Le rap est-il politique ? Question ouverte

Extrait du clip Le monde de demain de NTM (1990)

Les questions ouvertes sont de celles auxquelles on ne répond pas nécessairement par oui ou par non. Elles invitent à oser amorcer nos réponse par un « je ne sais pas », avant, peut-être, de réviser les termes mêmes de la question.

En 1991, le journaliste Paul Moreira réalisait un documentaire sur le rap : « Je voulais savoir si le mouvement hip-hop était une force sociale capable de faire l’Histoire et d’influencer véritablement la population des banlieues en responsabilisant les jeunes ». L'interview qu'il obtient alors du groupe NTM s'inscrit dans une série de rencontres qui déstabilisent ses attentes. Il raconte ce trouble à l'occasion d'un numéro spécial des Inrockuptibles publié en 2010 :

À l’issue du documentaire que j’ai réalisé sur la question (Le Mouve, 1991), j’ai été nettement refroidi. Il m’est apparu que beaucoup de groupes n’étaient que des jeunes voulant réussir et briller dans le showbiz. C’est d’abord ce que j’ai pensé de NTM après les avoir interviewés […]. Ils n’ont pas du tout voulu parler de leur côté porte-parole des cités, rôle qu’ils disent refuser dans le documentaire1.

Le 1er décembre 2010, le magazine Article XI2 publie en ligne une interview de la rappeuse Casey. Le chapeau de l'interview et les premières questions rejouent cette scène qui se répète régulièrement depuis vingt ans, dans la rencontre entre artistes rap et commentateurs, qu'ils soient journalistes, animateurs télé ou chercheurs en sciences sociales3.

Comment se perçoit l’héritage de la colonisation ?

Casey : Je ne sais pas. [Mes textes], ce n’est pas une espèce de réflexion politique. Je suis noire. Je suis noire et je vis en France. C’est mon ressenti, mon vécu, le point de vue de quelqu’un qui descend de colonisés et d’esclaves – les Antilles sont des colonies françaises. C’est aussi simple que cela, c’est juste un quotidien. Un témoignage de l’intérieur. [...] Tu écris en réaction sur des trucs à vif. Donc, effectivement, quand tu écris avec le pied sur la gueule, tu te dis : « Ben, quand même, il y a quelqu’un qui appuie sur ma tête. » Tu vois, ça n’a rien de politique, c’est un réflexe. J’ai l’impression qu’il y a un pied sur ma figure : pourquoi ?(la suite, qui vaut le détour, c'est par là)

Dans la réaction d'artistes comme NTM ou Casey, y a-t-il autre chose qu'une volonté de contre-pied systématique ? Existerait-il un profond malentendu autour de ce que « politique » signifie ? Qu'est-ce que désigner quelque chose ou quelqu'un comme « politique », côté commentateur, et qu'est-ce qu'être dit « politique », côté rappeurs / rappeuses ?

Un élément de réponse pioché sur le plateau de l'émission Mille Bravo, il y a près de vingt ans.  Christine Bravo est l'animatrice de cette émission de débat, qui réunit plusieurs intervenants avec un objectif  présenté comme suit : « à l'occasion des manifestations lycéennes on a beaucoup entendu parler des casseurs de banlieues, alors ça tombe bien, en banlieue, on va y aller, je vous y emmène tout de suite, on va essayer de savoir s'il y a une culture banlieue »4.

Le premier élément à l'appui de cette enquête consiste en une performance live du groupe NTM, venu interpréter « Le monde de demain » avant de participer aux débats. Christine Bravo commente immédiatement la chanson de NTM, avant de donner la parole à Serge Martinez, éditorialiste à l'hebdomadaire d'extrême-droite Minute. Leur réaction (appuyée par le dispositif de l'émission) exprime une réception politique de la performance :

— Voilà. C'était NTM. Quelle fièvre sur le plateau... dès qu'on met du rap... Alors on va parler ce soir des banlieues avec les interlocuteurs qui sont sur le plateau, et je vais tout de suite commencer avec Serge Martinez. Serge Martinez bonsoir, vous êtes éditorialiste à Minute, le journal Minute et vous avez fait un édito sur les bandes des banlieues qui étaient venues casser notamment à Paris, et qui avaient défilé sur des rythmes de rap, et vous dites en gros c'est la génération socialiste, ils sont... ceux qui sont allés à l'école socialiste, ils sont un peu analphabètes quoi.

— Non, non, je n'ai pas dit ça du tout, et d'ailleurs mon éditorial n'était pas sur les rappeurs, et les responsables de ces déprédations car j'estime que la jeunesse mérite beaucoup d'indulgence. En fait, mon éditorial était surtout contre ce qu'on peut appeler la génération Mitterrand et ses résultats, car si j'ai bien vu... [Serge Martinez se tourne vers les membres du groupe NTM, désormais assis sur le plateau de l'émission] Enfin je ne vois pas exactement l'âge de ces jeunes hommes mais il semblerait qu'il y a dix ans ils avaient quelque chose comme peut-être dix ans, sept ans, huit ans. Et que par conséquent toute leur formation, et les cris de révolte qu'ils ont poussés tout à l'heure, et qu'ils ont lancés, et j'espère que les téléspectateurs ont entendu et compris le texte, car…

— [C. Bravo coupe la parole à S. Martinez] C'est un tract... on peut dire que les paroles, c'est un tract.

— [S. Martinez poursuit, en même temps] ...la musique, c'est un cri de révolte, c'est un cri de révolte, c'est une contestation forte, et c'est quelque fois des appels à la haine. Et leur slogan, c'est « pan pan pan »5, c'est à dire c'est un coup de fusil, ou un coup de revolver.

Alors, politique, le rap ? Tract ? Contestation forte ? Cri de révolte ? En tout cas, 18 ans plus tard, NTM fait toujours...


Extrait du concert de NTM à Bercy le 19 sept. 2008

...et tout le monde dans la place fait...

  1. Les Inrockuptibles Hors Série, « NTM toujours d’attaque », 2010, p.82 []
  2. Désormais aussi en kiosque ! []
  3. Pour un exemple récent, voir par exemple cet extrait de l'introduction de Violaine Roussel à un ouvrage collectif qu'elle dirige : « Les liens existant entre mouvement hip-hop et contestation politique au nom de populations socialement démunies attirent l'attention et commencent à donner lieu à des travaux » (V. Roussel, Les artistes et la politique. Terrains franco-américains, Presses universitaires de Vincennes, 2010 : 6). []
  4. Introduction par Christine Bravo, dans les premières minutes de l'émission Mille Bravo, diffusée le 16 novembre 1990 sur FR3 []
  5. Joeystarr a introduit la performance du groupe par quelques dédicaces et quelques interpellations du public par ce qui n'était pas encore devenu son célèbre « pô pô pô ». []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

21 réflexions sur “ Le rap est-il politique ? Question ouverte ”

  1. Très beau post à nouveau, qui pose très finement la question
    Une autre manière de dire la même chose serait de s'interroger sur la formulation même de la question: "le rap est-il politique?". elle contient 2 présomptions:
    _ qu'il existerait quelque chose "LE rap" (comme: le breton / le marseillais / le français, voire l'auvergnat...); ce n'est pas la moindre des vertus de l'auteur de ce blog d'avoir patiemment montré l'hétérogénéité du monde du rap!
    _ que ce rap aurait une essence stable, voire valable de toute éternité (d'une fait d'une définition originelle -"par définition, le rap est politique"-, voire d'un glissement à l'intérieur de cette définition lié aux origines "socio-ethniques" des producteurs-auditeurs de rap - "par l'origine..., le rap est politique")
    Bref, une fois qu'on a déconstruit la question, que reste-t-il à faire?
    Remonter patiemment les fils des différents processus & dynamiques situés par lesquels du politique peut advenir; mais cela interdit-il pour autant de généraliser, bref de reposer la question initiale en quelque sorte (notamment telle que les acteurs eux-mêmes se la posent)?
    Question ouverte en effet!

    1. Merci pour cette contribution de taille à la discussion :)
      Évidemment, je ne peux que souligner l'intérêt de l'explicitation des deux présomptions à laquelle tu procèdes ! Cette réflexion me fait penser à la manière dont Olivier Roueff, dans un article qui commence à ne plus être tout jeune, proposait d'appréhender le difficile problème de "l'existence" d'un genre musical : « Un genre musical existe donc, entre autres, après le passage du discours, quand celui-ci a pu mettre en relation des éléments aussi disparates que des performances musicales, des instruments, des groupes professionnels, des écrits musicaux, des textes littéraires, des idéologies, des publics, des industries (par exemple disque et cinéma), des émotions... » (Les mots du jazz, L'homme, 2001)
      Ce que je trouve stimulant, de ce point de vue, en tant que sociologue, c'est bien d'aller dans la direction que tu esquisses par ta question : remonter patiemment les fils historiquement et socialement situés par lesquels du politique (dont on aura pris soin d'expliciter le sens...) advient dans, à l'occasion de, par une performance musicale. Christine Bravo et Serge Martinez ne sont que l'un des nombreux fils que l'on peut dérouler pour comprendre cette pelote !
      D'ailleurs, tu sais que le carnet t'es grand ouvert si tu veux présenter quelques-uns de tes propres fils sur la question, qui méritent le détour ;)

  2. La question finalement pourrait peut être se réduire à "Y'a t'il un rap politique" ?
    Ca permettrait déjà d'éclipser certains types de rap purement "entertainment".
    Au delà de ça, les media parlent généralement d'un rap politique dès que l'artiste expose un point de vue critique sur une situation actuelle.
    Mais la politique, ca reste l'organisation de la société. Les vrais rappeurs politiques sont donc ceux qui au delà du rap s'activent à créer des associations, des mouvements ... pour un meilleur "vivre ensemble".
    Parceque sinon, le rap reste une musique faite par une minorité pour des minorités (de tous genres) et en ce sens, le rap est donc anti politique (voire anti démocratique).

    En tout cas, difficile de ne pas confondre rap de prise de position et rap politique.

    1. Merci pour cette réaction ! Effectivement, se demander s'il existe un rap politique permet de redessiner la question sans partir du principe que le genre est uniforme. De même définir la politique comme l'organisation de la société permet de préciser de quoi l'on parle lorsque l'on évoque « le politique ». Ceci dit, ce n'est sans doute qu'une définition possible du politique. Dans le cas contraire, on est dans une sorte de paradoxe : les rappeurs ne pourraient « être politiques » qu'en faisant autre chose que du rap (des associations, des mouvements...) - donc finalement, vous semblez répondre « non, le rap (en tant que forme musicale ou chansonnière) ne peut être politique ».

      1. Oui c'est une bonne question: "rap politique"?
        Comme le dit Karim, si la question a un sens, c'est en vertu de la pratique même du rap, & non pour des engagements autres (ou alors je pense à des engagements indissociables de la pratique, c'est-à-dire avec des associations émanant de groupes & ancrées dans le vivre-ensemble; je pense à Massilia Sound System à Marseille avec l'association Chourmo, ou Fabulous Trobadors à Toulouse. je ne sais pas / crois pas qu'il existe quelque chose de semblable parmi les rappeurs en France)

        Donc une question qui concerne la pratique du rap; de ce point de vue, l'erreur souvent commise concerne ce que souligne adraye, à savoir la confusion avec "prise de position" (d'ailleurs souvent plus "sociale" que "politique", ou alors il faut définir plus précisément "politique", ce qui n'est que rarement réalisé...)

        & pour répondre à la gentille invitation de Karim, j'essayerai effectivement de proposer un billet qui synthétise mes positions sur la question

        AP

    2. Désolée, je vais faire un apport très brouillon et relativement inutile à ce billet très intéressant de Karim.
      Pour reprendre la méthode d'AP, le commentaire d'adraye part d'une présupposition (voire même deux) : qu'il y a un genre "politique" dans le genre musical/chansonnier "rap", et qu'il constitue la référence concernant les manières dont le rap peut être politique... [mais j'ai peut-être mal compris]
      Le fait de mettre de côté les formes de rap "entertainment" me rappelle des débats au sein du féminisme sur la culture populaire, et notamment un texte de Laura Alexandra Harris sur le "principe de plaisir", et le fait que toute une génération de féministes a été nourrie de versions commerciales du féminisme.
      En gros, ce que je veux dire, c'est qu'on ne peut pas placer le qualificatif "politique" uniquement dans l'intention de l'artiste ou du groupe des rappeurs et des conditions de production du rap, voire dans la performance elle-même.
      Comme le disent Karim et AP, il faut tenir compte de toute la pelote des processus, dynamiques et discours qui entourent "le rap".
      D'ailleurs, question anecdotique : y a-t-il eu ces dix dernières années des chansons de "variété" censurées ou dont les auteurs ont fait l'objet d'un procès ? (côté institutionnel, LE rap existe peut-être, du moins en terme de problème socio-politique, ce qui nous ferait retourner à la question de départ généralisée, comme le signalait AP).

    3. Merci pour ce commentaire Marie, et pour la piste de lecture. Effectivement, si l'on pense à la façon dont des chansons de rap sont convoquées dans un espace hautement politique, dans tous les sens du terme, celui de l'Assemblée nationale ou celui des tribunaux, on peut noter qu'il ne suffit pas que l'intention / les déclarations / l'orientation principales d'un artiste ne soit pas politiques pour qu'il reste "protégé" de ce qualificatif et de ses conséquences. Il y a des raps « politique malgré eux » pourrait-on dire.

      Pour rebondir sur ta deuxième remarque (la question de la comparaison avec d'autres « genres » est effectivement décisive), il y a des cas de politisation minimale de chansons récentes je pense, mais je ne trouve pas d'exemples de politisation telle qu'une intervention d'homme politique et une assignation en tribunal soit jugée nécessaire, à l'exception notable et bien intéressante de la récente affaire autour du festival « Hellfest ».

      On trouverait sans doute plus de cas du côté des films ou des livres, ou en remontant un peu plus loin (Vian, Béranger...) ou en élargissant à des formes d'affaires qui ne se sont pas soldées par un procès (Gainsbourg et sa Marseillaise) ou des débats plus officieux (notamment lorsqu'ils sont à l'initiative de médias précis, comme dans les cas de la guerre du Golfe de 1991 et du 11 sept. 2001, ou les situations plus courantes mais moins évidents à saisir parce qu'ils sont souvent le fruit de négociations privées avec les artistes au sein des maisons de disque, avec les responsables de médias, etc..) Le continuum d'intervention et de négociation est difficile à décrire ! et les motifs de l'intervention ne sont d'ailleurs pas nécessairement « politiques », sauf à considérer toute forme d'intervention dans une « œuvrea » par n'importe quel intermédiaire comme éminemment politique au regarde de la liberté d'expression / liberté artistique (ce que tend à engager le terme « censure » lorsqu'on l'utilise comme quelque chose d'infamant).

      1. Bonjour à tous!

        J'avais fait ta promo sur mon modeste compte Twitter et je réitère tous les compliments que j'avais fait: ""Blog"" essentiel qui, comme abcdrduson, apporte une vision autre du rap. Ancien rédacteur/modérateur du 187show et étudiant en Science Politique, ton blog me réjouit!

        Bref, pour abonder dans ton sens au sujet du politique, je renvoie à la définition que donne Lagroye à propos d'un mouvement afin qu'il soit considéré comme politique ou non (que je n'ai pas ici, je la redonnerai lorsque je serai rentré chez moi): Il y a cette notion d'acception par "les gens" comme mouvement politique ou non. Je pense que l'on pourrait élargir cette définition au Rap par exemple. Et lorsque Casey dit "non ça n'a rien de politique", le fait est que ses textes le sont tous. Pas dans le sens où beaucoup, y compris Casey peut-être, l'entendent, comme le dit AP, comme une prise de position. Lyendith le dit très justement : le politique c'est la description du pouvoir, mais aussi son analyse et sa critique. Qu'elle soit directe ou pas.

        Despo Rutti critique la gauche, la droite (bon un peu plus la droite il est vrai), il explique en gros que la politique ne sert à rien, mais quasiment tous ses morceaux le sont comme Miettes d'Espoir ( http://www.youtube.com/watch?v=5WyyFTTCiTM ) ou Innenrgistrable ( http://www.youtube.com/watch?v=uJay_mQ0YmQ ) pour ne citer qu'eux.

        Je rebondis d'ailleurs sur le dernier commentaire d'AP que je viens de lire: l'exemple de Flaubert est idéal, et on peut aller dans le même sens avec l'Education Sentimentale considérée comme un des tableaux les plus réalistes des différentes classes sociales, de 1848 notamment, avec une impartialité, incroyable lorsque l'on connaît ses opinions politiques. Le tableau de Delacroix, la liberté guidant le peuple, symbole de la Liberté, des révolutions populaires etc. est l'œuvre d'un réactionnaire qui n'aime pas trop le peuple ( magnifique analyse ici : http://www.youtube.com/watch?v=32xGEWuMvzY ). Bref, le message de l'œuvre est dans ces cas donné par "les autres" et non par l'auteur.

        J'ai sûrement été moi aussi brouillon. Ce qui ne fait pas honneur à ton adresse Karim!

  3. Très intéressante question... je vais essayer d'apporter ma modeste contribution. Comme l'ont souligné les intervenants précédents, il faut pour commencer se demander si il y a vraiment UN rap.

    Après concernant la définition du politique, je pense qu'on peut le prendre comme organisation de la société mais aussi comme critique/analyse de cette organisation, de son évolution. Une rappeuse comme Keny Arkana (pour un exemple connu) est alors politique dans ces deux sens, et elle le revendique d'ailleurs (\je suis pas une rapeuse mais une contestataire qui fait du rap\ écrit-elle même). Le rap d'un Rocé voire d'un Médine, à côté, serait politique dans le sens de la critique sociétale.
    En dehors de ça, une Casey qui couche des sentiments bruts sur papier et relate ses souffrances, ses désillusions, et quelque rares fois ses joies ne me semble pas être dans ce registre. Sans parler des Booba et assimilés, et de l'immense majorité du rap américain, qui s'inscrit clairement dans un but de divertissement pur et de marketing.

    Alors si je devais répondre à la question je dirais : le rap peut être vecteur d'un discours politique à l'instar d'autres supports (chanson, poésie, romans, cinéma...) mais il n'est pas intrinsèquement politique.

    1. Merci pour cette réaction ! Effectivement, l'approche (l'éthique...) de Keny Arkana, Rocé, Médine ou Booba, sous le rapport du politique, n'a rien à voir. On trouve d'ailleurs la même diversité du côté du rap américain, même s'il est plus facile, de ce côté ci de l'Atlantique, de s'en tenir à la partie émergée (parce que massivement diffusée) de l'iceberg. Et votre remarque finale est intéressante, notamment lorsqu'on la rapproche d'un certain nombre de définitions que des « experts » ont pu produire du genre rap. Je pense à deux types d'experts en particulier : des sociologues d'un côté, des juristes de l'autre. Côté juriste, la cour d'appel de Paris a par exemple invoqué dans l'une de ses jurisprudences les motifs suivants :

      « la cour ne peut que rappeler ici que le " rap ", correspond à un style de musique et de chansons qui n'est pas particulièrement " académique ", ni dans ses sonorités ni, la plupart du temps, dans ses paroles, ni même quant à ceux qui le chantent. Dès lors, la SA EMI MUSIC FRANCE, société de production de musique, qui soutient ce genre de productions et promeut cette musique, à tout le moins pour des raisons commerciales et financières, est par conséquent malvenue, à s'étonner voire à s'émouvoir, des termes employés par ses interlocuteurs. »

      Il n'est pas question de définir explicitement le genre rap comme quelque chose de politique dans ce passage, mais on n'en est pas loin ! En tout cas, le genre rap est défini par une cour comme « anti / non - académique »... jusque dans la personnalité même de ses interprètes ! (voir le sens 3 du terme dans le dico de l'Académie française).

      Et dans la mesure où ces définitions sont produites depuis une position d'autorité, elles ont tendance à être performatives (dans le cas du juriste, sa définition du rap a des conséquences directes sur la manière de trancher l'affaire à laquelle il est confronté).
      Conclusion : je ne peux qu'être d'accord sur votre « peut être », mais je suis plus réservé sur la question de l'essence (« intrinsèquement ») !

  4. Bonsoir,
    Je voudrais alimenter la très belle discussion collective permise par le billet de Karim par qq citations, un peu ardues, du philosophe Jacques Rancière dans son petit livre très précieux Le partage du sensible. Esthétique et politique (éd La Fabrique, 2000). Il commente librement dans le premier chapitre certaines positions de Platon sur les arts et la politique, et notamment à propos du théâtre, de l’écriture et du « chant-danse » (le chœur antique). Selon Platon/Rancière, ces formes « s’avèrent d’emblée compromises avec un certain régime de la politique, un régime d’indétermination des identités, de délégitimation des positions de parole, de dérégulation des partages de l’espace et du temps » (p15)
    Plus loin : « Ces formes définissent la manière dont des œuvres ou performances ‘font de la politique’, quels que soient par ailleurs les intentions qui y président » (p.16, avec l’exemple de Madame Bovary reçu à sa sortie comme « la démocratie en littérature », malgré le conservatisme politique de Flaubert, et du fait du traitement égalitaire qu’il fait subir à tous ses personnages, quelle que soit leur condition sociale – on trouve un argument très proche chez Castoriadis : « La culture dans une société démocratique » in La montée de l’insignifiance vol. IV, 1996, Le Seuil, p202)
    Conclusion du chapitre : « Les arts ne prêtent jamais aux entreprises de la domination ou de l’émancipation que ce qu’ils peuvent leur prêter, soit, tout simplement, ce qu’ils ont de commun avec elles : des positions et des mouvements des corps, des fonctions de la parole, des répartitions du visible et de l’invisible. Et l’autonomie dont ils peuvent jouir ou la subversion qu’ils peuvent s’attribuer reposent sur la même base » (p25)
    Je ne sais pas si tout cela est clair (et notamment le lien avec le rap), mais je trouve cette posture pour ma part très intéressante ; c’est à partir de telles lectures que j’ai cherché à parler d’une « politique de la voix » dans le rap

  5. Bonjour,

    Le lien avec ce post n'est sans doute pas très évident, mais je profite néanmoins de ma visite pour vous signaler un récent (bon) article du New Yorker sur la dimension poétique du rap, à partir de critiques du livre de Jay-Z et d'une anthologie des textes de rap américain : http://www.newyorker.com/arts/critics/atlarge/2010/12/06/101206crat_atlarge_sanneh
    Bonne lecture.
    PS : dans le même numéro on trouve aussi une critique de l'album de K. West

  6. Pour revenir sur le sujet, il faut signaler le documentaire"Hip-hop, le monde est à vous" ("The furious force of rhymes") de Joshua Atesh Litle (États-Unis, 2009), qui a été diffusé cette semaine pour la première fois sur Arte : tout le documentaire est structuré par l'idée que le rap est "l'art qui rencontre la politique".
    Prise de parole contestataire, expression d'une oppression, lutte par la musique, etc. Toute la panoplie y est. Et paradoxalement, le docu se finit sur un groupe qui affirme "musique je t'aime", et donc sur un accent sur l'aspect artistique du rap, quasiment absent du reste du propos. A noter d'ailleurs que le docu était suivi d'un numéro de Tracks consacré au rap contestataire tunisien. (http://videos.arte.tv/fr/videos/tracks-3752930.html)
    De plus, certaines réponses des rappeurs interrogés (notamment Joe Rilla) faisaient du rap/hip-hop une sorte de garde-fou politique : si tu aimes le rap/hip-hop, tu ne peux pas être raciste, ce serait contradictoire en soi... Une idée (reçue ?) intéressante quand on voit les récupérations ou attaques de l'extrême droite sur certains titres.
    Bref, un très bon exemple de la manière dont on appréhende le(s) rap et hip-hop, et des arguments utilisés pour les rendre exemplaires... (un bon documentaire, au passage)
    http://www.arte.tv/fr/Echappees-culturelles/Hip-hop--le-monde-est-a-vous/3734092,CmC=3734160.html

  7. Salut Karim, je viens de découvrir ce que tu fais. Je te fais un p'tit échange d'un article d'un ami:
    http://www.le-commun.fr/index.php?page=Desequilibrer-la-langue
    "C'est en ce sens que nous disons que le devenir-rap n’appartient pas à son époque, ni avenir d’une génération, ni modulation mineure de la modernité (ce que les sociologues nomment la crise des banlieue). Le devenir-rap est bel et bien l'en-dehors de l'époque, une contradiction active de la langue-Berluskozy. Un devenir."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">