La Zulu Nation fête son 38e anniversaire

Qu'y a-t-il dans un nom ? Zulu Nation et médias français

Le film Zulu, sorti en 1964, aurait inspiré le nom de l'association à Afrika Bambaataa, son fondateur.

J'ai été contacté en fin de semaine dernière par un journaliste de Slate.fr qui souhaitait des informations sur la Zulu Nation, à l'occasion du 38e anniversaire de cette association. Je n'ai jamais travaillé directement sur la Zulu Nation en France, mais son histoire est intimement liée à celle du rap. J'ai donc pu partager quelques éléments (et beaucoup de « je ne sais pas ») avec mon interlocuteur, et notamment revenir sur l'une des séquences qui m'a le plus intéressées lorsque je consultais les archives de l'INA en quête des premières émissions à évoquer l'existence du rap français.

Une émission comme tant d'autres...

Cette séquence se déroule en deuxième partie de soirée, le 16 novembre 19901 sur une chaîne que l'on appelle pas encore France 3. Sur le plateau, une palette variée d'invités, dont je ne mentionne que quelques noms : Kool Shen et Joeystarr2, Sear3, Patrick Louis, et bien sûr l'animatrice, Christine Bravo. Dans cette émissions typique des talk-shows de l'époque, les participants sont disséminés sur un plateau évoquant un café-théâtre. Réunis par groupes de deux ou trois autour de tables dans une lumière tamisée, ils ne vont pourtant pas assister à un spectacle, mais débattre. L'animatrice introduit l'émission :

Alors cette semaine à l'occasion des manifestations lycéennes on a beaucoup entendu parlé des casseurs de banlieues, alors ça tombe bien, en banlieue, on va y aller, je vous y emmène tout de suite, on va essayer de savoir s'il y a une culture banlieue [...].

L'entrée en matière confirme ce que suggérait le dispositif : art, culture, problèmes publics, débats et exhibition exotique sont livrés ensemble, le mélange des genres est ici la règle.

La scène qui m'intéresse particulièrement se déroule plus d'une demi-heure après le début de l'émission. Alors que les débats ont déjà été houleux. Christine Bravo présente Patrick Louis et son livre, co-écrit avec Laurent Prinaz :  Skinheads, taggers, zulus & co4. Dès les premiers mots de l'animatrice, l'agitation est perceptible au sein du public présent sur le plateau, et composé de nombreux proches du groupe NTM ou de l'activiste hip hop Sear.

- C. Bravo, à Patrick Louis : Alors c'est vrai que... moi j'ai bien lu votre livre, il faut vraiment l'avoir lu et quasiment l'avoir appris par cœur pour s'y retrouver entre les skins, les Zulus qui sont pas des Zoulous5... Alors, Norm... il est cité dans votre livre ?
- P. Louis : Oui, tout à fait, c'est un de mes intervenants du livre.
- C. Bravo, se tournant vers Norm, qui est présent sur le plateau : Vous êtes zoulou ?
- Norm, après un soupire et une hésitation : zoulou, non...
- C. Bravo : Arrêtez de dire que vous êtes pas zulu, parce que moi je lis...
- P. Louis, en même temps : ...mais si, Norm... tu es zoulou...
- C. Bravo : ...que vous êtes zoulou, après vous me dites que non.

Quand ceux qui devaient porter un nom se dérobent

Le rapport de force s'engage entre Norm, invité au titre de sa participation au livre de P. Louis, l'animatrice, dont l'un des invités fait soudainement faux-bond, et l'auteur du livre, dont l'autorité est soudain mise à mal par l'indiscipline de son « informateur ». Mais Norm n'est pas seul. Sur le plateau, dans le public, le brouhaha augmente sensiblement.

- Norm : Non, je suis pas zoulou, je suis un B.Boy, c'est tout.
- C. Bravo : Quoi ? un quoi ?
- Norm : Un B.Boy.
- C. Bravo : Vous mettez plus prêt le micro, et vous nous dites ce que c'est un B.Boy.
- Norm : Plus prêt le micro... j'ai pas l'habitude d'un rappeur comme NTM... Mais bon, moi... zoulou, je me considère pas en tant que tel, j'ai des appartenances, bon, le mouvement rap me plaît... ça fait un bout de temps que je suis là-dedans, mais l'étiquette zoulou, c'est une étiquette, me convient pas.

Patrick Louis tente une médiation - reprenant une définition à deux niveaux qu'il mobilisait également dans son livre.

- P. Louis : Y a une distinction, y a deux types de Zoulou...
- Norm : Non, mais c'est pas une question de distinction... on est pas des étiquettes.
- Sear, depuis le public, qui s'est procuré un micro : C'est quoi votre définition d'un Zoulou ?
- P. Louis : Non, mais la définition d'un Zulu écrit "u", écrit z.u.l.u., c'est quelqu'un qui respecte les règles...
- Sear qui n'a plus de micro crie par dessus P. Louis : Non, mais y en a qu'une !
- P. Louis: ...de la Nation Zulu.
- Norm, reprenant l'argument de Sear : Y en a qu'une.
- Sear : Y en a qu'une, je veux la votre.

En 1878, alors que l'Angleterre envahit l'Afrique du Sud, des « Zoulous » sont exhibés aux Folies-Bergères.

La séquence est très riche pour l'analyse. On pourrait décrire la dynamique des échanges en plateau et le renversement de la charge de la question que cette dynamique rend possible. Il y  aussi, en filigrane, toute l'histoire des usages sociaux du terme « Zoulou », qui sédimente au moins depuis la fin du XIXe siècle un imaginaire colonial. On pourrait encore revenir sur comment la presse française , à la fin des années 1980, est amenée à qualifier de « Zoulous » un certain nombre de personnes supposées engagées dans des bandes délinquantes. Mais le point auquel je voudrais consacrer quelques lignes est l'enjeu qui apparaît ici autour de la capacité de définir autrui et de se définir soi-même.

Journalistes (et chercheurs) face à la capacité de nommer autrui

Les sociologues américains Everett et Helen Hughes soulignaient, dans un autre contexte, l'importance de savoir « qui a le pouvoir de nommer »6 C'est un problème de cet ordre qui se joue sur le plateau de « Mille Bravos », et dans la plupart des productions médiatiques qui mobilisent des groupes disposant d'une inégale latitude pour imposer le nom qu'ils souhaitent porter, et ce qu'il y a dans ce nom.

Norm, bientôt soutenu par Sear, conteste la légitimité de l'opération de désignation de Patrick Louis. Le choix, en situation, d'abandonner le terme Zulu, est déjà un aveu de faiblesse. Il s'agit d'abandonner un nom par lequel il se définissait, et dont il a perdu le contrôle. Mais depuis cette position de faiblesse, les deux invités vont pouvoir dans une certaine mesure opérer un coup de force déstabilisant sinon le dispositif de l'émission7, du moins une partie de son déroulement. La contestation se joue à un double niveau : d'abord le mot lui-même  - zulu / zoulou - est refusé par celui qui devait le porter, ensuite le sens du mot pour Patrick Louis (et implicitement, pour Christine Bravo) est mis en question. Le même mot, dans la bouche des uns et des autres, pourrait ne pas avoir le même sens, et ce au-delà même des malentendus que Patrick Louis tente de prévenir en explicitant les deux graphies possibles du terme.

La Zulu Nation fête son 38e anniversaire

C'est que sous la plume de journalistes comme Patrick Louis ou d'animatrices comme Christine Bravo, à cette époque, le terme Zulu n'intervient que dans un contexte bien précis : celui où il est question de bandes délinquantes, volontiers qualifiés de zoulous. Mais ces liens n'existent-ils pas ? D'anciens Zulus n'ont-ils pas abandonnés le pacifisme revendiqué par l'association ? Certains Zulus ne commettraient-ils pas des délits ? Là n'est pas la question.

La tonalité particulière que le mot Zulu prend sous la plume de Patrick Louis ou dans la bouche de Christine Bravo, même lorsqu'il est formellement défini comme les principaux intéressés l'entendent, vient de ce qu'il n'est jamais invoqué que lorsqu'il est question de délinquance. Hors des faits divers, l'intérêt médiatique est nul. Patrick Louis peut donc bien faire preuve de rigueur lorsqu'il distingue la figure du Zulu de celle du Zoulou, et les liens complexes entre les deux8. Il manque un rouage essentiel à son analyse de la Zulu Nation : le cercle, vicieux ou vertueux, qui lie le  nom de cette association  (et de bien d'autres) à l'espace médiatique, capable d'imposer ce qu'il y a dans son nom en fonction de son agenda propre, ou de la maintenir dans une invisibilité publique quasi complète.

La célébration du 38e anniversaire de la Zulu Nation sera au moins l'occasion d'en parler - un peu - autrement.

  1. Dans l'émission « Mille Bravos », réalisée par Serge Moati, présentée par Christine Bravo et diffusée sur FR3 à partir de 23h. []
  2. Les deux membres du groupe NTM, accompagné de leur DJ d'alors, DJS. []
  3. Créateur du fanzine hip hop Get Busy. []
  4. 1991, Éd. La Table ronde. []
  5. Pour respecter les ambiguïtés d'une séquence qui se joue à l'oral, il faudrait systématiquement utiliser la retranscription phonétique du terme, /zu.lu/, Zulu, Zoulou et zoulou étant dans le contexte de l'émission des homonymes parfaits. []
  6. E. & H Hughes, Where people meet. Racial and ethnic frontiers, chap. 9, « What's in a Name », Greenwood Press, 1952, p.140. []
  7. Le paradoxe est que, en déstabilisant ponctuellement Christine Bravo, Norm et Sear alimentent l'une des finalités centrales de ce type d'émission : créer du spectacle. Les invités peuvent donc s'entre-déchirer, et la figure médiatrice de l'animatrice peut elle-même être, légèrement, égratignée : l'essentiel du dispositif, destiné à capter une audience par la promesse du dissensus, est préservé. []
  8. Voir dans son livre p. 175 et suiv. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">