Danser à Paris dans les années 1970-80

En matière de pratiques culturelles, le développement de la fréquentation des discothèques est sans doute l’évolution la plus notable, à la fin des années 1970, et elle passe totalement inaperçue des radars macro-sociologiques de l’époque, notamment des enquêtes sur les pratiques culturelles des Français. On peut y voir une confirmation de ce constat, formulé par Olivier Donnat et Augustin Girard :

Tout ce qui est réaction prometteuses, brèche à travers les inerties et les déterminants passés, innovation porteuse d’avenir, et qui est peut-être le plus important pour imaginer des politiques futures, s’écoule sans laisser de traces à travers les grosses mailles de ce type d’enquête1.

Absente de l’enquête de 1973, mais aussi de celle de 1981, la « sortie en boîte » est prise en compte pour la première fois en 1989, dans la catégorie « fréquentation des spectacles ». Elle apparaît alors immédiatement comme une pratique très répandue : 55% des Français y sont allés au moins une fois dans leur vie (80% des moins de 35 ans), et pour le quart de Français qui y sont allés dans l’année, c’est la deuxième pratique la plus fréquente, juste après les sorties au restaurant, et devant le cinéma ou le bal public.

Une cartographie de la fête à Paris

Ces nouveaux lieux d’expérience de la musique et de la danse jouent un rôle important dans le développement des nouveaux courants musicaux de l’époque – soul, funk, punk, disco, new wave, et à partir de la toute fin des années 1970, rap.Voir par exemple le témoignage de Bernard Bacos, auteur d’un site consacré au « Paris branché des années 70 », et à l’époque noctambule :

Le premier disque de rap que j’ai entendu, en dehors des Last Poets en 69, c’était ‘Rappers’delight’ par Sugar Hill Gang et je me souviens que c’était à l’ouverture de la Main Jaune en 79, une boîte porte de Champerret où on dansait en rollers skate2

À l’aide de quelques ouvrages témoignant de l’époque, j’ai tenté de recenser quelques uns des lieux de danse au tournant des années 1980, et  notamment ces premières discothèques qui se multiplient alors à Paris et sa proche banlieue. Évidemment, toutes n’avaient pas le même concept, ne passaient pas la même musique, et n’acceptaient pas les mêmes clientèles…


Afficher Danser à Paris de 1975 à 1985 sur une carte plus grande

Sur cette carte (à compléter ! chercheur-e-s, clubbers ou amateur-e-s, n’hésitez pas à apporter des précisions…) :

  • Des dancings ouverts dès les années 1930, et encore en activité dans les années 1970 : la Coupole, le Kiss Club, le Balajo ;
  • des clubs « sélect » créé au tournant des années 1960 (Régine, Castel, New Jimmy’s) ;
  • quelques night-clubs des années 1960-1970 comme la Locomotive (1960), la Bohême (attestée dès 1964), le Bus Palladium (créé en 1965), le Tour Club (1966), le Gibus (1967), le Sept (1968), la Casita (1970), le Nuage, le Club 18, le Scaramouche, le Bronx (qui ouvrent tous les quatre vers 1970), le Whisky à gogo (1972), le Colony (1973), l’Émeraude (créé au milieu des années 1970), Le Rocco Club (1974), l’Élysée-Matignon (1977) ;
  • les premières grandes discothèques : le Memphis (1968), le Chalet du Lac (dancing dès les années 1950 qui devient discothèque en 1973), la Main bleue (1976), le Palace, les Bains-Douches et la Scala (1978), la Main jaune (1979), le Pacific (1980), le BH et l’Opéra Night (créés en 1981), le Midnight Express (1982) ;
  • d’autres clubs ou boîtes de nuit, plus petites : le Rose Bonbon (1978), le Broad (1980 ?), le Tango (renouvelé par Serge Krüger à pratir de 1981), le Garage, le Haute Tension, le Ring, les 120 nuits (1983), le Soleil noir (1984) ;
  • et quelques autres dont je ne connais pas la date de création (le Black & White, le Régis’kaïa, le Madras Club, le Flash Back, le Keur Samba, le Bataclan, l’Apoplexy, le Rex Club, le Rayon Vert, le Safari Club, le Shirley, le Roméo Club, le Stadium…)

Des lieux dont je n’ai pas retrouvé l’adresse :  le Club d’O, le Toppers (sans doute vers Montparnasse), le Milord Mot, le Week-End, l’Observatoire, le Club 78, le Black Sugar, le Galaxie, le Navy, l’Addison Square Garden…

Sources :

  • José-Louis Boquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, Flammarion, 1998.
  • Daniel Garcia, Les années Palace, Flammarion, 1999
  • Alain Pacadis, Nightclubbing, Denoël, 2005
  • Vincent Sermet, Les musiques soul et funk, L’Harmattan, 2008
  • Bernard Bacos, Le Paris branché des années 1970, site web : http://paris70.free.fr/index.htm (consulté en sept. 2011)
  • Site l’Hexagone Gay, http://www.hexagonegay.com/region/paris80-discotheques.html (consulté en sept. 2011)

Crédit de l’image à la une : « Disco light » (cc-by-sa) Martin Fisch

  1. Nouvelle enquête sur les pratiques culturelles des Français en 1989, La Documentation Française, 1990, p. 9 []
  2. Réponse de B. Bacos à une question notée dans l’ancien livre d’or de son site. Consulté en sept. 2011. []

303 réflexions au sujet de « Danser à Paris dans les années 1970-80 »

  1. si je peux te compléter tes infos sur les boites qui se faisaient, donc plus haut je disais qu’il y avait le bus palladium dont tu fais référence mais aussi le Palladium, c’était 2 boites différentes, une se trouvait au métro Blanche et a connu ses heures de gloire après la fermeture de la Bohéme à Montparnasse et l’autre (bus ou pas Palladium) était à république et se trouvait en étage, j’y allais que le dimanche après midi car je n’avais que 15 ans (72) et j’y allais en cachette lol.. cette boite a ensuite fermé en 73 ou 74 je crois …

    bon courage pour tes recherches et un grand merci pour tous ces superbes souvenirs que tu nous as remonté .. merci

      1. Salut excuser mon mauvais français, moi je travailler 1989 aux Charivarie boulevard saint germain des pret. Certe boitte avez aux soul sols les village d’europe avec deux resteaurant e quattre pub a teme. Aux 1 etage ils y avez là disco.

      2. C’était des endroits ou j’ai laissé de la semelle des chaussures par plaisir

    1. Moi j’ai dansé au paladium à République en effet c’était à l’étage et j’allais quand ma boîte préférée était fermée super boîte , bonne musique et belle ambiance

      1. Ahhh çà fait bizarre quelqu’un qui se souvient du Palladium à république 😉

    2. Il y avait aussi le Toppers etle week end
      Moi j’allais en 1970 ,le samedi AM et le soir
      Et le dimanche AM avec mon Jean Raymond et les Weston

      1. Ohh oui je me souviens, les hommes en Jean Raymond même beaucoup allaient faire leur costume à Barbes en Alpaga c’était la mode, Weston bien souvent achetées au Carreau du Temple et pour les filles nous avions aussi des Westons et faux sacs à main Hermès

      2. Moi aussi top pers le week-end habillée de la même façon taille haute exct …. Le kiss également le Romeo . Pour les filles c t gratuit le samedi sans compter les concours de danse ou l’on gagnait soit du champagne ou ceinture en croco et la boisson gratuite comprise avec l’entrée payée !!! Que des bons souvenirs !!!! On c peut être rencontrés LOL

    3. peut’etre certains on connus le MILORD MODS 5 rue de beaujolais ou le MEDICIS rue de l’echaudée ,le club ZED rue des anglais et en banlieue de tres bonnes discotheques le JACKSSON A Tournan LE PACHA a LOUVECIENNE LA SCIENDA a Sucie en Brie et la Plage de Gournay toute une epoque

      1. Bonsoir
        Que de souvenirs en effet
        Alors pour ma part je suis retournée l’année dernière au Pacha c’est toujours aussi Top et encore plus grand qu’avant que du bonheur !

      2. Première boite passage obligatoire par le Golf Drouot, puis Roméo Club et Milord mod’s pour découvrir et écouter la soul, surtout Otis Reading. J’allais aussi dans une petite boite rue des Audrillettes dans le Marais à l’angle de la rue Michel Lecomte et rue du Temple (je crois) le Kikméon

      3. Trop fort grâce à toi j’ai retrouve le nom de la boite de ma jeunesse le Médicis merciiiiiiiiiiii

  2. Bonjour à tous,

    J’ai 65 ans, dans les années 1966-1968 j’ai beaucoup fréquenté la discothèque le Refuge, 20, rue du faubourg du temple – 75011 Paris , (métro République) le
    samedi soir et le dimanche après midi.
    En 1970, Le Refuge” est devenu “le Gibus”, changement de propriétaire (repris par Alain TAIEB) et tout les copains et copines se sont dispersés.
    Un super souvenir de l’ambiance de l’époque ou on entrait pas sans costume, cravate et ont savait danser le Be-bop.
    Je voudrais avoir des témoignages des personnes
    qui ont connus cette discothèque « le Refuge » dans les années
    67 et 68.

    Little Tony

    1. bj effectivement j ai moi aussi fréquenté le refuge en 65 66 le temple du bop entrée cravate et costume nous étions toute une bande de montreuil quelle belle époque j habite maintenant biarritz pas mal aussi

  3. Bien, on a du boulot pour réanimer tout ce beau monde … je vois qu’on est tous fascinés par nos années de premières après-midi, soirées et clubs…
    Pour la petite histoire, j’ai grandi à Paris et j’ai bien connu pas mal de lieux et boites citées par vous tous et franchement, c’était vraiment un régal de pouvoir écouter du bon SON et de voir qu’on y pense TOUS comme si c’était hier….
    Pour ma part, ce qui dictait mes adresses, c’était très souvent la qualité musicale et l’ambiance agréable et sympa… Mon circuit était assez souvent : Palace et Privilège le mercredi soir (car soirées d’avant première cinéma à 23h puis boite à partir de 1h); et le week-end, l’Etoile Foch, excellente musique (ou je croisais effectivement Hyppolite mentionné plus bas, Tony à la porte et de très bons danseurs), la Main bleue également pour sa musique, le François 1er (près des champs) club plutôt select avec un très bon disquaire (et qui manque sur tes listes Karim), l’Addison évidemment, le Captain Vidéo plus Black and White (on y bossait), le Rose Bonbon et le Krypton (pas longtemps), le Tango le jeudi soir (le grand Serge était à l’entrée), l’endroit était débraillé dès le départ et la musique type Chacha-Mambo était assez précurseur du phénomène Salsa des 90, l’Aventure (angle av Foch) avec Eric aux platines, la Scala les après-midis, le Saint Père, le rayon vert, le keur, le Mocambo, l’Alizé (Paris 15)… et à la même époque, le Timis (rue de Rennes) avec Azzedine aux manettes : on devait être les 2 seuls whites de la soirée… et pour finir bien sûr, le lien et le liant magique c’était l’excellent son que l’on y trouvait et toujours au bon moment, voilà ce qui nous réunissait … Karim, il faut noter aussi des lieux comme Champs Disques, boutique de disques dans la galerie des champs, on s’y retrouvait pour écouter les nouveautés Funk avant de filer en soirée, …. j’écoute toujours mais plutôt à la maison (parfois des vinyls) et je danse un peu moins quoique… certains parlaient de concours de danse … ça aussi c’était un sacré moment…
    En résumé, cela m’a fait découvrir la nuit, les gens, partager les galères comme les supers moments et tout simplement, savoir apprécier l’autre tel qu’il est …
    Ravi d’avoir échanger avec vous tous, et Karim, dès que tu prévois d’organiser une soirée ou un événement fait nous signe, on viendra en force pour onduler …
    Ciao, Edu.

      1. Me souvient
        D olivia Valere
        Chari Vari ( qui s en souvient?)
        Une autre boite au decor oriental le Sherazade ( Ardisson y tournait ume émission)
        Bien sur les bains
        Une boite plus banlieue, limite proventialr, mais ou ca levait
        Le metropolis

      2. Salut Karim
        Super ton boulot pour raviver la mémoire de notre adolescence, moi j’ai grandis à Paris du côté de Belleville et dans les années 80 avec mes potes on fréquentait les boîtes qui diffusait beaucoup de soûl et de funk surtout des imports destiné aux ghettos noirs américains. Parmi ces boîtes figuraient le Pacific que tu as cité plus haut, le Galaxie qui se situait rue des blancs manteaux à Rambuteau et dont l’un des premiers videurs était un certain Stephane Ferrara ancien boxeur devenu acteur de cinéma depuis. Il y avait aussi le Caramel rue de Rennes devenu le Timis, la Confusion à Odéon, les Adelphes rue St Anne entre autres.
        Nous n’avons pas pu fréquenter le Kiss club situé boulevard de Strasbourg et le Poney club à Rue Montmartre car ayant fait le bonheur des générations précédentes dans la décennie 70 surtout, elles ont fermées quand on commençaient à sortir et pourtant elles figurent en bonne place dans la mémoire de ceux qui s’y sont déhanchés sur des sons devenu des incontournables du genre.

        Enfin, ces boîtes avaient toutes un point commun, elles étaient principalement fréquentées par les enfants issus de l’immigration 2ème et 3ème génération qui pour la majorité d’entre eux peinaient à rentrer dans les clubs plus officiels comme les Bains, la Scala et autres Palace.

        Ps: l’Observatoire se trouvait dans la rue du même nom située entre la Madeleine et l’Opéra avant de devenir le Boy’s.

        Bonnes Fêtes à toi et à tous les clubbers et Kissman comme on surnommait dans mon quartier les adeptes des pas glissés chaussés de la cartoufle de chez Cardin achetez dans la petite boutique de chaussures à Strasbourg St Denis toujours ouverte de nos jours!

      3. Merci beaucoup pour ce commentaire ! Une incitation de plus à prendre le temps d’actualiser cette carte, et à mettre en valeur les dizaines de témoignages qu’elle a suscité…

    1. et maintenant c’est au Bizz’Art que cela continue grâce à Didier ! enfin… DJ Chabin ! qui s’allie à Sidney et Shaker Listen pour leur PALM une fois par mois ! Pour ce qui est de l’Etoile Foch…. j’ai des photos souvenirs de l’époque qui me sont très chères pendant les concours car oui, il y avait des concours dont le dernier a été gagné par Boris (RIP).

    2. Sa me met les larmes aux yeux champs disque la casita le Pacific club la funk à l ancienne l ambiance de l époque le chalet du lac etc…..

    3. Le flash back, rue des 4 vents 75006 – très très sympa, petite boîte sur3 niveaux, excellente music, nous étions chez nous.. Le palace, surtout le jeudi soir, les coupes de fruits sur le Bar au RDV, et la musique évidemment.. Nos meilleures soirées, sur des rythmes de soûls, funk.. A la sortie, arrêt boulangerie : croissants bien chauds, petits déjeuners et dodo jusqu’à 13h pour le repas du dimanche en famille..Si vous organisez une soiree, faites signe.. Merci

  4. Merci pour ces merveilleux souvenirs… Juste un clin d’œil pour le restaurant « Le Privilège » situé sous le Théâtre le Palace A Xavier, Ursula, PtiBig et Bében…

  5. Hello Mendy ouahh que de souvenirs tu fais remonter, je suis aussi née dans les quartiers de Belleville et issue d’une famille Française de Souche 😉 et le Kiss effectivement était vraiment et surtout pour les « issus » d’émigrations, je me souviens d’un super pote qui se prénommait Lounis .. De mémoire il n’y avait pas de boite à Belleville hormis le café le Cocorico lol… beaucoup de ceux qui aimer la funk et autres soul nous allions à la Bohème qui était principalement black et ou les premiers couples mixtes faisaient surface au grand désespoir de certains parents . Il y avait aussi le Gibus à république mais je ne sais plus si c’était son 1er nom ..
    Je ne sais ps si tu vas toujours à Belleville mais ce village a changé malheureusement
    Bonnes fêtes à tous et encore mercis Karim pour ces merveilleux moments de souvenirs

  6. bonsoir

    mon pere m’a dit que le Navy Club etait anciennement situé au boulevard de l’hopital, juste en face de l’hopital la pitié salpetriere.
    Il y avait un restaurant et un aquarium dans ce club.

    bien à vous

    1. Oui, c’est exact, le Navy Club était boulevard de l’hopital en face de l’hopital de la pitié, je l’ai bien connu, j’ai mangé quelques fois au restaurant du club avant qu’il ferme. Je suis à la recherche du nom de la boite qui se trouvait en face du Kilt Club écossais au tout début des années 70, quelqu’un se souvient ??

      1. Suite à mon message ci-dessus. Je viens de lire les autres commentaires, j’ai trouvé la réponse à ma recherche pour le nom de la boite qui était en face du Kilt, c’était le Touquet bien sur !! j’avais 23 ans j’y allais le dimanche après midi !! Souvenirs, Souvenirs !!!

  7. que de souvenirs je suis de cette génération qui a fréquenter ces boite nuit le galaxie le poney club qui ce trouvait bd poissonnière le kiss le pacific je me souvient très bien de l’ouverture de cette boite qui était dans les année 70 une boite de tango ensuite c’est devenu une boite funk ils ont commencer le mercredi après midi a 15 franc et gratuit pour les filles la main bleu aussi qui était a Montreuil

  8. Dans les années 60/70 je fréquentais des clubs rue Jean Mermoz à Paris 8eme,;Il y avait « Le Club Ecossais »,  » Le Kilt » et de l’autre coté de la rue une autre boite trés bien avec de la lumière noire où tout ce qui était blanc ressortait ; Le nom ? Qui a connu ?
    J’allais aussi au  » Hifi-Club  » à Bailly, une boite formidable qui a brulé juste avant l’ouverture du  » Pacha  » à Louveciennes.
    Et puis le Tabou rue Dauphine…….!

      1. Exact le Fouquet , que je fréquentais régulièrement, meilleur ambiance au club écossais et au kilt en face tenu par Johnny , il y avait aussi le mimi pinson, la clé des champs, le menphis,l hôtel gallen. Pour le Pacific a la défense tenu par M Martin alias « Martin la frite » tout ceux qui ne pouvaient rentré au midnigth finissaient au Pacific super bon djidji Senghor qui a fait le succès de se lieu .
        au plaisir de vous lire.

    1. Moi j’allais dans la boîte qui étais en face du club écossais ,impossible de me souvenir du nom autrement je fréquentais le week end club rue de la gaité, le Tabou,
      Le Kiss club belle époque

      1. rue Jean Mermoz c’etait le Touquet la boite du tout paris ( c’est qui etait ecrit ) et en face il y avait le Kilt au rdc et le club ecossais au sous-sol. Et qui se souvient du Poster club a Cambronne et du Relais de Chaillot sur les Champs.

    2. j’allais tous les dimanches après-midi au Touquet paris 8ème. Effectivement nos dessous blancs ressortaient à travers les vêtements. Un peu gênant sur le moment, puis … pas de problème !!!! il y avait énormément de monde. J’ai connu le « Pacha » de Louveciennes

    1. Annie Digouin, la Bohème à Montparnasse ?? ahh mais alors j’ai dû connaitre ton mari car j’ai connu la fermeture sniff sniff de cette boite.

      J’arrive plus à me souvenir si la boite qui était rue du faubourg du temple se nommait « le tango » ou « la Java » la boite était aps loin d’une rôtisserie ..

      1. C était la java pitchounne et juste en face un magasin de parfums  » aux soleil du midi  » avec des huummm créatures qui après leur venaient glisser au sol du ginche.

    1. Ahhh mais alors on a dû se connaitre.. Et Alain le Chabin qui était le patron avec un vieux monsieur blanc ..

      vraiment la Bohème a été mon plus beau et grand souvenir ..

      1. salut Pitchoune ,content de savoir que tu es une ancienne de la Boheme,je comprends quand tu dis « Sniff sniff » car tous les anciens que je rencontre regrette cette discothèque .Je n’ai pas pu assister a la fermeture car j ‘étais a l’armé tu te souviens un peu de la date? Pour ceux qui veulent avoir une idée,il y a une scène dans le Dernier tango a Paris une poursuite a pieds a montparnasse amène Marlon Brando passage odessa.

      2. @ Fred
        « salut Pitchoune ,content de savoir que tu es une ancienne de la Boheme,je comprends quand tu dis « Sniff sniff » car tous les anciens que je rencontre regrette cette discothèque .Je n’ai pas pu assister a la fermeture car j ‘étais a l’armé tu te souviens un peu de la date? Pour ceux qui veulent avoir une idée,il y a une scène dans le Dernier tango a Paris une poursuite a pieds a montparnasse amène Marlon Brando passage odessa. »

        de mémoire la Bohème a dû fermer dans les années 74 ou 75 si je ne me plante pas et j’étais présente le dernier jour personne ne voulait sortir de la boite . J’ai pratiquement perdu le contact avec tous les amis de ce lieu mythique

      3. bonjour je suis cathie une ancienne de la boheme , avec le dj un africain trop gentil j oublie son prénom il m’avait offert le vynile de baby hues, je ne trouve aucune photo de la boheme, il y avait toujours une fille antillaise qui dansait toute seule sur la piste c’était génial, TICCO le prénom du dj et alain et le boss.
        enorme plaisir d »evoquer ces souvenirs c’était la meilleure epoque bis a tous ceux de la boheme

      4. le prénom du patron étaitTONY je crois
        bis a tous

        et si une personne a des nouvelles de TICO faire suivre m erci a tous

      5. @ Cathie, je ne sais pas pourquoi je ne peux pas lui répondre direct sous son message .. Bizarre..
        Oui voilà le vieux monsieur se nommait Tony .. en revanche je ne me souviens même pas du DJ lol on y allait en bande et du coup c’est vrai qu’on ne faisait même pas attention au DJ
        Je ne me souviens pas qu’il y avait une danseuse antillaise, je me souviens qu’il y faisait méga méga trop chaud lol que la boite n’était pas très grande et qu’au fond de cette boite il y avait des tables et chaises pour s’installer.. James Brown était régulièrement de nos fêtes et tout le monde dansait, les Antillais, les Africains, les blancs etc etc . Je n’y allais principalement que le samedi soir surtout
        Si çà se trouve on se connait ..

      6. @Pitchoune : impossible de répondre direct sous le message à cause d’une limite dans les commentaires « imbriqués » 😉
        A partir de 3, il est impossible d’ajouter un 4e niveau. Bons échanges néanmoins !

      7. J,ai beaucoup joué à la boheme -le tour club et le bus palladium.avec le groupe witness of soul.

  9. J’ai déjà commenté avant mais je ne m’en lasse pas car je retrouve des noms de « boîtes » que j’avais oublié et c’est un retour à notre jeunesse alors merci à toi de nous replonger dans ces années là et comme je ne sais plus qui en a parlé lol mais si tu comptes faire une soirée avec nous tous, on sera là avec
    nos potes lol une idée sympa non ? Lol

    (Moi mon dernier fief de l’époque c’était le poney club entre autres sinon jcrois que j’ai fait toutes les boîtes de Paris et des environs à cette époque lol👠💄)

  10. bonjour

    bonjour
    qui a connu ce guinche qui se trouvait a cote du cirque medrano de l’epoque. j’y allais tous les lundi soir avec l’équipe, et je ne me souviens plus du nom ? je crois que c’etait rue laillier.
    que du bonheur.
    et je n’entends pas parler du jardin avenue de clichy ?? est ce trop vieux ?? ou c’est moi qui est tres tres vieux snifffffffffffffffffffff

    bonne journée

    1. Merci dédé de Belleville pour le nom de la Java, désolée je ne sais pas pourquoi je ne peux pas répondre sur ton message où tu m’as répondu..
      Oui la Java, les amies de ma maman y allait .. c’était un bal musette comme il en existait encore à Belleville .. merci

    2. Ne pas confondre !! Le Petit Jardin c’était musette ( très mal fréquenté : le mitan !! ) alors que le Kiss Club, Boulevard de Strasbourg , ou le Poney , Boulevard Montmartre, ou la Casita, rue Montmartre, c’était  » funcky  » ….La Casita, remplacée par un parking a fermé en 1986…
      Dans les années 1970 , je fréquentais les boites où il y avait la meilleure musique et la meilleure ambiance : Kiss, Week End, Rue de la Gaité, Poney Club, Casita…Il y avait aussi le Club St Nicolas, rue du Fg St Denis….
      Je rappelle que, beaucoup plus tard, dans les années 1990 95, quelques boites avaient encore la bonne ambiance d’avant – mais , le plus souvent, n’ont pas pu continuer longtemps – je pense au TEMPLE , Place Pigalle ( soirées mémorables ) les soirées Hard Core System aux Folies Pigalle du dimanche soir, le Magnum le vendredi soir à ses débuts ( années 2000 ) le Starter à Orgeval ( 2005 ) Etc….
      Et aujourd’hui ?…. la réponse …à trouver !!!

  11. Qui a connu le Wonder club à St Germain (Paris) ?et le Week end club
    Qu’est ce que j’ai pu frimé avec mon
    Jean Raymond et les Weston avant j’étais le mine maintenant je suis le vieux minet

    1. J etais dj au wonder club de 1970 a1974 et apres ouverture du w a gogo rue de seine quelle epoque et surtout quelle MUSIQUE j ai 65 ans et de tres bons souvenirs bon souvenir a tous PATRICK H

      1. patrick j’avais pas vu que vous étiez dj au wonder, forcément je vous ai connu, je faisais la bise au dj donc vous 🙂 et tout le personnel de cette même époque, je suis nostalgique de cette époque et jeunesse, le temps passe trop vite, ;(

      2. J’ai bien connu le Whisky à Gogo rue de seine, boite formidable ,personne ne m’a répondu sur « hi-Fi Club » à Bailly qui était la boite à la mode avant le Pacha Club dans le même coin

    2. ça fait plaisir de voir quelqu’un qui connait le wonder club, j’y allais tout les vendredi et samedi soir, j’étais plus souvent dans la salle du bas, que du bonheur et de souvenir, je me souviens des videurs costaud 🙂 le belle brune du vestiaire trés maquillé certes mais tres jolies, même si je suis allée également au chalet du lac, la taverne de l’olympia c’était le wonder mon kiff, j’ y ai laissé tout mes souvenirs quelle belle époque, cette boite a également fermé pour moi c’est la ou je me suis le plus éclaté

    3. Moi!!! j’ai connu le Wonder club pendant des années Ma première boite de nuit je m’ap Martine je sortais avec ma meilleure amie Francoise que j’ai toujours d’ailleurs en meilleure amie!! je dansais toute la nuit et le matin j’allais bossé comme vendeuse à St Michel Jamais fatiguée!! Mes plus belles années j’avais 16 ans…

      1. Martine , j’ avais 17 ans quand j’allais au wonder en 1972 j’arrivais a l’ouverture qui à l’époque était 21h ou 21h3O (contrairement a aujourd’hui ou les boites ouvrent a minuit) jusqu’ a la fermeture le matin à l’époque on en profitais bien je dansais tout le temps mais parfois pendant les slow je prenais l’air j’aimerais tellement revenir dans ces belles années ou l’ont s’amusait ! le videur était surnomé Gégé ! je voudrais dire Merci a KARIM quelle formidable idée ce site, même si l’on reparle de notre passée avec nostalgie cela fait du bien de partager cette belle époque ! Merci a toi 😉

    4. le Wonder club rue du dragon ,j’y étais tous les samedis soirs c’était tellement bien , ensuite nous allions manger au pub st germain vers les 6 heures du matin !! que de souvenirs !! La casita , le kilt ,le Palacio , le navy club , le safari club ,j’ai connu également mais le Wonder club était ma discothèque préférée 😀

      1. @ Reinhardit moi aussi j’étais tout les samedi soir au wonder je voyais souvent les mêmes personnes (les habitués comme ont disait à l’époque) sans vraiment connaitre le prénom des gens, je faisais partie des premiére arrivées et derniére parti j’allais également au pub st germain ! ma premiére boite était le bal de la Marine qui à fermé peu de temps aprés, j’allais aussi au chalet du lac , le tabou une fois, la taverne de l’olympia j’aimais bien aussi et d’autres dont je me souviens plus, et ensuite le wonder qui était aussi ma préférée et du coup j’y allais le vendredi, soir et samedi soir je ne m’en lassais pas c’était trop bien 🙂 cette époque n’a rien a voir avec celle d’aujourd’hui !

    5. Il me semble avoir connu le Riverside à Saint-Germain (Paris) mais je ne le vois nulle part mentionné. En voyant Wonder Club, çà me dit quelque chose ? mais je ne pense pas faire erreur. Est-ce que quelqu’un a mémoire du Riverside ?
      Nous allions aussi danser tous les week-ends à Bougival (92) sur 2 péniches (boites de nuit) l’une près de l’autre. Celle que nous fréquentions le plus était le Show Boat, je ne me souviens plus du nom de l’autre. A cette époque quand on sortait d’une boite on nous mettait un petit coup de tampon (encreur) au bras, et nous allions dans celle d’à côté (qui faisait la même chose) et nous pouvions ainsi passer d’une boite à l’autre en montrant le tampon. Cà nous évitait de repayer l’entrée. Cà se faisait aussi dans les boites en Espagne à cette époque. Nous étions à Calafell Playa où nous allions au Barbarella et une boite voisine
      toujours avec ce système de tampon au bras. Une bien belle époque de bonheur et d’insouciance, surtout pour nous les filles avec la pilule et l’avortement autorisés qui ont permis que nous vivions des années merveilleuses de jeunesse. La totale liberté !!!!

  12. si une personne sais que sont devenu ces ancienne boite (le pacific le poney club le galaxi) merci d’avance

    1. Salut derka,
      Le Pacific (ancienne salles de cinema)
      A ferme milieu années 90,
      Muree C est devenu une station de bus! Martin est d autres ont voulu ouvrir un autre établissement du cote de chelles,mais trop surveillé! et embêté par le voisinage a raccroché!!
      Qui a connu l’échappatoire du cote de Clichy ss bois!?

      1. Moi! J’habitais a 10mn de l’echapatoire.👍😊 j’ai connu le kiss club, le pacifique, la soul et la funk… le top du top!😉

      2. Coucou moi c est Patrick 58ans j ai bien connu l échappatoire car j habitait à bondy c était un superbe boite ou ils passait souvent du Mickaël Jackson l album of the wall le matin un gard de la boite ramenait les gens qui n avaient pas de voitures avec sa DS epoque magnifique.

  13. Dans les années 70 seul le Kissclub passait de la Soul, cette soul dansante qui a donné naissance au Funk. Les Kissman que nous étions nous venions d’Aulnay des Mille Mille. C’était une époque mémorable tant au niveau de la zique et des danses du Kiss que pour les sapes et la mentale, on pouvait entrer au Kiss en suvêt. Pour info la 1è dance du Kiss vient des blédards Algériens et Bylka qui dansaient à l’orientale sur de la Soul ensuite une autre dance plus soft et après les fameux pas en glissade à la James sur le côté et devant. Plus tard dans d’autres boîte on dansait avec les Kissgirl face à face en glissade sur le côté en même temps et en avant et en arrière c’était stylé.

    1. c’est exactement la même chose pour la Bohème à Montparnasse qui était principalement black et qui ne passait que de la soul, funk et sans oublier Jammmmmmmmmmmesss Brown.. toutes les musiques de ce style ont été implantés en France par des Blacks soient venus des Etats Unis, soient d’Afrique et des Antilles ..

  14. Bonjour à tous je suis un ancien dj du club 79 du memphis du romeo club de la scala du madeleine club plazza et je travaillais aussi à champs disques puis au virgin je lis vos com avec beaucoup de nostalgie à très vîte 😀

    1. Bonjour à tous,

      A force de vous lire avec nostalgie, je me lance enfin pour un commentaire.
      Pour ceux qui ont connu le HADISON à côté du Bowling à Montparnasse, j’ai fréquenté cette discothèque pendant 3 ans presque tous les samedis soir et souvent le dimanche après-midi également avec des souvenirs encore présent comme le videur à l’époque qui s’appelait Mokrane, Didier le Barman.
      Enfin voilà quoi, la bonne époque de la Funk !!!

      Bis à tous

      1. Bonjour Franck,
        Moi et ma sœur plus un ou deux amis nous y rendions le samedi soir à partir de 22h30 entre 1983 et 1986.
        l’Adison était un endroit magnifique ayant malheureusement périclité par la suite au niveau de la clientèle.. .Elle se située au 17 rue du commandant René Mouchotte sur le trottoir de gauche, juste après la passerelle reliant le jardin de « l’atlantique ».
        Son dernier patron s’appelait Jacques, je l’ai aperçu en 1997 au Safari Club ( qui a brulé…pourquoi ? ) situé au rond point des Champs. La salle se situe au premier étage après avoir monté un escalier tendu de velours brique ou rouge, à gauche en entrant sur le pallier, une charmante hôtesse ( parfois deux) tiens le vestiaire et distribue des cigarettes .
        A droite se situait un ou deux « flippers », puis instant magique…la cloison de séparation de la salle : une parois en verre peint ou sérigraphié, la salle est ronde avec à gauche le bar au dessus duquel est peint une vue de paris et de la tour Eiffel, sur le bar; une corbeille avec des cartes de l’Adison
        ( violettes ou bleu indigo en carton glaçé) et une lampe à abat jour année 70 . La salle est disposé ainsi canapé brique ou rouge arrondi au fond, table basse ronde noir laqué , puis au fur et à mesure que l’on s’avance vers la « scène-piste »: petit fauteuil et pouf, le tout sur moquette brique ou rouge .
        En avançant vers la « scène-piste » de chaque cotés, un niveau inférieur ( un peu comme dans un théâtre) avec canapé contre les murs et tables basses .La piste est constituée d’une surélévation muni de rambardes de sécurité sur les cotés, sur la piste mêmes il arrivait que le sol s’éclaire par dessous…. . Au fond de la piste au centre , des miroirs, de chaque cotés deux énormes portiques supportant des projecteurs mobiles. Au plafond peint en couleur cuivre, spots tournant et spots fixes ( blanc et couleurs plus strobo ) quatre boules à facettes, de temps en temps mais rarement: machine à fumée.Coté gauche de la piste, un genre de balcon de théâtre mais fermé par une baie vitrée, à l’intérieur canapés, tables basses et poster de film western aux murs. Légèrement sur la droite…la loge du DJ
        ( un vrai loge)…mythique. tout autours des murs dans la salle, lumière noir à gogo ( super pour les gugusses dans mon style qui portait un smoking noir avec chemise blanche à col cassée et nœuds noir…). Didier n’était pas le barman mais le patron avec l’un des serveurs qui s’appelait Bernard…
        Les serveurs ( deux) à l’époque étaient vêtu d’une veste croisée rouille chemise blanche, nœuds papillon noir et d’un pantalon noir . Septembre 1984, le personnel avait changé….
        Le patron ne s’appeler plus Didier (avec ces lunettes rococo à paillettes) mais Jacques, et l’un des serveurs :Alain, grand mince ( comme moi) et en smoking noir.
        Du temps de Jacques et Alain,nous buvions force cocktail en remerciement de nos prestations de danseurs…
        Quelles magnifiques nuits passée à l’Adison..le samedi soir, de 22h30 à 6h00 du mat , nous habitions Versailles et par Montparnasse nous étions juste à coté…
        Il ne reste rien actuellement sauf l’entrée de l’autre club en chantier, le « New-York » situé plus haut dans la rue.
        Je ne danse plus et je ne mets plus les pieds en boites ( leur déco est triste et la clientèle n’a pas la même élégance qu’a l’époque où nous nous y rendions….)
        Pour les souvenirs j’écoute Hot Mix Radio (Funky Hot Mix et Hot Mix 80), je retrouve les ambiances musical de l’Adison…

      2. J’ai oublier de parler de la sono….
        Inoubliable….
        Dans la salle coté bar se situé deux énormes colonnes de section carré dans chacune est encastré un caisson de grave et deux médium-aigu à compression ( on appel cela en sono un « château »). Par rapport au Pacha Club à l’époque , rien à voir.
        De grande qualité acoustique…..

      3. Bonjour Manu,
        Quelle mémoire, toutes tes explications me projette en mode retour vers ces années magiques, le must quoi !!! J’y allais le samedi soir et le Dimanche dans le même weekend et j’avais Cette fameuse carte d’adhésion Mauve du club , je l’avais !!!
        Je me rappelle de Diane Tell qui était venu chanter « Moi si j’étais un homme » et qui avait fait un fiasco, mais quand on voie sa carrière, c’était pas si mal que ça.
        Souvent le weekend et des fois en semaine, je mets le casque et je m’évade, mais malgré tout avec un peu de tristesse de savoir que je ne revivrai plus ces moment inoubliable.
        J’ai même essayé sur internet de retrouver des photos de l’époque, mais en vain …

        Un grand merci à toi, je pensais que cette endroit avait vraiment été oublié puisque que peu voir très peu de commentaire sur l’HADISON !!! Alors que pour moi c’était le lieux à ne pas
        manquer et où il fallait être …

        A bientôt
        Franck.

    2. bonjour,
      qui peut me donner le nom du dj du toppers dans les années 1970, son prénom était jean-pierre.
      merci

      1. Tu as dû connaître mon frère Gérard il y était fourré tous les w end et c là qu’il a connu sa femme Patricia qui était de la porte de vanve !!! Très bon danseur et beaucoup de concours de danse gagné ! Et très beau mec ( genre john Travolta de l’époque ) LOL , moi j’y allait aussi mais j’étais plus jeune ! 15 ans lui 19 . tres belle époque !!!

    3. Ouh la la que de souvenirs, j’ai fréquenté très souvent le Club 79 (ex Mimi Pinson) le roméo, et la scal, oui de merveilleux souvenirs, quant à Virgin, je connaissais le jeune de la sécurité un beau blond c’était dans les années 90. j’ai oublié son prénom, tout cela me semble bien loin, les années passent trop vite !!
      Dominique

    4. Salut stef
      Que de souvenirs ! je ne peut que te remercier pour toutes ces soirées mémorables passées à mon QG le club 79 et le week end on migrait au madeleine plaza,
      Au 79 qu’est ce qu’on a pu se marrer ,j’y allais minimun 2 fois par semaine ,c’est là que j’i connu ma femme ainsi que mon meilleur pote!
      quelle époque! force est de constater que Paris est devenu triste
      j’ai vu toute ces boites fermer une à une,à croire que les gens n’ont plus le droit de s’amuser simplement et de se rencontrer
      directement de nos jours
      tout ceux qui ont connu ce lieux dans ces années 80 en garde un souvenir à part
      merci pour tout ces bons moments gravés à jamais
      michel

    5. Bonjour stef j ai bien connu le romeo club à st Michel ca à été ma première boite vers 1975 1976 à l époque le dj passait souvent aller les verts de st Étienne les nanas était sur nos épaules J ai eu aussi un double LP en cadeaux du dj car ct mon anniversaire un soir de noël ct un disque de UB40,Enfin voilà plein de superbe souvenirs.bonne journée.

  15. limite bois Vincennes – 12ème Paris, une villa qui se transformait parfois en boite clandestine à la kiss funk . Qui a connu ?

  16. j’ ai 65 ans beaucoup de nostalgie ….car j’ai encore des fourmis dans les jambes…..mais a partir de 35 / 40ans terminé tu rentres plus….Super souvenirs….!! james B , curtis Mayfield le très grand Barry whyte d.c.d il y a q-q années était en attente de greffe de rein… qui a connu le weekency en 72 dans le 77 la 5èm. Avenue ,rive gauche , le plazza uniquement des personnes de 45 / 50ans plein a craquer le samedi et fermé depuis un moment la seule discothèque de Paris a accepter des plus vieux la funk évidement après le rythm and blue et le dernier des grand je pense que certains me comprendront michael Jackson….!! alors si un jour il y en a une qui ouvre sur Paris pour nous faite moi signe . Prenez soins de vous les p’tits potes de notre génération et un grand merci pour ce moment FORMIDABLE !!

  17. Bonjour à tous,
    Dans les années 60, le Gibus, rue du Faubourg du Temple à la République se nommait le Refuge et c’était très Top.
    J’ai Beaucoup fréquenté cette discothèque et chaque fois que je passe encore devant, j’ai toujours la nostalgie de mes 18 ans, malheureusement tous les personnes que je connaissaient de cette formidable époque ont disparus. Je n’ai plus jamais revue personne.
    Parfois je me souvient que c’est dans cette formidable discothèque que j’ai connus
    mes premiers émois. Le temps à passé, mais à 67 ans, le souvenir et la chaleur et la musique des années 60 de cette discothèque resterons pour toujours dans ma mémoire. Ah, jeunesse si tu pouvais me revenir! J’espère aussi avoir des commentaires des personnes qui ont connus cette discothèque à cette époque afin de partagés nos souvenirs.

  18. C’est avec une certaine nostalgie que je lis tous ces commentaires
    J’ai connu bien connu certaines boites comme le Pacific, le Midnight express, l’Opéra Night, le Rex, les Adelphes, le Bataclan avec les concours de danse… et aussi la patinoire de la Défense (à l’époque). J’adorais voir les gars dansaient sur leurs rollers
    J’en garde un super souvenir. La musique était top, période de funk, de soul, une super ambiance.
    Ce temps me semble bien loin…. mais tous vos messages m’ont permis de faire un retour en arrière et cela fait du bien..

    1. Anne, je précise que le Bataclan se trouvait niché au fond d’une impasse située rue de la grange aux belles métro Colonel Fabien dans le 10ème arrondissement. J’y allais le dimanche après-midi, excellent son de soûl James, Lynn Collins et vers 83-84-85 les pionniers du hip hop les smurfeurs et autres breakers venaient se défier sur la piste pendant une heure je crois.
      Certains (les breakers)arrivaient habillés en Kway de la tête aux pieds. À ne pas confondre avec la mythique salle de spectacle où les attentats de l’hiver dernier ont fait malheureusement de nombreuses victimes.
      .Même scène et même ambiance au Globo le vendredi soir boulevard de Strasbourg en 1985-86 à 2 pas du mythique Kiss fermé en 1982.

      Merci Karim de nous permettre à tous de nous remémorer ces merveilleux moment de notre adolescence.

      Bien sûr si il y a une Soirée j’en serais avec plaisir.
      À 47 ans je n’ai rien perdu de mes pas de funks

      1. Mendy ahh oui je me souviens très bien de cette boite le Bataclan, bon j’ai 10 ans de plus que toi, mais la rue de la grange aux belles c’était un peu mon coin aussi habitant près de Belleville.
        oui un grand merci à Karim pour ces très grands et bons moments de souvenirs

      2. Merci à vous pour vous êtres autant approprié ce modeste espace de mémoire des lieux de danse en région parisienne. J’espère bien trouver le temps, un jour ou l’autre, non seulement de compléter la cartographie, mais aussi de mettre en valeur tous vos témoignages !
        au plaisir de continuer à suivre vos souvenirs et vos échanges

      3. Rue de la grange aux belles et au globol il y avait un orchestre qui se nommait Los astros,qui a connu??

  19. Il manque la superbe discothèque des années 70 /80 LE ROYALE LIEUX qui se trouvait impasse des Italiens près du journal Le Monde.

  20. en 87/88, les anciennes salles de spectacles des années 20 accueillaient des DJ pour des soirées. C’était un soir / un lieu … et il ne fallait pas se tromper : Si ma mémoire est bonne…

    Lundi : Balajo (Albert)
    Mardi : Royal Lieu (merci Invicta)
    Mercredi : Séhérazade
    Jeudi : ?
    Vendredi : Nouvelle Eve (croisé Jean-Hugue Anglade jeune grrrrrrrrrrrrr miam miam !)
    J’ai passé tous mes dimanches soirs dans le sous-sol de la loco. DJ excellent. Je n’ai qu’un regrêt, ne pas avoir connu le Palace à l’époque de Fabrice.

    Biz. Bri de Lille.

  21. bonsoir !! cela me fait trop plaisir de voir qu il y a des anciens qui ont fréquenté « LA BOHEME » a montparnasse ,passage odessa,une petite baraque qui n’ en n avait pas l ‘air ,mais il y avait une ambiance du tonnerre, le meilleur son de Paris (concurrence avec le Tour club) Il y avait des supers danseurs ce qui engendrait des faces a faces terribles, de 14h/15H a 19h ,,tres bon dj,effectivement 99% de noirs antillais, africains,americains,le patron était je crois américain « johnny  » je crois ,mais il y avait tellement de monde qui s ‘appelait johnny,james,marvin,sydney (H.I.P .H.O.P )était la aussi .je vois que Pitchoune et autres y étaient
    il y a une boite que on a oublié  » le Saint Nicolas » a Porte St denis dans le 10eme ,moins de noirs mais quand tu rentrais ,tu t’éclatais bien car le son était bon
    Pour info Le navy était boulevard de l ‘hôpital entre austerlitz et l hôpital trottoir en face
    Le black sugar était un concept, animé par le chorégraphe /professeur de danse l’américain « WILSON »,décédé, il y a 2/3 ans.De 14H a 23H,i y avait beaucoup d ‘artiste ,danseurs pros, mannequins,et les bons vivants ,on entrait sans problème,c’est la boite ou tu pouvais venir décontracté et exubérant ,en basket ou en chaussure costume ou salopette.,On pouvait rencontrer souvent les danseurs de Sheila,et Paco Rabanne (je crois qu il faisait parti des responsables du concept)Dans les premiers temps la boite était rue git le coeur pendant 2 ans puis rue mabillon a coté du Mocambo.Dans ce lieu tu rencontrais, homos,hetero,travesti,aucun jugement n’était permis et tu t’caltais comme un fou.Ceux qui ont connu me corrigeront.
    je m ‘arrête la car il y en a tellement a dire et j ‘en ai des frisson quand je pense a es moments…….QUE NOS ENFANTS NE POURRONT PAS CONNAITRE…a plus

      1. salut cathie ,2 titres passaient souvent d etta james(out on the street again et le slow i’d rather go blind)a écouter pour retrouver les frissons des années 70
        a plus

    1. ohh oui je me souviens très bien de ce patron de la Bohème un monsieur avec un costume clair d’un certain âge, enfin pour nous à l’époque loool il était effectivement Américain, il fumait tout le temps le cigare, quand je pense que l’on fumait dans cette petite boite 😉 Pour Sydney H I P – H O P était très ami avec ma soeur aîné et lorsque la Bohème a fermé il a suivi la plupart qui se sont retrouvés au palladium au Métro Blanche . Et tu as raison noirs, blancs, ou blacks blancs beurre , hétéro etc etc tout le monde était là pour la musique et ont été tous potes … Merci pour ton super récit Fred

      1. salut pitchoune ,si tu as fréquenté la bohème a cette période on doit se connaitre…..surement de vu, j’ai gardé le contact avec certaine personnes ,ceux qui avaient entre 17/19…..20 ans en ce temps la.on faisait parti des plus jeunes….je pense que tu vois ce que je veux dire;On se connaissait tous ,même si on ne se fréquentait pas a l’extérieur .Sydney fait quelques apparitions auBizz’art métro our quelques fois ,sinon il est toujours dans la musique
        Personne n ‘a parlé de 2 discothèques émergés sur le tard ,la Panthère rose près de Franklin Roosevelt et de la Plantation a Palais Royal, le son y était mortel et recherché;
        Maintenant il y’a beaucoup moins d’endroit pour entendre du bon son.C’est un plaisir de revivre ces moments avec tous.

  22. Qui a connu le Cala?une petite boite tres sympa , avec de belles soirees les dimanches.
    Je crois qu’elle ete situee rue Saint Honore, pres des Halles.

    1. Fred, oui en effet la Panthère Rose, j’ai eu l’impression que personne ne connaissait cette boite pourtant géniale, elle se trouvait rue de Ponthieu, il y avait de magnifiques sons une superbe ambiance, j’adorais, j’étais une habituée de beaucoup de boites aux environs des champs, le Club 79, le kilt/Club Ecossais, il y avait aussi une boite qui s’appelait Les Chandelles, je crois qu’elle se trouvait vers Ternes dans le 17ème, et je suis allée aussi au Rocambole, boite immense à Villecresnes, elle était magnifique et immense !! et le Palace, vraiment top tout ça !!
      Dominique

  23. cela fait trop plaisir de lire c’est commentaire nostalgie de toute ces boites que J’ai bien connu ont allez manger le fameux frite merguez chez le tunisien a Strasbourg saint Denis avant de rentrer au kiss le dimanche après midi tout dépende kiss ou poney

      1. ahh oui Mourad j’ai aussi connu, ces bonnes crêpes que l’on mangeait en sortant de boite, au petit jour dans l’angle de la rue de Bonne nouvelle zut je ne me souviens plus du nom de cette rue où il y a d’ailleurs un des plus vieux restaurant de Paris où l’on y mange pour pas cher du tout et qui ressemble à un hall de gare
        Sinon il y avait aussi dans le même style en sortant de boite, une vieille boulangerie à Belleville/Couronnes où l’on allait chercher des pains au chocolat tout chaud dès 5h hummm

      2. Merci Mourad pour le nom de la rue « rue Montmartre » pff quelle honte moi qui suis une pure Parisienne loool, je te réponds sur c emessage car sur ta réponse je ne peux pas y répondre .
        Donc tu as aussi connu les crêpes au nutella à la sortie des boites lol.. On en faisait des kms en métro et à pieds dans ces années là 😉

      1. contente de voir que l’on a fréquenté les mêmes endroits
        J »ai 2 ans de plus que toi ….

    1. Métro Colonel Fabien ??? il se trouvait où ?? c’était une boite ??? car Colonel Fabien il n’y avait pas grand chose par là, à part un bar qui s ‘appelait « chez Maman » et le QG du parti Communiste lol

      1. Le Bataclan ,majoritairement fréquenté par nos petits frères et soeurs,la génération dansante juste après nous, ceux qui ont 50/57 ans maintenant;métro colonel fabien,je crois rue Jemmapes ou rue Vellefaux en allant vers l hôpital st louis, une petite allée le dj c’était DJCHABIN qui est au bizz’art le premier vendredi de chaque mois pour quelques anciens nostalgiques,.Attention cette salle n’avait rien a avoir avec la salle de concert .De bons souvenirs tout cela

  24. bonjour c’est un message pour martine quelles années , sortait elle au wonder club , merci à vous pour ce blog trés sympa

      1. Merci â toi de Nous avoir permis de retourner dans nos années de frimes Jean Raymond weston croco etc lol et de danse soul …. Nostalgie que ca fait du bien 😀 le poney club ma boîte pendant des années entre autres ….

      2. Karim c’est un tel plaisir, je suis tombée par hasard sur ton site moi qui ne suis pas trop internet, mais là c’est un régal avec de la nostalgie, mais qui nous fait du bien ! Encore un Grand Merci a toi, peut être nous fera tu une page spécial facebook ! Moi je suis une personne de 62 ans, même si les années ont passées depuis, les souvenirs sont intacts j’ai l’impression que c’était hier ! 🙂

      3. Oui merci à toi Karim de nous avoir et de nous refaire vivre cette époque qui a été magique pour moi, pour nous. Ces moments ou nous les filles nous mettions des heures à nous préparer avant d’aller dans notre boite préférée, c’était des moments tellement magiques .. merci Karim d’avoir fait regrouper les anciens

    1. Merci pour le lien. La partie audio de la vidéo est top. en plus en fin de vidéo il y a le nom des morceaux.
      Ca m’a permis de retrouvé les moceaux sur Spotify. de quoi faire une playlist de ouf

    2. @ Pitchune, effectivement nous les filles ont mettait des heures à se préparer et c’est rien de le dire lol! mais quelle belle époque que les jeunes d’aujourd’hui ne peuvent connaitre ! nous avions des modes vestimentaires et à l’époque je sais pas si vous vous en souvenez les gens habillés en jean raymond (j’adorais) était considéré comme des minets pour les garçons et minette pour les filles ! le temps passe trop bien trop vite ! je m’y vois encore ! les boites aujourd’hui n’ont rien à voir avec celles que nous avons connu ! Ainsi que les modes car il n’y en a plus vraiment à mon gout !

      1. tu te souviens de nos faux sacs Hermès lol… et pour les Parisiens nous allions aux Carreaux du Temple qui existe toujours mais beaucoup plus cher qu’avant et c’est là que l’on acheté nos fausses Weston etc etc et comme les garçons qui portaient des tailles hautes nous avions aussi des jupes plissées et des pantalons larges à bretelles tailles hautes 😉

      2. c’était une époque bénie les années 70 !!! moi et ma copine étions des minettes avec fausses Weston et je me souviens que l’on y mettait des petits fers au talon (je ne sais pas si quelqu’un se souvient ?) car c’était très mode que çà claque en marchant, les shetlands avec une ceinture (ou ceinturon) un peu au-dessous de la taille où avec une chemise blanche dont on laissait dépasser le col et le bas de manche. Avec les shetlands bleu marine c’était très prisé et joli. Le pli de pantalon qui devait être impeccable et que l’on mettait un temps fou à repasser. Nos coiffures, le maquillage génial de l’époque avec le trait noir entre le pli de la paupière supérieure, les faux-cils dessinés sous les yeux aux crayon noir, et les fausses taches de rousseur (mode Twiggy). Tout çà était très très étudié avec grand plaisir. C’est vrai que les modes qui ont suivi n’ont jamais été aussi belles. On retrouve parfois un semblant. J’ai cherché sur internet et notre mode à moi et ma copine correspond assez avec ce qu’on appelle aujourd’hui « hyppie chic ». La seule idée que nous avions en tête était travailler la semaine et aller en boites de nuit le week-end et rien d’autre , Pour moi la définition exacte du bonheur et de l’insouciance. Je me rappelle de ce temps dans les moments pas très heureux et ils me remettent la joie au coeur. Une époque dorée comme celle-là, nous avons eu une grande chance de la vivre, et je ne voudrai être jeune à aucune autre époque.

  25. Bonsoir/jour selon le moment et merci pour ce Site Karim, je suis tombé dessus dans le chercher et le sujet me parle beaucoup…J’ai 47 ans mais je suis sortis jeune dès 16/17 ans (de 86 à 96 je sortais beaucoup), j’ai bien connu la Casita avec « Totor, Mouss » à la porte, super petite boite avec deux petites pistes de dance, deux bars et du super son, j’ai passé des soirées dingue la bas. Le Pacific aussi j’ai bien connu, mais j’y allais que le dimanche soir, je trouvais l’ambiance « plus cool » et la boite moins « peuplé ». j’ai connu aussi le Fun Rai, Le Triangle à Andilly, l’Eclipse, Antarès, Midnight… Mais pour la musique j’adorai la Casita et le Pacific et étant franco/marocain j’ai été amené a fréquenter plus ces deux boites…

    Sympa la lecture des commentaires, beaucoup de nostalgie.

    Mehdi

    1. Ah oui la casita! Totor, gentil mec. Le pacific a la defense, le triangle( anciennement le safari) . Mais le top de la zik…. c’etais le liss club! Bah bah bah! J’ai 53 ans et j’en ai use des paires de chaussures sur les pistes de ces boires😂😂😂👍😉.  » get down! »

  26. Pour moi ça a commencé par le Gibus le dimanche après midi suivi par le Rex club en suite chalet du lac et après c’est du sérieux en je trouve c’est Main bleue et Pacifique.

    Mes plus beau souvenir c’est quand même la main bleue.

    1. Vous vous souvenez de ce que vous écoutiez dans toutes ces superbes boites ??
      temptations papa was a rolling stone – Herbie hancock –
      Marin Gaye – James Brown – Otis Redding – Aretha Franklin – Sam Cooke – Isaac Hayes etc etc

  27. Bonjour il y avait aussi le club 78 , 78 avenue des Champs Elysées temple parisien du disco dans les années 80 avec un DJ Brésilien fabuleux qui mixait sur 3 platines en même temps. C était Riccardo Lamounier . Cette boîte avait un decor absolument fabuleux et une sonorisation digne du club 54 de NY. Au dessus de la piste de danse il y avait une scène avec une cascade et un cheval galopait sur earth wind and fire quelqu’un s en souvient ?,

  28. Je suis sortie à côté, au Globo, bien plus tard mais j’ai toujours entendu des anecdotes des plus grands au sujet du Kiss Club qui est devenu du coup un peu mythique … j’aimerais beaucoup avoir des photos

    Merci

    1. désolée aucune photos, car malheureusement à l’époque pas de téléphone portable et donc pas de photos.. mais idem si quelqu’un à des photos, juste pour les souvenirs 😉
      Je ne connais aps le Globo, ça ne me dit rien, en revanche oui le Kiss Club faisait parti des boites tout comme la Bohème où James Brown, Herbie hancock et d’autres Isaac Hayes, Otis redding, faisaient partis de la fête .. il s’y mélait la funky et le R & B à mon avis les meilleurs moments de la musique

      1. Salut Pitchoune, je n’ai trouvé que cet endroit pour te répondre et je me permet de compléter une de tes interrogations citées plus haut dans la longue liste des messages de tous les anciens et anciennes des boites des années 70 à Paris, tu cherchais quel était le nom de ce resto (un des plus anciens de Paris) qui ressemblait à un hall de gare et bien c’est « Chez Chartier » qui existe toujours d’ailleurs et qui est juste en face du Palace et c’est la rue du Faubourg-Montmartre et non la rue Montmartre qui est de l’autre côté du Boulevard. Les années 70 quel pied, ambiance hélas disparue aujourd’hui.

      2. Phiphi je te réponds ici car je ne peux pas répondre sous ton message
        Ahh ouiii merci chez Chartier merci pour ta mémoire et oui Fg Montmarte, merci pour ton aide
        Et le Palace 1ère boite des Guetta’s, et sur le même trottoir dans l’angle nous faisions tous la queue pour y manger des crêpes à 5h du mat. Que de magnifiques souvenirs
        Merci

  29. que de souvenirs !
    le club 79 c’est là que moi et mon meilleur ami avons rencontré ns femmes !
    que de soitées mémorables !

  30. bonjour à tous,
    eh bien peut être un tout petit peu plus vieux donc 20 ans en 68.

    J’attaque en 1967 au Roméo ou ambiance de folie avec le DJ black qui allume sa trompette !! sur de la Funk de James Brown la boite qui s’ arrête une nuit lors du crash de l’avion d’ Otis Redding et des bar kays
    Des noms Hystéro bon danseur remplacera le dj Puce le taulard Jean raymond!! et son costard avec epaulettes Kennedy
    en même temps je fréquente le Kiss club bld sebastopol à l’époque peu de blacks mais ils rentrent sans problèmes et j’ai des potes chez eux ils dansent comme des dieux .
    Mais il y a encore le madison au Kiss en 1967 .
    60 à 70 filles gars en carré qui tournent sur Wilson Pickett
    Bien sûr le Tabou je rentre facile ma sœur est connue
    Le Week end rue de la gaité je me suis tapé fort au Romé je suis tricard un mois
    Du coup j’attaque le bus palladium où un orchestre usa de black y joue du james Brown le pied absolu
    Et puis j’évolue comme je me debrouille bien en be bop le Don camillo puis après être adoubé par un copain du Sentier les Saints pères (mais là je me tiens à carreau avec les meufs je danse point barre).
    J’attaque aussi les champs elysées où tu rentres assez facilement sapé classique.
    J’obtiens le permis donc j’émigre en banlieue le chalet du lac versailles etc puis je pars en province et là les boites c’est pas la même chose.
    Quelle époque pas un rond mais je me débrouille pour un futal de chez jean raymond boulevard bonne nouvelle une paire de vrais mocass Weston et la ceinture en croco achetée à des casseurs de saint germain .
    C’était le pied cette époque

  31. J’allais également au Kiss Club le dimanche après-midi entre 1968 et 1971. Je me rappelle qu’il y avait en effet des garçons d’Aulnay notamment 2 frères si mes souvenirs sont exacts 😉 Au kiss beaucoup de James Brown, la tenue vestimentaire de rigueur pour les garçons était pantalon en alpaga, avec chemise blanche et petit pull rouge col en V et Weston pour les chaussures.
    J’allais également au Roméo club ainsi qu’à la Tour de Nesle. Que de bons souvenirs=> belle époque insouciante !!!

  32. Ah nostalgie quand tu nous tiens !
    J ai connu beaucoup de ces boites et plus particulièrement le milord mods avec son estrade rue de beaujolais en commençant le dimanche après midi et après s tous les samedis soir jusqu au premier métro dans lequel on voyageait sans crainte.
    Il y avait aussi le boeuf sur le toit rue de Ponthieu.
    Que de bons souvenirs qui remontent en surface

  33. Ma premiére boite était le bal de la Marine …en 1972…On payait 16francs ( 2,45 €) l’entrée et on avait une boisson gratuite ..vestiaire 0,50 cts ( 0,10 €) ..Jerks et slows à gogo sans oublier « Jammmmmmmmmmmesss Brown !!!!!!  » . ..Toutes les 15 mn, les lumières étaient tamisées …les chemises blanches ressortaient bien dans le noir et la boule à facette …on flirtait …pas de problème entre filles & garçons ..la belle époque ..c’était familial cette discothèque..Mon oncle était videur …On y retrouvait nos copains Tonio,Marcel,Chico …toutes races confondues sans jamais d’histoires sauf pour les filles !! Nous mettions tout l’après midi à nous préparer ma copine et moi pour aller danser le soir .mini ou maxi jupe/ westons/ueux charbonneux …on arrivait vers 23h et on partait à la fermeture ..5h du mat’ ..on allait prendre un petit déjeuner dans une brasserie et on rentrait dormir tout le dimanche !!

  34. Le Pacific, Le Midnight, l’Emeraude, L’Opéra Night, Les Adelphes toutes ces boites que j’ai fréquentées et qui me laisse un super souvenir. Une super musique, une super ambiance et des danseurs au top… Des ballades sur les Champs, le Trocadéro avec les potes et leurs Sound Machines. J’ai appris à danser en les regardant pendant des heures, que de bons souvenirs et un peu de nostalgie car cette époque est révolue….. Aujourd’hui, je garde de cette l’époque, l’amour de la bonne musique que je continue à écouter chez moi (funk, soul, rn&b( anné 80) ,new jack) sur des petits pas de danse que je n’ai pas perdu….
    Anne

  35. Moi aussi j’ai été un grand fan de ces années merveilleuses qu’étaient les années 70, pour moi le quartier général était le Week End Club, rue de la Gaité ou il y avait du bon son de la fin des années 60 jusqu’a la seconde moitié des années 70, c’était une des boites de Paris ou le funk était roi avec le Roméo le vendredi soir. Il y avait le samedi après-midi, le samedi soir et le dimanche après-midi. Passaient alors à une époque un groupe tous les samedis après-midi ou soir, c’est d’ailleurs au Week-End que Vigon à enregistré « Harlem Shuffle » que l’on peu encore voir sur « Youtube », Vigon que j’ai revu en 2012 ou 13 à l’Olympia pour un hommage avec d’autres artistes à « Othis et James ». James Brown que j’ai eu la chance de voir sur scène, trois fois, dans ma vie, tout d’abord à l’Olympia en 1971 (quelle soirée), puis à la fin dans les années 80 à la « Fête de l’Huma » et une troisième fois dans les années 90 à Paris-Bercy. Quelle période de dingues il y avait une ambiance géniale, c’est vrai que des fois cela fritait un peu, mais bon… fréquenté par pas mal de bandes de potes du 13e, du 14 e, de Montrouge et de Malakoff, bien sûr, le costard Jean Raymond que l’on achetait sur la boutique du Boulevard de Sébastopol, les Weston (les vraies) que tout le monde croyait anglaises à l’époque, d’ailleurs, alors que c’est une marque française pur jus, que l’on achetait sur la boutique des Champs la seule à l’époque. C’était cher mais on bossait et on se débrouillait pour se les offrir au moins une fois. Les chemises cintrées, les pulls shetlands, bref toute la panoplie de ces temps regrettés, et bien entendu, James Brown le Dieu, sans oublier Othis Redding, Sam and Dave, Barry White et aussi avec les slow d’enfer des Moddy Blues « Nigth in white Satin » ou le « It’s A Man’s Man’s World » de James et le rare « Ile never leave you » de Thuesday Jackson (en fait Nicole Croisille), ah la la, ça emballait sec… N’oublions pas non plus Aretha Franklin et tant d’autres… La fin de la nuit au « Week End » se terminait sur le bon son du « You really Got Me » des Kinks, et alors tous fatigués mais heureux d’avoir tartiné (dansé) toute la nuit, nous regagnions la station de métro Montparnasse pour rentrer chez nous en attendant de pouvoir revenir le plus vite possible, quand on avait encore un peu de « thunes » on se payait un p’tit déj sur Montparnasse et l’on rentrait des fois à pied sur le 13e au printemps et à l’été. Que de souvenirs… Les potos de l’époque, j’en vois vois encore deux ou trois, mais les autres, qu’êtes vous devenus ? Les Doudou, Bébert, les jumeaux, Mickey, les frères Potelle, Miguel, La puce tous du 13e et j’en oublie beaucoup, ainsi que les Nounours, Lulu, Charly, Jean-Louis, Tchoutchou de Montrouge et Malakoff… Et puis les nanas et autres copines aussi, Jaja, Nicole, Cricri, Michèle et Michelle… Plus tard à l’orée des années 80 le « Week-End » est devenu une boite fréquenté par la jeunesse portugaise de Paris et des environs. Mais pour moi le « Week-end » c’est celui des années 1968-1978, la boite du Funk, de la danse, du bon son, de l’amitié et aussi de la rivalité avec quelques fois des tensions et plus, mais rien de grave. Et pour changer, quelques incursions au Roméo Boulevard Saint-Germain (6e), au Navy Boulevard de l’Hôpital (13e), au Régiskaya (Meudon), mais je revenais toujours au quartier général de la rue de la Gaieté. Revenir seulement une seule semaine à cette époque, géniale, à quand la machine à remonter le temps… Salut à tous et à toi qui a eu l’idée de ce blog.

    1. Bonjour phiphi,
      Il faut que l’on se rencontre, car j’étais un adepte du toppers et week end club. Pour évoquer cette époque.
      J’habite le 14eme.
      A plus

  36. Bonjour à tous
    Mon parcours Discothèques commence en fin 70’s plutôt Disco au Club 78 champs Elysée puis la Chalet du lac ( surtout le dimanche après midi car gratuit pour les filles et concours de danse avec un moto 750 a gagner je me souviens ) . après j’ai connu la discothèque : « Gournay plage  » dans le 93 ou le boogie Funk remplaçait le disco ,on venait la plupart en chausson de danse noir y avait un écran géant avec qq clips et un concours de danse chaque samedi ( 1980/81 ) de très haut niveau (bien meilleur que celui du chalet ) ,les jeunes de la banlieue faisaient des battles funky . j’ai découvert un style de dance et musicale que je n’ai pas oublié et qui perdure pour moi avec mes nombreuses galettes vinyles que je garde précieusement à la maison 😉 Keep Funk Alive !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *