disco

Danser à Paris dans les années 1970-80

En matière de pratiques culturelles, le développement de la fréquentation des discothèques est sans doute l’évolution la plus notable, à la fin des années 1970, et elle passe totalement inaperçue des radars macro-sociologiques de l’époque, notamment des enquêtes sur les pratiques culturelles des Français. On peut y voir une confirmation de ce constat, formulé par Olivier Donnat et Augustin Girard :

Tout ce qui est réaction prometteuses, brèche à travers les inerties et les déterminants passés, innovation porteuse d’avenir, et qui est peut-être le plus important pour imaginer des politiques futures, s’écoule sans laisser de traces à travers les grosses mailles de ce type d’enquête1.

Absente de l’enquête de 1973, mais aussi de celle de 1981, la « sortie en boîte » est prise en compte pour la première fois en 1989, dans la catégorie « fréquentation des spectacles ». Elle apparaît alors immédiatement comme une pratique très répandue : 55% des Français y sont allés au moins une fois dans leur vie (80% des moins de 35 ans), et pour le quart de Français qui y sont allés dans l’année, c’est la deuxième pratique la plus fréquente, juste après les sorties au restaurant, et devant le cinéma ou le bal public.

Une cartographie de la fête à Paris

Ces nouveaux lieux d’expérience de la musique et de la danse jouent un rôle important dans le développement des nouveaux courants musicaux de l’époque – soul, funk, punk, disco, new wave, et à partir de la toute fin des années 1970, rap.Voir par exemple le témoignage de Bernard Bacos, auteur d’un site consacré au « Paris branché des années 70 », et à l’époque noctambule :

Le premier disque de rap que j’ai entendu, en dehors des Last Poets en 69, c’était ‘Rappers’delight’ par Sugar Hill Gang et je me souviens que c’était à l’ouverture de la Main Jaune en 79, une boîte porte de Champerret où on dansait en rollers skate2

À l’aide de quelques ouvrages témoignant de l’époque, j’ai tenté de recenser quelques uns des lieux de danse au tournant des années 1980, et  notamment ces premières discothèques qui se multiplient alors à Paris et sa proche banlieue. Évidemment, toutes n’avaient pas le même concept, ne passaient pas la même musique, et n’acceptaient pas les mêmes clientèles…


Afficher Danser à Paris de 1975 à 1985 sur une carte plus grande

Sur cette carte (à compléter ! chercheur-e-s, clubbers ou amateur-e-s, n’hésitez pas à apporter des précisions…) :

  • Des dancings ouverts dès les années 1930, et encore en activité dans les années 1970 : la Coupole, le Kiss Club, le Balajo ;
  • des clubs « sélect » créé au tournant des années 1960 (Régine, Castel, New Jimmy’s) ;
  • quelques night-clubs des années 1960-1970 comme la Locomotive (1960), la Bohême (attestée dès 1964), le Bus Palladium (créé en 1965), le Tour Club (1966), le Gibus (1967), le Sept (1968), la Casita (1970), le Nuage, le Club 18, le Scaramouche, le Bronx (qui ouvrent tous les quatre vers 1970), le Whisky à gogo (1972), le Colony (1973), l’Émeraude (créé au milieu des années 1970), Le Rocco Club (1974), l’Élysée-Matignon (1977) ;
  • les premières grandes discothèques : le Memphis (1968), le Chalet du Lac (dancing dès les années 1950 qui devient discothèque en 1973), la Main bleue (1976), le Palace, les Bains-Douches et la Scala (1978), la Main jaune (1979), le Pacific (1980), le BH et l’Opéra Night (créés en 1981), le Midnight Express (1982) ;
  • d’autres clubs ou boîtes de nuit, plus petites : le Rose Bonbon (1978), le Broad (1980 ?), le Tango (renouvelé par Serge Krüger à pratir de 1981), le Garage, le Haute Tension, le Ring, les 120 nuits (1983), le Soleil noir (1984) ;
  • et quelques autres dont je ne connais pas la date de création (le Black & White, le Régis’kaïa, le Madras Club, le Flash Back, le Keur Samba, le Bataclan, l’Apoplexy, le Rex Club, le Rayon Vert, le Safari Club, le Shirley, le Roméo Club, le Stadium…)

Des lieux dont je n’ai pas retrouvé l’adresse :  le Club d’O, le Toppers (sans doute vers Montparnasse), le Milord Mot, le Week-End, l’Observatoire, le Club 78, le Black Sugar, le Galaxie, le Navy, l’Addison Square Garden…

Sources :

  • José-Louis Boquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, Flammarion, 1998.
  • Daniel Garcia, Les années Palace, Flammarion, 1999
  • Alain Pacadis, Nightclubbing, Denoël, 2005
  • Vincent Sermet, Les musiques soul et funk, L’Harmattan, 2008
  • Bernard Bacos, Le Paris branché des années 1970, site web : http://paris70.free.fr/index.htm (consulté en sept. 2011)
  • Site l’Hexagone Gay, http://www.hexagonegay.com/region/paris80-discotheques.html (consulté en sept. 2011)

Crédit de l’image à la une : « Disco light » (cc-by-sa) Martin Fisch

  1. Nouvelle enquête sur les pratiques culturelles des Français en 1989, La Documentation Française, 1990, p. 9 []
  2. Réponse de B. Bacos à une question notée dans l’ancien livre d’or de son site. Consulté en sept. 2011. []

143 réflexions sur “ Danser à Paris dans les années 1970-80 ”

  1. si je peux te compléter tes infos sur les boites qui se faisaient, donc plus haut je disais qu’il y avait le bus palladium dont tu fais référence mais aussi le Palladium, c’était 2 boites différentes, une se trouvait au métro Blanche et a connu ses heures de gloire après la fermeture de la Bohéme à Montparnasse et l’autre (bus ou pas Palladium) était à république et se trouvait en étage, j’y allais que le dimanche après midi car je n’avais que 15 ans (72) et j’y allais en cachette lol.. cette boite a ensuite fermé en 73 ou 74 je crois …

    bon courage pour tes recherches et un grand merci pour tous ces superbes souvenirs que tu nous as remonté .. merci

  2. Bonjour à tous,

    J’ai 65 ans, dans les années 1966-1968 j’ai beaucoup fréquenté la discothèque le Refuge, 20, rue du faubourg du temple – 75011 Paris , (métro République) le
    samedi soir et le dimanche après midi.
    En 1970, Le Refuge” est devenu “le Gibus”, changement de propriétaire (repris par Alain TAIEB) et tout les copains et copines se sont dispersés.
    Un super souvenir de l’ambiance de l’époque ou on entrait pas sans costume, cravate et ont savait danser le Be-bop.
    Je voudrais avoir des témoignages des personnes
    qui ont connus cette discothèque “le Refuge” dans les années
    67 et 68.

    Little Tony

  3. Bien, on a du boulot pour réanimer tout ce beau monde … je vois qu’on est tous fascinés par nos années de premières après-midi, soirées et clubs…
    Pour la petite histoire, j’ai grandi à Paris et j’ai bien connu pas mal de lieux et boites citées par vous tous et franchement, c’était vraiment un régal de pouvoir écouter du bon SON et de voir qu’on y pense TOUS comme si c’était hier….
    Pour ma part, ce qui dictait mes adresses, c’était très souvent la qualité musicale et l’ambiance agréable et sympa… Mon circuit était assez souvent : Palace et Privilège le mercredi soir (car soirées d’avant première cinéma à 23h puis boite à partir de 1h); et le week-end, l’Etoile Foch, excellente musique (ou je croisais effectivement Hyppolite mentionné plus bas, Tony à la porte et de très bons danseurs), la Main bleue également pour sa musique, le François 1er (près des champs) club plutôt select avec un très bon disquaire (et qui manque sur tes listes Karim), l’Addison évidemment, le Captain Vidéo plus Black and White (on y bossait), le Rose Bonbon et le Krypton (pas longtemps), le Tango le jeudi soir (le grand Serge était à l’entrée), l’endroit était débraillé dès le départ et la musique type Chacha-Mambo était assez précurseur du phénomène Salsa des 90, l’Aventure (angle av Foch) avec Eric aux platines, la Scala les après-midis, le Saint Père, le rayon vert, le keur, le Mocambo, l’Alizé (Paris 15)… et à la même époque, le Timis (rue de Rennes) avec Azzedine aux manettes : on devait être les 2 seuls whites de la soirée… et pour finir bien sûr, le lien et le liant magique c’était l’excellent son que l’on y trouvait et toujours au bon moment, voilà ce qui nous réunissait … Karim, il faut noter aussi des lieux comme Champs Disques, boutique de disques dans la galerie des champs, on s’y retrouvait pour écouter les nouveautés Funk avant de filer en soirée, …. j’écoute toujours mais plutôt à la maison (parfois des vinyls) et je danse un peu moins quoique… certains parlaient de concours de danse … ça aussi c’était un sacré moment…
    En résumé, cela m’a fait découvrir la nuit, les gens, partager les galères comme les supers moments et tout simplement, savoir apprécier l’autre tel qu’il est …
    Ravi d’avoir échanger avec vous tous, et Karim, dès que tu prévois d’organiser une soirée ou un événement fait nous signe, on viendra en force pour onduler …
    Ciao, Edu.

    1. et maintenant c’est au Bizz’Art que cela continue grâce à Didier ! enfin… DJ Chabin ! qui s’allie à Sidney et Shaker Listen pour leur PALM une fois par mois ! Pour ce qui est de l’Etoile Foch…. j’ai des photos souvenirs de l’époque qui me sont très chères pendant les concours car oui, il y avait des concours dont le dernier a été gagné par Boris (RIP).

  4. Merci pour ces merveilleux souvenirs… Juste un clin d’œil pour le restaurant “Le Privilège” situé sous le Théâtre le Palace A Xavier, Ursula, PtiBig et Bében…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">