disco

Danser à Paris dans les années 1970-80

En matière de pratiques culturelles, le développement de la fréquentation des discothèques est sans doute l’évolution la plus notable, à la fin des années 1970, et elle passe totalement inaperçue des radars macro-sociologiques de l’époque, notamment des enquêtes sur les pratiques culturelles des Français. On peut y voir une confirmation de ce constat, formulé par Olivier Donnat et Augustin Girard :

Tout ce qui est réaction prometteuses, brèche à travers les inerties et les déterminants passés, innovation porteuse d’avenir, et qui est peut-être le plus important pour imaginer des politiques futures, s’écoule sans laisser de traces à travers les grosses mailles de ce type d’enquête1.

Absente de l’enquête de 1973, mais aussi de celle de 1981, la « sortie en boîte » est prise en compte pour la première fois en 1989, dans la catégorie « fréquentation des spectacles ». Elle apparaît alors immédiatement comme une pratique très répandue : 55% des Français y sont allés au moins une fois dans leur vie (80% des moins de 35 ans), et pour le quart de Français qui y sont allés dans l’année, c’est la deuxième pratique la plus fréquente, juste après les sorties au restaurant, et devant le cinéma ou le bal public.

Une cartographie de la fête à Paris

Ces nouveaux lieux d’expérience de la musique et de la danse jouent un rôle important dans le développement des nouveaux courants musicaux de l’époque – soul, funk, punk, disco, new wave, et à partir de la toute fin des années 1970, rap.Voir par exemple le témoignage de Bernard Bacos, auteur d’un site consacré au « Paris branché des années 70 », et à l’époque noctambule :

Le premier disque de rap que j’ai entendu, en dehors des Last Poets en 69, c’était ‘Rappers’delight’ par Sugar Hill Gang et je me souviens que c’était à l’ouverture de la Main Jaune en 79, une boîte porte de Champerret où on dansait en rollers skate2

À l’aide de quelques ouvrages témoignant de l’époque, j’ai tenté de recenser quelques uns des lieux de danse au tournant des années 1980, et  notamment ces premières discothèques qui se multiplient alors à Paris et sa proche banlieue. Évidemment, toutes n’avaient pas le même concept, ne passaient pas la même musique, et n’acceptaient pas les mêmes clientèles…


Afficher Danser à Paris de 1975 à 1985 sur une carte plus grande

Sur cette carte (à compléter ! chercheur-e-s, clubbers ou amateur-e-s, n’hésitez pas à apporter des précisions…) :

  • Des dancings ouverts dès les années 1930, et encore en activité dans les années 1970 : la Coupole, le Kiss Club, le Balajo ;
  • des clubs « sélect » créé au tournant des années 1960 (Régine, Castel, New Jimmy’s) ;
  • quelques night-clubs des années 1960-1970 comme la Locomotive (1960), la Bohême (attestée dès 1964), le Bus Palladium (créé en 1965), le Tour Club (1966), le Gibus (1967), le Sept (1968), la Casita (1970), le Nuage, le Club 18, le Scaramouche, le Bronx (qui ouvrent tous les quatre vers 1970), le Whisky à gogo (1972), le Colony (1973), l’Émeraude (créé au milieu des années 1970), Le Rocco Club (1974), l’Élysée-Matignon (1977) ;
  • les premières grandes discothèques : le Memphis (1968), le Chalet du Lac (dancing dès les années 1950 qui devient discothèque en 1973), la Main bleue (1976), le Palace, les Bains-Douches et la Scala (1978), la Main jaune (1979), le Pacific (1980), le BH et l’Opéra Night (créés en 1981), le Midnight Express (1982) ;
  • d’autres clubs ou boîtes de nuit, plus petites : le Rose Bonbon (1978), le Broad (1980 ?), le Tango (renouvelé par Serge Krüger à pratir de 1981), le Garage, le Haute Tension, le Ring, les 120 nuits (1983), le Soleil noir (1984) ;
  • et quelques autres dont je ne connais pas la date de création (le Black & White, le Régis’kaïa, le Madras Club, le Flash Back, le Keur Samba, le Bataclan, l’Apoplexy, le Rex Club, le Rayon Vert, le Safari Club, le Shirley, le Roméo Club, le Stadium…)

Des lieux dont je n’ai pas retrouvé l’adresse :  le Club d’O, le Toppers (sans doute vers Montparnasse), le Milord Mot, le Week-End, l’Observatoire, le Club 78, le Black Sugar, le Galaxie, le Navy, l’Addison Square Garden…

Sources :

  • José-Louis Boquet, Philippe Pierre-Adolphe, Rap ta France, Flammarion, 1998.
  • Daniel Garcia, Les années Palace, Flammarion, 1999
  • Alain Pacadis, Nightclubbing, Denoël, 2005
  • Vincent Sermet, Les musiques soul et funk, L’Harmattan, 2008
  • Bernard Bacos, Le Paris branché des années 1970, site web : http://paris70.free.fr/index.htm (consulté en sept. 2011)
  • Site l’Hexagone Gay, http://www.hexagonegay.com/region/paris80-discotheques.html (consulté en sept. 2011)

Crédit de l’image à la une : « Disco light » (cc-by-sa) Martin Fisch

  1. Nouvelle enquête sur les pratiques culturelles des Français en 1989, La Documentation Française, 1990, p. 9 []
  2. Réponse de B. Bacos à une question notée dans l’ancien livre d’or de son site. Consulté en sept. 2011. []

175 réflexions sur “ Danser à Paris dans les années 1970-80 ”

  1. si je peux te compléter tes infos sur les boites qui se faisaient, donc plus haut je disais qu’il y avait le bus palladium dont tu fais référence mais aussi le Palladium, c’était 2 boites différentes, une se trouvait au métro Blanche et a connu ses heures de gloire après la fermeture de la Bohéme à Montparnasse et l’autre (bus ou pas Palladium) était à république et se trouvait en étage, j’y allais que le dimanche après midi car je n’avais que 15 ans (72) et j’y allais en cachette lol.. cette boite a ensuite fermé en 73 ou 74 je crois …

    bon courage pour tes recherches et un grand merci pour tous ces superbes souvenirs que tu nous as remonté .. merci

    1. Moi j’ai dansé au paladium à République en effet c’était à l’étage et j’allais quand ma boîte préférée était fermée super boîte , bonne musique et belle ambiance

      1. Ahhh çà fait bizarre quelqu’un qui se souvient du Palladium à république 😉

    2. Il y avait aussi le Toppers etle week end
      Moi j’allais en 1970 ,le samedi AM et le soir
      Et le dimanche AM avec mon Jean Raymond et les Weston

      1. Ohh oui je me souviens, les hommes en Jean Raymond même beaucoup allaient faire leur costume à Barbes en Alpaga c’était la mode, Weston bien souvent achetées au Carreau du Temple et pour les filles nous avions aussi des Westons et faux sacs à main Hermès

  2. Bonjour à tous,

    J’ai 65 ans, dans les années 1966-1968 j’ai beaucoup fréquenté la discothèque le Refuge, 20, rue du faubourg du temple – 75011 Paris , (métro République) le
    samedi soir et le dimanche après midi.
    En 1970, Le Refuge” est devenu “le Gibus”, changement de propriétaire (repris par Alain TAIEB) et tout les copains et copines se sont dispersés.
    Un super souvenir de l’ambiance de l’époque ou on entrait pas sans costume, cravate et ont savait danser le Be-bop.
    Je voudrais avoir des témoignages des personnes
    qui ont connus cette discothèque « le Refuge » dans les années
    67 et 68.

    Little Tony

  3. Bien, on a du boulot pour réanimer tout ce beau monde … je vois qu’on est tous fascinés par nos années de premières après-midi, soirées et clubs…
    Pour la petite histoire, j’ai grandi à Paris et j’ai bien connu pas mal de lieux et boites citées par vous tous et franchement, c’était vraiment un régal de pouvoir écouter du bon SON et de voir qu’on y pense TOUS comme si c’était hier….
    Pour ma part, ce qui dictait mes adresses, c’était très souvent la qualité musicale et l’ambiance agréable et sympa… Mon circuit était assez souvent : Palace et Privilège le mercredi soir (car soirées d’avant première cinéma à 23h puis boite à partir de 1h); et le week-end, l’Etoile Foch, excellente musique (ou je croisais effectivement Hyppolite mentionné plus bas, Tony à la porte et de très bons danseurs), la Main bleue également pour sa musique, le François 1er (près des champs) club plutôt select avec un très bon disquaire (et qui manque sur tes listes Karim), l’Addison évidemment, le Captain Vidéo plus Black and White (on y bossait), le Rose Bonbon et le Krypton (pas longtemps), le Tango le jeudi soir (le grand Serge était à l’entrée), l’endroit était débraillé dès le départ et la musique type Chacha-Mambo était assez précurseur du phénomène Salsa des 90, l’Aventure (angle av Foch) avec Eric aux platines, la Scala les après-midis, le Saint Père, le rayon vert, le keur, le Mocambo, l’Alizé (Paris 15)… et à la même époque, le Timis (rue de Rennes) avec Azzedine aux manettes : on devait être les 2 seuls whites de la soirée… et pour finir bien sûr, le lien et le liant magique c’était l’excellent son que l’on y trouvait et toujours au bon moment, voilà ce qui nous réunissait … Karim, il faut noter aussi des lieux comme Champs Disques, boutique de disques dans la galerie des champs, on s’y retrouvait pour écouter les nouveautés Funk avant de filer en soirée, …. j’écoute toujours mais plutôt à la maison (parfois des vinyls) et je danse un peu moins quoique… certains parlaient de concours de danse … ça aussi c’était un sacré moment…
    En résumé, cela m’a fait découvrir la nuit, les gens, partager les galères comme les supers moments et tout simplement, savoir apprécier l’autre tel qu’il est …
    Ravi d’avoir échanger avec vous tous, et Karim, dès que tu prévois d’organiser une soirée ou un événement fait nous signe, on viendra en force pour onduler …
    Ciao, Edu.

      1. Me souvient
        D olivia Valere
        Chari Vari ( qui s en souvient?)
        Une autre boite au decor oriental le Sherazade ( Ardisson y tournait ume émission)
        Bien sur les bains
        Une boite plus banlieue, limite proventialr, mais ou ca levait
        Le metropolis

      2. Salut Karim
        Super ton boulot pour raviver la mémoire de notre adolescence, moi j’ai grandis à Paris du côté de Belleville et dans les années 80 avec mes potes on fréquentait les boîtes qui diffusait beaucoup de soûl et de funk surtout des imports destiné aux ghettos noirs américains. Parmi ces boîtes figuraient le Pacific que tu as cité plus haut, le Galaxie qui se situait rue des blancs manteaux à Rambuteau et dont l’un des premiers videurs était un certain Stephane Ferrara ancien boxeur devenu acteur de cinéma depuis. Il y avait aussi le Caramel rue de Rennes devenu le Timis, la Confusion à Odéon, les Adelphes rue St Anne entre autres.
        Nous n’avons pas pu fréquenter le Kiss club situé boulevard de Strasbourg et le Poney club à Rue Montmartre car ayant fait le bonheur des générations précédentes dans la décennie 70 surtout, elles ont fermées quand on commençaient à sortir et pourtant elles figurent en bonne place dans la mémoire de ceux qui s’y sont déhanchés sur des sons devenu des incontournables du genre.

        Enfin, ces boîtes avaient toutes un point commun, elles étaient principalement fréquentées par les enfants issus de l’immigration 2ème et 3ème génération qui pour la majorité d’entre eux peinaient à rentrer dans les clubs plus officiels comme les Bains, la Scala et autres Palace.

        Ps: l’Observatoire se trouvait dans la rue du même nom située entre la Madeleine et l’Opéra avant de devenir le Boy’s.

        Bonnes Fêtes à toi et à tous les clubbers et Kissman comme on surnommait dans mon quartier les adeptes des pas glissés chaussés de la cartoufle de chez Cardin achetez dans la petite boutique de chaussures à Strasbourg St Denis toujours ouverte de nos jours!

      3. Merci beaucoup pour ce commentaire ! Une incitation de plus à prendre le temps d’actualiser cette carte, et à mettre en valeur les dizaines de témoignages qu’elle a suscité…

    1. et maintenant c’est au Bizz’Art que cela continue grâce à Didier ! enfin… DJ Chabin ! qui s’allie à Sidney et Shaker Listen pour leur PALM une fois par mois ! Pour ce qui est de l’Etoile Foch…. j’ai des photos souvenirs de l’époque qui me sont très chères pendant les concours car oui, il y avait des concours dont le dernier a été gagné par Boris (RIP).

    2. Sa me met les larmes aux yeux champs disque la casita le Pacific club la funk à l ancienne l ambiance de l époque le chalet du lac etc…..

    3. Le flash back, rue des 4 vents 75006 – très très sympa, petite boîte sur3 niveaux, excellente music, nous étions chez nous.. Le palace, surtout le jeudi soir, les coupes de fruits sur le Bar au RDV, et la musique évidemment.. Nos meilleures soirées, sur des rythmes de soûls, funk.. A la sortie, arrêt boulangerie : croissants bien chauds, petits déjeuners et dodo jusqu’à 13h pour le repas du dimanche en famille..Si vous organisez une soiree, faites signe.. Merci

  4. Merci pour ces merveilleux souvenirs… Juste un clin d’œil pour le restaurant « Le Privilège » situé sous le Théâtre le Palace A Xavier, Ursula, PtiBig et Bében…

  5. Hello Mendy ouahh que de souvenirs tu fais remonter, je suis aussi née dans les quartiers de Belleville et issue d’une famille Française de Souche 😉 et le Kiss effectivement était vraiment et surtout pour les « issus » d’émigrations, je me souviens d’un super pote qui se prénommait Lounis .. De mémoire il n’y avait pas de boite à Belleville hormis le café le Cocorico lol… beaucoup de ceux qui aimer la funk et autres soul nous allions à la Bohème qui était principalement black et ou les premiers couples mixtes faisaient surface au grand désespoir de certains parents . Il y avait aussi le Gibus à république mais je ne sais plus si c’était son 1er nom ..
    Je ne sais ps si tu vas toujours à Belleville mais ce village a changé malheureusement
    Bonnes fêtes à tous et encore mercis Karim pour ces merveilleux moments de souvenirs

  6. bonsoir

    mon pere m’a dit que le Navy Club etait anciennement situé au boulevard de l’hopital, juste en face de l’hopital la pitié salpetriere.
    Il y avait un restaurant et un aquarium dans ce club.

    bien à vous

  7. que de souvenirs je suis de cette génération qui a fréquenter ces boite nuit le galaxie le poney club qui ce trouvait bd poissonnière le kiss le pacific je me souvient très bien de l’ouverture de cette boite qui était dans les année 70 une boite de tango ensuite c’est devenu une boite funk ils ont commencer le mercredi après midi a 15 franc et gratuit pour les filles la main bleu aussi qui était a Montreuil

  8. Dans les années 60/70 je fréquentais des clubs rue Jean Mermoz à Paris 8eme,;Il y avait « Le Club Ecossais »,  » Le Kilt » et de l’autre coté de la rue une autre boite trés bien avec de la lumière noire où tout ce qui était blanc ressortait ; Le nom ? Qui a connu ?
    J’allais aussi au  » Hifi-Club  » à Bailly, une boite formidable qui a brulé juste avant l’ouverture du  » Pacha  » à Louveciennes.
    Et puis le Tabou rue Dauphine…….!

      1. Exact le Fouquet , que je fréquentais régulièrement, meilleur ambiance au club écossais et au kilt en face tenu par Johnny , il y avait aussi le mimi pinson, la clé des champs, le menphis,l hôtel gallen. Pour le Pacific a la défense tenu par M Martin alias « Martin la frite » tout ceux qui ne pouvaient rentré au midnigth finissaient au Pacific super bon djidji Senghor qui a fait le succès de se lieu .
        au plaisir de vous lire.

    1. Moi j’allais dans la boîte qui étais en face du club écossais ,impossible de me souvenir du nom autrement je fréquentais le week end club rue de la gaité, le Tabou,
      Le Kiss club belle époque

    1. Annie Digouin, la Bohème à Montparnasse ?? ahh mais alors j’ai dû connaitre ton mari car j’ai connu la fermeture sniff sniff de cette boite.

      J’arrive plus à me souvenir si la boite qui était rue du faubourg du temple se nommait « le tango » ou « la Java » la boite était aps loin d’une rôtisserie ..

      1. C était la java pitchounne et juste en face un magasin de parfums  » aux soleil du midi  » avec des huummm créatures qui après leur venaient glisser au sol du ginche.

    1. Ahhh mais alors on a dû se connaitre.. Et Alain le Chabin qui était le patron avec un vieux monsieur blanc ..

      vraiment la Bohème a été mon plus beau et grand souvenir ..

  9. J’ai déjà commenté avant mais je ne m’en lasse pas car je retrouve des noms de « boîtes » que j’avais oublié et c’est un retour à notre jeunesse alors merci à toi de nous replonger dans ces années là et comme je ne sais plus qui en a parlé lol mais si tu comptes faire une soirée avec nous tous, on sera là avec
    nos potes lol une idée sympa non ? Lol

    (Moi mon dernier fief de l’époque c’était le poney club entre autres sinon jcrois que j’ai fait toutes les boîtes de Paris et des environs à cette époque lol👠💄)

  10. bonjour

    bonjour
    qui a connu ce guinche qui se trouvait a cote du cirque medrano de l’epoque. j’y allais tous les lundi soir avec l’équipe, et je ne me souviens plus du nom ? je crois que c’etait rue laillier.
    que du bonheur.
    et je n’entends pas parler du jardin avenue de clichy ?? est ce trop vieux ?? ou c’est moi qui est tres tres vieux snifffffffffffffffffffff

    bonne journée

    1. Merci dédé de Belleville pour le nom de la Java, désolée je ne sais pas pourquoi je ne peux pas répondre sur ton message où tu m’as répondu..
      Oui la Java, les amies de ma maman y allait .. c’était un bal musette comme il en existait encore à Belleville .. merci

  11. Qui a connu le Wonder club à St Germain (Paris) ?et le Week end club
    Qu’est ce que j’ai pu frimé avec mon
    Jean Raymond et les Weston avant j’étais le mine maintenant je suis le vieux minet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *