Une histoire du rap en France : preuves

23 novembre 2012
Par

Malgré les heures et les pages qui s’accumulent, la réalisation d’un livre (ou d’une thèse d’ailleurs) a toujours quelque chose d’un peu abstrait tant qu’on ne voit pas l’objet fini sous ses yeux, dûment relu et relié. Lorsque j’ai récupéré aux Éditions La Découverte les exemplaires « auteur » et que j’ai eu pour la première fois entre les mains cette Histoire du rap en France, le fruit de quelques années d’efforts a pris une consistance neuve. Mais c’est aujourd’hui (enfin hier) que l’étape la plus nouvelle pour moi commence : la distribution et la promotion de ce livre un peu partout en France.

De passage à Aix-en-Provence, pour une séance de l’atelier Efigies Aix-Marseille, j’en ai profité pour faire un saut à la Fn*c locale, où j’ai trouvé, ponctuel et précis, mon livre bien entouré entre une Joconde, un Andrea Bocelli, et quelques crayons de couleurs. Un chat zen veillait sur le tout. De retour à Marseille, je n’ai pas pu m’empêcher de vérifier la magie de la distribution de masse et de l’ubiquité des objets reproductibles. Manque de chance, rien en rayon à la Fn*c du Centre Bourse. Un salarié de la grande surface généraliste, consultant scrupuleusement son ordinateur, m’explique que le livre de Hammou ne sortira que le 29 novembre. Effectivement, c’est ce qu’indique le site fn*c.com. Nouvelle illustration du décalage spatio-temporel ente Aix et Marseille.

Avec la distribution nationale, vient le temps de la promotion. Je devrais être ce dimanche sur France Culture dans l’émission Soft Power de Frédéric Martel. Mais le coup d’envoi a été donné par Radio Nova, partenaire du livre. Une expérience sonore intéressante dans la Nova Book Box de Richard Gaitet, et une nouvelle fois IAM est à l’honneur. On y retrouve en effet un extrait du chapitre 6, qui analyse en détail la chanson hautement polémique « Reste underground», parue en 1994. Et l’extrait se termine sur « L’Enfer », morceau d’IAM en featuring avec East, publié sur l’album L’École du micro d’argent en 1997.

Extrait de l’émission Nova Book Box du 14 novembre 2012

Pour finir, quelques modifications sur ce carnet, qui devient désormais également un prolongement numérique du livre. J’ai réorganisé les billets précédents en fonction des neuf chapitres qui composent le livre, car ils en proposent des illustrations en images ou en musique, et apportent quelques précisions empiriques que je continuerai d’apporter dans les semaines et les mois à venir.

J’essaierai également de créer une petite playlist pour chacun des chapitres, de façon à ce que les nombreuses mentions de chansons dans les pages du livre ne restent pas totalement muettes. Enfin, Les Éditions La Découverte proposent un widget permettant de feuilleter quelques pages du livre, inséré ici dans la colonne juste à droite, et vendent également le livre en numérique au format ePub. Bonne découverte.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : En pratique, diffuser, _Langues, français, Une histoire du rap en France, Promotion

4 commentaires pour “ Une histoire du rap en France : preuves ”

  1. Constance le 7 février 2013 à 17:18

    Monsieur Hammou,

    je me suis procurée votre livre dès que mon professeur à la fac de droit d’Aix m’en a parlé, je m’étais déjà servie de votre blog pour l’écriture de mon rapport de recherche en Master 1.
    A peine quelques pages de lues, et je tenais à vous remercier, car rares sont les ouvrages sur le rap français, et les ouvrages intéressants comme le vôtre, encore plus !

    Bonne continuation

  2. cedrelebarret le 10 février 2013 à 18:41

    Super bouquin ! Suivant (sans y participer) le jeu depuis rapatitude, je me suis régalé à me remémorer les 90′s. Du coup j’ai ressorti affrojazz, la cliqua et autres vieux sons.
    Merci pour tout ce travail

Laisser un commentaire

Publié le 22 nov. 2012


Carnets de recherche