Patrimonialisation d’un genre musical (1)

Le webzine hip-hop l’Abcdrduson vient de publier un classement intéressant : il s’agit des « 100 classiques du rap français », autrement dit les chansons jugées les plus importantes de l’histoire du genre. Le classement, illustré avec une méchanceté talentueuse par l’équipe Haterz, est l’aboutissement d’un sondage mis en ligne pendant quelques mois, et auquel environ 700 internautes ont participé. C’est l’occasion de revenir sur un mouvement plus ancien que l’on pourrait décrire comme un travail de patrimonialisation.

Sur le carnet de recherche qu’il consacre au phénomène de patrimonialisation (immatérielle), Cyril Isnart souligne que

l’étude de la notion de patrimoine est sans doute l’une des voies les plus sûres qu’historiens et anthropologues peuvent emprunter pour analyser et décrypter le rapport des sociétés à leur passé, et notamment dans sa relation complexe et ambiguë avec la mémoire et l’histoire. Cependant, le patrimoine se présente également comme l’une des formes contemporaines de construction du rapport au présent et à la localité, aussi bien dans les terrains transnationaux qu’à l’échelle des communautés locales. (source)

Établir un classement comme celui que propose l’Abcdrduson est une façon de travailler, tout à la fois, l’histoire et la mémoire des chansons de rap. Mais de quelle société est-il question ? et de quelle localité ?

pari 1

Si le patrimoine dont il est question peut être dit immatériel (puisqu’il s’agit, pour l’essentiel, de musique), la localité n’est autre qu’un genre musical. La société en question est celle que nouent les discussions et les actions visant à faire advenir « du rap », à lui imprimer telle forme ou telle norme, à lui interdire telles autres. La société qui travaille sur son histoire et sa mémoire par le biais d’un tel sondage est ce que Tamotsu Shibutani appelait, dans les années 1950, un monde social – une aire culturelle dont les bornes ne sont pas le décalque de frontières territoriales (1955 : 566 ).

pari 2De façon intéressante, alors même que les débats sur nombre de forums d’amateurs font rage depuis des années pour déterminer si telle chanson est un « classique » ou, plus prosaïquement, une « merde », ce classement introduit une nouvelle variable. Il ne se contente pas d’avancer le point de vue plus ou moins légitime d’un expert en goût – l’équipe de l’Abcdr regorge pourtant de fins connaisseurs du rap et d’amateurs de longue date.

Le classement s’appuie sur une procédure « démocratique » pour s’arracher aux interminables batailles d’opinion opposant le goût de l’un au goût de l’autre. Il s’y arrache, mais ne le discrédite pas pour autant – le classement est lui-même l’occasion d’alimenter de nouveau ces batailles auxquelles les amateurs prennent un plaisir plus ou moins  avoué. Un mois après la parution du classement, le fil qui lui est consacré sur le forum de l’Abcdrduson enregistre plus de 300 réactions, et plusieurs membres de l’équipe du site ont consacré un article à la réhabilitation des « 5 oubliés » du sondage.

Le classement de l’Abdcrduson et les débats entre internautes s’ajoutent à une activité collective diffuse de patrimonialisation à laquelle contribuent bien d’autres acteurs. Les artistes sont par exemple des participants de premier plan qui, au travers de chansons notamment, s’inscrivent dans une tradition. Travaillant sur l’histoire de leur genre, ils en bâtissent la mémoire.

Samples et scratches peuvent s’interpréter comme autant d’hommages au présent visant à enrôler le passé. De même, les reprises de chansons ou de couplets : au cours de la seule année 2005, c’est le cas de Kennedy et Sinik sur la chanson Hardcore, de Sté dans « Le rap est ma vie » ou encore de K.Ommando Toxik sur tout un album, intitulé Retour vers le futur.

La technique du name-dropping peut servir les mêmes fins, comme dans cette chanson de Laurent Voulzi en 1977 et reprise à l’échelle d’un album entier en 2008.

Elle est particulièrement fréquente dans le rap français, qu’il s’agisse de canoniser son répertoire (comme Diam’s), de rapper sur l’instrumental de ses classiques (comme Bakar), de proposer une lecture aléatoire (comme Médine) plus ou moins sélective, ou de propager le son des puristes (comme Les Spécialistes). Tous ces raps – et beaucoup d’autres, de façon moins systématique – invoquent des chansons et des artistes du passé qui comptent à leurs yeux dans le présent. Car ce travail de remémoration vaut aussi, aux yeux des artistes, pour ce qu’il dit de ce qu’est aujourd’hui ou, plus exactement, de ce que devrait être aujourd’hui.

« Si j’rappe c’est pour les puristes » (Les Spécialistes, « Le son des puristes », 2005)

« Sais-tu vraiment ce qu’est le rap français ? / pas une machine à sous mais une machine à penser » (Médine, « Lecture aléatoire », 2006)

« Chaque époque a ses classique / new school old school peu importe / l’important c’est le respect de la musique » (Bakar, « Classic », 2005)

« Qui veut m’enseigner mon art / vas t’renseigner moi j’ai tout vu et entendu du haut de mon arbre » (Diam’s, « Mon répertoire », 2003)

Qu’il s’agisse d’amateurs éclairés souhaitant partager leurs goûts et leurs convictions, d’artistes visant à grandir leur nom et le genre dont ils se réclament, ou de l’équipe d’un webzine initiant un sondage, ce travail sur l’histoire est toujours situé, orienté, et sélectif.  Explorer cette piste me donnera l’occasion de revenir sur le classement de l’Abcdrduson – et de proposer un nouveau billet.


13 réflexions sur « Patrimonialisation d’un genre musical (1) »

  1. Thématique passionnante, ainsi que ledit classement que je découvre – vivement le prochain billet en somme!
    La patrimonialisation d’un genre aussi « jeune » que le rap est une belle question sociologique; il y en a une autre qui me taraude en découvrant certains de tes exemples (surtout le disque de reprises de raps de Futuristiq): comment se fait-il qu’un genre qui s’est construit dans le dogme de l’originalité totale des paroles (pas d’interprète qui ne soit forcément l’auteur des paroles, à contrecourant du rock par exemple, ou de la chanson – et à contrecourant évidemment également des musiques du rap, qui sont des samples de musiques préexistantes!), s’oriente de plus en plus vers la pente de la reprise? Peut-être que (le projet de) Futuristisq reste marginal – mais il existe? C’est une vraie question pour moi (qui ai fait de l’adéquation auteur / interprète une des règles constitutives de la pratique du rap)!
    Amitiés
    AP

    1. Je dirais plutôt que ce projet de K.Ommando toxik est tout à fait justiciable du même type d’analyses que celles que tu as produites pour L’hip-hopée ou Hexagone 2001. Les reprises font le plus souvent intervenir l’un des auteurs originels, et les paroles interprétées par K.Ommando toxik sont infléchies par rapport à la chanson reprise.

      Exemple, la reprise de Pucc Fiction (Oxmo / Lunatic) par K.Ommando Toxik feat. Oxmo et Sefyu : le voyage à l’aéroport de Bogota passe désormais par l’aéroport de Moscou… on n’invite pas le Senegalo Ruskov Molotov impunément !

      Autrement dit, la distanciation à l’égard de l’auteur / interprète originel est peut-être moins systématiquement marquée que dans la reprise de Deuxième génération de Renaud par Rohff dans la compilation Hexagone 2001. Mais il n’y a pas confusion possible.

      Tiens, dans la collection des réappropriations rap, on pourrait ajouter le bel exemple de Métèque de Moustaki par Joeystarr.

      Reste l’intéressante question du principe même de l’existence de « règles constitutives »… je ne suis toujours pas totalement sûr de savoir comment utiliser ce concept, et en particulier son rapport à l’histoire du genre – et les expérimentations des artistes.

      1. Pardon pour la confusion Futuristiq / K.ommando Toxic! Oui, le Métèque de JS, son Gorille également (pour les acheteurs du premier jour – les suivants ont dû s’accomoder sans, du fait des ayants-droits de Brassens) – de plus en plus d’exemples en fait, mais d’exemples de filiations, ou de « à la manière de », jamais de reprises intégrales
        Pour la question des « règles constitutives », c’est repris à John Searle qui distingue 2 types de règles pour jouer aux échecs: celles qui font le jeu en lui-même & celles qui ne font partie que de son arrière-plan. L’idée c’est que pour le rap la corrélation « auteur/interprète » fait partie des règles qui font le rap, sans lesquelles il n’existe pas (et cette hypothèse est renforcée par le fait qu’à ma connaissance aucun autre genre de la chanson ne s’est imposé une telle contrainte)
        Il y a sans doute d’autres règles constitutives, je n’ai jamais poussé le bouchon assez loin; pour moi ça a surtout l’intérêt de pouvoir poser à nouveaux frais la question de la responsabilité des paroles. Grosso modo, personne ne peut se dédouaner en disant: « ah mais je ne suis qu’inteprète, il faut comprendre l’auteur »; chaque rappeur est responsable de ses paroles. Et il l’est d’autant plus – seconde règle constitutive que j’ai dégagée – que sauf exception, signalée ou découlant de la situation, Je est toujours l’auteur-interprète
        Après, l’histoire du genre est faite pour bousculer les règles: on trouve maints exemples de chansons où JE ne désigne pas l’auteur-interprète (par contre peu d’exemples d’interprète qui ne soit pas auteur – si ce n’est pour ces « reprises partielles »)

  2. cela laisse penser que le « champ » est centré de façon relative suivant les acteurs/agents.

    700 personnes ne sont répresentatives que de 700 personnes ou d’une « communauté » virtuelle ?

    1. Oui, tout à fait.

      On touche à des problèmes très classiques d’échantillonnages – qui n’enlèvent rien à la prouesse de l’Abcdrduson. Mobiliser 700 internautes ce n’est pas rien. Mais parvenir à resituer aussi précisément que possible ces 700 « sondés » est d’autant plus intéressant que l’expérience est relativement unique.

      J’ai souvenir malgré tout du magazine Groove qui, chaque année, faisait un bilan des meilleurs albums par le biais d’une enquête auprès des lecteurs de a revue… Si certains retrouvent des détails sur ces verdicts annuels, ce serait intéressant de les rapprocher des « 100 classiques » de l’Abcdr !

  3. Dans la série reprise, je rajouterai les projets de Tchad unpoe http://www.tchadunpoe.net1.free.fr/ autour de son projet – musique de france – constitué de reprises de textes francophones mais aussi de musiques (madlib etc…).

    comme hypothèse provisoire: acquérir une plus rapidement des formes de légitimité annexe ou périphérique au seul champ du rap. (chanson française ou rap old school ((dans le cas de D’ de kabal ou de profecy mais aussi dans la vague revival u.s qui après rawkus, revisite et revalorise certains refrain notamment – je pense à mos def et taleb kwali)) ou time bomb dans le cas kommando toxic+sefyu)

    1. Je ne connaissais pas du tout cet album de reprises de Tchad Unpoe, merci de la découverte ! « Vive la musique de France », référence directe à Fonky Family et son « Nique la musique de France ». L’album, au premier coup d’oreille, donne à entendre un travail d’interprétation qui vaut le détour.
      Anthony, il y a du neuf (je crois) et du fil à retordre sur cet album : une nouvelle reprise… du déserteur de Vian, mot à mot fidèle à l’original, avec un flow qui ne laisse pas soupçonner que ce texte à plus de 60 ans.
      En ce qui concerne les reprises de D’ de Kabal, je crois que je ne connais pas non plus, et serais intéressé par plus de précisions.
      En ce qui concerne l’hypothèse provisoire… pourquoi pas ! il serait intéressant aussi de se demander à quelles conditions, dans quelles situations et dans quelles limites ces « transferts de légitimité » peuvent se faire (ou ne le peuvent pas). Yannick et Ces soirées-là à lui comme nouvelle matière à réflexion ?

      1. Oui je connais ce disque très sympa (& libre d’accès & de téléchargement, comme ceux de D’!)
        La reprise est intéressante car il a en plus bossé l’histoire du Déserteur, au point d’en donner l’interprétation des deux fins, celle mythique (avec armes), celle enregistrée (sans armes)
        Après, c’est une reprise stricte (avec un « flow old school », effectivement dans mon souvenir, ce qui confirmerait mon « ellipse syllabique »), donc pour mes « Lettres au Président », ça m’intéresse moins qu’un Ekoué qui lui dit d’aller se faire mettre en en plaçant une sur le fiston rappeur (« Nord sud est ouest »), ou un Mister You ne faisant pas dans la dentelle pendant sa cavale, etc.

  4. karim, je te précise que D’ de Kabal reprend (comme profecy-avec assassin rockin’ squat- ) en forme d’hommage, certains couplets du hip hop français qui l’ont marqué (assassin, ntm )

    Karim et Anthony connaissez vous ? :

    * le groupe  » la canaille » qui reprend comme nom de groupe et comme morceau de son répertoire, ce chant révolutionnaire de la commune. (http://www.humanite.fr/2006-09-05_Medias_La-Canaille-a-le-rap-classe) ?

    * chicken boubou (de la troupe) parodiant le morcau  » hardcore  » d ‘ idéal j en « pas d’ porc » http://www.rap1pulsif.com/mp3.4077.chicken.boubou.pas.de.porc.html ?

    *Le joey cuzak’s project (http://endehors.org/news/le-rap-le-plus-discret-joey-cusak-s-project) qui reprend partiellement des textes d’auteurs anarchistes ?

    * Les projets ‘ »Sociologists » album-concepts qui sont des efforts européens, pour diffuser des thèmes sociologiques dans le but d’aider les examens des étudiants et étudiantes engagé-e-s dans les mouvements de grève ?

    * les détournements politiques de torapamavoa, de minaval (qui intervient directement dans le métro parisien) ou de patrie-money (plus underground) à l’instar des détournements soixante-huitards du CMDO, ou des Dead prez ?

    * LPI « nick ton maire » http://basseintensite.internetdown.org/spip.php?rubrique282 ou les plus anciens Rapaces http://rapaces.zone-mondiale.org/ ?

    Une question m’intéresse plus, avez vous accès directement ou indirectement aux white-labels sortis en vinyls et plus globalement aux projets non destinés à la vente comme les raps produits dans les squats , aux réseaux des inter-railleurs, aux enregistrement des cercles de freestyles ?

    sociologiquement nicolas

    1. Je connais bien Chicken Boubou, qui a fait plusieurs autres pastiches. J’avais aussi un peu enquêter sur Rapaces et les groupes qui en étaient proches il y a quelques années. Quant aux autres… la plupart me sont inconnus : merci pour les pistes, dans les deux sens du terme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *