Quelle(s) langue(s) pour le rap en France ?

Shams Dinn (photo de Serge Faubert in Moreira 1987, p.87)

Je poursuis mes explorations sur le rap en France dans les années 1980. Dans un livre publié en 19871, le journaliste Paul Moreira brossait un tableau de ce qu’il appelait « le rock métis en France », « rock arabe » et « rock latin ». Au détour des portraits de musiciens plus ou moins célèbre – Carte de séjour, Mounsi, Elli Medeiros, Sapho, Rocking Babouches…, j’étais tombé sur plusieurs pages consacrées à un rappeur d’origine lyonnaise :

Akim n’arrive pas à le croire. Il se pincerait presque pour vérifier qu’il n’est pas au paradis des rappers. Trois mois que son groupe de funk-rap arabe, Shams Dinn, existe et il est là, sur cette scène minuscule de la Chapelle des Lombards, à Paris, en train de rapper avec le grand des grands, son héros favori, l’un des pionniers du rap new-yorkais : Afrika Bambataa !2.

Akim, alias Shams Dinn, alias Cyd Master “M”, alias Mohamed Ben Bouchta commence à rapper dans les discothèques lyonnaises qu’il fréquente au début des années 1980. En 1982, il rencontre Djamel Dif, alias Jeff, musicien et ancien batteur du groupe Carte de Séjour. Après une première expérience de courte durée sous le nom de Cyd Master “M”, en 1985, Akim devient Shams Dinn et réalise un premier 45-tours, publié en 1987. Le disque est distribué par Hamedi Records, label créé par Jeff, qui assure aussi les musiques sur lesquelles rappe Akim.

Actuel n°91, juin 1987

Le disque, distribué à un millier d’exemplaires, rencontre un succès d’estime dans le milieu de la « sono mondiale » parisien. Il est diffusé régulièrement sur Radio Nova, Actuel lui aurait consacré un article dans son numéro de juin 19873, et Shams Dinn devient un habitué des événements culturels organisés par le magazine. Outre le titre « Hadi bled noum »4, qui sort en 45-tours, Shams Dinn inscrit à son répertoire une reprise en arabe du tube de James Brown « Sex machine » : « Aslek machine ».

La découverte de ce parcours soulève de nombreuses questions sur la façon dont des amateurs se sont appropriés l’interprétation rappée dans la France des années 1980. Hamedi Records est en effet un label à mi-chemin entre le réseau de distribution des grandes surfaces spécialisées (Fnac), et le réseau de distribution alternatif de Barbès, central dans l’avènement du raï en France, mais dont le rôle vis à vis du rap est inconnu. En outre, les morceaux de rap en français ou en anglais publiés en France dans les années 1980 sont nombreux, mais on a peu de traces d’enregistrements de rap en arabe5. Le livre parle de rap arabe, mais s’agit-il de rap en arabe ? Voir… s’agit-il vraiment de rap ?

Pour Dee Nasty, que j’interroge à ce sujet presque 25 ans plus tard, « Shams Dinn c’était pas vraiment du rap. C’était du raï. C’était du raï-rap. Y a du raï’n’b, lui c’était du raï-rap.6 » Comment en avoir le cœur net ? La seule façon est d’écouter le 45 tours en question. À défaut de donner accès à l’ensemble du répertoire que Shams Dinn pouvait interpréter sur la scène de la Chapelle des Lombards, il en donnera une idée.

  1. Paul Moreira, Le rock métis en France, Paris, Souffles, 1987 []
  2. ibid., p. 89 []
  3. Une information que je devrais pouvoir vérifier bientôt. []
  4. Si le 45-tours indique le titre « Hedi bled noum », le vinyle, lui, porte le titre « Hadi bled noum»… []
  5. Voir le cas du groupe Ettika, dont je n’ai pas retrouvé le disque, mais aussi le premier 45-tours de la chanteuse Amina, dont le titre « Sheherazade » aurait remporté un concours de rap dans une discothèque parisienne dont on reparlera, Le Palace []
  6. Entretien réalisé avec Dee Nasty en janvier 2010. []

8 réflexions sur “ Quelle(s) langue(s) pour le rap en France ? ”

  1. En fait , nous avons crées ce titre ( jess-jemel Dif , ahmed Tafraoui, et mohamed Ben Bouchta ) le plus simplement du monde , et l a été propulsé dans les chartes de la musique maghrébine très rapidement
    Oui c’est une sorte de rap-Rai, car avec ahmed Tafraoui , nous étions branchés Raï.
    Hamedi Records est un label Beur que j’avais crée et qui s’est spécialisé dans le Raï en sortant chez Musidisc , le Disque d’or du Raï ( volume 1 et 2 ) qui était la première compilation de Raï à avoir une distribution , Fnac etc …
    Jess-Jemel Dif

      1. Salut
        S’il vous plaît aidez-moi à trouver ce record! Je vais payer un très bon prix .. Peut-être que vous pourriez suggérer quelques personnes qui pourraient le vendre, ou tout simplement les zones à surveiller pour elle.
        Merci

  2. Je me trouve en pleine lecture de votre livre et je voudrais vous feliciter pour la precision et le detaille du travaille. Un vrai plaisir cette lecture.

    Je suis tombee sur le titre de cet article et je voulais juste commenter qu’il y a des rapeurs qui rapent en basque. Je ne conais pas s’il y a de rapeurs qui rap en breton ou corse mais en tout cas du coté du pays basque francais 2zio ou M.A.K ont des albums edites, meme en vinyl, pendant que d’autres font des maquettes.
    En 2011 une compilation, Rap Herria, rasemblait le groupes et mc’s plus significatifs des rapeurs bascophones avec cinque morceaux des groupes et mc’s du cote francais.

    Voila, juste pour faire savoir que la langue pour le rap en France pouvait etre l’arabe mais aussi le basque ou le breton.

    1. Merci beaucoup pour votre retour, et vous avez tout à fait raison pour ces langues du rap en France. On peut aussi mentionner l’occitan, qui a une présence significative très tôt avec les explorations musicales et sonores des Fabulous Trobadors, et de quelques autres le long de la Linha Imaginot notamment. Une référence, parmi bien d’autres : http://lengas.revues.org/375

      1. Vraiment interesant le lien que vous m’avez passe. Je vois que des sociologues pasiones! Ca fait plaisir de lire tout ca! Vous etes bien entoure vous…

        Ce que je vois c’est que le discours culturelle metise de Massilia Sound System et Faboulous Trovadors et assez similaire a celle de Fermin Muguruza (Negu Gorriak), M.A.K ou Mix6t.
        Je vous laise avec trois references; une interview de MAK qui date de 2008 mais montre bien le point de vue culturel et politique du groupe.
        http://www.respectmag.com/rap-basque

        Une petit explication de la chance que la culture basque et le rap ont avec le “bestsularisme”.
        Le bertsularisme est une sorte de impro chante en freestyle sur une melodie concrete. C’est un element clef de la culture basque, l’improvisation chantée et versifiée, un des piliers de la littérature orale basque. Actuellement sert de veritable ecole et atelier d’ecriture pour les nouveaux rapeurs. (Goienetxe Anaiak, 2zio ou Xabier Silveira en sont exemple).

        Et finalement je voudrais vous inviter passer au debut de l’ete pour le festival Euskal Herria Zuzenean (EHZ) ou on aura la chance de voir a The Coup. Autres annés on a pu voir Public Enemy, Keny Arkana ou bien Casey.
        Sinon la fin de l’été peux etre aussi une bonne ocasion pour passer et cheker le festival Black & Basque. IAM, Oxmo Puccino ou Akh ont ete tete d’affiche de precedants editions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">