tard l’adjectif « Kool »1.

Mais ce n’est ni par le basket, ni par le tag que Herc marqua définitivement l’histoire de la musique. C’est par son talent de DJ – qui le conduit à inventer le fondement musical du hip-hop : la musique breakbeat.

[Herc] se focalisait sur les disques qui avaient de bons breaks, de bons passages rythmiques : “It’s Juste Begun” de Jimmy Castor, “Apache” et “Bongo Rock” du Incredible Bongo Band. En fait, Herc s’était même mis à ne jouer que les sections de breaks de ces disques – les parties où la chanson se résumait à une rythmique nue. Mais c’était frustrant, car ces passages ne duraient en général que quelques secondes. [...]

“Comment faire pour allonger la section de break sans que le rythme s’arrête, Herc se demandait-il ?” Il trouva la solution. Il lui fallait deux copies du même disque. En plaçant chacune des copies sur deux platines différentes, dès que la section de break s’arrêtait sur la première, il lancerait la seconde. En répétant l’opération, quinze ou trente secondes de passage rythmique s’allongeaient à trois, cinq ou dix minutes de rythme pur, avant de passer au break suivant, puis au suivant.

Herc appelait ça le manège enchanté. C’était une petite innovation, mais dans ce moment d’inspiration, quelque chose d’énorme se produisit : le DJ,  se transforma d’une personne qui présentait la musique d’autrui en une personne qui la modifiait. En bref, le DJ était devenu lui-même un musicien2.

Et de surcroît, « il pratiquait un embryon de rap (il parlait en rythme sur les musiques, comme U Roy ou Big Youth), avec une musicalité héritée du scat, improvisations vocales jazz faites d’onomatopées3 » souligne Bruno Blum. Le son hip-hop était né.

  1. Ulf Poschardt, DJ Culture, Kargo / L’Eclat 2002, p.169. []
  2. Dan Charnas, The Big Payback. The History of the Business of Hip-Hop, New Amrican Library, 2010, p.16-17. Ma traduction. []
  3. Bruno Blum, Le rap est né en Jamaïque, Castor music, 2009, p.127. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , ,

Posté dans : Une histoire du rap en France, 2 - Être rappeur, Méthodes, archives, En pratique, diffuser, Mondes du rap, esthétique, _Langues, français, Genres musicaux, funk, Genres musicaux, jazz, En pratique, lire, Genres musicaux, reggae

7 commentaires pour “ Une liste d’information sur le hip-hop ”

  1. Anthony Pecqueux le 12 janvier 2014 à 20:00

    Merci Karim, belle initiative! & bravo pour l’acronyme, il fallait aller le chercher avec ces histoires “d’enseignement, de recherche et de culture”
    Je m’abonne derechef
    Longue & belle vie à cette liste, et donc aux projets sur le hip-hop
    Anthony

  2. nicolas le 14 janvier 2014 à 21:46

    idem

  3. Zulu le 10 février 2014 à 18:40

    Merci. Cela dit d’ou tenez vous l’information que le Rap est né en Jamaïque ? Je ne connais aucun document à ce jour qui prouve ceci, c’est une histoire complexe. Que dire des Last Poets, Gil Scott Heron ? Concernant les fondations du Hip Hop, C’est l’Universal Zulu Nation et son fondateur Afrika Bambaataa qui est à l’origine du rassemblement des Disciplines sous le nom Hip Hop, terme largement utilisé par LoveBug Starski et Keith Cowboy. Le Hip Hop va fêter ses 40 ans en 2014.

    • Karim Hammou le 12 février 2014 à 22:32

      Merci pour votre commentaire ! Cependant, je n’ai pas écrit que le rap était né en Jamaïque, j’ai cité le titre du livre de Bruno Blum Le rap est né en Jamaïque dont j’ai reproduit une illustration… Le moins que je pouvais faire, en l’occurrence, était précisément d’indiquer grâce à quel ouvrage j’avais reproduit ce flyer ;)
      Merci également pour les rappels sur les grandes figures ayant inspiré le mouvement hip-hop, ainsi que le fondateur de la Zulu Nation.

  4. Zulu le 13 février 2014 à 2:14

    Merci à toi, c’est que du bon tout ça ! toujours un plaisir d’échanger quelques mots. Peace

Laisser un commentaire

Publié le 22 nov. 2012


Carnets de recherche