Avis de recherche : represent, represent, represent !

22 janvier 2011
Par

Thaddeus Stevens, député de Pennsylvanie en 1848 (©Marion Doss)

Depuis quand est-ce que les rappeurs « représentent » en France (ou represent aux États-Unis) ?

 

Pierre Bourdieu soulignait que « représenter » est un  « mot extraordinairement polysémique »1. Et encore, le sociologue n’évoquait-il au premier chef que les enjeux de la délégation politique lorsqu’il explorait la question, ces situations où une personne dispose d’un mandat ou d’une procuration pour « faire voir et faire valoir les intérêts d’une personne ou d’un groupe »2.

La notion de représentation est très fréquente dans les paroles des rappeurs français, au moins depuis le milieu des années 1990.  En 1997, Rocca représentait « pour tous les jeunes de l’univers »3,  Assassin représentait « la creativity ! la reality !»4, et la Fonky Family représentait « les quartiers dits sensibles en France et Navarre »5. L’inflation de « représente » a d’ailleurs suscité en retour des critiques – « tu représentes quoi conio », interpellait par exemple Passi cette même année 1997 dans « Hip hop crazy »6.

Il n’empêche. Quinze ans plus tard, l’expression a toujours un certain succès, comme en témoigne le clip que diffuse Kery James en 2009.

Au-delà du champ sémantique strictement politique, autour de la figure du porte-parole, les occurrences du verbe représenter et de ses dérivés renvoient également à la représentation artistique. Représenter, c’est être mandaté, comme le note Bourdieu, mais ce peut être aussi donner à voir, dépeindre (un tableau représente quelque chose), jouer (une pièce de théâtre est une représentation), symboliser (une allégorie représente telle valeur ou tel collectif), etc. La dimension performative devient alors centrale – représenter, c’est présenter à nouveau, et quelques mots peuvent suffire : « j’représente ma mère et tout l’parquet qu’elle a frotté » rappait par exemple Koma dans « Nouveau classik »7 en 1999.

Pour compliquer les choses, nombre de rappeurs aiment à jouer sur le verbe représenter en sa forme intransitive. « Je représente… » point final. Cette forme rappelle un usage tombé en désuétude :

REPRÉSENTER se dit absolument d’une Personne qui sait, par son attitude, se faire respecter et faire respecter sa place lorsqu’elle en remplit les fonctions en public. C’est un homme qui représente bien, qui représente avec dignité.
Il se dit aussi d’une Personne considérable qui reçoit beaucoup de monde et qui, par une grande dépense, fait dignement les honneurs de sa place ou de sa fortune. Il est assez riche pour bien représenter.
Il se dit encore d’une Personne qui, par sa figure, son maintien, son air, sa démarche et tout son extérieur, impose une sorte de respect à ceux qui la voient. Ce fonctionnaire représente bien.8

Il est sans doute la marque de l’usage américain du terme, represent, qui vient ajouter à la polysémie du verbe représenter en français toute la palette de significations que peut lui ajouter l’usage de je représente comme anglicisme. Et si la multiplication des rappeurs-qui-représentent se produit au milieu des années 1990, c’est qu’ils suivent les traces de leurs homologues outre-atlantique. D’où cette question : quel est le premier rappeur (on suppose qu’il est américain) qui represent ?

Un vague souvenir m’a conduit à chercher du côté de KRS-One. Et j’ai retrouvé ce rap, en featuring avec Das EFX, daté de 1995 : « Represent the real hip hop ». Pas très convaincant, tant l’année 1995 paraît tardive par rapport à l’éclosion francophone de « représente ». Le titre de KRS-One, d’ailleurs, introduit le represent par un sample… on peut donc remonter la piste : le scratch est emprunté à « We run things » de Da Bush Babees, en 1994.


Bien. Mais en 1994, Da Bush Babees est loin d’être le seul groupe à invoquer le represent. La même année, le Wu Tang Clan immortalise la formule sur son premier album (par exemple dans « Wu-Tang Clan Ain’t Nuthing ta F’ Wit »), et surtout Nas n’est pas en reste, qui en fait le titre de l’un de ses morceaux phare : « Represent ».

Tous les rappeurs américains represent ? Pourtant non. Pas de represent chez Public Enemy avant… 1996, pas de represent chez NWA ou Dr Dre, à l’exception d’une discrète mention assez anecdotique dans The Chronic en 1992. Reprenons à partir de Nas. La production du titre « Represent » est assurée par DJ Premier, qui est loin d’en être à son coup d’essai. DJ Premier, KRS-One… on tourne entre Brooklyn et le Bronx, on pense à Lord Finesse, le collectif Diggin in the Crates (DITC)… et l’un de ses membres les plus connus : Fat Joe9.

Fat Joe sort son premier album en 1993, qui est sobrement intitulé… Represent. Dur de le rater. Mais avant Fat Joe, on peut trouver en 1991 un autre morceau du crew DITC : Showbiz & AG featuring Big L, Deshaun, et Lord Finesse, lui aussi titré « Represent ».

Un peu plus tôt encore, on retrouve une poignée de represent, disséminée dans les disques de Boogie Down Productions (BDP)10. À nouveau KRS-One, membre du groupe BDP.

Il faudrait détailler les utilisations que les uns et les autres font du terme. Mais existe-t-il d’autres mobilisations intensives de l’expression represent dans le rap américain (ou, pourquoi pas, français…) antérieures à 1993 ? Avis aux amateurs du genre.

  1. Pierre Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales n°52-53, 1984, p.49 []
  2. ibid. []
  3. Rocca, « Les jeunes de l’univers », Entre deux mondes, 1997. []
  4. Assassin, « L’île de l’inconscient », B.O. Ma 6-T va Crack-er, 1997. []
  5. Fonky Family, « Sans rémission », Inch’Allah – Si Dieu veut, 1997. []
  6. Passi, Les tentations, 1997. []
  7. Koma, Le réveil, 1999. []
  8. Dictionnaire de l’Académie français, 8e édition, version informatisée. []
  9. Merci à Daniel Tödt d’avoir rappelé le gros Joe à mon souvenir ! []
  10. « Word from our sponsor » en 1987, « T’Cha T’Cha Lyrics » en 1988… Mais l’expression n’est pas aussi centrale que chez  Nas, Fat Joe ou Showbiz & AG. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Une histoire du rap en France, 6 - Une nouvelle génération de rappeurs, Méthodes, corpus d'enregistrements, En pratique, enquêter, Mondes du rap, esthétique, _Langues, français, Genres musicaux, rap américain

21 commentaires pour “ Avis de recherche : represent, represent, represent ! ”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Pierre Mounier, Laurent Lhuillier. Laurent Lhuillier said: Avis de recherche : represent, represent, represent ! http://surunsonrap.hypotheses.org/1803 [...]

  2. Nicolas le 25 janvier 2011 à 13:15

    Salut

    de tête.

    Represent/reprezent :

    Tupac – Tupac Shakur – representin’ 93 en 1993 http://www.youtube.com/watch?v=ndhQ93_p0Dk

    Da king and I : “represent” vers 1993 http://www.youtube.com/watch?v=S3c6dMgwteE

    c’est Fat Joe (encore lui) qui rappe (fort) le refrain dans le premier single (put it on) de Big L :

    http://www.youtube.com/watch?v=NNbNWbWC1qE

    Représente :

    Lone et Busta flex “represente” vers 1996 ? http://www.youtube.com/watch?v=mjgQm53PyJI

  3. Nicolas le 25 janvier 2011 à 13:46
    • Karim Hammou le 25 janvier 2011 à 15:09

      Merci pour les pistes !
      Effectivement, côté français, Lone (& Busta en feat.) date de 1996. La même année, Sléo publie L’essence du kombat, dont un des titres s’intitule « Qui tu “represent” ? », avec la graphie américaine qui rend la référence très précise. Dans le même album, un autre morceau a pour titre « represent Partie 2 ».
      Pour l’instant, côté US, c’est donc toujours DITC qui a la palme de l’antériorité pour un usage “intensif” du represent, et KRS-One pour sa mention au détour d’une phase…

  4. Karim le 25 janvier 2011 à 20:25

    Excellent article je me creuse le crâne depuis hier.

    D’ailleurs il y aurait pas mal de question a se poser sur une des punchlines les plus célèbre du rap qui utilise ce fameux “represent” :

    “I’m out for dead presidents to represent me” utilisé par Nas dans World is yours.

    • Karim Hammou le 25 janvier 2011 à 23:39

      Je suis un amateur inconditionnel de la punchline de Koma, citée plus haut dans l’article !
      Et s’il faut trouver une punchline de rap US… je triche, et je cite Keith Murray, dont je viens de découvrir qu’il est le rappeur scratché dans l’introduction de l’EP Conçu pour durer de La Cliqua en 1995 (première occurrence du represent dans le rap français ?)
      « I represent my click microphone pound »
      Merci pour le commentaire !

  5. nicolas le 26 janvier 2011 à 1:45

    Pour contrer un système de privilèges
    toute la nouvelle génération de ma nation s’élève

    et crève de sa voix la corruption de la police
    et de la justice qui a le plus de vices ?

    L’un —–représente—– (vers 0’50sec) l’état, mais l’état est corrompu;
    L’autre n’est juste que pour l’élite riche et connue.

    Qui a fait les lois?C’est toi ? C’est moi ?
    Qui défend le droit ? La justice pourquoi ?

    La justice nique sa mère, le dernier juge que j’ai vu
    avait plus de vices que le dealer de ma rue !

    http://www.youtube.com/watch?v=TJiuKhurKzs Assassin 1992 (live)

    http://www.youtube.com/watch?v=FGwnu3jwTfs Assassin je glisse E.P vers 1992

  6. Nicolas le 26 janvier 2011 à 16:22

    L’étude de la propagation de vocable hip-hop comme “check” serait intéressante.

  7. David le 31 janvier 2011 à 22:13

    Bonsoir à tous,
    Meme si NWA n’utilise pas le terme en question explicitement, ne peut on pas néanmoins considérer le “tell ‘em where you’re from” de Straight outta compton comme un signe de représentation? Même chose pour le PSK what does it mean de Schoolly D? J’ai beau me creuser la tête mais n’arrive pas à trouver un rappeur ou groupe à ne pas clamer haut et fort ses origines géographiques – Nelly et ses casquettes des Cardinals pour St. Louis (pauvre référence je sais, les puristes apprécieront), M.U.R.S et ses casquettes estampillées LA (cette fois les puristes apprécieront), CLIPSE pour la Virginie , Da Br… Da Bricks de Redman… Les exemples ne manquent pas! Même chose pour le groupe / label d’ appartenance… On peut à mon avis remonter aux premiers battle de DJs avec les crews comme celui de Kool Herc aux blousons portant le blase de leur héros (cf. wildstyle pour d’autres exemples). La pratique, une rétention de la culture des gangs de rue, est un des fondamentaux du rap 101. Si vous ne me croyez pas demandez à Jennifer Lopez qui a tenté de se faire une street cred avec Jenny from The Block en samplant “South Bronx”!

    • Karim Hammou le 3 février 2011 à 15:17

      Merci pour le commentaire et ses pistes sonores. Effectivement, mentionner un quartier ou une ville d’appartenance (situer sa performance) est une pratique bien plus ancienne que les occurrences du represent qu’on évoqué jusqu’à présent. Mais je trouve le jeu consistant à tenter de tracer les emprunts / appropriations d’une formule aussi polysémique et centrale que represent intéressante malgré tout ! C’est une certaine manière, esthétiquement, de ce référer à une origine géographique, et d’ailleurs l’expression peut tout autant mentionner des formes de “represent” différentes (“I represent for my DJ”, cf. BDP, ou “I represent my click”). En France, le represent n’est pas si souvent géographique d’ailleurs. Reste donc à contacter J-lo, pour savoir ce qu’elle en pense.

  8. Genevieve le 19 février 2011 à 11:04

    Bonjour Karim,

    Je n’ai pas pu m’empêcher de participer :-)

    Intéressant de se poser la question de l’apparition du terme mais tout autant de s’intéresser à ses nombreuses dimensions sémantiques. On pourrait dater l’apparition d’un concept d’appartenance urbaine dans le rap aussi tôt que Grand Master Flash et son New York New York en 1983. On sait à quel point ces premiers pas du rap on tendance à faire l’objet d’une appropriation par la communauté hip hop naissante. Mais j’aurais, moi aussi, daté une exacerbation de l’appartenance à la localité à Compton et Long Beach. C’est pourquoi le « discret » « I don’t represent no gangbang » de Let me ride ne me semble pas si anodin. Par ailleurs, au-delà de la localité, le concept du representing est plus tard devenu sous-jacent à l’appartenance géographique large aux US: West side, Dirty south et East side, emblématique du conflit entre Tupac et Biggie Smalls. On peux aussi voir les nombreux sens populaires de « represent » et son dérivé « reppin » dans le Urban Dictionary compilé par des aficionados sur le Net.

    • Karim Hammou le 19 février 2011 à 12:21

      Excellente idée… Represent : “To annoy others with your presence. An activity often carried out by ‘playaz’. See playa.”
      -> Here we be, in Antarctica, representin’ to all the penguins. Why, yes! Word, up homey EVEN!
      Les analyses développées par Murray Forman dans « ‘Represent’ : race, space and place in rap music » méritent aussi l’attention – elles insistent elles aussi sur le rôle de Compton dans ce processus d’inscription locale de performances de rap.
      Merci pour votre contribution !

  9. adraye le 11 avril 2011 à 14:15

    J’ai le souvenir d’une interview de Solaar dans lequel il s’agaçait de cette profusions de “Je représente” où il disait en substance “tout le monde représente tout le monde , sa familles, ses potes, son quartier etc” mais essayez déjà de vous représentez vous même.
    Je n’ai plus la déclaration exacte, mais je trouvais cette remarque pertinente. Surtout qu’à mon avis, il y a dû avoir une période ou chaque rappeur se sentait obligé de claquer du “j’représente” à toutes les sauces.

    • Karim Hammou le 14 avril 2011 à 11:47

      Oui, comme beaucoup d’expressions ou de gimmick, la circulation est telle qu’on retrouve les mêmes mots mis à toutes les sauces. Mais il y a eu plusieurs morceaux aussi où le “représente” était plus ou moins critiqué, ou traité avec ironie (voir par exemple le cas de Passi, cité en début d’article). Merci pour le commentaire !

  10. Nicolas le 4 mai 2011 à 13:21

    Il y a un morceau de MC Solaar (aka mc super-nintendo) , avec invités dans le genre freestyle ou posse-cut alors en vogue, qui s’intitule “represent”.

    Discogs le date de 1995 et l’annonce comme un “inédit”.

    http://www.discogs.com/MC-Solaar-La-Concubine-De-LH%C3%A9moglobine/release/1916549

  11. Nicolas le 4 mai 2011 à 13:24
    • Karim Hammou le 6 mai 2011 à 9:33

      Superbe morceau… et un paquet de souvenir aussi autour de ce maxi. L’un des derniers actes du posse 501 à sa plus forte extension : connexion Solaar / Sens Unik, Sages po, Démocrates D, Jimmy Jones encore aux platines…
      Pour revenir à la question du represent, ici il ne semble présent… que dans le titre ! Il n’est thématisé par aucun rappeur, chacun venant faire un egotrip / improvisation à la façon d’associations d’idées plus ou moins décousues. Represent = freestyle massif ?

  12. Nicolas le 16 août 2011 à 3:53

    Namor (prodige namor) je pense que son 1er maxi est de 1996.

    “Représente pour ma famille” est le refrain leitmotiv du morceau – “bienvenue dans le traquenard”.

    http://www.youtube.com/watch?v=v1uzlKbZMwI#t=0m28s
    - – - “représente le hip hop sur ses gardes”

  13. Adèle le 20 septembre 2011 à 12:51

    Merci pour cet article qui ouvre de nombreuses pistes de réflexions tout en rappelant des bons souvenirs musicaux.
    Je me suis longtemps interrogée sur la polysémie du “représente” et ton analyse enrichit encore ma réflexion. La dimension politique de la représentation est à creusée. Non pas nécessairement que les rappeurs endossent cette délégation de pouvoir, mais parce que le monde politique et médiatique cherche souvent à faire des rappeurs des représentants légitimes de la jeunesse des quartiers, etc. A ce titre, certain rappeurs cherchent à se démarquer de cette image qu’on leur impose. L’exemple de Kery James est intéressant. Il “représente” et pourtant déclare “la banlieue a une voix, je ne suis qu’un de ses hauts-parleurs”. Sous-entendant ainsi qu’il n’est pas plus légitime qu’un autre.
    Dans le “représente”, il faut peut-être se poser la question du destinataire de la représentation. “Je représente mon quartier, les miens, la jeunesse, etc.”, mais aux yeux de qui, de cette même jeunesse? ou bien aux yeux du reste de la société? Dans ce dernier cas la représentation politique se double parfois de la dimension symbolique évoquée dans ton article. (je symbolise mon quartier aux yeux des autres, voilà pourquoi et comment je le représente). Les artistes se coincent parfois aux-mêmes dans cette polysémie, et c’est ce qui rend son étude si passionnante.
    Je livre un peu cette réflexion à chaud, en espérant qu’elle ne soit pas trop décousue.

    • Karim Hammou le 20 septembre 2011 à 15:53

      Merci beaucoup pour ton commentaire !
      Je suis entièrement d’accord avec cette dimension “imposée” de la représentation, à la fois d’un point de vue individuel, sur tel ou tel rappeur lorsqu’il se retrouve en plateau par exemple, mais aussi collectivement, du point de vue du genre rap lui-même et de la définition qui en émerge au tournant des années 1990. C’est en partie ce que j’ai cherché à analyser en étudiant les émissions de télévision de 1987 à 1991. Ensuite, tout à fait d’accord aussi sur la polysémie, voire l’ambivalence de ce / ceux qu’il s’agit de représenter. Et j’irai sans doute plus loin encore, en avançant l’hypothèse qu’une des vertus de l’expression “je représente” réside précisément dans cette polysémie / ambivalence, et contribue à expliquer son succès. J’avais notamment proposé dans un vieux travail de maîtrise l’interprétation selon laquelle l’expression je représente contribue à concilier des allégeances, des affiliations, des marques de reconnaissances, voire des adresses potentiellement contradictoires.
      Dans la mesure où je représente est aussi en partie un anglicisme, il faudrait une connaissance plus précise de l’épaisseur du mot et de son champ lexical en anglais pour approfondir l’analyse.

Laisser un commentaire

Publié le 22 nov. 2012


Carnets de recherche