Danser à Paris dans les années 1970-80

En matière de pratiques culturelles, le développement de la fréquentation des discothèques est sans doute l’évolution la plus notable, à la fin des années 1970, et elle passe totalement inaperçue des radars macro-sociologiques de l’époque, notamment des enquêtes sur les pratiques culturelles des Français. On peut y voir une confirmation de ce constat, formulé par Olivier Donnat et Augustin Girard :

Tout ce qui est réaction prometteuses, brèche à travers les inerties et les déterminants passés, innovation porteuse d’avenir, et qui est peut-être le plus important pour imaginer des politiques futures, s’écoule sans laisser de traces à travers les grosses mailles de ce type d’enquête1.

Absente de l’enquête de 1973, mais aussi de celle de 1981, la « sortie en boîte » est prise en compte pour la première fois en 1989, dans la catégorie « fréquentation des spectacles ». Elle apparaît alors immédiatement comme une pratique très répandue : 55% des Français y sont allés au moins une fois dans leur vie (80% des moins de 35 ans), et pour le quart de Français qui y sont allés dans l’année, c’est la deuxième pratique la plus fréquente, juste après les sorties au restaurant, et devant le cinéma ou le bal public.

Une cartographie de la fête à Paris

Ces nouveaux lieux d’expérience de la musique et de la danse jouent un rôle important dans le développement des nouveaux courants musicaux de l’époque – soul, funk, punk, disco, new wave, et à partir de la toute fin des années 1970, rap.Voir par exemple le témoignage de Bernard Bacos, auteur d’un site consacré au « Paris branché des années 70 », et à l’époque noctambule :

Le premier disque de rap que j’ai entendu, en dehors des Last Poets en 69, c’était ‘Rappers’delight’ par Sugar Hill Gang et je me souviens que c’était à l’ouverture de la Main Jaune en 79, une boîte porte de Champerret où on dansait en rollers skate2

À l’aide de quelques ouvrages témoignant de l’époque, j’ai tenté de recenser quelques uns des lieux de danse au tournant des années 1980, et  notamment ces premières discothèques qui se multiplient alors à Paris et sa proche banlieue. Évidemment, toutes n’avaient pas le même concept, ne passaient pas la même musique, et n’acceptaient pas les mêmes clientèles…


Afficher Danser à Paris de 1975 à 1985 sur une carte plus grande

Sur cette carte (à compléter ! chercheur-e-s, clubbers ou amateur-e-s, n’hésitez pas à apporter des précisions…) :

  • Des dancings ouverts dès les années 1930, et encore en activité dans les années 1970 : la Coupole, le Kiss Club, le Balajo ;
  • des clubs « sélect » créé au tournant des années 1960 (Régine, Castel, New Jimmy’s) ;
  • quelques night-clubs des années 1960-1970 comme la Locomotive (1960), la Bohême (attestée dès 1964), le Bus Palladium (créé en 1965), le Tour Club (1966), le Gibus (1967), le Sept (1968), la Casita (1970), le Nuage, le Club 18, le Scaramouche, le Bronx (qui ouvrent tous les quatre vers 1970), le Whisky à gogo (1972), le Colony (1973), l’Émeraude (créé au milieu des années 1970), Le Rocco Club (1974), l’Élysée-Matignon (1977) ;
  • les premières grandes discothèques : le Memphis (1968), le Chalet du Lac (dancing dès les années 1950 qui devient discothèque en 1973), la Main bleue (1976), le Palace, les Bains-Douches et la Scala (1978), la Main jaune (1979), le Pacific (1980), le BH et l’Opéra Night (créés en 1981), le Midnight Express (1982) ;
  • d’autres clubs ou boîtes de nuit, plus petites : le Rose Bonbon (1978), le Broad (1980 ?), le Tango (renouvelé par Serge Krüger à pratir de 1981), le Garage, le Haute Tension, le Ring, les 120 nuits (1983), le Soleil noir (1984) ;
  • et quelques autres dont je ne connais pas la date de création (le Black & White, le Régis’kaïa, le Madras Club, le Flash Back, le Keur Samba, le Bataclan, l’Apoplexy, le Rex Club, le Rayon Vert, le Safari Club, le Shirley, le Roméo Club, le Stadium…)

Des lieux dont je n’ai pas retrouvé l’adresse :  le Club d’O, le Toppers (sans doute vers Montparnasse), le Milord Mot, le Week-End, l’Observatoire, le Club 78, le Black Sugar, le Galaxie, le Navy, l’Addison Square Garden…

Sources :

  • José-Louis Boquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, Flammarion, 1998.
  • Daniel Garcia, Les années Palace, Flammarion, 1999
  • Alain Pacadis, Nightclubbing, Denoël, 2005
  • Vincent Sermet, Les musiques soul et funk, L’Harmattan, 2008
  • Bernard Bacos, Le Paris branché des années 1970, site web : http://paris70.free.fr/index.htm (consulté en sept. 2011)
  • Site l’Hexagone Gay, http://www.hexagonegay.com/region/paris80-discotheques.html (consulté en sept. 2011)

Crédit de l’image à la une : « Disco light » (cc-by-sa) Martin Fisch

  1. Nouvelle enquête sur les pratiques culturelles des Français en 1989, La Documentation Française, 1990, p. 9 []
  2. Réponse de B. Bacos à une question notée dans l’ancien livre d’or de son site. Consulté en sept. 2011. []

337 réflexions au sujet de « Danser à Paris dans les années 1970-80 »

  1. Salut !! quelqu un se souvient du nom d’une boite de nuit a Paris, ou une fois dedans cela ressemblait a une rue avec des faux magasins, puis il y avait un grans escalier avec une piste de danse en haut… Merci !! : )

    1. Salut,fred , Oui le rue cete le villagge d’Europe est l’es faux magasin ete des bar ou de restaurent la boite s’appeller le Charie Varie , moi je travaille a l’ interieur .

      1. Un grand merci pour ces merveilleux souvenirs de la Java, j’habitais juste à coté rue St Maur et ma p’tite mam qui habite toujours.. Nos anciens dansaieant régulièrement à la Java, mais ça c’était pour ceux qui voulaient « guincher » 😉

        Merci Eric Duroc

  2. Réponse à Tony G moi j allais au Médicis club Metro saint germain des près , pas de problème d’orthographe , on se comprend, c’est vrai que de bons souvenirs !

  3. Moi, j’ai fréquenté le milord mots à palais royal en face du whisky à gogo. J’y allais tous les dimanches après midi. J’avais 16 ans. Il y avait nanard, raymond, etc…. je m habillais chez gudule pour être à la mode..

    1. Haaaaaaaaaa….J adore ton commentaire .On a beau dire avant c etait mieux et c est vrai Gudule…Haaaaaaaaaaaa….J ai pas connu.Moi j ai 62 ans et je suis arrivé à Paris en 74 et n en suis jamais parti ….

      1. De banlieue…Je ne me souviens plus..ça n’était pas raymond mais ramond, il etait metis…nanard sortait avec une fille qui se faisait appelée Sophie, une très brune aux yeux bleus qui engueulait les mecs.elle disait : qu’est ce que c’est que cet apollo du sana taillé dans un cure dent, quand un mec lui parlait..voilà

  4. Bonjour
    j’ai fréquenté le club 79 ex mimi pinson sur les champs de 82 à 90
    que de souvenirs mémorables,on s’amusait vraiment à l’époque !
    si certains on des souvenirs dans ces années dans cette boite et au madeleine plaza aussi cela sera avec grand plaisir!!

    1. Bjr je faisais parti de l équipe de Dj du club 79 et du plaza ainsi que du Roméo club et du memphis amitié 😀

      1. Merci grace à vous on a passé des soirées mémorables
        j’immagine que vous avez un paquets de souvenirs aussi
        en plus vous étiez bien placé pour superviser l’ensemble de la boite ! le spectacle était partout pas seulement sur la piste certains soirs!

    2. Alors moi le souvenir que j’ai c’est quand après minuit on laissait nos veste dans la voiture et qu’on faisait croire qu’on venait de sortir alors qu’on venait juste d’arriver. Et ça marchait.

  5. bonjour et bien moi j’allais danser le samedi soir au Riverside à ST
    Germain Paris 6 je crois un vrai tombeur j’ai du embrasser une fois en 6 ans par là!! et encore parce que j’avais abandonné mon poste de travail (ex-pompier de Paris civil privé etc..) la nuit, j’étais mort de trouille que l’inspecteur passe!!! en panique j’ai presque sauté sur une nana « vite faut qu’on s’embrasse j’ai pas le temps!!’ la nana s’est exécutée CONCLUSION si vous voulez embrasser une nana faut dire « vite j’ai pas le temps!! » depuis j’ai fait des progrès j’écris des conneries des trucs sérieux Grand Prix de Paris etc….hélas j’ai 63 ans doit pas me rester grand chose bof on s’éclate comme on peut bonne nuit les filles et les copains le tombeur gégé arheix….

  6. deuxième moitié des années 50 puis ….. le yéyé…. mini jupe (créateur inventeur), patte d’éléphants, style anglais, style américain (épaules pagodes), sans oublier les costumes et smoking au féminin qui furent repris une dizaine d’années après sous la griffe YSL avec succès….. nous avons allégé entoilage, épaulettes ce qui ne fut pas une mince histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *