Objets fuyants et archives en ligne

8 décembre 2009
Par

Au cours de sa soutenance, un ex doctorant désormais docteur (bravo à lui !) a la bonne idée de rappeler ces propos, aux circonstances inconnues, du sociologue Pierre Mayol, ancien collaborateur de Michel de Certeau : « on a parlé pendant 20 ans du rock, 5 ans du rap, maintenant c’est la techno, et demain ce sera les boys band ? ».

On retrouve la trace de cette intervention au détour d’une revue de presse RFI diffusée le 10 juin 1997 par l’ambassade de France aux Etats-Unis, et dont deux ans d’archives sont conservées sur le site de l’IEP de Lyon. Le propos aurait été rapporté dans Libération, suite à la tenue d’un colloque intitulé « La techno : d’un mouvement musical a un phénomène de société ».  Le sociologue en question, Pierre Mayol, aurait eu ce commentaire :  « Je sors de 20 ans de colloques sur le rock, de deux ans de rap, maintenant c’est la techno et deja les boy’s band ! ». De  fait, il participait au colloque en question, et son intervention fait partie des actes, publiés la même année à L’Harmattan.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : En pratique, enquêter, Genres musicaux, verbatim

4 commentaires pour “ Objets fuyants et archives en ligne ”

  1. ton pire k le 19 janvier 2010 à 3:37

    votre collègue universitaire Mr Millon a eu des propos semblables sur le rap et le tag.

    • HK le 19 janvier 2010 à 16:46

      Merci pour votre visite et vos commentaires.

      Si vous pensez au philosophe Alain Milon, auteur du livre L’Étranger dans la ville. Du rap au graff mural (1999), je n’en suis pas étonné. On peut trouver l’un de ses articles sur le rap à cette adresse.

  2. adraye le 26 janvier 2010 à 14:18

    Je me rappelle avoir lu par hasard il y a une dizaine d’années (voire plus) une interview d’un autre doctorant (en connerie cette fois), Dany Brillant, qui à la question “quand comptez vous faire un nouvel album” et ce type pas si brillant pour paraphraser zoxea qui répond “j’attends que la mode du rap et des boys bands soit passée”.

    Cette gauloiserie exprime quand même la difficulté pour la majorité de considérer le rap comme faisant partie d’une culture qui puise ses racines dans d’autres cultures tellement ancrées (sans repartir aux chants d’esclaves, on peut rappeler que le rap est un dérivé du reggae, qu’il se nourrit du jazz, du funk et de la soul des 70s), qu’il existe depuis la fin des 70s au moins en tant que tel, et qu’il n’a rien à voir avec une mode annuelle médiatisée qui se renouvèle chaque saison (boys bands, girls bands, star ac, nouvelle star…).

    • HK le 26 janvier 2010 à 21:32

      Peut-être Dany a-t-il mal vécu que sa Suzette, en 1992, ait été talonnée par la Caroline de MC Solaar…

Laisser un commentaire

Publié le 22 nov. 2012


Carnets de recherche