Conversations numériques

22 octobre 2010
Par

Voilà presque un mois que Surunsonrap ne donne plus signe de vie… et pourtant ! Parmi les activités de ces dernières semaines, j’ai pu contribuer au développement d’un nouveau carnet de recherche particulièrement stimulant, et de surcroît collaboratif et ouvert à toutes les bonnes volontés : le carnet hypotheses.org Aspects concrets de la thèse. Parmi ces aspects concrets, on en compte un bon nombre qui sont aussi numériques, et c’est sans doute sur ceux-là que j’essaierai d’apporter quelques éléments. Exit donc de Surunsonrap les futurs billets sur des thèmes tels que « Numérique et précaires de l’ESR » ou « Parcours subjectifs dans les enjeux des Digital humanities ». Les prochains seront directement publiés sur le carnet de recherche ACT.

Par ailleurs, j’ai été bluffé par un échange scientifique qui s’est noué sur le blog de La Méduse. Je me permets donc de le relayer ici, et de tirer mon chapeau aux participantes à ce modèle de discussion intellectuelle numérique qui porte en outre sur un sujet passionnant.

Tout commence par une série de billets consacrés à l’ouvrage de Christine Détrez et Anne Simon, À leur corps défendant. Les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral1. La Méduse réagit librement mais avec rigueur à  la première partie de l’ouvrage, consacrée à la façon dont les écrivaines actuelles abordent le thème de la sexualité. Le premier billet interroge, à la suite du livre, l’existence de « mots de femmes » pour écrire la sexualité. Le deuxième aborde les liens entre domination de sexe et la littérature étudiée. Le troisième se conclut plus précisément sur l’analyse avancée par Détrez & Simon d’un roman de Anne Garréta.

À cette série de billets répond un commentaire, ouvrant une discussion dont le ton est plutôt rare dans le milieu scientifique. Une internaute, signant ses commentaires du nom de Christine, et dont on suppose qu’il s’agit de Christine Détrez, réagit aux critiques portant sur le (son ?) livre. Elle apporte ainsi des précisions autour de l’ouvrage, et engage le dialogue autour des points de désaccords. Elle explique de surcroît la fabrique de l’ouvrage, et le rôle de ce processus dans la forme particulière que prend l’objet final, ce livre qui donne si souvent l’impression d’une pensée achevée et close sur elle-même alors qu’il n’est toujours que la trace d’un moment intellectuel. Bref, grâce à La Méduse et à Christine (Détrez ?), on passe de l’autre côté du miroir, au cœur de la production même de la recherche, et on est implicitement invité à s’y joindre. Vite, courons lire le livre (et le blog) !

Voilà donc qui s’apparente à un compte rendu de lecture… de discussions sur un blog scientifique… Une nouvelle pierre au « séminaire virtuel permanent » que peut permettre le numérique ?

  1. Seuil, 2006 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : En pratique, écrire, En pratique, lire, Rapports sociaux, sexe, En pratique, vie du blog

5 commentaires pour “ Conversations numériques ”

  1. alix le 22 octobre 2010 à 17:24

    Merci pour ce billet !

    Je te rejoins, j’ai été frappée par la simplicité avec laquelle Christine Détrez a répondu à mon propos, et j’ai noté comme toi la façon dont elle a choisi de signer ses commentaires, en symétrie, j’imagine, avec ma propre présentation de moi-même, puisque je signe toujours mes articles de mon seul prénom.

    Et j’avoue aussi que j’étais tombée dans le piège de la “pensée achevée et close sur elle-même”… ! Je prends souvent les livres pour les pures expressions libres de leurs auteur.e.s – ce qu’ils ne sont pas : “trace d’un moment intellectuel”, comme tu l’écris, produits de contraintes, produits de coopérations…

    :)

    • Karim Hammou le 22 octobre 2010 à 17:29

      :)

  2. [...] This post was mentioned on Twitter by Antoine Blanchard, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Conversations numériques http://bit.ly/b35nhp [...]

  3. [...] sur le même sujet, mais sur le versant positif, heureux carnetier qu’il est : dans « Conversations numériques », il s’avoue « bluffé par un échange scientifique qui s’est noué sur le blog [...]

  4. [...] autre membre du conseil scientifique d’Hypothèses parle d’un blog hors-plateforme, et donne à réfléchir sur l’idée de séminaire virtuel permanent lancé par encore un autre membre dudit conseil. [...]

Laisser un commentaire

Publié le 22 nov. 2012


Carnets de recherche