Sadek 1, Manuel Valls 0

J’hésitais à revenir sur la récente déclaration du ministre de l’Intérieur, celui-là même qui comptait, soucieux, les « blancos » de sa commune lorsqu’il n’était pas encore ministre. Interpelé à l’Assemblée par une sénatrice qui radote, il a ajouté son nom à la longue liste des députés et ministres qui, depuis le début des années 2000, instrumentalisent le rap pour satisfaire leur politique de la posture médiatique (voir ici, et aussi ).

Finalement, je me contenterai pour l’instant de reproduire la réponse formulée par le rappeur Sadek, interpelé sur ce sujet lors de l’occasion de la journée Ca rappe à la fac :

Dans les années 1980 ou 1990, je sais pas, j’étais pas né de toute façon, ils mettaient le rap en avant dans les médias parce que pour eux, prendre des espaces publicitaires, c’était des trucs qui plaisaient aux jeunes, et ils auraient jamais pensé que ça deviendrait un mouvement. Et maintenant, au jour d’aujourd’hui, c’est un mouvement et faut pas oublier quand on parle de rap, le truc c’est quoi ? Avant tout c’est un mouvement artistique. C’est-à-dire qu’il faut qu’ils arrêtent de voir nos textes comme si c’était des appels au meurtre ou je sais pas quoi. Moi quand je vois un film de Quentin Tarantino, je sors pas avec une kalash dans la rue. C’est exactement la même chose.

Pour moi la vulgarité par exemple, je vais te le dire clairement, quand tu es vulgaire, y a une certaine frénésie, une énergie que tu ne pas pas retrouver dans un discours bien-pensant et soutenu. Excusez-moi de ce que je vais dire, mais si je te dis : « Nique ta mère ! », ça a plus d’impact que : « Tu peux bouger d’ici, s’il te plaît ? » C’est archi important de pas travestir cette vulgarité parce qu’elle nous est propre.

Et même, les trucs qu’il y a contre l’État, ou quoi, au bout d’un moment, faut pas analyser nos textes en se disant : « han, ils vont loin », où quoi. C’est : « Pourquoi ils vont loin ? » Parce que quelque part on soulève des problèmes qui nous sont propres. Et ces problèmes, on dit que le rap c’est un éternel recommencement, qu’on répète toujours les mêmes choses, mais parce que les problèmes sont toujours les mêmes, ils ne changent pas. Nous on est obligé de parler de ce qu’on connaît.

Maintenant, ça reste de l’artistique, et c’est pas parce que… tu étais dans ta chambre, tu as écris un texte, tu étais zehef toute la journée, tu étais énervé du matin au soir, et ça reste simplement des moments de vie qui sont synthétisés sur trois minutes, et il faut qu’on les accepte comme tels. Faut pas les prendre comme si… j’ai fait un texte et il est éternel et c’est comme ça que je pense tous les jours. Moi j’ai fait des textes très violents, comme « 4 sorties de flow », pour ceux qui connaissent, qui sont des textes qui traitent de la vie de la cité, et qui… quand je les écris, je me dégoûte. Tu vois ce que je veux dire ? Mais c’est à ce moment-là, et c’est tout. Et après ils restent synthétisés dans le temps. Et donc il faut les accepter comme tel, comme des œuvres d’art, rien d’autre. Faut pas voir ça autrement.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

6 réflexions sur “ Sadek 1, Manuel Valls 0 ”

  1. Belle opinion de Sadek!
    Par contre, le problème reste entier ou presque: les politiques continuent de postuler que des chansons incitent à …, comme des films incitent à …
    Il y a quelques années (2002) était commandé à Blandine Kriegel un rapport sur la violence à la télévision par le ministre de la culture (Aillagon). Résultat: il faut nous protéger de la violence car il ne faut pas s’étonner de Florence Rey et Audry Maupin quand la télé diffuse des films comme Tueurs Nés (ils auraient pu prendre un Tarantino)… Je caricature à peine… Aucun mot sur les études de SHS qui depuis des décennies relativisaient franchement ce type de posture “psy” de base
    La vulgate d’un public captif de ses “leaders d’opinion” et incapable de saisir la moindre subtilité, de prendre la moindre distance, reste malheureusement la norme

    1. Merci pour ton commentaire.

      Effectivement, le problème resterait en partie – et ça ne me dérangerait moins d’ailleurs. Je pense que le jour où on inclura la réflexion sur le rap dans l’ensemble des œuvres de l’esprit on aura fait un grand pas pour poser dans la sphère publique la question en des termes honnêtes.

      Mais de la relativisation du caractère artistique (« mon attention a été attirée sur un certain nombre de « chansons » – si l’on peut dire – », « ces “compositions” sont en vente libre ») à l’invocation du motif de l’appel à la haine, en passant par l’amalgame entre critique de l’État et racisme / sexisme, les citations tronquées, décontextualisées et les appels du pieds à des problématiques qui n’ont rien à voir (« espèces de zones “grises” », « lutter contre la délinquance et contre le sentiment d’impunité », « provocations à la désobéissance », « aux valeurs qui nous rassemblent »), on en est loin à l’heure actuelle à l’Assemblée nationale. Les poses d’indignation à courte vue et les rodomontades tiennent encore le haut du pavé.

      Et je ne parle même pas de l’ignorance crasse que révèle cette mascarade. Je me demande parfois ce que les assistants parlementaires font, pour exhumer depuis dix ans les mêmes “textes” qu’ils n’ont à l’évidence jamais entendu chanté nulle part. Ah ! je sais… ils copient collent le contenu de messages douteux piqués sur les forums et les commentaires de sites inavouables.

      Décidément, ce passage des débats à l’Assemblée porte bien son nom : il y est bien fait démonstration d’abus de la liberté d’expression.

  2. Peut être que les politiciens ont cette espèce de déformation professionnelle, où lorsqu’ils discourent ils le font pour convaincre (au mieux), manipuler (au pire, mais le plus souvent) . Ils veulent absolument être pris au sérieux, obtenir le plus de like possible, grâce à quoi ils pourront enfin être puissants riches et tristement célèbres . Peut être que nos disques courent, nos sons qui se répandent sans l’appuie d’une grosse campagne couteuse, sans alliance douteuse, leurs font peur ? peut être qu’ils ne sont pas si bêtes que ça et qu’ils comprennent bien le contenu de nos textes et que comme ce sont des tordus au quotidien, ils ne peuvent pas imaginer un instant que celui qui prends la parole ne le fait pas forcément pour prendre le pouvoir ? en tous cas pas ce pouvoir horizontal auquel ils aspirent . Sans doutes ne sont ils pas sensibles à la poésie qu’ils ont “étudiée” rapidement deux ans avant le bac, puis oublié le par coeur pour se concentrer sur leur parcours … La politique c’est la culture mécanique ça ressemble à un post it, ça récite des qcm et ça donne des leçons d’éthique, ça pense avec l’unique, avec la peur, ça connais pas la musique du coeur, ça pite pas un euro en physique quantique . Demander à un parlementaire d’analyser un texte de rap, c’est comme donner une notice ikéa à lire à une poule .

    1. A entendre la façon dont Cioti et Estrosi dénoncent la chanson banlieusards de Kery James interprétée aux jeux de la francophonie, je serais moins flatteur que toi sur la bêtise d’un certain nombre d’élus, tout particulièrement parmi ceux qui font des rappeurs leurs bêtes noires. Moi je crois que ceux-là sont définitivement si bêtes (et pas que seulement ça, évidemment). Au passage, merci pour cette belle punchline finale :)

  3. Bonjour,
    Je ne peux être qu’entièrement d’accord avec vous sur cette obsession qu’ont les politiques, à intervalles étendus mais tout de même réguliers, de pointer du doigt les méchants rappeurs responsables de tous les maux de notre société. C’est une manière grossière de se défausser de leurs responsabilités, là où ils ont évidemment faillis, mais notre ministre de l’intérieur, qui continue de nous envahir de ses saillies dangereuses et rances, doit surement penser que des chansons de 3 minutes 30 font surement plus de dégâts chez nos jeunes qu’une stigmatisation et une répression à tout va et une absence de politique de la ville. Il est plus facile d’agir ainsi que de se questionner sur les raisons de ces textes, sur leurs origines et de relativiser leurs conséquences (d’ailleurs être obsédé encore et toujours par le Ministère Amer (et Lunatic, et Sniper…) en 2013, c’est une blague ? Tiens, il manque NTM au banc des accusés. Et aux Etats-Unis, ils débattent toujours de NWA au Sénat ? Vous me direz, ils ont d’autres problèmes bien plus importants en ce moment). Si la violence est verbale, elle vient donc aussi (et surtout ?) des politiques, qui la provoquent et l’entretiennent, et l’actualité l’illustre bien.

    Il suffirait, comme le dit Sadek, de comprendre « pourquoi ces textes ? », plutôt que de chercher encore et toujours à réprimer et à punir. Mais il y a aussi, chez ces politiques, et chez une partie de la population une ignorance du rap, et de la musique en général, qui ne permet pas de mener une réflexion poussée, et qui amène à une lecture littéraire et ligne par ligne inintelligible conduisant, forcément, à trouver ce que l’on cherchait. Peut-être un jour les rappeurs seront considérés sur un pied d’égalité avec les autres artistes, on peut noter une légère évolution dans ce sens, mais en général, et notamment dans les médias généralistes et populaires, c’est bien loin d’être le cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">