disco

Danser à Paris dans les années 1970-80

En matière de pratiques culturelles, le développement de la fréquentation des discothèques est sans doute l'évolution la plus notable, à la fin des années 1970, et elle passe totalement inaperçue des radars macro-sociologiques de l'époque, notamment des enquêtes sur les pratiques culturelles des Français. On peut y voir une confirmation de ce constat, formulé par Olivier Donnat et Augustin Girard :

Tout ce qui est réaction prometteuses, brèche à travers les inerties et les déterminants passés, innovation porteuse d'avenir, et qui est peut-être le plus important pour imaginer des politiques futures, s'écoule sans laisser de traces à travers les grosses mailles de ce type d'enquête1.

Absente de l'enquête de 1973, mais aussi de celle de 1981, la « sortie en boîte » est prise en compte pour la première fois en 1989, dans la catégorie « fréquentation des spectacles ». Elle apparaît alors immédiatement comme une pratique très répandue : 55% des Français y sont allés au moins une fois dans leur vie (80% des moins de 35 ans), et pour le quart de Français qui y sont allés dans l'année, c'est la deuxième pratique la plus fréquente, juste après les sorties au restaurant, et devant le cinéma ou le bal public.

Une cartographie de la fête à Paris

Ces nouveaux lieux d'expérience de la musique et de la danse jouent un rôle important dans le développement des nouveaux courants musicaux de l'époque - soul, funk, punk, disco, new wave, et à partir de la toute fin des années 1970, rap.Voir par exemple le témoignage de Bernard Bacos, auteur d'un site consacré au « Paris branché des années 70 », et à l'époque noctambule :

Le premier disque de rap que j'ai entendu, en dehors des Last Poets en 69, c'était 'Rappers'delight' par Sugar Hill Gang et je me souviens que c'était à l'ouverture de la Main Jaune en 79, une boîte porte de Champerret où on dansait en rollers skate2

À l'aide de quelques ouvrages témoignant de l'époque, j'ai tenté de recenser quelques uns des lieux de danse au tournant des années 1980, et  notamment ces premières discothèques qui se multiplient alors à Paris et sa proche banlieue. Évidemment, toutes n'avaient pas le même concept, ne passaient pas la même musique, et n'acceptaient pas les mêmes clientèles...


Afficher Danser à Paris de 1975 à 1985 sur une carte plus grande

Sur cette carte (à compléter ! chercheur-e-s, clubbers ou amateur-e-s, n'hésitez pas à apporter des précisions...) :

  • Des dancings ouverts dès les années 1930, et encore en activité dans les années 1970 : la Coupole, le Kiss Club, le Balajo ;
  • des clubs « sélect » créé au tournant des années 1960 (Régine, Castel, New Jimmy's) ;
  • quelques night-clubs des années 1960-1970 comme la Locomotive (1960), la Bohême (attestée dès 1964), le Bus Palladium (créé en 1965), le Tour Club (1966), le Gibus (1967), le Sept (1968), la Casita (1970), le Nuage, le Club 18, le Scaramouche, le Bronx (qui ouvrent tous les quatre vers 1970), le Whisky à gogo (1972), le Colony (1973), l'Émeraude (créé au milieu des années 1970), Le Rocco Club (1974), l'Élysée-Matignon (1977) ;
  • les premières grandes discothèques : le Memphis (1968), le Chalet du Lac (dancing dès les années 1950 qui devient discothèque en 1973), la Main bleue (1976), le Palace, les Bains-Douches et la Scala (1978), la Main jaune (1979), le Pacific (1980), le BH et l'Opéra Night (créés en 1981), le Midnight Express (1982) ;
  • d'autres clubs ou boîtes de nuit, plus petites : le Rose Bonbon (1978), le Broad (1980 ?), le Tango (renouvelé par Serge Krüger à pratir de 1981), le Garage, le Haute Tension, le Ring, les 120 nuits (1983), le Soleil noir (1984) ;
  • et quelques autres dont je ne connais pas la date de création (le Black & White, le Régis'kaïa, le Madras Club, le Flash Back, le Keur Samba, le Bataclan, l'Apoplexy, le Rex Club, le Rayon Vert, le Safari Club, le Shirley, le Roméo Club, le Stadium...)

Des lieux dont je n'ai pas retrouvé l'adresse :  le Club d'O, le Toppers (sans doute vers Montparnasse), le Milord Mot, le Week-End, l'Observatoire, le Club 78, le Black Sugar, le Galaxie, le Navy, l'Addison Square Garden...

Sources :

  • José-Louis Boquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, Flammarion, 1998.
  • Daniel Garcia, Les années Palace, Flammarion, 1999
  • Alain Pacadis, Nightclubbing, Denoël, 2005
  • Vincent Sermet, Les musiques soul et funk, L'Harmattan, 2008
  • Bernard Bacos, Le Paris branché des années 1970, site web : http://paris70.free.fr/index.htm (consulté en sept. 2011)
  • Site l'Hexagone Gay, http://www.hexagonegay.com/region/paris80-discotheques.html (consulté en sept. 2011)

Crédit de l'image à la une : « Disco light » (cc-by-sa) Martin Fisch

  1. Nouvelle enquête sur les pratiques culturelles des Français en 1989, La Documentation Française, 1990, p. 9 []
  2. Réponse de B. Bacos à une question notée dans l'ancien livre d'or de son site. Consulté en sept. 2011. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

109 réflexions sur “ Danser à Paris dans les années 1970-80 ”

  1. Quand au Stadium, il est (était)situé dans le 13è dans les Olympiades, qui ont beaucoup changé depuis cette époque. Y'a même eu un concert de Clash là bas. Le concept était qu'il n'y avait pas de sièges, ils fournissaient un coussin gonflable.
    http://homepage.mac.com/blackmarketclash/Bands/Clash/recordings/1978/78-10-16_Paris_Le_Stadium/78-10-16_Paris_Le_Stadium.html
    http://homepage.mac.com/blackmarketclash/Bands/Clash/recordings/1978/78-10-16_Paris_Le_Stadium/PARIS%20POSTER%20Oct%2078%20better.jpg

    1. Merci beaucoup pour ces précisions. J'actualise la carte avec vos informations.
      Le concert des Clash au Chalet du Lac, pour la réouverture de cette discothèque en 1976, avait aussi été un événement... La première performance du groupe en France, d'après Pacadis !

      1. L addison et le kryton etaient a Montparnasse rue du commandant mouchote distants a peine de 50 m l un de l autre ecxlusivement funk et matinées le samedi et Dimanche pour les 15 20 ans de 14h a 19h.

      2. Bonjour,
        la discothéque LES TOPPERS, ( peut-être la meilleure programmation musicale que j'ai connue ) était situé à côté de LA BOHEME, passage du départ, et a, changé de nom pour s'appeler TOP CLUB, le JACKY'S était rue jules chaplain, qui donne dans la rue vavin, et a changé de nom pour BARBARY COAST SALOON , LE WEEK END CLUB était situé rue de la gaîté, à coté de bobino, c'est devenue ensuite une discothéque portugaise.
        A+

      3. Pour ton info Karim, le premier rap que j'ai écouté en France s'appelait "Here comes the judge " sorti en 68 ou 69, chanté par Pigmeat Markam. Les américains le considère comme le précurseur du rap. Tu le trouveras sur Youtube !

  2. La Boheme was run by a Polish refugee from Lvov named Tony Gawron.
    I was there in 1964-65. The club was mentioned by the Polish writer Hlasko who found there the atmosphere resembling that of his favourite 'Kameralna' in Warsaw.

    Krzysztof E wojciechowicz

  3. Salut,
    Pendant ces années, il y avait aussi les places funk comme le Poney Club, l’Étoile Foch (à l'emplacement du Dupleix ensuite) et le Kilt.

    Puis bien sûr, Bobino (soirées Zoopsie), le Globo et la boite réunionaise en face, le Manapany, où rappeurs-clubbers se fritaient avec les réunionais à machette imbibés au rhum

    Au fait, t'aurais des infos pour mon sujet ici: http://daybreak.positifforum.com/t2004-tentative-de-rap-francais

    Merci!

      1. l’Étoile Foch (à l’emplacement du Dupleix ensuite) --> après-midi

        Kilt, Poney Club -> j'sais plus

        Bobino (soirées Zoopsie)--> soir
        le Globo--> soir
        le Manapany--> soir
        Roco Club--> soir

      2. Je confirme que le Globo est souvent mentionné dans les souvenirs des rappeurs et DJ des années 80 (Lionnel D, Dee Nasty, etc.) comme l'un des lieux symboliques de l'émergence du rap français, presque au même titre que le terrain vague de la Porte de la Chapelle. D'ailleurs, en faisant la synthèse de ce qu'on peut en lire, on comprend que lorsque ce terrain vague a été repris par ses propriétaires et que les rappeurs qui le fréquentaient (depuis 1985 au moins) ont dû en partir, ils se sont retrouvés assez régulièrement au Globo, qui a donc été une sorte de point de ralliement (dès 1986, je crois), pour certains d'entre eux du moins. C'est grâce aux soirées du vendredi, intitulées "Chez Roger boite funk", animées notamment par le DJ Dee Nasty, que vont pouvoir se produire les premiers groupes français mais aussi les rappeurs américains les plus importants de cette époque (Public Enemy et Afrika Bambaataa, le "pape" de la Zulu Nation).
        Ce que j'en retiens déjà, c'est le lien très étroit entre le rap et le funk (qui pour moi en est l'ancêtre le plus direct), au moins pendant les années 70 et 80. J'en retiens aussi le caractère mythique de ces lieux : dès qu'on cherche des dates précises et des noms de participants, à part quelques exceptions (comme l'étonnante vidéo de la Chapelle en 1986 qu'on peut voir sur ce site), on tombe souvent dans des versions un peu contradictoires. Des versions liées à la reconstruction de souvenirs (bien réels mais revus à travers la subjectivité de chacun) et en même temps à la construction d'un mythe fondateur pour établir l'importance du mouvement hip-hop (car ces lieux concernent évidemment autant la danse, le tag et le graff que les rappeurs et DJ).

      3. je m'apl Doudou le danseur des année 1980 qui a partagé toutes ces aprés midi avec mes fréres les fréres Bentout et surtout Nordine Bentout qui est décédé en 1988 qui était un grand collectionneur de soul funk et notament Hervé le danseur de l'étoile foch qui m'a perfectionné dans le domaine de la danse avec d'autres acteur mythique comme Marius,Zakari,Hypolite, et mon ami et frére qui explosait l'observatoire Aziz Elmatili dont je l,avait rencontré dans un cocour de danse au Galaxy rue des blanc manteaux,dont cela n'a été facile pour lui mais,on est ami depuis et on se lache pas depuis;
        des fois j'entend des témoignage sur ses faux acteurs aussi bien dj que danse dont j'ai jamais vu pendant cette période que ce soit au kiss club,le poney club,club écossais et kilt club qui faisait qu'un car il y avait qu'un escalier pour les s'éparrés dont c'est la dans ces boite de Gansters ou a pri l'assention de la music soul/funk dont le kiss club a été élu meillieur music d'eurpoe en 1974 aucune autre boite a eu cette honneur a coté de ces boite comme l'Atmosphére des féres Bertolino avec michel en avant premier qui était aussi derriére le palace.
        de la aprés la fermeture du kiss club et aprés l,étoile foch il y a eu Matin du safari club qui ouvre a la défense le pacifique boite Beurre bien précisé a la basse comme pour le kiss,poney,kilt,Rex
        et comme dit Martin on a vraiment des trés grands sélectionneurs disques d' ou le terme de piéces de musée venait de moi même qui par l'influence de mon frére Bentout Nordine on a su mettre des disque a la mode comme pour Boule Noir et d'autres,Boule noir a pri sa réputation dans la derniére discthéque ou j'étais résident en 1988 janvier au Saint Charles a la Varenne ou il reste beaucoup d'anciens passionnés et rempli de souvenir de ces années super!
        je te rpl que tu oublies la Casita rue momarte a l'opposé du Palace dont le dj était philippe et Hafid de Bonneuil dans les années 80 voilà;
        je suis collectionneur et disquaire( je n'aime pas ce terme de Dj jamais aimé) je mixe toujours et je posséde toujours la programmation du Pacifique étant donné que l'un des animateur et danseur;
        a trés bientôt dans une soirée; Doudou,merci.

  4. Au Globo la soirée dont tout le monde parle ici est "Chez Roger Boite Funk", (tous les vendredi en 1987) qui a duré un peu moins d'un an sous sa premiere version et qui a redemmaré quelques temps l'année d'apres avec une autre équipe. C'est la premiere grosse soirée rap/funk a Paris, DJ Dee Nasty aux platines! En 88/89 ya aussi eu "La Sardine" à la Java avec DJ Molskee! Gros souvenirs! =)

  5. Bonjour, je recherche des photos prises aux club de l'étoile et club St Hilaire à Paris, au début des années 60. Ou pourrais je les consulter ou m'informer?
    Merci beaucoup

    1. De mon côté, je n'ai pas vraiment de documents qui pourraient vous intéresser. Je publie cependant ce commentaire, au cas où certains lecteurs du carnet auraient une idée de piste !

  6. Bonsoir,
    J'avais laissé un long commentaire qui a été publié puis supprimé. Merci de préciser pourquoi afin que je sache si ce n'était pas pertinent dans cette section ou dans l'absolu, inexact ou encore contestable, car, dans tous les cas, le débat fait avancer la réflexion, au moins la mienne si par hasard ce que j'avais écrit n'était pas défendable.
    Je m'apprêtais à laisser d'autres commentaires sur ce site, que je continue à trouver particulièrement utile et intéressant.
    Bonne continuation.

    1. Merci pour votre commentaire !
      Et pour commencer, je vous rassure, pas de commentaires "publiés puis supprimés" ici. Plus simplement, une modération a priori systématique qui peut conduire à un délai dans la publication (selon ma disponibilité). Par contre, il est possible que votre commentaire se soit affiché temporairement au moment où vous l'avez soumis - mais il n'était alors visible que par vous et vous seul !
      Je trouve très juste votre remarque sur les limites de la mémoire des acteurs concernés, qui évidemment ne tenaient pas le journal quotidien de leurs activités adolescentes lorsqu'ils avaient 14, 18 ou 22 ans et fréquentaient tous ces lieux de danse devenus pour certains mythiques. On le rappelle assez rarement, et pourtant les approximations sur ces points comme sur d'autres sont souvent importantes.
      Me fiant aux témoignages publiés dans José-Louis Bocquet et Philippe Pierre-Adolphe (référence précieuse), j'avais ainsi un jour évoqué les premiers singles de Lionel D, en annonçant "Mon frère le beur" comme un premier single et "Y a pas de problème" comme second single de l'album de ce pionnier du rap en français. Or comme un DJ me l'a fait remarqué, en vérifiant les numéros de série, c'est l'inverse. "Y a pas de problème" possède le numéro SQT 655923 6 (SQT correspondant au label - Squat), "Mon frère le beur" le numéro SQT 656405 6. De la vertu des traces laissées sur documents d'époque pour la recherche historique...
      Au sujet du terrain vague de La Chapelle, un livre essentiel vient de paraître : Le Mouvement, du terrain vague au dance floor – 1984-89, aux éditions 19/80.

  7. Il y avait dans le passage d'Odessa dans les années 1966-1969 une club de Jazz tenu par la veuve d'un pianiste américain . Ce club était fréquenté principalement par des noirs américains . J'y suis allé avec un copain plusieurs fois , et je crois y avoir vu Sonny Rollin . Aucun article sur le Web ne mentionne cet endroit . Quelqu'un pourrait-il s'en souvenir ? Merci

    1. Bonjour bernard,
      Oui cette discothéque s' appelait LES TOPPERS, jusqu'en 1972 et à changé de nom, pour TOP CLUB, le premier café de la gare ouvert par romain bouteille et coluche était à côté.
      j'y allais dés 1969, la programmation musicale excellente, ils programmaient déjà à l'époque CURTIS MAYFIELD, DENNIS COFFEY, RAY BARRETO, ISAAC HAYES, tous les standard de JAMES BROWN, j'ai toute la programmation musicale de cette époque.
      A+

    2. Le club dont tu fais allusion s'appelait le "FRAZER". Il se trouvait un peu plus loin que le TOPPERS dans le même passage. Le FRAZER était fréquenté par des blacks jazzy, ensuite en 1970 la tendance est passée au R&B.

  8. Bonjour,
    J'était en 1983 le DJ du Rex Club. Boite Funk et Rockabily.
    Je confirme qu'a cette époque le Whisky à gogo, l'étoile Foch et l'Echappatoire étaient des boîtes Funk!

  9. Bonsoir est ce quelqu un se souvient du nom de la discothèque du côtè de Montparnasse dans les années 80 ? ( peut être rue cdt Mouchotte / ) merci c est un pari entre amis qui un soir de nostalgie ont décidè de retrouver tous les noms des discothèques fréquentées

    1. Bonsoir,

      2 discothèques se trouvaient "rue du Commandant René Mouchotte" presque côte à côte avec un bowling entre les 2 : l'ADDISON SQUARE GARDEN et LE KRYPTON. Cette dernière tenue par Mr et Mme Lépine.
      Nostalgie...de belles soirées.

    2. bonjour, j'ai frequente la boheme dans les années 1970 1980 avec ma soeur, il y avait le boo alain et tiko ce disquaire qui nous a fait transpirer , magnifique,connaissances josé, gérard, et d'autres merci encore pour toutes ces bonnes années

  10. Merci a tous ceux qui me font rajeunir de 30 ans et même plus. J'ai grandis à la main bleue. j'ai du abandonner les boites de nuit après avoir séjourné au Pacifique à la défense.
    Mais je me souvient aussi de mes soirée et même après midi au chalet du lac. rappelez moi au champs Élysée c'était le 78.
    Le REX CLUB qui est devenu le poney club je crois c'est quand j'avais 16 ans mes premier amours. C'est bien le whisky à gogo qui ce trouvait à république?
    Merci pour le Rappers’delight qui est le premier RAP que j'ai entendu moi aussi. je crois que c'était une reprise du groupe CHIC.

    Quel époque inoubliable

      1. bonjour patrick,
        le relais de chaillot était sur les champs élysées, en sous sol,
        et ouvrait le jeudi aprés midi, et le dimanche aprés midi.
        A+

  11. http://www.youtube.com/watch?v=en9fti5_obk

    Ce reportage télévision "les guides de la nuit" ( Cité première - paris première ?1989? ) est dans le sujet.

    à noter que " Molsky fait la java à la sardine" ( début vers 5'50 - 6 min)

    Ce commentaire est respectueusement dédié à la mémoire de "OKSY" pionnier du turntablism en France.

  12. Bonjour
    j'aimerai converser avec des personne qui auraient fréquenté la boême durant ses années d'ouverture
    est ce possible
    merci pour vos réponses
    bien à vous
    francis

    1. Bonjour,

      Je fréquentais la bohème fin des années 70. Le gérant s'appelait Alain et le "disquaire" Daouda.
      Que de souvenirs, quelle nostalgie

      1. Merci beaucoup pour ces précisions ! Votre témoignage contribue à sortir de l'oubli quelques unes des figures qui ont fait les lieux de danse avant l'ère des "DJ stars"...

  13. bonjour je voudrait vous demandé des photo ou des vidéo du pacific on partait de chelles pour allez au Pacific vendredi samedi dimanche quelle bon souvenir quelle bonne époque merci d'avance !

  14. bonjour encore des bon souvenir le bal a djo rue de la requête a la bastie la casita rue Montmartre quelle bon souvenir de boite !

    1. Oui Moi...j' y est travaillé dans les années 1969 à 1971
      Musicien avec le groupe STEREO...j'etais Organiste ..
      Ensuite BALAJAN à Montfermeil 7 iles

      Ça vous parle?

      Bons souvenirs tout ça !

      Peppino

      1. Oui le Balajan à côté du Mammouth de Montfermeil, aux 7 îles.
        Pour la Plage de Gournay, très funky fin 70, puis disco.
        Pour l'Observatoire, c'était métro Haussmann, puis c'est devenu fin 80 une boîte antillaise.

  15. Bonjour Karim
    J'ai grandi à Aulnay au mille mille à l'époque du Kiss. Mes potes et moi étions des Kissmen (Bachir, Jean Pierre, Didier, Missoum, Fatah et les autres garçons de la cité). Il est vrai que cette boîte était fréquentée essentiellement par les beurs. Tout est parti du Kiss, de nombreuses boites ont essayé de reprendre l'âme du Kiss Club, Pacific, Poney, et bien d'autre encore. Je dis l'Ame du Kiss car c'était bien réel. D'abord il y avait la musique La Soul de Jimmy Bo Horne avec Get Happy, Curtis Mayfield Move on up, Barrabas Wild safari, Women, et aussi SOS. Les sapes, la façon de danser, on avait la classe, la mentale aussi. Sur d'autres blogs qui parle du Kiss et sur celui la il n'est pas fait mention de la première danse du Kiss. On dansait a l'orientale sur de la Soul, c'était un mélange et on ensuite on s'est mis à danser à la James, les petits pas sur le côté en glissade. Et encore à l'heure actuelle ça jette quand tu danses comme cela, on te regarde car c'est original. J'ai connu des garçons qui dansaient vraiment classé. Je me rappelle de Nourredine qui venait d'un patelin Quincy Voisins, il dansait a la James c'était un régal de le voir danser. La boîte était mal fréquentée, il y avait beaucoup de voyous mais c'était la meilleure musique de boîte de Paname. Notre génération a été marqué au fer rouge par cette boîte et cette époque. Ils nous arrivaient d'aller danser à l'extérieur car il n'y avait pas de meuf au Kiss, trop dangereux. Au Marńs Club à Meaux ou à L'Abbaye il passait du bon son et on avait la classe. En fin de compte tout tournait autour de la zique des sapes la danse le verlan qu'à débarque dans les cites en 70. Je me rappelle on avait tous des chaîne en or avec une main de faitima qui pendait au bout, c'était toute une époque, on en parle souvent avec Bachir, les Kissmen étaient respectés on avait vraiment la classe. Je voulais te demander Karim as tu de la famille à Aulnay car je connaissais une famille Ammou. Bonne continuation. Amicalement Martial.

    1. Merci beaucoup pour ce témoignage passionnant !
      Les clins d’œils et références au Kiss, dans le rap, sont nombreux, de Lionel D dans Mon frère le beur au film De l'encre de Hamé et Ekoué en passant par les premiers morceaux d'Expression Direkt.
      Karim
      PS: En ce qui me concerne, pas de famille connue à Aulnay non !

      1. j'ai aussi connu le kiss en 70 avec la bande du weekend

        club a mompar.et Gennevilliers en vadrouille.weston et j Raymond.super époque ; nostalgie.

    2. tu as oublie bus stop kc and the sunshine band,tu as du connaiter jeanno le videur,et le dj qui était le frère de stil le reurti d'Orly les saules

  16. tous les samedis soir et dimanche j y été entrain de danse juste a aube parfois juste accoté dans une boite black. MU-SIC SOUL ET RYTHME EN BLUES. J AVAIS 15ANS C ÉTAIT MERVEILLEUX POUR MOI GAMIN. TRÈS BONNE ÉPOQUE...

  17. bonjour KARIM, j oublier de situer que le Toppers et la Bohême étaient a l époque rue d Odessa a Montparnasse.Deux petite boites, mais grande par l ambiance et la qualité.PLUS HAUT TOUT LES NIGHTCLUB cité me rappel ma jeunesse... GRAND MERCI KARIM!

  18. Le REX CLUB qui est devenu le poney club je crois c’est quand j’avais 16 ans mes premier amours

    -------

    J'ai passé ma jeunesse à danser au Poney club qui se trouvait sur le boulevard bonne nouvelle, dans les années 1980, rien à voir avec le REX qui était + haut en remontant sur République. Le REX était un ancien cinéma

    Le Poney club était un club de music funk, ouvert le soir et le dimanche après midi. Je crois qu'il n'existe plus depuis bien longtemps

      1. C'est exact SULLY 0044, le Poney Club et le Rex sont deux club différents,j'étais une habituée, on a du se croiser

  19. Bonjour à tous,
    Je suis venu sur ce site-forum car dans les années 60 je fréquentais tous les dancings et thés dansants de paris et région parisienne. Je me souviens de certains noms, mais d'autres que j'ai oubliés.
    Ceux dont je me souviens:
    La coupole, le moulin de Montparnasse, rue de la gaité, le petit jardin, av.de Clichy, le bal du moulin rouge et le mikado à Pigalle.
    Le rêve dancing du rex, le miami (le menphis) mimi-pinson (le 79)
    la salle Wagram, le slow-club. le balajo - L'eldorado bd de strasbourg etc...
    Puis, robinson, chez gégène, le petit robinson, le chalet du lac.
    A paris je ne me souviens plus du nom du dancing au 1er etage sur le boulevard près de la république, ni de celui situé dans une impasse du Bd des italiens; intérieur bleu et surtout fréquenté par les pieds-noirs du sentier.

  20. Bonjour Karim,
    Les 2 noms qui me manquaient me sont revenus.
    Le dancing près de république, et situé au 1° étage se nommait
    "le paladium".
    Quant à celui prés du Brd des italiens, c'était le
    "royal lieu"
    Bonne journée.
    georges delcroix

  21. Bonjour,

    J'ai 63 ans, j'ai fréquenté dans les années 1966-1968
    le Refuge à République le samedi soir et le dimanche après midi.
    Le Kiss Club le samedi après midi et le lundi après midi.

    C'était l'époque des pieds noirs en 1968 on dansait le Bop en ligne
    ont se connaissaient tous, ont s’habillaient en costumes "Jean Raymond", Chaussures Weston ou Church, ont avaient des supers brushings,eau de toilette "BRUT" ou Eau sauvage pas la même senteur que maintenant.

    Puis la boite "le Refuge" à République est devenu en 1970 "le Gibus" Les amie(s) se sont allés et certains copains/copines se sont mariés et ont disparus de ma vie (Nostalgique!).

    Quand au Kiss Club dans les années 1966 - 1968 c'était très classe, par la suite c'est devenue très naze, bagarres et drogue.

    Je garde de mon époque (1966/1968) un super souvenir une nostalgie inébranlable.

    Ceux qui ont connu comme moi cette époque s'en souviennent sans doute avec émotions.

    Je voudrais beaucoup retrouver des connaissances du "Refuge" des années 1968.

    Amicalement.

    1. Bonjour,

      J'ai moi aussi 63 ans.
      Vers 1966 j'ai fréquenté le Refuge à République.
      Je venais d'arriver en région parisienne et j'y allais souvent avec ma soeur, mon futur beau-frère et mon copain de l'époque.
      On y passait de bons moment à danser sur Otis Redding, Wilson Pickett ou autres dont je ne souviens plus vraiment...
      Mais quand j'y repense, j'ai l'impression d'y être à nouveau....

      Amicalement

  22. j'ai bien connu Sydney le dj c'était ub ami de mon defun frere Pascal de Sarcelles ,si quelqu'un l'a connu m'adresser un mail . merci d'avance .

  23. A l'époque, nous étions une bande de copains, il y avait une fille qui menait la danse elle avait comme surnom Pupuce et je crois qu'elle habitait dans le quartier des halles à Paris, sans oublier mon copain Christian PERROIS et Michel Simon mon coiffeur, si quelqu'un avait un renseignement ou un indice pour les retouver cela serait formidable.

  24. Hello, comme cela fait du bien de lire tout cela, que des bons souvenirs, et surtout c'est comme si on redevenait ado !!
    Qui se rappelle de la Panthère Rose, Club antillais rue de Ponthieu à Paris, l'ambiance était géniale !
    Il y avait les Chandelles aussi vers Ternes qui étaient très sympas aussi et moi j'étais une habituée du Mimi PInson et le Kilt / Club Ecossais qui est devenu une remise pour déchargement de marchandise, quelle tristesse !
    Amicalement

      1. J ai commencé à allez au clus écossais 1969 à 1984 et j y ai travaillé plusieurs annees

      2. Bonjour Laurence,

        J'ai mis un certain à répondre il est vrai, mais je ne viens que très très rarement sur ce site, alors pour vous répondre c'était dans les années allant de 76 à 80 je dirais !!
        Bonne continuation et cela fait du bien de se rappeler tous ces souvenirs !!

  25. Bonjour, je recherche des videos tournees a Paris, principalement avenue Mozart et rue du Chevaleret.
    Il y avait aussi une discotheque pres de la porte St Martin qui se nommait " Le tubelight "...
    Merci pour votre aide.

  26. petit Maurice costar j Raymond et weston très bon danseur de rock

    te rappel tu du weekend end club .on dansais sur du James Brown .

    quel époque.kiss club et lundi a midi au relais de Chaillot sur les champs..

  27. une petite devinette pour les puristes ,comment s'appeler le groupe du morceaux sos et bus stop,c deux morceaux faisaient fureur,ils y avaient aussi bras construction bt express kc and thé sunshine band, barbais,cj and co,t connection,average with band

  28. Bonjour,

    Je vous recommande l'ouvrage Chroniques Nocturnes de Marc Armengaud disponible au pavillon de l'arsenal mais très cher (36€). L'ouvrage traitre des nuits parisiennes depuis 1789.
    Pour les années que vous référencez, il y a des cartes P.288 et P.266 notamment.

  29. la 1è danse début des années 70 était à l'orientale les mains se rejoignaient devant nous et descendaient le long du corps.Ensuite c'est devenu plus soft et tout le monde savaient danser comme ça, ça c'est un peu corsé par la suite avec les pas en glissade sur le côté à la James. Tout le monde ne dansait pas comme ça mais un Kissman même maintenant tu le reconnais sa danse c'est vraiment à part.
    MISTER MORSE Sos:I'm In Love. FATBACK BAND: Are You Ready To The Bus Stop

  30. Coucou ;) comme ça fait du bien de reparler de toute cette époque, c'était une époque géniale... Le kiss g connu j'y suis allée qu'une fois mais mes copains y allaient tout le temps, moi je fréquentais le poney club, c'était les barberries, weston, jupe à revers taille haute, les vestes cintrées à épaulettes, les coiffures spécifiques, fallait faire attention à pas se faire lacérer ses fringues ou à te faire "dépouiller" dans le métro, tu rentrais chez toi à poil on te piquait ton Jean Raymond lool, j'ai connu aussi le Navy club bld de l'hôpital c'était un genre plus sélect, la casita, et avant le tabou, le Roméo club bld St. Germain ou St Michel, le kilt ou le club écossais sur les champs, le club St hilaire, la tour de nesles, le whisky à gogo, le chalet du lac, le Memphis, le gibus, le bus palladium, la locomotive . Bref on sortait beaucoup en boîtes à cette époque vers les années 70/75/80 et la musique c'était de la soul, du r&b, funk du rock aussi ... Bonne soirée ;)

    1. Est-ce que tu connaissais le Week-end Club a Montparnasse ? j’allais souvent la bas le samedi soir et le dimanche. Je rentrais en métro c’est vrai il fallait faire attention a l’époque. J’habitais Gennevilliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">